Requiem Pour Un Oiseau – La Meurtre d’André Vassard

Une chaude nuit d’été dans une petite ville de Québec avec rien d’autre à faire que de traîner sur la place locale. André Vassard, 16 ans, est blotti avec des amis et parle comme des adolescents. C’est le vendredi 28 juillet 1972. Peut-être qu’ils discutent de School’s Out, le disque d’Alice Cooper venait de sortir, exprimant parfaitement la camaraderie frénétique de la rébellion des adolescents des années 70s.

De l’autre côté de la place, l’agent André Goulet sort soudainement de la station de police de Ste. Thérèse. Goulet est une recrue, il a servi moins de deux ans avec la force municipale. Lorsque Goulet s’approche des adolescents, Vassard s’enfuit le long de la rue principale, puis franchit une clôture dans un terrain arrière. Selon les rapports de police, l’agent Goulet a tiré un coup de semonce en l’air. Puis, alors qu’il tentait d’escalader la même clôture, le pistolet de Goulet s’est déchargé accidentellement, tirant une balle dans la tête d’André Vassard, 16 ans, et le tuant sur le coup.

Une suggestion : Ecoutez peut-être le podcast en anglais, mais lisez le texte en français :


Dans les jours qui ont suivi, la police a affirmé que Vassard transportait un sac en papier brun contenant une «substance verdâtre» qui a été envoyé pour analyse en laboratoire. La police a également décrit la place de la ville en face de leur quartier général de police comme un «lieu de rencontre» bien connu de la drogue – l’adolescent en fuite était instantanément devenu un suspect de trafic de stupéfiants. L’agent Goulet faisait simplement du bon travail de policier en cuivre.


Les habitants ne l’achetaient pas. Deux jours de violentes manifestations ont suivi. Le dimanche 30 juillet, environ 2 000 manifestants (qualifiés par la police de « jeunes ») bombardaient le poste de police de pierres et de bouteilles. Une Jeep a été renversée, les vitres des commerces locaux le long de la rue principale ont été brisées. Dépassé, police de Ste. Theresa a demandé des renforts à la Sûreté du Québec (alors appelée Force de Police du Québec ou QPF). Soutenus par des policiers des communautés voisines de Rosemère et de Blainville, trente hommes QPF équipés contre les émeutes ont été dépêchés de leur quartier général à environ 20 milles au sud de Montréal et ont réussi à débourser la foule. L’escouade anti-émeute casquée et portant des matraques a procédé à vingt-quatre arrestations (dont le fils du maire) et accusé les habitants de trouble à l’ordre public et de participation à une manifestation illégale. Le chaos n’a diminué que lorsque le directeur par intérim de la police de Ste Thérèse, Yvon Joyal, a assuré aux gens qu’il y aurait une enquête publique du coroner pour faire la lumière sur ce qui est arrivé à André Vassard.

Escouade anti-émeute de la SQ – Ste. Thérèse, juillet 1972


Lundi, les habitants de Sainte-Thérèse ont été réduits au silence après la lecture littérale par le maire de l’acte d’émeute. La police a barricadé la zone où les manifestations avaient eu lieu. Le directeur adjoint de la police, Joyal, a imputé les troubles à quelques « fauteurs de troubles ». La Jeep renversée avait appartenu au père de l’agent Goulet. Au cours de la mêlée, l’agent Goulet s’est accroupi dans la maison de ses parents à quatre pâtés de maisons du poste de police. La foule l’a trouvé et a commencé à bombarder la maison des Goulet de briques et de bouteilles en scandant « nous voulons Goulet ».

Funérailles d’André Vassard


Alors que la famille se préparait à enterrer le jeune André Vassard, le maire René Robert a sillonné les rues dans une voiture de police équipée de haut-parleurs – comme un certain carny bon marché, le Larry Vaughn de cette banlieue de Montréal – rappelant à tous que la peine pour se rassembler en groupes de plus de trois était la réclusion à perpétuité. Dans une interview précédente, Robert avait exprimé comment il espérait que le calme serait rétabli, “pour le bien de nos citoyens et de l’économie ici”. Il s’est félicité d’une enquête publique qui « effacerait le nom de notre force de police ».

