Crime & Culture in the City of Montreal – Interview with Kristian Gravenor – WKT #6

Here’s our interview with Kristian Gravenor, author of the soon to be released MONTREAL: 375 TALES.

 This is Episode 6 of the Who Killed Theresa? podcast:

Here are links to some things we discussed including Coolopolis, Montreal Biker Gangs (including legendary figure Michael French), the Reet Jurvetson case, Sharon Prior, Norma O’brien / Debbie Fisher and the Chateauguay Full Moon Killer murders, the Montreal tabloid Allo Police:

Here’s a link to Kristian’s blog, Coolopolis, and the Chateauguay Full Moon Killer case:

Here’s a link to Coolopolis’ reporting on the Charles Manson / Reet Jurvetson case:

Satan’s Choice biker Michael French and the connection to the Sharon Prior case (French is at the bottom on the left):

The history of Allo Police / Photo Police:

Link to National Film Board of Canada documentary, Station 10:

Maurice “The Rocket” Richard:

This happened:

Tags:

An inquiry about Melanie Cabay

imgres-1
Dear Sir:
Thank you for contacting me regarding the unsolved murder of Melanie Cabay.
First, I am aware of all those cases you speak of, and I believe Poirier Enquette is doing stories on both Cabay and  Marie-Ève Larivière. I am happy to help you with anything. I have been asked before to take my research into the 80s and 90s: I haven’t done that because I find the work exhausting / disturbing: I can’t do everything. But I am happy to assist anyone with my ideas.
I will offer a few things:
On the one hand, there are similarities with the cases I researched and the cases you bring up from the 1990s: abductions in cities, with bodies being disposed of on the frontier of cities. Clothing scattered. These may be patterns of a single offender. On the other hand they may also be patterns of simply what offenders do: You don’t “shit where you eat” as they say in english. So you don’t want a body around where you live and play (in this case “play” = stalking and killing women).  The clothing scattered: this may be what all offenders do in a panic: they dump the body: they don’t want anything associated with the body near them, in their car, etc… so they get rid of it quickly: I don’t think in any of these cases we are talking about the rape and murder occurring at the site where they were found: the rape and murder (in the cases where this happened) occurred somewhere else, THEN they dumped the bodies.
So again, could this be the work of one person? Possibly. I am more inclined to think it is maybe 4 or 5 similar offenders, who repeated several crimes, and who copycatted each other (if you observe that a woman in the early seventies gets raped and murdered and the police do nothing about it? maybe this inspires a criminal: maybe they think they can get away with it too. Better still, if they copy it, maybe the other guy will get blamed for it. Understand?) This happened in London, Ontario in the 70s, so it is not unprecedented:  
That the murders in the Montreal / Sherbrooke area stopped around 1981 may be attributed to many things:
1. Offender moves away
2. Offender gets arrested for some other crime, is in prison for an extended period.
But there is another element. Around 1981 the Quebec police stopped being so generous in sharing information. Up until 1981 there was a fairly fluid relationship between the police and the media in Quebec (The offices of Allo Police were across the street from the Surete du Qubec’s Montreal headquarters on Parthenais). The crime scene photographers were quasi-journalist / civilian police staff. As a result, a lot of information about victims and crimes was accessible, and still is accessible. After 1981, the policy with Quebec police must have changed. You can see it in the crime archives at Rouge Media  / Allo Police: the files from the 70s are filled with all kinds of things, from photos to police reports. When you research the the files from the late 80s? All of that is gone. There are only newspaper clippings. There are none, or very little source documents.
What I am suggesting is that maybe there were other murders, we just never heard of them because the Quebec police closed its doors.
So I will get to the question you are ultimately asking: could one serial killer be responsible from the 70s up until now: from Prior to Allore to Cabay to Cedrika Provencher, and all of the others along the way?
Highly improbable when you look at the length of the timeline 40 years? An offender in their 70s today. Improbable, but possible.
More probable? We are talking about several offenders with overlapping timelines. This is just an example: 
  • Offender 1: Prior, Houle, Leakey (75 to 81).  
  • Offender 2: Camirand, Allore, Bazinet – goes to jail then – Cabay? (77 – 94) Maybe.
  • Offender 3: Nicole Gaudreault – moves from Montreal to Sherbrooke, gets a good job, has a stable life, dormant for decades, then a crisis happens, he re-emerges – Cedrika? (79 – 2007) Maybe.
I see no issue with entertaining such possibilities. There are all kinds of examples that can back up such behavior. 
images
You asked, how did I access police information. Well, one source I mentioned above, the archives of Allo Police, now located at Section Rouge Media in Longueuil. The other source is the Grand Bibliotheque on de Maisonneuve in Montreal. You can make a records request (give them the victim name, date and location of disappearance, date and location of discovery) if they have it, it will cost you a few dollars for the service.  
I have already put a request in for you for Melanie Cabay. If I receive anything I will pass the information on to you, with my complements. 
Thank you for reaching out to me, and I wish you every success.
Regards,
John Allore
Tags:
Categories:

Sûreté du Québec: Je suis toujours inquiet

Chantal Tremblay

Chantal Tremblay

“Médecin, guéristoi toimême!”

 

Ceci est une bonne première étape, mais il est en fait mauvais conseils. Il est comme la complainte d’un addict.  «J’ai prouvé que vous avez tort sur des dizaines d’occasions, tout au long des années, mais CETTE FOIS je vais changer, Tout au long de la force de volonté de puissance.”

La vérité est ce ne sont que des mots. Sans une stratégie et des objectifs, sans moyen de mesurer les résultats, sans l’aide des autres; changement volontaire arrive rarement.

Et ceci est la situation dans laquelle nous nous trouvons avec la police du Québec.

Je me suis assis avec la Sûreté du Québec à Montréal il y a quelques semaines. Voici ce que j’entendu:

  1. Il est mieux maintenant, ils ont de nouveaux enquêteurs motivés qui travaillent sans relâche pour résoudre des crimes.
  2. Ils ont de nouvelles technologies qui peuvent mieux faire avancer les enquêtes.
  3. Je suis juste un gars travailler avec des fichiers journaux et documents historiques; la SQ a accès à beaucoup plus d’informations.

Il est la même chose que nous avons entendu dans l’article en ligne CBC a publié cette semaine:

Lt. Martine Asselin, porte-parole pour l’unité de cas froide de la SQ, reconnaît qu’il a été plus difficile alors de résoudre les cas.

«Beaucoup de choses ont changé depuis ces années: l’évolution des techniques et de l’évolution de l’ADN et de la façon de traiter les éléments de preuve a également changé,” dit-elle.

«Les communications entre les forces de police est très présent. Nous avons un groupe de travail pour gérer les tueurs en série ou d’agressions sexuelles en série”, a déclaré Asselin.

L’unité de cold-case a récemment ajouté plus d’agents, et Asselin dit la force de police provinciale cherche sérieusement ces crimes non résolus. Quant à la diminution du nombre d’homicides au fil des ans, Asselin attribue techniques policières améliorées, y compris celles qui visent à la prévention du crime.

Soit l’adresse de ce dernier point. La SQ peut prendre tout le crédit qu’il veut pour la réduction de la criminalité violente au fil des ans. La réalité est que personne ne sait ce qui a causé la réduction de la criminalité violente en Amérique du Nord au cours des trois dernières décennies, et je ne sais pas d’un service de police ou partout une academique / professeur qui prétendent qu’ils connaissent la réponse.

