SPVM: Ouate De Phoque – Katherine Hawkes – September 20th, 1977

Katherine Hawkes-1977

Moins de 10 jours après l’assassiner d’Hélène Monast à Chambly, Katherine Hawkes a été brutalement battue et violée dans la région de Saint-Laurent de Montréal.

Les tabloïds du Québec n’ignore pas  la menace pour la sécurité publique, avec Allo Police publiant les photos de Louise Camirand, Jocelyne Houle, Joanne Dorion, Hélène Monast et Katherine Hawkes avec le titre, “Encore un maniaque sexuel!”:

hawkes
Disparition

Katherine Hawkes (34 ans) a travaillé au centre-ville de Montréal, au coin de Dorchester et de l’Université. La femme  ( 5’5 “145 lbs) résidait au 11815 rue Ranger dans le Cartierville (au nord du Montreal). Katherine habituellement la route du train de banlieue la maison à la gare du CN Val-Royal. Le 20 Septembre 1977 Montréal (en fait le toute la province du Québec) a connu une panne d’électricité. Comme les trains ne sont pas en cours, Katherine a pris la bus pour Cartierville.

IMG_0176

Katherine a quitté le travail à environ 18h00. Un chauffeur de bus a déclaré avoir vu Katherine sortant du bus à Val Royal à environ 18h20, mais nous savons que cela ne peut pas être si: pas de bus se déplace aussi vite. Supposons donc Katherine était de retour à Cartierville autour de 19:00. Sa maison était d’environ 4 minutes à pied de la rue Ranger.

Découverte du corps

IMG_017421 septembre 1977 autour de 17h30, deux étudiants, Carlo Aghbashian et Berry LeBlanc marchent du côté nord du chemin par la station Val Royal quand ils sentent une “odeur brute”. Ils regardent dans les buissons adjacents de la gare et découvrir le corps de Katherine Hawkes se trouvant sous quelques arbres. Ils appellent la police.

La police de Montréal (MUC) arrivent à 18h33. L’enquête est menée par Sargent Detectives Roger David et Arthur Laurin, assisté par le Sgt Andre Tetreault, SD Remy Martin, et le gendarme Robert.

Katherine Hawkes arrêt de bus à Val-Royal. Notez la lumière, ce qui aurait été sombre à cause de la panne.

Katherine Hawkes arrêt de bus à Val-Royal. Notez la lumière, ce qui aurait été sombre à cause de la panne.

Katherine Hawkes a été retrouvé gisant sur son dos. Parce qu’il avait été froid ce jour-là (Il y avait du vent le soir de la panne), le corps était très rigide. Ses vêtements se trouve à environ 5 pieds du corps. 15 pieds de la police du corps trouvé un «sac» blanc, et un “sac” brun contenant des rouleaux de cheveux et d’un tube de dentifrice Pepsodant. Hawkes a été étendu à environ 100 pieds de la gare Val royale, et 400 pieds au nord de 4767 Henri Bourassa boule.

Autopsie

 

L’examen médical est effectué le 22 Septembre au laboratoire médical à Parthenais à Montréal par André Brosseau, assisté de Maurice Labrie. Hawkes a été trouvé portant une chaussette beige sur son pied droit, un soutien-gorge tiré vers le haut sur ses bras, un pull, et son manteau brun. Les objets récupérés comprennent un neckless et un anneau. Les résultats indiquent que Hawkes a été battu violemment à la tête, et violée. Elle est morte d’une combinaison de ses blessures et l’exposition au froid.

Beaucoup à débattre à propos de Katherine Hawkes

Tout d’abord, toutes les informations ci-dessus est tirée des rapports de police originaux et les dossiers publics, rien de tout cela provient de journaux. Lorsque l’information a été libéré aux archives publiques, quelqu’un de la MUC inclus par inadvertance toutes les informations de la police (Ouf!). Il suffit de regarder comment cela se joue:

IMG_0167Contrairement à beaucoup d’autres cas, Katherine Hawkes a reçu une récente attention des médias. En 2003, l’émission de télévision de Radio-Canada, “Justice avec Simon DeRivage” profilées le cas Hawkes (lien ici). A cette époque, l’affaire était entre les mains de la GRC (comptez-vous les cauchemars contre-compétence?) Et investigateur principal Michael Hanigan fait beaucoup de bruit publique que le «tueur», apparemment téléphoné à la police le soir du Hawkes «disparition à signaler où le corps pourrait être trouvé: “La police possède deux enregistrements du meurtrier, puisque ce dernier a téléphoné à deux reprises à la police pour se dénoncer et indiquer où ce trouvait le corps.”  

A cette époque, la police était toujours en possession des enregistrements enregistrés (qui, où a joué sur la programme, Justice) et on a demandé au public de communiquer avec la GRC si quelqu’un a reconnu la voix: La personne appelée à deux reprises, et parlaient français.