QPF assiste aux funérailles d’André Vassard

Le père d’André, Maurice Vassard

Le maire René Robert s’est présenté aux funérailles d’André Vassart, la famille a refusé de le recevoir. Le cortège funèbre était escorté par la police QPF de six voitures. Le père d’André Vassard, Maurice Vassard s’est engagé à « découvrir la vérité, peu importe le temps que cela prend et combien cela coûte ». Négociateur avec le ministère du Travail du Québec, Vassard a réussi à rallier plusieurs organismes publics dont la Fédération du travail du Québec, les Travailleurs unis de l’automobile et la section locale de l’Union canadienne des libertés civiles qui ont tous réclamé une enquête publique sur le décès. Vassard a déclaré: «Je ne crois pas que mon fils avait de la drogue en sa possession», et a affirmé avoir la preuve que la police de Ste Thérèse n’avait pas été correctement formée. Il a raconté aux journalistes qu’André Vassard avait été l’un des premiers patients québécois à subir avec succès une chirurgie à cœur ouvert; “ce que la science moderne a sauvé, la loi l’a détruit”, a-t-il déclaré.

« Qu’on la fasse éclater à la face de tous et que disparaissent de nos rues de banlieues ces COWBOYS à qui l’on remet un badge et un revolver pour faire peur aux honnêtes gens. Notre région est infestée de ces policiers incompétents n’ayant reçu aucun entraînement valable. Rappelez-vous le motard innocent tué à bout portant par un policier de Sainte-Thérèse en aout 70 ? »

Maurice Vassard – “Toute la compétence des policiers de banlieue est remise en cause”, Le Petit Journal, 3 aout, 1972

“Mais que peuvent faire des personnes incompétentes comme celles embauchées par notre ville ? Le tueur de mon fils, après avoir travaillé avec son père dans la location et la vente de machines à sous, a décidé un jour de devenir « policier » et on lui a confié les attributs de ce poste sans qu’on lui demande autre chose. Un autre, un barbier, a fait faillite ; le lendemain, il était policier. Un laitier de notre région, licencié pour avoir manifestement trafiqué ses comptes, a également été propulsé au titre de policier. Mon garçon est maintenant le dernier que ces gars tuent.”

Maurice Vassard – « Toute la compétence des policiers de banlieue est remise en cause », Le Petit Journal, 3 aout, 1972



En milieu de semaine, la police de Sainte-Thérèse a clarifié des déclarations antérieures. Vers 19 h 30, le vendredi 28 juillet, le concierge du poste de police s’est plaint que quelqu’un vendait du haschich à des adolescents à l’extérieur. L’agent André Goulet n’était pas en service et n’avait pas l’uniforme lorsqu’il s’est approché d’André Vassart sur la place. En plus d’avoir tiré un coup de semonce, Goulet a affirmé avoir donné un avertissement verbal en criant « Arrêtez ou nous tirerons ». Selon le rapport de police, après avoir sauté la clôture en fil de fer de trois pieds, les genoux de Goulet se sont déformés lorsqu’il a atterri de l’autre côté de la clôture et “ses muscles se sont contractés” – le pistolet a tiré accidentellement. L’officier qui l’accompagnait, le sergent de bureau Robert Arnaud, a déclaré qu’il “avait presque senti la balle lui passer à la gorge”. Quand ils ont rattrapé André Vassard, il était allongé sur le ventre, saignant de l’arrière de la tête. À côté du jeune mort se trouvait un sac en papier brun contenant une substance verte décrite comme « comme des feuilles de thé ». Enfin, la police a rassuré la presse que des « agitateurs extérieurs » étaient responsables des violences du week-end.