Mais puisque nous parlons des statistiques de la criminalité, voici ce que je sais. Plus de trois décennies, le Québec a eu l’un des pires taux de toutes les provinces canadiennes de déminage d’homicide. Cela ne veut pas mon opinion, qui est selon le rapport 2005 de Statistique Canada, les homicides au Canada. De 1976-2005 Québec avait un taux de clairance homicide de 74%. La moyenne canadienne était de 84%. Pire encore, voici les taux de classement des homicides pour les principales forces du Québec au cours de la même période – parmi les pires dans le pays:

Sûreté du Québec: 80%

Longueuil police: 74%

Laval police: 67%

Montréal police: 65%

SQ Cold Case Website

Il y a eu beaucoup de bavardages sur le cas de ma sœur étant mis en place sur le website de cold-case de la Sûreté du Québec, comme si cela signifie que le cas a été “ré-ouvert”. Pour commencer, j’ai jamais dit cela et la police n’a jamais dit, c’était juste un titre de media. Le cas de Theresa n’a jamais été fermée. Mettre le cas sur un site de la police est une victoire symbolique et important, une reconnaissance transparente et responsable que la police reconnaisse sa mort comme un crime violent.

Lorsque j’ai rencontré la Sûreté du Québec, je leur ai demandé, “depuis que l’affaire a été sur le website, le nombre d’appels / conseils avez-vous reçu?”.

Répondre? Aucun.

C’était de ne me surprend pas. La police a perdu beaucoup de crédibilité dans ces questions qu’il faudra beaucoup de temps avant que le public leur fait confiance suffisant pour présenter des informations. La vérité est qu’ils doivent faire plus de se cacher derrière un website pour restaurer la bonne volonté avec le public. Beaucoup plus. Je ne vais pas perdre de mots à ce sujet, il existe de nombreux exemples d’efforts de police communautaire en Amérique du Nord, tout le monde peut regarder vers le haut, mais la base si la police communautaire est de sortir dans la communauté et d’agir comme un partenaire de la société, non pas simplement comme une autre menace perçue pour cette communauté, et croyez-moi, la police de Québec sont considérés comme une menace sociale.

Retour à la question de la participation du public. Dans la même période que la police avait le cas de ma sœur sur leur website, combien de contacts crédibles / conseils ai-je reçu?

Répondre? Deux, dont les deux je me suis tourné vers la police.

Pour ceux de vous garder les buts:

Who KilledTheresa? = 2, SQ = 0

Ok, assez avec la niaiserie, je vais rendre à mon point. Je demandai la SQ, “quand vous obtenez tous les cas sur le wensite“; Bazinet, Houle, Camirand, Tremblay, etc …

On m’a dit qu’il fallait prendre lent, si l’on met trop d’informations là-bas, ils pourraient risquer une surcharge sur leurs ressources.

Vraiment? Vous ne pouvez pas avoir les deux. Vous ne pouvez pas – d’une part – dire que personne ne visite votre wedsite, puis demi-tour et dire mettre plus de cas sur ce site va planter le système. Le point ici est la transparence, la reconnaissance et la responsabilité. Les enquetes de Louise Camirand, Jocelyne Houle, Denise Bazinet et Chantal Tremblay doivent être présentés sur le website de la SQ immédiatement pour démontrer au public qu’ils sont au service de police responsable de la résolution de ces crimes.

Chantal Tremblay

En parlant de Chantal Tremblay. Rappelons que c’est un cas de 1977. Chantal a disparu en Mars 1977 et ses restes ont été trouvés neuf mois plus tard dans un peu d’une compétence de police no-mans-land à la frontière de Rosemere et Terrerbonne. Il y a très peu d’informations sur Chantal, donc j’ai essayé de déterminer à qui appartient le cas; SQ, Terrebonne, ou la police intermunicipale de Thérèse-De-Blainville (qui représente aujourd’hui Rosemere).

Je vais maintenant vous raconter une série de correspondances qui ont transpiré entre moi et la police. Cela n’a rien de personnel, mon intention est de ne pas les embarrasser, cela est une démonstration importante d’un problème qui doit être abordé.

La Sûreté du Québec a tenté de trouver l’affaire Chantal Tremblay, ils ont conclu qu’il n’y avait pas leur cas. La police  de Therese-De-Blainville penchés sur la question, ils ont conclu que trop était pas leur cas soit, et m’a conseillé de contacter la Sûreté du Québec.

À ce stade, la SQ a appelé le temps, et généreusement offert d’aller au fond de la question pour localiser le cas de Chantal Tremblay.

Le lendemain matin, la Sûreté du Québec m’a informé que le cas de Chantal Tremblay était en fait un assassiner non résolu, et qu’ils seraient immédiatement attribuer un enquêteur à son dossier.

Alors que j’apprécié le suivi rapide, la situation peine inspirait confiance, et j’exprimé mon mécontentement à la SQ. Ils ont répondu que peut-être ce fut le cas que je connaissais le nom de chaque homicide non résolu, mais qu’ils ne l’ont pas, et qu’ils ne promis qu’ils l’ont fait.

Attends une minute.

Voilà exactement ce qu’ils ont promis. Ils m’a assuré que je pense que je sais tout avec mes vieux journaux et les fichiers historiques, mais ils ont eu accès à beaucoup plus d’informations et de technologies.

Je me rends compte que d’être appelé comme ceci est difficile à entendre. Croyez-moi, ça me fait pas plaisir à le faire.

Il est encore moins d’un plaisir sentant un manque de confiance dans les capacités d’enquête de l’agence chargée de résoudre ces crimes.

Il est pas comme la police ne peut prétendre qu’ils sont aveugles face, ou n’a pas vu venir. En 2013, j’ai donné un résumé de tous ces cas et a suggéré / mis en garde qu’ils devraient être examinés (lien ici). En Février je l’ai dit explicitement que je suis déçu que rien n’a été avancé depuis ce temps, et a donné l’avertissement juste que j’allais à provoquer et à les embarrasser (lien ici). Personne ne peut me reprocher de “gotcha” tactiques.

Nous, membres de la famille accrochés à ces froids-cas, avec l’espoir de résolutions aux horreurs et les traumatismes que nous avons connu, sont confrontés à un paradoxe. En attirant l’attention sur les problèmes, nous risquons de perdre la communication et la coopération de la police; le seul moyen d’amener ces cas à la justice. Mais en étant silencieux et complices, nous courons à nouveau le risque que ces crimes ne seront jamais résolus.

La police peut dire qu’ils sont en train de faire mieux, et nous pouvons appeler cela en question, mais le fait demeure, il est une mesure pour évaluer qui a raison et qui a tort: le taux de clairance de l’homicide. Résoudre un cas froid, déplacer l’aiguille, regarder la ligne sur le graphique descendre; qui est la seule métrique pour évaluer l’efficacité des enquêtes sur les homicides.

Mise à jour: Le dossier de Chantal Tremblay est manquant dans les archives publiques du Québec (BAnQ).

Tags:

Le Ministre de la Sécurité publique du Québec examinera enquête sur les cold-cases

8 familles des victimes qui ont disparu dans les années 1970 et 1980 veulent des changements au protocole de la police

De Joanne Bayly, Sabrina Marandola, CBC News

martin-coiteux

«Je vais répondre à cela,« ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux dit à propos d’une lettre qu’il a reçue de demander une enquête publique sur la façon dont la police traitées enquêtes il y a des décennies. (Radio-Canada)

 

Le ministre de la Sécurité publique du Québec dit qu’il prend au sérieux une demande de huit familles qui veulent une enquête publique sur la façon dont la police a mené des enquêtes dans les années 1970 et au début des années 80.

Martin Coiteux a reçu une lettre au début du mois de l’ancien ministre de la Justice, Marc Bellemare.

Dans ce document, les membres de la famille demandent des modifications au protocole de police.

Ils veulent que la SQ de prendre en charge tous les cas de meurtre dans la province.

