Denise Bazinet Octobre 24, 1977 – cold-case linchpin

IMG_0677

Le lundi matin, le 24 Octobre, 1977, un chauffeur de camion a repéré le corps nu d’une jeune femme  à côté de l’autoroute 35 à la sortie de Chambly à Saint Luc, environ 1/2 heure à l’est de Montréal.
IMG_0679

La police a été informée et à environ 10h00 détectives Jean-Louis Savard et Robert Aubertin des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec  arrivent sur les lieux. La victime avait été étranglée et il y avait des signes d’agression sexuelle. Les vêtements ont été dispersés, et le portefeuille de la victime avait disparu. Dans l’espoir d’identifier la jeune femme la police émet un communiqué de presse et publier des photos montrant le visage de la victime, les doigts (bagues d’usure), l’oreille (portant boucle d’oreille) et le poignet (porter une montre). Le frère de la victime reconnaît la montre Timex. Il se rend immédiatement au SQ Parthenais pour identifier le corps.

??????????Denise Bazinet (23 ans) vivait avec ses parents sur 4252 rue Brébeuf dans la “East-End” de Montréal. Les Bazinets étaient une grande famille, Denise avait 10 frères et sœurs. Elle avait travaillé comme caissière au Saint Hubert BBQ. La dernière fois que sa mère vit Denise allait rencontrer des amis pour boire un verre dans un bar de quartier. Elle ne rentrait que le samedi soir, mais ce ne fut pas tout à fait inhabituel. Comme dimanche traîné sans communication, les Bazinets ont commencé à inquiéter et a appelé la police.

 

Denise a apparemment été vu la dernière fois la dimanche soir au coin de Mont-Royal et Papineau moins de 10 pâtés de maisons de sa maison, quelques heures avant que son corps a été découvert. La police plus tard libéré ce composite du suspect avec qui elle a été vu la dernière fois:

IMG_0676

Quelques idées

Le assassiner Denise Bazinet a mis fin à la violence qui a commencé en Mars 1977 avec l’assassiner de Louise Camirand. Dans cette période 6 meurtres et  5 disparitions  (2 d’entre eux seraient plus tard se présenter assassiné) ont été signalés. A ce jour, aucun de ces crimes ont été résolus. Encore une fois les papiers ont été prompts à revenir sur la question:

IMG_0661

Et encore une fois, aucune mention de l’assassiner de Sharron Prior à partir de 1975.

SQ changement de tactique?

Vous pouvez détecter un changement de tactique avec la Sûreté du Québec avec ce cas. Contrairement à d’autres cas qui ont eu plusieurs détectives arrivent sur les lieux, pour Bazinet la SQ envoie seulement deux, et deux noms que nous avons jamais entendu parler auparavant. Oui, ils ont fait un premier appel à la presse, mais qui est seulement parce que d’abord ils ne pouvaient pas identifier la victime.

Avec le cas Bazinet, la SQ commence à devenir très surveillé avec des informations. Ils ne libèrent pas les résultats de l’examinateur médical du Dr André Lauzon. Dans un premier temps, la SQ tente de suggérer – parce que le porte-monnaie avait disparu – que le motif dans le cas était le vol (combien d’argent est un caissier chômeurs sérieux portant?). Une fois pressé, les détectives Savard et Aubertin admettent qu’il aurait pu être un «crime sexuel», mais pas le viol.

Ceci est l’une des dernières fois que la Sûreté du Québec sera donc de coopération avec la presse (l’exception étant le cas Manon Dube, qui pendant 6 semaines était une enquête sur les enfants disparus sensationnel). Après 1977, il devient plus rare et plus rare que l’information de permis de SQ tels que des photos de la criminalité, les détails de preuves, etc … pour être rendu public.

Bazinet disparaît de l’histoire

L’affaire Bazinet ne se mentionne à nouveau. L’été suivant, lorsque Lison Blais débarque assassiné les journaux invoquent à nouveau les noms Hawkes, Camirand, Houle, Dorion, Monast … mais pas Bazinet. Cela est étrange parce que Denise Bazinet et Lison Blais étaient pratiquement voisins. Ils vivaient 3 blocs les uns des autres.

La première fois que je trouvais le cas Bazinet, je pensais que quelque chose doit être mal avec mes informations. Soit il avait été résolu, ou peut-être ce ne fut pas un étranger assassiner comme je pensais au départ. Puis, la semaine dernière, la Sûreté du Québec a confirmé que Bazinet est dans leur portefeuille de cold-case.

Alors, pourquoi est-il pas sur le site? Pourquoi ne pas demander au public de l’aide?

Bazinet comme pivot

Bazinet est le cas de pivot. Bazinet est la cheville ouvrière.

Bazinet donne une justification pour relier / plus-enquêter sur les meurtres non résolus suivants qui se sont produits dans un laps de temps de 19 mois:

  • Camirand – Étranglée 1977 à Sherbrooke
  • Monast – Étranglée 1977 à Chambly
  • Basinet – Étranglée 1977 à Saint Luc
  • Blais – «marques d’étranglement sur le cou”, battus 1978 à Montréal
  • Allore – Étranglée 1978 à Lennoxville

En outre, à l’exception de Blais, aucune de ces femmes a souffert significative blesse au visage ou à la tête.

Basinet a été trouvé à Saint Luc, mais a vécu – et a été vu la dernière fois – dans l’East End de Montréal. Blais a également vécu dans l’East End, 3 blocs de Basinet. Le sac-a-main de Blais a disparu. La bourse manquant ressemblait beaucoup à une bourse qui a été découvert à l’endroit où le corps de Louise Camirand a été trouvé. Lorsque le corps de Louise Camirand a été trouvé est le même site où les chasseurs ont dit qu’ils ont repéré des vêtements qui correspondait à la description des vêtements manquant de Theresa Allore.

Et j’ajoute Hélène Monast parce que Chambly se trouve à 10 minutes de route de l’endroit où le corps de Bazinet a été trouvé à Saint Luc, et parce que les meurtres de Monast et Bazinet a eu lieu dans les 6 semaines de l’autre. Les deux Chambly et Saint Luc sont sur le chemin entre Montréal et la région de Sherbrooke (où vivaient Allore et Camirand).

Maintenant, vous demandez peut-être ceci et dites: «Saint Luc et Chambly ne sont pas sur le chemin de Sherbrooke / Montréal, ils sont au sud et au nord de l’autoroute 10.”

Pour que je réponds, vous devez vous rappeler que en 1977-78 autoroute 10 était une route à péage avec cinq stations de péage habités entre Montréal et Magog / Sherbrooke. Si vous voulez éviter l’interaction humaine et de suspicion que vous ne l’auriez pas utilisé l’autoroute 10. Vous auriez pris la route 104 de sortir de La Prairie à Saint Luc, ou de l’autoroute 112, de sortir de Longeueil à Chambly.

Et puis bien sûr, il est une fois de plus ce nom “Longeueil” … encore une fois en face de nous …

nous ramène à Sharron Prior.

Voici une petite carte pour montrer ce que je veux dire:

FullSizeRender (5)

Tags:

Leave a Reply