Hôtel Blainville


Au point d’eau de la ville, l’hôtel Blainville, qui se trouvait juste en face du poste de police et de la place, la fusillade a été le principal sujet de conversation. “La raison pour laquelle ils s’en prennent à tout le monde si durement, c’est parce que l’un des leurs est blâmé pour quelque chose, et ils forment leur coquille.” offert à un travailleur de Laval Hydro-Québec. Un apprenti imprimeur de 20 ans a déclaré que la fusillade n’était qu’un autre événement à Ste. Thérèse où les jeunes n’ont aucun droit : « Je savais qu’il y avait quelqu’un dans le parc qui vendait de l’herbe – la police dit que c’était une livre de haschich, mais j’ai entendu dire que le gars avait trois onces d’herbe à vendre – et je suis venu à la taverne.” Assis au bar, Claude Chenier, 18 ans, a dit ceci à propos de l’agent André Goulet : « Je ne le connaissais pas moi-même, mais j’avais déjà entendu des gens parler de lui. Il n’était pas aimé. Il n’a que 21 ans et il apprécie trop son autorité.” En 1972, l’Hôtel Blainville était surnommé « le cœur de Ste Thérèse ». C’est toujours le cas. Si vous avez suivi ce website, vous le reconnaîtrez comme le centre d’une autre histoire que nous avons couverte : le meurtre de Carole Dupont en 1973. Et c’est aussi là que Real Chartrand a tenu tête aux otages après avoir tiré un agent de police, Gabriel Labelle neuf mois plus tôt, en 1971. Pour une petite ville de Québec, Ste. Therese avait vu beaucoup d’action.

Avis de Carole Dupont du website de la Sûreté du Québec. L’élément est maintenant curieusement absent de leur liste de cas.



L’hôtel Blainville (surnommé le « Ash-Bee »), le poste de police et la place (alors connue sous le nom de « La Fontaine »), se trouvaient tous à l’ombre de l’église catholique en pierre grise du XIXe siècle à trois flèches. Le Père Guy Champagne a évalué la sombre tragédie comme suit :

« Quand je suis arrivé ici pour la première fois en 1955, il y avait une hiérarchie acceptée, le maire était un homme d’importance sociale et l’Église était le cœur de la communauté. Mais maintenant, cela a été complètement détruit et rien ne s’est produit pour le remplacer. »

La Presse – 31 juillet 1972


L’enquête du coroner a débuté le mercredi 9 août. Le premier jour du témoignage, entendu devant le coroner Jean-Louis Taillon au palais de justice de Saint-Jérôme, l’agent de 21 ans André Goulet a raconté au tribunal comment il avait été embauché en octobre 1970, a remis un insigne et une arme à feu et a dit : « Vous apprendrez par l’expérience”. La poursuite de Vassard s’est déroulée le long de l’artère principale de la ville, la rue Blainville, après l’Ash-Bee et à travers une foule d’acheteurs du soir, jusqu’à ce que Vassard – désormais appelé “un présumé trafiquant de drogue” – s’est précipité “dans l’enceinte de une maison de retraite. », le Foyer Drapeau. (à noter que ce sont les mêmes terrains où le corps de Carole Dupont sera retrouvé vingt mois plus tard lors du dégel printanier). Le coup de semonce de Goulet n’a pas été tiré en l’air, mais parallèlement au sol :

« Il courait vers la clôture du séminaire derrière la maison de retraite… J’ai tiré un coup de feu dans le champ devant moi.”

L’agent Goulet

« N’aviez-vous pas peur de toucher quelqu’un sur le terrain ou que la balle puisse ricocher sur la clôture ou sur un arbre ? »

Procureur de la Couronne


« C’était encore clair et je ne voyais personne sur le terrain, peut-être y avait-il quelqu’un de l’autre côté – près du Collège Lionel Groulx… J’ai mis ma main gauche sur la clôture et j’étais en l’air quand le revolver a explosé »

L’agent Goulet

Goulet a déclaré qu’il avait appris à tirer lorsque le chef de police par intérim, Yvon Joyal, l’a emmené dans une gravière et lui a fait tirer une boîte d’obus avec un revolver Colt .38. De plus, il avait passé moins de deux heures à s’entraîner au champ de tir de la police de Montréal. Goulet a expliqué comment la police de Sainte-Thérèse n’a pas fourni de balles, alors il a parfois «emprunté des obus» et les a tirés sur son chalet. Il a prétendu être un mauvais tireur et a subi un test de vue pour la dernière fois en 1970. À la suite de ces événements, la police de Ste Thérèse s’est engagée à envoyer toutes les recrues suivre un cours de formation de 16 semaines à l’Académie de police du Québec à Nicolet.

