Puissance vide Québec 1975 – 1979

«Ce était comme le Wild West.”

Enquêteur privé Robert Buellac décrivant les conditions de la criminalité et de l’application de la loi au Québec à la fin des années 1970.

IMG_0355

L’escouade des homicides, Surete du Quebec 1970s

Dans un billet intitulé Québec 1977: Qui était le Bootlace Killer, j’ai présenté des informations pour suggérer un lien possible entre environ 20 disparitions et les meurtres non résolus dans la province de Québec à la fin des années 1970. Entre 1975 et 1981 jeunes femmes ont disparu régulièrement et retroussé morts dans les zones rurales et boisées. Beaucoup d’entre eux ont été traînaient, violée et brutalement battus.

Montreal 1977

Montreal 1977

À l’hiver 1977, le tabloïd Québec, Allo police a déclaré qu’il y avait eu 212 homicides dans la province en 1976, quatre par semaine, avec 1 à 4 de ces crimes vont non résolus par la police. Deux ans plus tard, le Sherbrooke Record proclamé “Criminalité l’Estrie pire au Québec”. Les statistiques publiées par la Commission de police du Québec ont montré que les Cantons de l’Est avaient le plus haut taux de criminalité de toutes les régions du Québec en 1978. Le rapport a noté que les crimes contre les personnes avaient “explosé” dans la région. Les onze communes du canton ayant leurs propres forces de police collectivement enregistrés 377 crimes dans la nature des homicides, des viols, des crimes sexuels, vols à main armée et autres agressions de l’année 1978. Ce est une augmentation de 9% par rapport aux 345 crimes contre les personnes déclarées en 1977. Pour les municipalités des cantons qui ne ont pas leurs propres forces de police – villes surveillées par les forces de police du Québec (QPF) – les chiffres étaient encore pire. La FPQ a montré une augmentation des crimes violents contre des personnes de 87 en 1977 à 142 en 1978, une hausse vertigineuse de 63%. Raynald Gendron, directeur de la recherche et des statistiques de la division de la commission de police a déclaré qu’il n’y avait pas de comptabilité pour l’augmentation de la criminalité.

La déclaration de Gendron est faux et irresponsable. Bien que les actions spécifiques qui ont conduit à ces crimes – et plus ostensiblement aux meurtres et disparitions cités dans la pièce Bootlace Killer – sont à ce jour inconnue, les conditions qui ont donné lieu à cet environnement de désordre et l’anarchie sont familiers et bien documenté:

Troubles Politiques

Dans l’élection provinciale de 1976, le Parti québécois a été élu pour la première fois pour former le gouvernement du Québec. Peu importe où vous vous asseyez sur l’argument de savoir si ce était finalement bon ou mauvais pour la province, les membres élus d’origine du Parti québécois étaient des universitaires, pas des gestionnaires. Ils ne étaient pas bien équipés avec les outils de prise de décision, la communication et le leadership qui ont été tellement besoin dans une période de bouleversements et de changement social. La Révolution tranquille s’est déroulée avec le gouvernement libéral précédent; le gouvernement péquiste ne était pas bien placé pour le gérer. Presque immédiatement, le nouveau parti se est attelé à l’entreprise de ce qui est toujours le plus important dans le changement de régime: enquêter sur les actions du gouvernement précédent. En 1977, René Lévesque launchds enquête publique de la Commission Malouf en 1976 Jeux olympiques de Montréal de Jean Drapeau (et vous avez pensé Charbonneau était quelque chose de nouveau). La Commission a été un énorme temps sucer le nouveau et inexpérimenté gouvernement péquiste. Alors qu’il assistait à de grands spectacles comme les enquêtes publiques, le Parti québécois a perdu de vue la balle des aspects au jour le jour de gouverner comme la sécurité publique, la criminalité organisée, et l’éducation; l’éducation venues spécialement la maison au perchoir dans leur indécision accordant une certaine petite permission de cégep Cantons de l’Est de construire un nouveau dortoir pour leur collège nouvellement créé. La Collège Champlain de continuer à utiliser leurs installations tout à fait inadéquate à Compton, au Québec, ce qui entraîne des conséquences désastreuses pour les étudiants (comme documenté de nombreuses fois sur ce site).

Consolidation de police

Surete du Quebec: Arret

Surete du Quebec: Arret

Après son arrivée au pouvoir, le Parti québécois a commencé un projet de consolidation qui a été de fusionner les forces de police plus petits sous l’égide des forces de police du Québec (FPQ, et plus tard la Sûreté du Québec ou “SQ”). En 1978, les grandes municipalités comme Sherbrooke et Magog ont pu garder leurs forces dans le tact. En revanche, d’autres villes comme Lennoxville et de Brome ont été au bord du gouffre d’être englouti par la force provinciale. D’autres encore tels que Compton, Cliff Ayer et North Hatley avaient déjà succombé à la consolidation et la perte de leurs forces tout à fait. Avec la consolidation venu confusion. La compétence et les responsabilités de la SQ ont progressé à un rythme accéléré. Ils ne étaient pas familiers avec le nouveau territoire et ont lutté pour maintenir des niveaux adéquats de service. La force FPQ connu comme la division Coaticook n’avait que dix-huit hommes pour couvrir plus de 2500 miles carrés, du lac Memphrémagog à l’est à la frontière du New Hampshire à l’ouest, à partir de la périphérie de Sherbrooke tout le chemin du Sud à la ville de Stanstead sur la frontière du Vermont. Les changements ont été source de confusion pour la police et du public. Par exemple, un court, deux mile drive sur la route 143 – la rue principale qui traverse Lennoxville -Est-vous guider à travers pas moins de trois juridictions de police – ceux de la police de Sherbrooke municipale, la division Coaticook de la FPQ, et la force commune de police de Lennoxville.