Ils demandent également à la police d’être plus respectueux des membres de la famille quand un proche est retrouvé assassiné.

victims-families

Les parents de huit femmes et les filles dont suspectes décès n’a jamais été résolu rencontré avec l’avocat Marc Bellemare plus tôt ce mois-ci pour demander une enquête publique. (Présentée par Stéphan Parent)

 

Les parents impliqués comprennent les familles de Sharron Prior, Theresa Allore et Hélène Monast.

Prior a disparu de son quartier de Pointe-St-Charles Montréal en Mars 1975. Le 16-year-old a été dirigé vers un lieu de rencontre de quartier pour une boisson gazeuse avec quelques amis, mais elle n’a jamais tourné vers le haut. Son corps a été retrouvé trois jours plus tard dans un champ, violée et battue.
Allore était étudiant au Collège Champlain à Lennoxville, au Québec., Quand elle a disparu en Novembre 1978.

Le corps de Allore a été trouvé sur le bord de la rivière Coaticook près de Compton le 13 Avril, 1979. Ses restes étaient en mauvais état.

Dans un premier temps, la police a appelé une surdose de drogue probable. Plus tard, un coroner a jugé qu’elle avait probablement été étranglée.

Le frère de Allore considéré l’enquête a été bâclée par la police.
Hélène Monast a été attaqué et tué alors qu’il rentrait chez lui de son parti 18e anniversaire.

Son corps a été retrouvé dans un parc à proximité du canal de Chambly. Son meurtrier n’a jamais été retrouvé.
Coiteux dit qu’il regarde la lettre demandant une enquête publique.

“Nous analysons les demandes qui ont été soumises à moi … et, bien sûr, nous avons les mêmes préoccupations et nous voulons trouver la réponse appropriée à ce sujet. Donc, finalement, je vais répondre à cette question.”

Tags:

Québec Cold-Cases: Les familles des 8 femmes mortes appellent à une enquête publique

Joanne Bayly de CBC a fait une histoire de suivi inattendue; il est vraiment bon, donc je vais tout simplement poster le tout.

Pour récapituler: Oui, je suis au Québec il y a quelques semaines, à l’exception de la rencontre avec la SQ (plus tard), nous avons eu une réunion avec plusieurs familles de victimes. Avec l’aide de Stephan Parent et Marc Bellemare nous sommes arrivés avec une une série de réformes à présenter au ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux.

Les familles présentes / qui se sont rencontrés étaient: Sharron Prior, Johanne Dorion, Lison Blais, Denise Bazinet, Helene Monast, Roxanne Luce.

Une note sur l’article: Que la SQ ne peut pas confirmer leur propre mesure du nombre d’homicides en 1977, 1978 exprime du problème. Les chiffres sont bien documentés dans le rapport de 2005 de Statistique Canada sur la criminalité, qui a fouillé spécifiquement dans l’homicide (je crois que mes chiffres étaient hors de 1):

http://publications.gc.ca/Collection-R/Statcan/85-002-XIE/85-002-XIE2006006.pdf

Voici une traduction française: l’article va plus en profondeur que les pièces TVA et Metro Montréal, et devrait être vu par tous:

victims-families

Les parents de huit femmes qui ont subi des morts violentes dans les années 1970 et au début des années 1980, demandent ministre de la Sécurité publique du Québec Martin Coiteux pour appeler une enquête publique sur les méthodes de maintien de l’ordre dans la province.
Pendant des décennies, ces familles ont honoré la mémoire de leurs sœurs et filles perdues, en attente d’un appel de la police pour confirmer une arrestation et, dans certains cas, devenir détectives eux-mêmes.

Aujourd’hui, leur espoir a été renouvelé grâce aux efforts d’un cinéaste québécois, Stéphan Parent, qui fait un documentaire sur sept de ces femmes, intitulé provisoirement Sept Femmes.

“Nous avons trouvé [plus] La preuve a été détruite par la police», a déclaré Parent.

marc-bellemare-and-victims-families
Parent, qui a commencé à enquêter sur l’homicide non résolu de 16 ans Sharron Prior, a remarqué un modèle dans d’autres cas froids de la même époque: détruit des preuves, des parents dont les appels sont restés sans réponse, les forces de police qui ont échoué à communiquer entre eux.

Parent contacté l’ancien ministre libéral de la Justice Marc Bellemare pour aider les familles à construire un cas pour une enquête.

Les filles et les femmes disparues

La fin des années 1970 ne sont pas un temps facile d’être une adolescente ou une jeune femme au Québec. Mois après mois, un autre a été porté disparu – puis retrouvé mort.

Parmi eux:

  • Pointe-Saint-Charles: Mars 1975. Sharron Prior, 16, était sur son chemin pour avoir une pizza avec des amis dans un restaurant cinq minutes de chez elle. Son corps a été retrouvé trois jours plus tard dans la neige à Longueuil. Personne n’a jamais été arrêté.mi-sharron-prior
  • Chateauguay, deux adolescentes se trouvent tués: 12 ans Norma O’Brien en Juillet 1974 et 14 ans Debbie Fisher en Juin 1975. Un jeune homme, un mineur, avoue les meurtres, bien que son nom et le les détails sont encore voilés de mystère.
  • Sherbrooke, Mars 1977: 20 ans Louise Camirand se trouve dans la neige, 2 jours après l’arrêt à une histoire pratique pour acheter du lait et des cigarettes. Son assassin ne se trouve jamais.
  • Montréal, Juin 1978: 17 ans Lison Blais est retrouvé mort mètres seulement de l’entrée arriiere de la maison où elle vivait avec ses parents sur rue Christophe-Colomb. Elle avait laissé un bar-discothèque sur St-Laurent Boulevard tôt ce matin. Elle avait été violée et frappée sur la tête, et il y avait des marques d’étouffement sur son cou.
  • Lennoxville, Novembre 1978: 19 ans Theresa Allore disparaît du campus du Collège Champlain, que l’on trouve au bord de la rivière Coaticook cinq mois plus tard. La police règle sa mort suspecte.
    Theresa Allore dans la cuisine de sa famille

T-04
Un tueur en série?

«Je pense que le Québec à cette époque était un endroit très violent», a déclaré John Allore, l’un des parents qui demandent une enquête publique.
«Les gens se sont enfuis avec beaucoup plus. Dans le monde d’aujourd’hui, avec les téléphones cellulaires et toute cette technologie, des caméras partout, il est pas aussi facile de sortir avec ce genre de comportements.”

Ses recherches montrent qu’il y avait 179 homicides au Québec en 1977 et 177 l’année précédente. En 2013, il y avait 68 homicides dans la province.

La SQ ne confirme pas les statistiques, mais il est clair que, dans les années 1970, les criminels devenaient loin avec le viol et même assassiner.

Il a dit parce que les forces de police à l’époque travaillaient dans l’isolement, ils ont échoué à identifier les tendances.

S’il y avait un tueur en série sur le lâche dans la grande région de Montréal, comme certains parents des femmes mortes croient, la police n’a pas comprendre cela – ou ne partagent pas leurs soupçons avec les familles des victimes.

Changement d’attitudes

Lt. Martine Asselin, porte-parole pour l’unité de cas froide de la SQ, reconnaît qu’il a été plus difficile alors de résoudre les cas.

«Beaucoup de choses ont changé depuis ces années: l’évolution des techniques et de l’évolution de l’ADN et de la façon de traiter les éléments de preuve a également changé,” dit-elle.

«Les communications entre les forces de police est très présent. Nous avons un groupe de travail pour gérer les tueurs en série ou d’agressions sexuelles en série”, a déclaré Asselin.

L’unité de cas froid a récemment ajouté plus d’agents, et Asselin dit la force de police provinciale cherche sérieusement ces crimes non résolus. Quant à la diminution du nombre d’homicides au fil des ans, Asselin attribue techniques policières améliorées, y compris celles qui visent à la prévention du crime.
John Allore est d’accord, il y a eu un changement d’attitude.