Le sergent Robert Arnaud a témoigné plus tard qu’il ne savait pas que Goulet l’avait rejoint dans la poursuite jusqu’à ce que le coup de semonce de Goulet lui effleure pratiquement la gorge. Arnaud a déclaré à l’enquête qu’il n’avait jamais sorti son revolver pendant la course-poursuite : « De toute façon, je n’aurais pas utilisé mon arme à feu. » Un chimiste de l’Institut médico-légal du Québec – logé dans le même établissement que la Police du Québec – a témoigné que le sac brun trouvé à côté du corps de Vassard contenait un peu moins d’une once de marijuana.

Le revolver de service d’André Goulet


Dans les jours suivants, la version policière des événements a été contredite par des témoins. Un résident de 77 ans de la maison de retraite Foyer Drapeau a déclaré avoir vu le gendarme Goulet viser délibérément lorsqu’il a tiré sur André Vassard. « Il a tiré comme ça », a déclaré Jérémie Lafleur au coroner en tendant le bras devant lui en position de tir. Il « s’est arrêté de courir, a visé et a tiré ». Jérémie Lafleur a également confirmé que le jeune coureur « avait un sac à la main ». Un expert en balistique a déclaré au tribunal qu’il faudrait « un très bon tir » pour abattre une cible en mouvement à 100 pieds

André Goulet à l’enquête du coroner


La déclaration de Lafleur était problématique. Le retraité a déclaré que cinq minutes s’étaient écoulées entre le coup de semonce et le coup fatal. Lorsque le procureur a fait une expérience au tribunal et lui a demandé de dire au tribunal lorsque cinq minutes se seraient écoulées, Lafleur l’a arrêté au bout de cinq secondes. Lafleur a témoigné que les deux agents portaient leur chapeau, il avait été établi que Goulet était en partie sans uniforme et sans chapeau. Lorsqu’on lui a demandé comment il savait que c’était Goulet qui avait tiré sur Vassard, Lafleur a expliqué, “parce que je l’ai lu dans les journaux”. Ce témoignage a incité le coroner Jean-Louis Taillon à réprimander la presse locale pour des informations trompeuses. Plus précisément, Taillon a reproché au quotidien de langue française, Journal de Montréal, d’avoir publié le titre « Enquête Vassard ; Goulet témoigne ; J’ai visé, j’ai tiré… », le texte superposé à une photographie du gendarme André Goulet le bras tendu devant lui. Taillon poursuit,

“Le même journal, qui utilisera un titre ou une histoire diffamatoire, ruinant la réputation d’un homme pendant des années, publie souvent des articles défendant les droits civils sur la page opposée.”

Le coroner a promis un jour de bilan pour les personnes qui « ne sont pas des journalistes, mais simplement des personnes munies de cartes de presse ». Les propos de Taillon se révéleraient bien sûr prophétiques. C’était pratiquement le scénario exact qui s’est déroulé avec Allo Police lors de l’enquête sur le meurtre de Maurice Marcil et Chantal Dupont en 1979.

Deux autres témoins ont déclaré que le deuxième coup de feu avait été tiré avant que l’agent Goulet ne saute la clôture. Un brigadier a dit au coroner que Goulet a couru, « quelques pieds en avant, s’est arrêté et a tiré un autre coup. deuxième coup… il n’avait pas baissé le bras.”

