8 Comments

  1. My apologies for my long comment.
    It was a fascinating read, and I enjoyed the brilliant podcast! Appreciation for all your efforts and this great analysis of Louise Camirand case.

    I have been reading and listening in the past months about all those cases here and I have realized that the common nominator in all those cases is the Police, the failure of justice system.

    Those crime clearance rates in Québec you have mentioned were a disaster. Police weren’t making arrests for the majority of crimes especially concerning homicides that were committed by strangers. The police weren’t being transparent towards citizens. The police spread incorrect information on newspapers about a search for certain vehicles that might be connected to the murder, etc.
    Gathering information but not using the information to solve the crimes; instead using that information to do damage control: What were the police thinking? Not being transparent, not solving the crimes is a perfect shortcut to create chaos, fear and to gain mistrust of the citizens and do more damage!

    This has dangerous consequences, contributing to what scholars call “legal cynicism.” When crimes go unpunished, people are more likely to think that the government — and particularly the police and criminal justice system — aren’t taking such acts very seriously. And that makes people distrust the police and justice system.

    That not only makes people less likely to report crime, but it might lead to even more law-breaking. For one, if criminals are more likely to think they can get away with the acts, they’re more likely to commit them. And the lack of arrests keeps repeat offenders on the streets as well, free to commit more crime without consequence.

    There’s another piece to this too: If people don’t feel like police will protect them, they may be more likely to take the law into their own hands.

    Community distrust also plays a role, since it makes it harder for police to get cooperating witnesses needed to solve murders. In this way, community distrust and poor crime solve rates feed into each other — people are less likely to cooperate with police when they feel unprotected by the law, and police are less able to protect people without cooperation.

    The police can do damage control starting today and they can begin with the following:
    – Efforts to increase the murder clearance rate by dedicating more competent resources,
    – Modernizing in the police force to use forensics technology, the use of phenotyping, DNA and genealogy technology, which is crucial in this era for solving those cold cases.
    – The Right of Access to Public Information such as in the spirit of transparency: Citizens can access and obtain documents directly online, through registers and databases or by individual requests: Making the National Sex Offender Registry accessible to the citizens…

  2. Maybe Raymond Roy asked someone else to do it…
    Both Dubee and Camirand with a glove missing is interesting, I remember that in the Pouliot murder in 83 they did say that they kept the dentier of one of the victim as a “souvenir”…

  3. Wow, je ne l’avais pas vu venir cette personne d’intérêt. Je n’avais jamais entendu parlé que ce Raymond Roy ait eu un lien avec Louise Camirand.
    Je savais qu’il y avait un va-et-vient important près du domicile de Louise Camirand soit à cause de la proximité du resto-bar Le Brasier et du poste de radio (CHLT ou CJRS) en face de chez elle.
    En fait, personnellement, j’avais des soupçons, sans certitudes réelles, envers deux individus soit envers Luc Grégoire pour les raisons que vous avez mentionné et particulièrement à cause de la proximité avec Louise dans leurs activités (militaires) et du voisinage de quartier, et envers Serge Desrosiers pour son mode opératoire et de son “terrain de chasse” près de l’intersection JacquesCartier/King ouest et qui se terminait dans les environs de Magog. Mais ce Raymond Roy “niet”.
    Très bonne recherche Mr Allore.

    Louis-Jean

  4. Je m’interroge depuis des années à savoir si les enquêteurs ont vérifié dans le cas de Louise Camirand, la marque et modèle des véhicules respectifs des personnes d’intérêt. Ont-ils vérifié, entre autres, ce que Luc Grégoire possédait comme véhicule ou aurait pu conduire en 1977. Je crois bien l’avoir vue conduisant une Toyota Celica jaune ou gold aux alentours de novembre 1976. Il y avait cinq gars là-dedans. Ils ont commencé à harcelé deux couples qui marchaient sur le trottoir rue du dépôt à Sherbrooke, Qc en se dirigeant vers le stationnement municipal au bout. Sur un ton neutre, j’ai demandé aux occupants du siège avant de la Celica, vu que la fenêtre était baissé, pourquoi il ne leur laissaient en paix. Bien sûr, le chauffeur a immobilisé le véhicule le long du trottoir et est sortie. Il m’a dit que si je tenais à me battre, il m’envoyait untel dont je ne me rappelle plus le prénom qu’il a prononcé en lui tirant le dossier du chauffeur pour le faire sortir d’en arrière. Untel s’est immédiatement présenté devant moi et il m’a un peu poussé de la main pour me provoquer. S’aurait pu être Roy mais je ne me rappelle pas la moustache. Il me semble que le jeune n’en avait pas. Avec cela, la photo n’est pas bien clair à mon goût. Ce gars qui devait se sacrifier au combat sous les ordres de son ami que je présume être Luc Grégoire, était environ de ma taille, soit 5 pieds 9 pouces. Mes ce conducteur était court, arrogant et moralisateur (un jeune «wanna be caïd»). Durant ce temps, les deux couples ont pu fuir. Je n’ai pas eu à me battre car le conducteur a rappelé son jeune gorille et ils sont repartis vers le stationnement municipal. Je connaissais de vue et le nom de la jeune femme d’un des couples en fuite. Le gars, a été nommé à plusieurs reprises dans le blog de John Allore comme logeant dans les dortoirs loués par le collège Champlain où Theresa Allore habitait également. Sa copine, je ne la nommerai pas, ni le gars, d’ailleurs… En passant, ce dernier est décédé en octobre 2020; il habitait sur l’île Gabriola en Colombie-Britanique depuis de nombreuses années. Dans le passé, j’ai recherché le gars du couple en question selon le nom donné dans le blogue. J’ai fini par trouvé. Je l’ai reconnu comme étant le gars du couple que Grégoire visait ce soir là. Bref, est-ce que Luc Grégoire ou autre personne d’intérêt possédaient ou auraient pu conduire une Toyota Celica jaune ou gold en novembre1976? Quels sont les quatre gars qui auraient pu l’accompagner ce soir là sur la rue du dépôt à Sherbrooke?

  5. J’ai sans doute mal compris. Une chose est certaine “wheel tracks” n’est pas mesuré entre les roues mais d’un milieu de la roue au milieu de l’autre roue. J’avis vérifié la probabilité que cette distance entre les roue corresponde au données des trois différents manufacturiers mentionnés en ajoutant une largeur de pneu standard du manufacturier des modèles respectifs mentionnés par la police… Les nouvelles mesures correspondaient bien d’assez près aux modèles Celica, Mini et Renaud suggérés dans l’article dans le journal.

Leave a Reply

Your email address will not be published.