“Certes, dans les années 1970, le viol et les agressions sexuelles ne sont pas pris au sérieux alors qu’ils le sont aujourd’hui”, a déclaré Allore. Il a dit blâmer la victime était la norme.

“Une femme est trouvée avec une corde, une ligature autour de son cou, et la police disent qu’il aurait pu être le suicide. Une jeune fille est retrouvée abandonnée dans un champ, et ils disent qu’il aurait pu être un hit-and-run.”

Ma sœur se trouve dans son soutien-gorge et sous-vêtements dans un cours d’eau, et ils disent qu’il aurait pu être une surdose de drogue. “

la demande d’enquête se concentre sur 8 cas

La lettre au ministre de la sécurité publique se concentre sur huit cas: Sharron Prior, Louise Camirand, Joanne Dorion, Hélène Monast, Denise Bazinet, Lison Blais, Theresa Allore et Roxanne Luce.

helene-monast

Hélène Monast rentrait d’une soirée célébrant son 18e anniversaire quand elle a été tuée dans un parc de Chambly en 1977.
Dans ce document, les familles demandent les modifications suivantes:

  • Que tous les meurtres et les disparitions partout dans la province seront étudiées uniquement par la Sûreté du Québec.
  • Qu’un protocole soit mis en place pour assurer que tous les éléments de preuve et de l’information se tient dans un lieu centralisé.
  • Que les policiers soient payés pour suivre une formation spécialisée.
  • Que les familles des victimes soient tenus systématiquement informés de l’évolution de toute enquête.
  • Que les familles des victimes, accompagnés de leurs avocats, avoir accès aux dossiers complets des enquêtes, si le crime est toujours pas résolu après 25 ans.

Un porte-parole du ministère de la Sécurité publique dit les fonctionnaires sont bien conscients de la situation difficile que les proches des personnes disparues ou assassinées doivent passer par. Le ministère affirme qu’il a reçu la lettre demandant une enquête publique, et que la demande est en cours d’analyse.

Tags:
Categories:

Quebec cold cases: Families of 8 dead women call for public inquiry

The CBC’s Joanne Bayly did an unexpected follow-up story; it’s really good so I’m going to simply post the whole thing.

To recap:  Yes, I was in Quebec a few weeks ago, apart from meeting with the SQ (more on that later), we had a meeting with several victim families. With the help of Stephan Parent and Marc Bellemare we came up with a a series of reforms to present to current Quebec Minister of Public Security, Martin Coiteux.

The families present / who met were:  Sharron Prior, Johanne Dorion, Lison Blais, Denise Basinet, Helene Monaste, Roxanne Luce.

A note on the article: That the SQ can’t confirm their own measure of the number of homicides in 1977, 1978 speaks to the problem. The numbers are well documented in StatsCan’s 2005 report on crime, which delved specifically into homicide (I believe my numbers were off by 1):

http://publications.gc.ca/Collection-R/Statcan/85-002-XIE/85-002-XIE2006006.pdf

victims-families

The relatives of eight women who suffered violent deaths in the 1970s and early 1980s are calling on Quebec Public Security Minister Martin Coiteux to call a public inquiry into policing methods in the province.

For decades, those families have honoured the memory of their lost sisters and daughters, waiting for a call from police to confirm an arrest and, in some cases, becoming detectives themselves.

Now their hope has been renewed through the efforts of a Quebec filmmaker, Stéphan Parent, who is making a documentary about seven of those women, tentatively entitled Sept Femmes. 

“We found [much] evidence was destroyed by police,” Parent said.

Marc Bellemare and victims' families

Former justice minister Marc Bellemare (left) is calling on Public Security Minister Martin Coiteux to look into police techniques when it comes to missing and murdered women.

Parent, who began investigating the unsolved homicide of 16-year-old Sharron Prior, noticed a pattern in other cold cases from the same era: destroyed evidence, relatives whose calls went unanswered, police forces that failed to communicate with one another.

Parent contacted former Liberal justice minister Marc Bellemare to help the families build a case for an inquiry.

The missing girls and women

The late 1970s were not an easy time to be a teenage girl or young woman in Quebec. Month after month, another was reported missing – and then found dead.

Among them:

  • Pointe–Saint-Charles: March 1975. Sharron Prior, 16, was on her way to have pizza with friends at a restaurant five minutes from her home. Her body was found three days later in the snow in Longueuil. No one has ever been arrested.

    mi-sharron-prior

    Sharron Prior was last seen March 29, 1975. (CBC)

  • Chateauguay, two teenage girls are found killed: 12-year-old Norma O’Brien in July 1974 and 14-year-old Debbie Fisher in June 1975. A young man, a minor, confesses to the killings, though his name and the details are still cloaked in mystery.
  • Sherbrooke, March 1977: 20-year-old Louise Camirand is found in the snow, 11 days after stopping at a convenience story to buy milk and cigarettes. Her killer is never found.
  • Montreal, June 1978: 17-year-old Lison Blais is found dead just metres from the entrance of the home where she lived with her parents on Christophe-Colomb Street. She’d left a disco bar on St-Laurent Boulevard early that morning. She had been raped and struck on the head, and there were choking marks on her neck.
  • Lennoxville, November 1978: 19-year-old Theresa Allore disappears from the campus of Champlain College, only to be found at the edge of the Coaticook River five months later. Police rule her death suspicious.

    Theresa Allore in her family's kitchen

    Theresa Allore in her family’s kitchen. She was 19 when she disappeared.

A serial killer?

“I think Quebec in that era was a very violent place,” said John Allore, one of the relatives who is asking for a public inquiry.

 

“People got away with a lot more. In today’s world, with cellphones and all this technology, cameras everywhere, it’s not as easy to get away with these kind of behaviours.”

His research shows there were 179 homicides in Quebec in 1977 and 177 the year before. In 2013, there were 68 homicides in the province.

The SQ won’t confirm the statistics, but it’s clear that in the 1970s, criminals were getting away with rape and even murder.

He said because police forces at the time worked in isolation, they failed to identify patterns.

If there was a serial killer on the loose in the greater Montreal area, as some relatives of the dead women believe, police didn’t figure that out – or didn’t share their suspicions with victims’ families.

Change in attitudes

Lt. Martine Asselin, the spokeswoman for the SQ’s cold case unit, acknowledges it was tougher then to solve cases.

“A lot of things have changed since those years: the evolution of the techniques and the evolution of the DNA and the way to treat the evidence has also changed,” she said.

“The communications between the police forces is very present. We have a task force to manage serial killers or serial sexual assaults,” Asselin said.

The cold case unit has recently added more officers, and Asselin said the provincial police force is looking seriously at these unsolved crimes.  As for the decrease in the number of homicides over the years, Asselin credits improved police techniques, including those aimed at crime prevention.

 body of Theresa Allore

The body of Theresa Allore. She was found in her underwear by a passing trapper.

John Allore agrees there has been a change in attitudes.

“Certainly, in the 1970s, rape and sexual assault were not taken as seriously then as they are today,” Allore said. He said blaming the victim was the norm.

“A woman is found with a rope, a ligature around her neck, and police say it could have been suicide. A young girl is found abandoned in a field, and they say it could have been a hit and run.”

My sister is found in her bra and underwear in a stream, and they say it could have been a drug overdose.”

Inquiry demand focuses on 8 cases

The letter to the public security minister focuses on eight cases: Sharron Prior, Louise Camirand, Joanne Dorion, Hélène Monast, Denise Bazinet, Lison Blais, Theresa Allore and Roxanne Luce.

Hélène Monast

Hélène Monast was walking home from an evening out celebrating her 18th birthday when she was killed in a Chambly park in 1977.