Le dernier jour de son témoignage, l’agent Goulet a révélé en contre-interrogatoire qu’il connaissait Vassard depuis l’école primaire. Goulet a déclaré au tribunal que lorsqu’il a remis le jeune après l’avoir abattu, il s’est rendu compte: «Je le connais, nous étions dans la même classe pendant trois ans.» (Il est douteux qu’ils aient été dans la même classe ensemble car il y avait une différence d’âge de cinq ans entre Goulet et Vassard).

Le vendredi 11 août, le coroner Taillon a déclaré l’agent André Goulet criminellement responsable du meurtre d’André Vassard le 28 juillet et a recommandé au ministère de la Justice du Québec de placer l’ensemble de Police de Ste Thérèse sous tutelle. Après la lecture du verdict, Goulet a été placé immédiatement en état d’arrestation. Dans sa décision, Taillon a balayé toute la communauté de Sainte-Thérèse et plus particulièrement son conseil municipal, soulignant que le parc où l’événement a commencé,

” dégage plus de fumée (de marijuana) que d’eau pour sa fontaine…. La Fontaine est dans l’ombre de la police et du conseil municipal, qui semblent dans le noir.”

Taillon a dit qu’il avait visité la région plus de quatre fois depuis la mort de Vassard et croyait qu’il y avait une situation explosive entre « le jean bleu et l’uniforme (de police) ». Dans son verdict, il a déclaré qu’il tenait l’agent Goulet pour responsable, « avec beaucoup de réserve », car une partie de la « responsabilité incombe à l’employeur ». C’est pourquoi il recommandait la tutelle.

La tutelle sollicitée – The Montreal Gazette


La question de la tutelle a été immédiatement posée au premier ministre Robert Bourassa qui a indiqué – étant donné que le ministre de la Justice Jérôme Choquette était en vacances – qu’il s’entretiendrait avec le sous-ministre de la Justice, Robert Normand, à ce sujet. Au cours de la fin de semaine d’été, beaucoup ont démoralisé Les policiers de Ste Thérèse ont menacé de démissionner, mais ils ont été dénigrés par le président de la confrérie de la police, Jean-Claude Quesel. Quesel était furieux que le coroner ait jugé la force incompétente:

“C’est complètement faux. Savez-vous que plus des trois quarts des forces de police ont une éducation de 10e année ou plus ? »

Le chef par intérim Yvon Joyal s’est plaint qu’il n’avait agi que sur les ordres du directeur général. Pendant ce temps, les jeunes de Ste. Thérèse espéraient que le résultat produirait de nouvelles installations récréatives afin qu’ils ne soient pas obligés de se rassembler dans les rues de la ville. À l’Hôtel Blainville, 59 ans natif de Ste. Thérèse, Jean-Paul Croteau a réfléchi à la situation. Indiquant la structure municipale de l’autre côté de la rue, il a donné une conférence,

« Regardez ce poste de police. Ste. La protection de Thérèse est dirigée depuis les mêmes bureaux chétifs depuis 75 ans. Il y a 25 hommes dans la police, mais ce n’est pas assez. »

Ste Thérèse aujourd’hui – De G à D : l’église, l’ancien édifice de la police, le parc, et ce qui aurait été l’hôtel Blainville de l’autre côté de la rue à l’extrême droite.


Les pensées de Croteau n’étaient pas sans mérite. Lorsque General Motors a construit une usine dans la région au milieu des années 60, elle a fourni des emplois à de nombreux employés de Ste. Thérèse se retrouve au chômage, mais la ville double rapidement de population, mettant à rude épreuve les ressources. Juste l’année où cette histoire a été couverte par les médias locaux, Ste. Thérèse est passée sous le nom de village à ville. D’autres résidents locaux ont également reproché à l’administration municipale de la ville et au gouvernement provincial de ne pas avoir fourni de fonds suffisants pour la protection du public, complétant ainsi le cercle des blâmes.

