Les bus et les transports en commun – Johanne Dorion – 9 Juillet, 1977

IMG_0215

Joanne Dorion a disparu 20 jours avant la disparition de Chantal Tremblay, le 9 juillet 1977. Tous deux vivaient au nord de la région de Montréal; Tremblay juste à côté de l’île de Laval à Rosemere, et Dorion au Nord la plupart des tronçons de Laval à Fabreville. Tous deux étaient de 17 ans.

Johanne Dorion a travaillé comme secrétaire médicale à l’hôpital du Sacré-Cœur à Cartierville. Elle a quitté le travail autour de 23h45 le soir du 9 Juillet, 1977 en prenant le bus numero 4 pour revenir à Fabreville. Selon le chauffeur du bus, Dorion est descendu du bus à Fabreville à environ 00h30 au coin de la boule Arthur-Sauve et Sainte Rose. Ceci est la dernière observation de Johanne Dorion.

Casse Croute Chateau Laval

Casse Croute Chateau Laval

Le lendemain matin, à 07h00, les parents de Johanne – qui vivent à la 9e avenue à Fabreville – a remarqué que leur fille n’a pas rentrer à la maison ce soir-là. Pour le mois qu’elle manquait l’enquête était dirigée par le lieutenant Maurice Legault, Gerard Danse, et Richard Lefebvre de la Sûreté Municipale de Laval. Les parents ont insisté pour que Johanne ne serait pas une fugue.

Le jeudi soir, le 11 Août, 1977 près de 18:00 Martin Fountaine (12 ans) marche près de la rive de la rivière des Mille Iles quand il sent une odeur nauséabonde. Il remarque alors un sac en plastique bleu dans les buissons. Fountaine approche du sac. Environ 100 pieds de la rive, il voit un pied avec la chaussure d’une femme, et une main portant un bracelet près de quelques arbres. Il va immédiatement et dit à son frère aîné et père.

Dorion se trouve sur une route de gravier entre la 2e et la 3e avenue à Fabreville environ 8 pâtés de maisons où elle a été vu la dernière fois à l’arrêt de bus à Arthur Sauve et Sainte Rose, et 6 blocs plus loin de son domicile le 9 avenue.

Sgt Detective Pierre Basinet

Detective Sgt Pierre Basinet

La police arrive à environ 21h50. Le corps se trouve sous trois arbres près de la rivière. Il est dans un état avancé de décomposition. Police observer une jupe, blouse et sous-vêtements sur le corps. Le sac en plastique bleu le garçon a vu se révèle être un sac commercial de Dominion contenant des documents d’identification Johanne Dorion. On trouve également à proximité du corps est la manche droite de la blouse de Dorion. Il est complètement arraché et ensanglanté.

Dorion Eyeliner

Dorion Eyeliner

Retour à l’endroit où elle a quitté le bus, la police trouve l’eye-liner de Dorion dans le stationnement d’un casse-croute nommé Chateau Laval. L’enquête est menée par le sergent-détective Pierre Bazinet, assisté de Danse, Lefebre et Legault de la police municipale de Laval. Ils sont ensuite rejoints par Remi Tetreault, G Sauve, et M Boilard.

L’autopsie est effectuée par Roch Heroux, assisté par André Brosseau et M. Mallette au laboratoire médical à Parthenais à Montréal. Le 5’11 “, 100 lbs victime a été poignardé à plusieurs reprises dans la poitrine, et a subi une hémorragie massive pour le cœur et les poumons. Il y a trop de détérioration dans la région pelvienne pour déterminer si Dorion a été violée ou non.