In it, the families ask for the following changes:

  • That all murders and disappearances anywhere in the province be investigated solely by the Sûreté du Québec.
  • That a protocol be established to make sure all evidence and information is held in a centralized place.
  • That police officers be paid to undergo specialized training.
  • That families of victims be kept systematically informed about the evolution of any investigation.
  • That families of victims, accompanied by their lawyers, have access to the complete dossiers of the investigations, if the crime is still not solved after 25 years.

A spokesperson for the Ministry of Public Security says officials are well aware of the difficult situation that relatives of missing or murdered people have to go through. The Ministry says it has received the letter asking for a public inquiry, and that demand is currently being analyzed.

Tags:

Alice Paré / Cédrika Provencher: Ce qui est passé est un prologue

Nous allons revenir à certains cas très anciens et de voir à quel point peu de la police du Québec ont appris au cours des 40 dernières années. Nous allons voir 1971 assassiner d’Alice Paré, puis 1972 assassiner de Ursula Schulze à faire la lumière sur des cas plus récents. Je suis moins intéressé à lier ces meurtres à des cas, j’ai récemment discuté. Je pense qu’ils servent un point plus à démontrer l’absence de croissance dans les enquêtes criminelles du Québec au cours des 40 dernières années.

2015 a été toute une année pour l’application de la loi aux États-Unis sur les questions de responsabilité et de transparence dans des endroits comme Baltimore et Chicago et Ferguson. Il n’y a aucune raison pour que cette vague ne devrait pas se transférer au nord de la frontière au Québec, sans oublier Fredy Villanueva qui est mort trailblazed et les événements de l’année dernière laissait présager.

Quelques informations générales:

IMG_0347

 
 

Alice Pare

Pare avait 14 ans quand elle a disparu marchant à la maison à partir d’une leçon de musique à Drummondville, Québec, le 17 Février, 1971. Vers 17h30 ce soir-là, elle a quitté le Pavillon de Musique au 466 rue Saint Jean et traversé la rue avec l’intention d’utiliser un cabine téléphonique pour appeler sa mère pour la prendre, mais elle se ravisa et décida de marcher la maison 1/2 mile à ses parents ‘à 667 boulevard Mercure.

Pare a été absent pendant 68 jours. les enquêteurs de la SQ Aime Allard, M Saint Cyr, et M Bibeau étaient en charge de l’enquête missing-persons. Mais pendant que la police ne fait aucun doute tâtonner à la recherche d’une fugue, la famille avait raison. Dans les deux semaines de sa disparition de ses parents étaient convaincus qu’elle avait été enlevée et que son corps serait trouvée dans la neige.

IMG_0317

Ils avaient raison.

Dans la matinée du 26 Avril, 1971 Trois travailleurs (Andre Camirand, Yvon Lampron, Lucien Paquin) de la ferme de Alphege Leclerc sur le 3e Rang de Sainte-Clothilde de Horton, près de Victoriaville, repéré une paire de bottes blanches dans un champ au sujet 60 pieds de la route de gravier. Quand ils se sont rapprochés, ils ont découvert le corps vêtu d’Alice Paré couché sous un arbre.

IMG_0341

Appelé à la scène étaient détectives Fernand Pepin, Andre Cerutti, Denis Via, Marcel Vigneault, André Ménard de Victoriaville Sûreté du Québec, et Jacques Gaboury détachés du siège de la SQ à Montréal. Également sur la scène était le Dr Jean-Paul Valcourt de Montréal Laboratoire Médecine Légale de la SQ.

Left to right: Jacques Gaboury, Andre Menard , Marcel Vigneault, et Andre Cerutti,

De gauche à droite: Jacques Gaboury, André Ménard, Marcel Vigneault, et Andre Cerutti,

Alice Paré a été retrouvé tout habillé dans son uniforme scolaire, son manteau d’hiver blanc avait été enlevé et était près du corps. Elle avait été étranglée. Il n’y avait aucune preuve d’agression sexuelle. Manquant était son instrument de musique à partir du jour où elle a disparu, une flûte dans un boîtier noir. La flûte a été récupéré 3 jours plus tard à côté de la route 20 entre Sainte Clothilde et Saint Albert, à environ 10 minutes de route de l’endroit où le corps a été trouvé.

L’affaire a finalement été remis à Normand Bergeron de Victoriaville SQ, mais très peu d’informations se présenta à la suite. Quelqu’un a affirmé qu’ils ont vu Pare entrer dans un véhicule, une 1970 deux portes Chevrolet le soir de sa disparition.

IMG_0344

Aller de l’avant au 28 Octobre, 1975. Allo Police publie un article qui stipule essentiellement que la police sont la pêche des informations ( “la police a appris de certaines personnes qui connaissent l’identité de l’assassin”). A présent, le cas a été transféré à la SQ à Trois Rivieres (si vous comptez qui est au moins trois juridictions touchant le cas) et est maintenant sous le commandement de Raymond Hébert. Hebert exprime la SQ refrain trop familier qu’il était certain que quelqu’un se manifester après toutes ces années, mais personne ne l’a jamais fait. Cependant, il estime que les choses bougent rapidement maintenant. Il est certain que ce sera résolu.

A ma connaissance, le cas n’a jamais été résolu.

Il est curieux que la police a attendu si longtemps pour donner suite à l’affaire. Pourquoi 1975? Peut-être qu’ils deviennent nerveux. Juste que le printemps 16 ans Sharon Prior a été retrouvé sauvagement assassiné dans Longeueil. Les scènes de crime ne sont pas dissemblables. Ont-ils sentent qu’ils étaient au bord de quelque chose hors de contrôle?

Autres facteurs

Alice Paré venait d’une famille juridique très importante au Québec. Son grand-père Joseph Marier était un juge. Son oncle Marcel Marier était un juge de la cour municipale de Montréal. Son autre oncle Elphege Marier était un juge de la cour superiour. Son beau-père Paul Chasse était avocat à Drummondville. Avec ce genre d’influence que vous pensez qu’il pourrait y avoir eu assez d’influence pour porter l’affaire en justice. Peut-être qu’il parle à la déconnexion entre l’application de la loi et le système judiciaire, un dysfonctionnement pas rare dans de nombreux endroits.

Maintenant, nous allons passer à une autre affaire de cette époque. Le assassiner ou Ursula Shulze:

Ursula Schulz

Ursula Schulz (19 ans) a été enlevé à un arrêt de bus en plein jour, le matin du 13 Juillet 1972 à Brossard, qui se trouve sur la rive sud de Montréal tout près de Longueuil. L’incident a été vu par beaucoup de gens qui ont regardé Schulze force de l’homme dans le siège arrière d’une voiture, la broche lui vers le bas et l’attaque elle, et puis rapidement en voiture sur le pont Champlain à Montréal (vous pouvez lire l’article ici – un grand merci à Dale d’avoir attiré mon attention).

Incroyablement, aucune agence de police poursuit l’affaire. Le corps de Schulze se trouve le lendemain. Elle avait été étranglée.

Une enquête est appelée. L’année suivante, la Commission de police du Québec, qui avait le contrôle de toutes les forces de police, publie son rapport. Tout en louant les efforts des agents sur le terrain le rapport a reproché au directeur de force Marcel Renauld et son directeur adjoint Paul-Emile Blain pour “” rien apprendre “de l’incident et de ne pas instruire les membres de la force sur la façon de traiter les crimes graves”. . Le rapport poursuit en disant, “… le” off-main “manière des supérieurs de la force, associée à l’ignorance des membres de la force sur les procédures et la façon d’utiliser le système de communication régional, gravement entravé l’enquête.”

Attendez. Ça s’améliore. En fait, je pense que je dois citer le tout:

“… [L’officier de permanence à l’époque] n’a pas ordonné des barrages routiers ou informer la Police provinciale du Québec (QPP) (rappel que dans cette ère du QPP étaient la Sûreté du Québec) parce que cela n’a pas été” pratique courante “en fait, il étaient pas de directives sur ce que la pratique courante était dans un tel cas.