Autour de 2010, les bandes apparemment disparu. La police de Montréal ne cherchaient l’aide du public, à la grande frustration des citoyens comme moi qui voulaient tout simplement de résoudre certains crimes. Ce fait est attesté par le plaidoyer de Kristian Gravenor sur son site Coolopolis, appelant à la police de Montréal pour plaire à rééditer l’enregistrement audio (lien ici).

Maintenant, c’est là que ça devient intéressant. Le rapport d’autopsie indique que la police a reçu un appel le soir du 20 Septembre:

“La Police a recu un appel dans la soiree du 20 septembre disant qu’une personne inconne se trouvait morte dans un terrain vacant a l’arriere du 4767 Henri-Bourassa”

FullSizeRender

En outre, le rapport de la police municipale de Montréal indique que l’un des appels ont été reçus à 22:35:

FullSizeRender_1

Donc, ma question est la suivante: Si la police savait dès 22h35 le soir du 20 Septembre, 1977, un corps a été situé derrière 4767 Henri Bourassa, pourquoi at-il fallu avant d’être notifié par deux étudiants le lendemain à 5: 30 h à répondre?

Restez avec moi. Rappelez-vous l’enregistrement audio? Il est pas perdu. Je l’ai. Pourquoi est-ce que je l’ai? Parce que lorsque Radio-Canada / Justice a fait un profil de 10 minutes sur Katherine Hawkes, ils ont également fait un profil de 10 minutes sur Theresa Allore (regardez ici).

D’autres points 

Katherine Hawkes a utilisé le système de bus de Montréal STM. Ainsi fait Johanne Dorion et Chantal Tremblay. En fait, à la fois Dorion et Tremblay ont touché la ligne Henri Bourassa, et Dorion ont travaillé à Cartierville, juste au nord de l’endroit où Hawkes a vécu. Voici une carte rapide montrant les modes de transport en commun des victimes:

Screen shot 2016-03-15 at 7.16.54 PM

Alors pourquoi ne pas jouer l’enregistrement audio de la bande du Hawkes pour la famille Dorion pour voir si elles reconnaissent la voix? Quel mal pourrait-il faire à ce stade? À moins que le SPVM sont trop préoccupés par leur embarras et l’échec d’arriver à la scène du crime Hawkes en temps opportun?

Nous sommes au-delà. Montrer une reddition de comptes et de responsabilité.

Oh il y a plus. Alors Hawkes … trouvé sous les arbres, les vêtements à côté de corps … Qu’en est-il de ses chaussures? Comme Camirand et Allore (et éventuellement Monast) ils ont été portés disparus. Les chaussures de Katherine Hawkes ont été récupérés le 23 Septembre 1977 par une femme marchant sur la rue Grenet qui voit les chaussures dans un fossé. La rue est la destination de l’arrêt de bus en direction de la maison de Katherine Hawkes.

ADN

En plus des échantillons de sperme, l’autopsie a révélé que Katherine avait dans sa main trois cheveux qui ont été analysés. En outre, la pièce Radio-Canada 2003 semblait suggérer la police avait encore l’ADN (ils avaient pas détruit comme dans d’autres cas). Si cela est vrai, les résultats d’ADN devraient être partagés avec d’autres services de police pour voir s’il y a un match sur ces autres dossiers non-resolus.

Le sac a main

IMG_0166

Comme Monast, Camirand, Choquette, Allore (portefeuille récupéré plus tard), Le sac a main de Hawkes est manquant et n’a jamais récupéré.

Sharron Prior

Où est Sharron Prior dans tout cela? L’affaire était seulement 2 1/2 ans plus tôt en Avril 1975. Pourquoi Sharron a été retiré de la liste des cas? les médias / la police / publique at-il oublié? La famille n’a pas oublié: la mère de Sharron avait écrit la famille Dorion en Août 1977 et la lettre a été publiée dans les tabloïds du Québec. Alors pourquoi Sharron laissé hors de la théorie d’un Maniaque-Sexuelle?

Quelques indices possibles:

Camirand (SQ)

Houle (SQ)

Monast (SQ)

Dorion (Laval, mais récente)

Prior?  Policier de Longueuil

Quelqu’un – avec un accès à l’information – doit être assez courageux pour répondre à ces questions.