IMG_0272
Dorion scène de crime, 12 Août 1977
Une analyse

Les journaux de cette époque ont été prompts à suggérer un lien entre le cas Dorion et les cas de 5 autres personnes disparues à ce moment:

FotorCreated

  • Johanne Danserault aussi de Fabreville qui a disparu 6 semaines semaines plus tôt, 14/06/77.
  • Sylvie Doucet de l’Est de Montréal qui a disparu un mois plus tôt, 27/06/77.
  • Claudette Poirier qui a disparu quelques jours plus tôt de Drummondville, 27/07/77 (et dont les restes se trouvent 9 ans plus tard).
  • Chantal Tremblay qui a disparu 20 jours plus tard de Rosemère, 29/07/77 (et dont les restes seraient trouvés 2 ans plus tard).
  • Elizabeth Bodzy qui allait manquer le lendemain, 30.7.77 de la région de Laval où les deux Dorion et Danserault vivaient également. Mise à jour: Elisabeth Bodzy retourné à la maison en toute sécurité le 15 Août 1977.

IMG_0226
Le cas de Sharron Prior serait à nouveau refaire surface dans les médias, mais pas en raison d’une connexion suggéré. Le 16 Août, 1977 Yvonne Prior, la mère de Sharron Prior a écrit une lettre de sympathie à Adrienne Dorion, la mère de Johanne. La lettre a été publiée dans Allo Police sous le titre, POURQUOI ?:

… Vous ne me connaissez pas, mais je voudrais que vous sachiez que mes pensées sont avec vous depuis la perte de votre belle fille Johanne.
Je vous écris en tant que mère qui sait les jours mal et la douleur de perdre une fille adolescente de façon brutale, et la colère que vous vous sentez à l’intérieur.
Ma fille de 16 ans Sharron a rencontré le même sort il y a deux ans, son meurtrier ou les meurtriers ont pas encore été pris. Elle a été trouvée dans Longeueil.
Je pleure avec vous maintenant au décès de Johanne et dire, comme je suis sûr que vous devez également dire: «Pourquoi»?

Le cas reçoit beaucoup d’attention dans les journaux de Montréal. éditorialiste de Allo Police, Claude Poirier publie un entretien de 6 pages avec Adrienne Dorion dans leur papier soeur, la police de la police. 500 personnes assistent aux funérailles de Johanne.

IMG_0284
Dorion scène du crime

Autres points

“Cet adolescent utilisait aussi le bus de Laval Transit Commission, de la station de métro Henri-Bourassa”

Sacre Coeur hospital, Gouin boule.

Sacre Coeur hospital, Gouin boule.

 

  • Je crois que ce qu’ils proposent est que à un moment donné le bus Tremblay – de Rosemere prendre rout 344 – et le bus Dorion – de Fabreville – auraient convergé quand ils ont rencontré l’autoroute 13 ou 117. Le bus aurait alors traversé la frontière vers Montréal où il tournerait est, en passant par Cartierville (où Dorion a travaillé), puis à sa destination finale à Henri-Bourassa (où Tremblay était la dernière fois).

Mais, comme nous le verrons bientôt, il y avait une autre victime deux mois plus tard en utilisant la même ligne de bus.

Tags:
Categories:

2 thoughts on “Les bus et les transports en commun – Johanne Dorion – 9 Juillet, 1977”

  1. Cher monsieur Allore,félicitations pour votre incroyable persévérance.Se pourrait-il que l’assassin ted bundy soit impliqué dans ces crimes,ou “seulement” quelques-uns d’entre eux?C’était une époque ou il était extremement “actif”,et vous remarquerez qu’il y a plusieurs victimes anglophones…cette suggestion vous surprend sans doute,mais c’est peut-etre une hypothese a envisager….Bonne chance a vous et que Dieu vous bénisse

  2. You know, My daughter took a course in criminology at Duke University where Bundy’s attorney was a guest for one of their classes. It’s a stretch, and Bundy’s timeline (dates he was incarcerated) doesn’t really fit.

    Ma fille a pris un cours en criminologie à l’Université Duke, où l’avocat de Bundy était un invité pour une de leurs classes. Il est un étirement, et la chronologie de Bundy (date il a été incarcéré) ne correspond pas.

Leave a Reply