D’autres agents de service ont dit qu’ils ne savaient pas que le siège du QPP n’a pas été coupé dans le réseau régional utilisé par les forces municipales et de la pensée “quelqu’un d’autre” avait informé directement le QPP.

… Le QPP a été informé de l’enlèvement de 18 heures après l’accident.

Blain et l’officier responsable des enquêtes criminelles, ont passé la journée enquête sur un rapport d’un vol par quatre évadés de prison qu’il a dit à la commission qu’il a jugé le plus grave des cas.

Lui et directeur Renaud pensait que le QPP avait été informé de l’enlèvement et ont été enquêter sur elle.

Le père de la jeune fille a témoigné que, quand il a visité le siège de la police le jour de l’enlèvement, il a été dit par le directeur Renaud que la branche d’enquête criminelle avait pas de temps à enquêter sur l’enlèvement parce qu’ils étaient occupés »avec des questions plus importantes.” “

Je sais, Wat de Phoque, right?!

Prêt pour le punchline? Malgré l’absence de communication. En dépit de la QPP étant pas informé. Le QPP a battu Renaud, Blain et le reste de la force Brossard à la scène du crime.

Alors, quel est le résultat?

Eh bien, je peux vous dire que peu de temps après il y a eu une vague de consolidation des forces régionales du Québec. La plupart, comme Lennoxville et Coaticook, a obtenu engloutis sous l’égide de la Sûreté du Québec. Brossard a été fusionné avec la police Longeueil: Vous avez seulement besoin de parler à la famille de Sharon Prior de comprendre leur marque particulière de la dysfonction.

Très sérieusement, le manque de communication a été très clairement la question, en particulier dans les phases initiales d’une enquête sur les personnes disparues. On aurait espéré que la Commission de police du Québec aurait fait des recommandations pour remédier à cette insuffisance.

Alors ils l’ont fait? Apparemment non. Comme je suis sûr que vous êtes maintenant tous conscients ce cas (et celle de Alice Paré) semble très familier.

Ouvrons avant le 31 Juillet, 2007,  Cédrika Provencher (9 ans) disparaît un après-midi de son quartier à Trois Rivieres, et alors que la police déclare simplement qu’elle est «manque», les médias croient qu’elle a été enlevée. En dépit des rapports que Cédrika a été vu avec un homme à la recherche de son chien perdu, en dépit de preuves accablantes qu’elle avait été enlevée, une semaine plus tard, le 8 Août, la Sûreté du Québec a émis un avis de recherche pour Cédrika, suggérant qu’elle avait volontairement courir un moyen.

36 ans après Alice Paré, 35 ans après Ursula Schulze. La police du Québec avait absolument rien appris.

En fait l’un des premiers résultats de la disparition Provencher était un effort concerté des gens comme le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu à faire appel à la Sûreté du Québec de créer une escouade spéciale pour faire face aux personnes disparues dans les 48 premières heures de disparition afin que erreurs de communication comme celui-ci ne se reproduisent plus.

Attends une minute. Sauvegarder. Ne devrait pas qui ont été le résultat de l’enquête Schulze?

——————-

Regardons à nouveau le cas Pare.

Ecoute, je suis pour la redondance, tout le monde a besoin d’un back-up. Mais dans mon expérience trop de surveillance signifie que personne n’est responsable ou responsable de rien. Combien d’enquêteurs faut-il pour la police du Québec pour résoudre un assassiner? Combien d’enquêteurs ont été appelés à la scène du crime Pare? J’ai compté au moins sept. Voici une photo de la récupération du corps à partir du site Pare. il ressemble à une mêlée de football:

Pare
Et voici une photo à partir du site des restes de Provencher de récupération:

cedrika

La SQ pourrait penser le public est impressionné par cela, mais s’il vous plaît croire, il ne me donne pas un flou chaud et. Tout ce que je vois est la preuve étant piétiné et détruit par un groupe d’amateurs qui ne savent pas une chose à propos de l’enquête criminelle.

———

Maintenant, c’est la partie où quelqu’un essaie de me dire je ne comprends pas. Je ne comprends pas la culture de la police. Je ne comprends pas la culture de la police du Québec. Je ne comprends pas. Ils travaillent dur. Très dur. Ils ont changé. Juste nous faire confiance, nous avons changé.

Est-ce que vous pensez que je suis assis au ralenti ces 13 dernières années? J’attends, élever mes enfants. Attendre. Tout en espérant que les policiers du Québec feraient quelque chose de bien – et nous savions tous qu’ils se replier sur de vieilles habitudes – avant que je parle à nouveau.

Oh je l’obtiens, l’homme. Je travaille avec les forces de police pendant plus d’une décennie en Alberta, en Colombie-Britannique et de l’Ontario. J’ai eu ma maîtrise en administration publique, en mettant l’accent sur l’administration Justice. J’ai lu toute la littérature. Je travaille avec la police ici à Durham tous les jours au cours des dernières 17 années. Je sais tout sur le déploiement, la patrouille, la police communautaire, la réduction de la criminalité … tout cela. J’aide budgétaire de 50 millions $ par année en salaires de la police, je comprends.

Et chaque service de police je parle? Ils pensent que la police du Québec sont une risée. Une blague complète. Rappelez-vous ce livre, Criminal Investigative Failures? Pour les 2 derniers mois son été passé autour de l’unité d’enquête criminelle de la police de Durham. Savoir pourquoi?

  1. Parce qu’ils pensent réellement qu’ils pourraient apprendre quelque chose.
  2. Ils ne peuvent pas croire que l’incompétence de la police du Québec.

Donc, je sais la police. Fondamentalement, il existe deux types d’agents de police:

  1. Ceux qui sont dévoués et faire leur travail.
  2. Ceux qui montez le train de promotion / pension-padders jusqu’à la retraite. Faire le moins de travail possible.

Police de Québec a une surabondance de catégorie 2. Et avec un syndicat puissant qui permet et permet à ce comportement. Nous le savons tous. Donc, disons simplement qu’il.

———–

Je veux retourner une dernière fois à l’affaire Pare. Rappelez-vous quand je dis que je n’étais pas intéressé à relier ces cas au portefeuille des cas que je cherchais à (Allore, Camirand, Monast, etc …)?

Eh bien peut-être.

Alice Paré est certainement d’intérêt pour un cas comme Sharon Prior en termes de sa proximité dans le temps (1971 et 1975), et la proximité de l’âge de la victime (14 et 16). Ursula Schulze est également intéressant de Prior en termes de proximité dans le temps (1972 et 1975), mais aussi la proximité de l’emplacement (Brossard qui est adjacent à Longueuil). Par ailleurs, rien de ce que j’ai transmis est nouvelles à Yvonne Prior, la mère de Sharon Prior. Elle a été suivi pendant des années dans un dossier de papiers.

J’ai beaucoup pensé à l’assassiner Pare. Etait-ce un cas de test par l’auteur pour les choses à suivre? Il y a beaucoup de similitudes.

  • Trouvé dans une région boisée: Allore, Prior, Camirand, Houle, Dorion, Dube
  • Partiellement vêtu (ou les vêtements enlevé, mais près du corps): Prior, Dube, Camirand, Bazinet
  • Identification manquant: Camirand, Monast, Hawkes, Blais, Allore, Basinet
  • Identification ballottés par route: Allore

Alors, quelle est l’identification de Pare? Sa flûte est son identification:

Flute and case, Alice Pare

Flute and case, Alice Pare

Penses-y.

Je vais vous donner un exemple. J’ai une fille un peu plus âgée que Alice Paré. Elle a un portefeuille parce qu’elle a des choses à porter en elle: Permis de conduire, carte de débit. Le portefeuille a un petit singe sur elle.