Des problèmes similaires ont été reflétés dans des villes comme Montréal. Selon l’endroit où un crime a eu lieu à «Montréal», la force de l’enquête pourrait être la police de Montréal (SPVM), la police provinciale (FPQ / SQ), la police hors de l’île de Longueuil ou Laval, ou enquêteurs fédéraux de la GRC, ou une combinaison de ces forces! Dans le cas de Katherine Hawkes, parce que le corps a été retrouvé dans une gare du CN, ce était sur des terres fédérales, de sorte que la GRC a pris la tête, même si la gare Val Royal est carrément au milieu de l’île de Montréal. Le cas Hawkes a été étudiée en grande partie dans l’isolement d’autres crimes de Montréal depuis plus de 37 ans, plus que probablement un grand contributeur à la raison pour laquelle le cas ne est pas résolu.

Gangs

 IMG_0349Aussi longtemps que il ya eu des motos il ya eu des gangs de motards au Québec, mais il ne était pas jusqu’à la fin des années 1970 que les gangs se organisent. Gangs comme le Popeyes et Les Devil’s Disciples étaient les précurseurs des Hells Angels au Québec, avec le premier chapitre Hells étant formé à Sorel, au Québec à la fin de 1977. En 1978, les journaux étaient remplis de contes de ‘Bébé’ Laverdière et le Black Spiders qui avaient pleine règne sur la province .. Rapports de meurtres de drogue, étranglés go-go danseurs, corps de membres de gangs rivaux tournant dans les rivières locales ancrées aux jantes et des blocs de ciment événements où hebdomadaires. En 1978, la SQ a déclaré que le problème de motards était leur priorité numéro un. Comme documenté par Paul Cherry dans The Gazette, la perturbation et le chaos causés par les factions en conflit de motards ont continué pendant une décennie jusqu’à ce que le Lennoxille Massacre en 1985; l’assassiner violente de cinq membres des Hells Laval qui a finalement conduit à une période de relative calme et la consolidation de la culture des motards au Québec. Près de 20 ans et une guerre de motards plus tard, nous apprenions ce que nous avions toujours soupçonné: que la relation entre la police, le gouvernement et le crime organisé au Québec a été compromise, et que toutes les parties ont une longue histoire de collaboration.

Crime Organisé

Frank "Le Gros" Cotroni

Frank “Le Gros” Cotroni

Le Vincent Cotroni était une organisation mafieuse basée à Montréal avec des liens étroits avec la famille Bonanno à New York. Des années 1950 jusqu’au milieu des années 1970, la famille Cotroni contrôlait le commerce de la drogue de Montréal, dirigée par le patron de la famille, Vic Cotroni. En 1975, Vic Cotroni était malade en matière de santé, et les opérations ont été remis l’héritier de la famille sur le trône, Paolo Violi. En Janvier 1978, Violi a été assassiné. Finalement, le jeune frère de Vic, Frank serait prendre le contrôle du crime organisé à Montréal, mais qui ne était pas jusqu’à ce que le printemps de 1979, lorsque Frank Cotroni a été mis en liberté conditionnelle d’un pénitencier américain. Depuis près d’un-et-un-moitié-année il y avait un vide du pouvoir virtuel dans le crime organisé au Québec.

Désorganisation dans le crime organisé , la culture des gangs et le gouvernement ; ce était l’environnement dans les années 1970 dans laquelle les meurtres de Sharron Prior , Denise Bazinet , Hélène Monast , Louise Camirand , Jocelyne Houle , Johanne Dorion , Katherine Hawkes , Claudette Poirier , Chantal Tremblay , Manon Dubé et Theresa Allore survenus .

Est-ce que ces cas restent non résolus en raison de conspiration ou d’incompétence , une culture de l’indifférence et de compromis ? Nous ne savons pas .

Mais considérer la caricature suivante à partir d’une édition de 1975 de Photo Police:

(PHOTO REMOVED AT REQUEST OF PUBLISHER)

Considèrent en outre que au moins deux des victimes mentionnées ci-dessus avaient été violés par des objets contondants . Maintenant, considérons ce que la caricature suggère effectivement : Non seulement le viol était une norme culturelle accepté dans la société québécoise dans les années 1970 , il a été invité , considéré comme plein d’humour, et suggestive pratiquée par les agents mêmes choisi de protéger les citoyens contre les dommages et la victimisation.

( Toutes les photos sont la propriété / courtoisie utilisé de Allo Police / Section Rouge Média Inc. )

Tags:

Leave a Reply