Éditorial de la Gazette – 1972


La semaine suivante, le ministère de la Justice du Québec a statué qu’il n’y aurait pas de tutelle pour la police de Sainte-Thérèse. Ils espéraient que la ville se référerait à un livre blanc provincial qui avait été produit l’année précédente sur la police et la sécurité publique. Dans un revirement remarquable, moins d’une semaine depuis son verdict, le coroner Taillon s’est dit « satisfait que les décisions prises par le gouvernement sont les meilleures, je l’espère, pour la sécurité du public et que les recommandations ont été prises en considération ».

Des cadets de la police du Québec au tir à la cible


Un groupe de jeunes de Ste Thérèse a exhorté le gouvernement à reconsidérer sa décision. Le Conseil central de Montréal de la Confédération des syndicats nationaux a recommandé au gouvernement du Québec de désarmer la police pour éviter d’autres décès comme celui d’André Vassard, 16 ans. Cinq mois plus tard, l’agent André Goulet a été libéré lors de son enquête préliminaire. Le juge de la Cour André Chaloux a statué qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour justifier un procès sur l’accusation de négligence criminelle. Le juge a assuré que la décision n’était pas un acquittement,

“Je pense simplement qu’il n’y a pas assez de preuves qui permettraient à un jury de déclarer cet agent coupable de l’accusation.”

Après la décision, le père de l’agent Goulet, Elie Goulet – également policier de la Département de police de Ste Thérèse – a émis l’hypothèse qu’il ne pensait pas que son fils reviendrait dans la force. André Goulet a ensuite suivi une formation de quatre mois à l’école de police de Nicolet, obtenant son diplôme de deuxième de sa promotion. Le lundi 23 juillet 1973, moins d’un an après la fusillade, l’agent André Goulet est retourné travailler au service de police de Sainte-Thérèse. À la fin de son premier quart de travail, il a quitté inopinément son emploi, démissionnant « pour des raisons personnelles ».

André Goulet


Lors du premier anniversaire de la mort d’André Vassard, une cinquantaine de jeunes ont manifesté devant le commissariat de Ste. Thérèse. De nouveau, des pierres ont été lancées, les vitrines des commerces locaux ont volé en éclats. André Goulet était à l’extérieur de la ville en vacances et n’a pas été témoin des manifestations.

La mort d’André Vassard devient un bref point de ralliement pour l’injustice québécoise, mais est vite oubliée. Lors d’un concert d’été 1974, l’artiste français Jacques Michel a interprété une chanson de protestation en l’honneur de Vassard, Requiem Pour Un Oiseau”. Un critique s’est plaint que la chanson était trop longue et que les paroles n’avaient pas beaucoup de sens.

Category:

One thought on “Requiem Pour Un Oiseau – La Meurtre d’André Vassard”

  1. La lecture et l’écoute de cet épisode m’ont donné un ‘céphalée de la crème-glacée’, comme on dit. C’était horrible, c’est tragique pour André Vassard et sa famille. Je ne peux pas imaginer les souffrances qu’ils ont dû endurer. Ils n’ont jamais obtenu justice. Leur seule erreur a été de vivre à Sainte-Thérèse.
    Voici mon message à la police de Sainte-Thérèse, à la Sûreté du Québec et au gouvernement du Québec :
    Vous vous protégiez et ne serviez que vous-mêmes, pas le peuple. Cessez d’être aussi arrogants et commencez à mettre en place les réformes qui s’imposent depuis longtemps. Tant que vous, en tant que force de police, ne reconnaîtrez pas vos propres fautes policières depuis plus de 50 ans, si vous ne vous excuserez pas publiquement et n’indemniserez pas équitablement toutes les victimes et leurs familles, tant que vous qualifierez chaque affaire d’homicide classée depuis les années 1960 de “suicide, surdose de drogue, fugue” sans enquête sérieuse, vous n’obtiendrez jamais le respect, la confiance ou la collaboration de ceux qui paient votre salaire : Les contribuables. Il n’est jamais trop tard pour faire le bon choix. Vous le devez à vos citoyens.

Leave a Reply

css.php