Maintenant, je dois aussi une fille un peu plus jeune que Alice Paré. Elle n’a pas un sac à main ou porte-monnaie. Ce qu’elle a est un saxophone et étui qu’elle porte avec elle tous les jours à l’école. Lorsque je conduis la maison si je veux la distinguer de tous les autres enfants laisser sortir de l’école, je regarde le cas de sax. Il est son identification.

Ceci est similaire à Provencher et son vélo. Provencher (9) est séparée de son vélo. La moto se retrouve plus tard appuyé contre une bouche d’incendie. Elizabeth Bodzy (14) et Claudette Poirier (15) sont également séparés de leurs vélos, qui se trouvent à une certaine distance du lieu de la disparition ou de restes. Sans oublier le fait très pratique qu’un vélo est lourd, vous ne prenez pas avec vous. Il vous donne au moins une indication de l’endroit où la victime a été enlevée.

Comme les autres victimes, peut-être l’auteur séparé Alice Paré d’un moyen facile de l’identifier, il a rejeté le cas de la flûte à plusieurs miles de là où il a disposé du corps.

IMG_0349

Plus je pense à cela, je crois qu’il a moins à voir avec la capture éludant et plus à voir avec dépersonnaliser le crime. L’identification est symbolique et puissant.

Certaines choses à méditer. Plus de la police jamais offert.

Tags:
Categories:

Le Maniaque de la Pleine Lune / Chateauguay: Norma O’Brian et Debbie Fisher

IMG_0447

Norma O’Brien et Debbie Fisher étaient deux jeunes filles qui ont disparu dans la ville de Chateauguay, une communauté de l’île de Montréal connu sous le nom «La Rive-Sud». Les incidents se sont produits un an d’intervalle en 1974 et 1975. Dans chaque cas, les filles étaient absents pour une période très courte – environ 24 heures – avant que leurs corps ont été retrouvés. Ceci est un cas où l’agresseur a été effectivement capturé et condamné, mais comme nous verrons le résultat a été moins que satisfaisante, et a conduit à de nombreuses questions à ce jour.

Parce que les incidents se sont produits au cours de la nouvelle lune ou de cycles de pleine lune, la presse a nommé l’auteur, Le Maniaque Pleine Lune.

Je ne me soucie pas beaucoup sur la théorie de la lune et le comportement criminel. Il est très de rigueur dans les années 1970. Beaucoup ont cru Le zodiaque – ou «Sam», comme il aimait à être appelé – qui était actif à la fin des années 60 début des années 70, pour être un tueur de phase de lune. Plus tard dans les années 1970 David Berkowitz – ou le «Son of Sam” – réputé tué 5 de ses 8 victimes pendant une pleine lune. Ce ne fut pas seulement une question de gens se lever à toutes sortes de méfaits sous une influence de la pleine lune, lore commun dit que si vous avez fait le bon profil, vous pouvez prédire quand un meurtrier pourrait tuer à nouveau. Nous avons vu ce cliché dans des dizaines de films. Il doit y avoir au moins un film Dirty Harry où le personnage, Callahan est dans une course contre le temps avant que la lune commence l’épilation complète..

La presse québécoise était fou pour des meurtres de lune dans les années 1970. Voici un insert de police Allo, Juin 1978:

7 meurtres

Il dit essentiellement ce qui suit: Lison Blais a été assassiné 4ème Juin à Montréal. Peu après un chauffeur de taxi à Rimouski a été tué. Un homme qui a disparu le précédent Septembre a été trouvé attaché à un bloc de béton dans la rivière des Outaouais. Dans un crime apparent de passion, un secrétaire est décédé à Montréal. Un gars dans un restaurant a été tiré dans la tête. Un prisonnier a été poignardé 120 fois. Un motard a été battu à mort à Trois-Rivières. Qu’est-ce que ces sept meurtres ont en commun? Le week-end précédent était une pleine lune!

Tout cela est très poétique, mais pas tout à fait vrai. Debbie Fisher a en effet disparu au cours d’une Pleine Lune, Juin 23, 1975. Toutefois, Norma O’Brien a disparu 9 Juillet, 1974 – une grande lune, mais en déclin avec environ 80% de visibilité.

La connexion de deux points sur une carte ne sont pas corrélation ou un lien de causalité, il est dots juste.

Norma O’Brien

IMG_0438

Norma O’Brien (12 ans) a disparu mardi soir, Juillet 9, 1974. Elle a quitté son domicile à 94 Rue de Lucerne dans la soirée à jouer au water-polo à la piscine au parc Seignory sur boule Saint Francis. Quand elle est arrivée, elle a découvert la piscine était fermée pour des réparations. Elle a décidé de rentrer à pied. Il était environ 20h30. Elle a signalé la disparition de cette soirée. La famille a insisté pour que Norma était pas un fugue.

Chateauguay Park Pool 1974

Chateauguay Park Pool 1974

Le lendemain vers 15h45 son corps nu a été découvert dans un champ près de la piscine, à environ 1 500 pieds de la route, par Charles Baranowsky, le directeur à la piscine Seignory. En voyant le corps Baranowsky a mis ses mains à sa tête et cria: «Non, non, non!”.

IMG_0422

Sur les lieux du crime ont été chef de la police de Châteauguay Roger Gagnon et détectives Ferdinand Yelle, Agent Picard, Michel Lajoie et Jean-Jacques Gauthier. Étaient également présents les inspecteurs de la Sûreté du Québec de Montréal, Claude Chabot, Daniel Duchesne, Yvon Fauchon, et Gaston Rioux. O’Brien a été trouvé sur son dos. Elle avait été battue. Elle a été violée. La cause du décès est l’asphyxie, probablement causée par sa brosse à cheveux qui a été poussé dans sa gorge. La police a utilisé des faux pour rechercher la zone où le corps a été retrouvé, mais aucune preuve n’a été récupérés qui conduirait à un suspect. L’affaire a été froid.

IMG_0437

 

Debbie Fisher

Moins d’un an plus tard – le weekend de fete Jean Baptiste  1975- Debbie Fisher 14 ans) rentre à la maison de la maison de son oncle au 6 rue Saint Luc. Il est environ 18h30 le lundi 23 Juin, 1975. Elle est sur une bicyclette rouge avec un siège de banane. Sa maison à 167 rue Viau est à environ 10 minutes. Elle ne fait jamais à la maison.

IMG_0424

Compte tenu de l’emplacement de la disparition, à environ 10 minutes de l’endroit où Norma O’Brien a été trouvé, la police a immédiatement mis un hélicoptère dans l’air en espérant trouver Fisher rapidement, peut-être dans le même domaine de Boule Saint Francis. Fisher se trouve le lendemain de sa disparition, le mardi, 24e Juin par trois voisins des pêcheurs qui décident de fouiller la région boisée environnante pour la jeune fille. Fisher est découvert dans une voiture abandonnée dans les bois au large de la rue Brisebois. Police sur la scène sont Pierre Laroue, le caporal Cyr, et comme dans le cas O’Brien, les inspecteurs de la SQ à Montréal (Yvon Fauchon, Normand Vien, Daniel Duchesne, Gaston Rioux, Louis De Fransisco). Fisher est retrouvé nu, mais pas agressé. Elle est morte d’être frappé à la tête avec une pierre.

IMG_0454
Chateauguay Carte Crime

La police trouve le corps rapidement et attraper un coup de chance. Un homme au volant d’une Buick -1970 se souvient presque de frapper un enfant conduire un vélomoteur jaune (de motocyclette) près des bois où Fisher a été découvert le lundi 23 Juin, 1975

IMG_0432

Police affichant leur technique de manipulation des preuves supérieure

 

Arrestation du “Chateauguay Killer”

IMG_0446

La police arrête un homme (18 ans) qui nous appellerons, MX. A l’époque des meurtres, il était de 16, puis 17. Le 15 Juillet, il a avoué le assassiner de Debbie Fisher. Il a été jugé comme un mineur, reconnu coupable et reconnu coupable le 21 Mars, 1977. Parce qu’il était mineur, une interdiction de publication a été mis en place interdisant à quiconque d’imprimer son nom.