——————————-

Mettre à jour:

  • La bande vocale du tueur: Il se révèle plus difficile à localiser que je pensais à l’origine. J’étais en contact avec un contact à Radio Canada qui m’a assuré qu’il n’y aurait pas un problème pour localiser / fournir. Ce contact avec est allé silencieux. Et tout d’un coup, de nombreux efforts déployés par les gens les plus influents que moi ont été frustrés. Il est comme nous pouvons obtenir tout de la SRC, sauf cela.
  • On m’a dit ce week-end par quelqu’un qui avait entendu la bande que le dialecte français / accent était très distinct, presque comme quelqu’un du Gaspe.
  • On m’a dit par une personne proche de l’affaire initiale que la police ont essayé de revenir ce soir-là et trouver le corps de Katherine après l’appel anonyme, mais – en raison de la panne – il faisait trop sombre, ils ne pouvaient pas trouver le corps. Pour que je dis? Big deal: c’est ce que une lampe de poche est pour. J’ai marché la zone où Katherine Hawkes a été assassiné. Il aurait été facile de la trouver si vous aviez tout simplement mettre dans l’effort de le faire. En outre, les levers à 6h00? Revenir dans la matinée: ne pas attendre encore 12 heures: le premier 48 sont critiques.

Voici quelques photos que je prenais le week-end à Montréal:

Cela démontre la proximité entre Hawkes et Dorion. Hôpital Dorion est juste au-delà des arbres. chaussures Hawkes ont été trouvés hors rue Grenet:

IMG_3427

Hawkes a vécu ici au 11815 rue Ranger:

IMG_3430

Henri Bourassa et Grenet, sortie de bus Hawkes est à gauche:

IMG_3446

Gare Val Royale: Hawkes a été assassiné juste à gauche:

IMG_3444

Angle inverse de Hawkes site assassiner, son corps aurait été localisé par le bouquet d’arbres. Arrêt de bus aurait été à l’extrême gauche à l’arrière (Henri-Bourassa). Perspective vous donne une indication de combien peu de géographie de la police aurait eu besoin de chercher:

IMG_3440

Chaussures Hawkes trouve à gauche. Au sud de la voie ferrée où le corps a été trouvé: Ceci est tout simplement bizarre: qui fait ça? Qui meurtres d’une victime d’un côté de la voie ferrée, se déplace ensuite à travers les pistes avec les chaussures et les dépose là de la victime? Pour le Sud (en distance) vous voyez l’hôpital où Dorion a travaillé:

IMG_3452

Angle inverse du lieu où les chaussures Hawkes ont été laissés. Note de signes de la rue, la résidence Hawkes est juste à droite sur la rue Ranger:

IMG_3453

Updates 2:

Ceci est l’enregistrement audio de l’enquête Katherine Hawkes.

La nuit de l’assassiner son agresseur a appelé la police deux fois autour de 22h35 et a laissé les deux messages suivants:

Premier message:

«J’attaqué une femme au coin de Bois Franc et Henri Bourassa. Dans les sous bois de côté nord-ouest. Dépêchez vous-monsieur, j’ai peur pour sa vie…Merci.”

Deuxième message:

“Oui, bonjour, j’ai  bien attaqué une femme sur le coin de Henri Bourassa et Grenet … Grenet … à Ville Saint-Laurent, dans les sous-bois, de côté nord-ouest. Avez-vous bien compris? Je pense que vous avez bien compris, Monsieur. C’est le coin de Grenet et Henri Bourassa… à Ville Saint Laurent, dans les sous-bois… de côté nord-ouest. “

Opérateur: “La femme est toujours là?”

  “Merci”

Screen shot 2016-04-16 at 9.54.51 AM

Bois Franc est le nom de la gare. Dans le second message il téléphone revenir à clarifier / être plus précis: Il est nord-ouest de Henri-Bourassa et de la rue Grenet.

Maintenant, ce que je trouve intéressant dans la voix est la suivante: A cette époque, les titres de journaux criaient au sujet d’un «Maniaque sexuel» étant sur le lâche. Une des journaux, même averti que la police doit vérifier toutes les institutions mentales locales, car de toute évidence un patient «fou» avait échappé.

Écoutez la voix. Ceci est, une personne très détaillée mesurée. J’ai envoyé l’enregistrement de la Sûreté du Québec. Marc Lepine de leur bureau Cold-Case et je parlé hier soir (il l’a apporté en fait, pas moi). “La voix est un gars très organisé”, at-il dit.

Mais le point le plus important est dans la dernière phrase du premier appel: “Dépêchez vous-monsieur, j’ai peur pour sa vie…”

Cela signifie que Katherine Hawkes était sans aucun doute en vie lorsque l’appel a été fait.

L’autopsie indique que Hawkes est mort d’une combinaison de ses blessures et l’exposition au froid. Le battement fait vulnérable, mais l’hypothermie a tuée, et qui aurait pu être évité si la police avait réagi avec diligence au lieu de laisser Katherine Hawkes exposés aux éléments pendant toute la nuit.

Il y avait une chance de sauver Katherine Hawkes. La police a attendu 20 heures avant de répondre, et Katherine Hawkes sont morts.

Cela est sans doute la raison pour laquelle la police de Montréal ont enlevé la bande à partir de leur site web.

Tags:
Categories:

One thought on “SPVM: Ouate De Phoque – Katherine Hawkes – September 20th, 1977”

Leave a Reply