IMG_0469

Bien que 40 ans ont passé et je me sens un peu protégés ici dans les Etats, je ne veux vraiment pas de tester le zèle des tribunaux criminels canadiens, d’où le nom, MX. Cependant, tous ceux qui voudraient connaître son identité doit seulement aller au poste de Coolopolis sur le Chateauguay Killer, et lire les commentaires. Je ne suis pas nécessairement dire qu’il est nommé là, je veux dire, il y a quelques bonnes informations de gens qui ont eu une expérience de première main à ce moment-là.

Et si vous lisez les commentaires, vous trouverez également beaucoup de désinformation et les rumeurs qui ont persisté ces 40 dernières années. Certains que je voudrais éclaircir en ce moment:

  • MX n’a ​​pas été le fils du maire. Le maire était Joseph Laberge. le nom du père de MX était Jean Claude. Je ne sais pas comment cela est devenu un mythe urbain mais il est pas sans précédent. Dans le cas de Theresa Allore un des premiers chuchotements était “le fils du maire a fait”, peut-être à venir de la crainte que le pouvoir peut fonctionner au-dessus de la loi.
  • Le jaune vélomoteur était seulement un facteur dans le cas Fisher, pas le cas O’Brien. MX avait un modèle de vélomoteur 1975. En ’74, il était encore du vélo. Où Fisher a vécu une certaine distance de MX, O’Brien et MX étaient pratiquement voisins. MX vivait à 249 rue Mountain, à environ 10 minutes à pied, ou à cheval de 4 minutes de vélo de 94 Lieu Lacerne.
  • Je ne suis pas MX. Juste parce que je sais que beaucoup, cela ne me le meurtrier fait pas. Je suis désolé pour le gars française sur le fil Coolopolis qui a offert beaucoup d’informations. Immédiatement les lecteurs ont commencé l’accusant d’être MX. Le gars français connaissait la meilleure information parce que les journaux français comme Allo Police avaient la meilleure information. Ne pas frapper un gars pour faire ses recherches.
  • Et en matière de recherche: MX n’a ​​pas violé Fisher, mais cela a certainement été son intention. Comment puis-je savoir? Parce que j’ai une copie de sa confession. Comment dois-je que vous demandez? Voici une astuce: Lorsque vous faites des documents publics demandent que vous obtenez principalement les informations que vous demandez. Mais des choses de temps en temps supplémentaire est perdu dans le fichier. Une personne de la Sûreté du Québec accidentellement laissé tomber la confession avec d’autres documents. Il est comme un petit cadeau. Voici ce que sa confession nous dit:
car where Debbie Fisher was found

voiture où Debbie Fisher a été trouvé

  • MX rentrait du travail sur son vélomoteur. Il était environ 18h30. Il la voit autour de la rue Saint Luc équitation son vélo rouge. Elle porte un sac avec un conteneur de lait. Il lui passe. Il dit “salut”, dit-elle “salut”. Il monte ensuite en avant, cache son vélomoteur dans les buissons, se trouve sur le trottoir et fait semblant de pleurer. Quand elle le voit pleurer, elle arrête. Il dit: «Viens ici une minute”. Elle fait. Il l’attrape et commence à la peloter. Il jette le lait dans le domaine. Il la frappe sur la tête avec une pierre. Puis il cache son vélo dans les buissons par un arbre. Elle est inconsciente. Il a son pantalon. Il essaie d’avoir des relations sexuelles avec elle, mais, pour des raisons que je ne vais pas aller dans, il ne peut pas. Enfin il la frappe sur la tête de toutes ses forces avec la roche. Il cache profondément le corps dans une voiture abandonnée. Il monte loin sur son vélomoteur, presque frapper le  Buick-1970.
  • Au moment où il sortait d’une jeune femme nommée Murielle. Il n’a jamais vu Fisher avant. Il a affirmé ne jamais avoir eu des rapports sexuels avant, et ceci est la raison pour laquelle il a attaqué Fisher (Nous savons que ce sera un mensonge).
  • Enfin, es que l’agresseur MX ont accès à Montréal? Ceci est une question sans réponse qui a souvent été soulevée dans le cadre de la assassiner de Sharon Prior, en particulier en raison des similitudes entre O’Brien et les scènes de crime antérieures (le niveau de la violence). En fait, un article très tôt le cas Prior fait référence à la question, même indirectement:

La police envisage la possibilité d’un lien entre le meurtre préalable et le meurtre de Norma O’Brien à Chateauguay de l’été dernier.

  • Comment possible aurait-il pu que l’auteur MX a voyagé sur son petit vélomoteur à Montréal? Aussi improbable que cela puisse paraître, la réponse est, il l’a fait à plusieurs reprises, et dans Lachine pas moins, ce qui est très près de Pointe Saint-Charles, où Sharron Prior a disparu.

Est-ce que je pense que MX assassiné Sharron Prior? Non, mais je vais sauver mes raisons pour la partie 2.

Tags:
Categories:

Plus étranglements – Lise Choquette, 22 Avril 1975

Lise Choquette

Moins de trois semaines après Sharon Prior se trouve le corps de Lise Choquette (30 ans, 5’1 “, 141 lbs) est découvert par Alexandre Aube, un employé avec Corrival à Laval. Aube travaillait sur la nouvelle construction de autoroute 440 quand il a trouvé le corps nu à proximité du site de construction du Viaduc Vimont à environ 11h00 le mardi 22 Avril, 1975. Choquette a été retrouvé gisant dans la boue d’environ 275 pieds derrière le Québec Ciment, une entreprise à 101 Chemin Haut- Saint-François, à Laval.

10515026185_8c743485b0_c

Les enquêteurs sur la scène étaient M. Lafond et André Lebrun de la police de Laval, assisté par le Sgt Det Fred Funaro et SD Jean Guy Sauve. Choquette a été battue et étranglée, et trouvé seulement avec une cravate autour de son cou (cravate grise avec des cercles noirs faites par “Caporicci”). La cravate était “très serré” autour de son cou. Il y avait une petite quantité de sang autour de son nez. Ses vêtements se trouve à environ 200 pieds du corps. Elle avait pas d’identification ou de bijoux, bien que la police savent que Choquette portait un anneau. Le corps n’a pas été disposé à l’emplacement pour un temps très long.

Choquette

Choquette vivait au 2247 rue Lariviere, à environ un pâté de maisons du siège de la Sûreté du Québec sur la rue Parthenais.

la résidence Choquette était à environ 10 minutes de route de l’endroit où Denise Bazinet vivait, au 4252 rue Brébeuf. la résidence Bazinet se trouve à 10 minutes de marche de l’endroit où Lison Blais vécut et mourut, au 4685 avenue Christophe Colomb.

Choquette vivait dans l'immeuble à gauche, 2247 Lariviere

Choquette vivait dans l’immeuble à gauche, 2247 Lariviere

Choquette a été trouvé près du site de construction du Viaduc Vimont à Laval. L’emplacement est intéressant car il met directement entre Choquette où Chantal Tremblay a vu la dernière fois (la station de métro Henri-Bourassa), et où Tremblay a vécu / restes ont été découverts à Terrebonne (pour plus d’informations Tremblay, cliquez ici).

Medicale Legale

choquette

Le corps a été identifié par la mère de Choquette, Emelide Choquette qui vivait à 6668 44e à Montréal. L’affaire a été menée par Sergent-détective Alfred Funaro de la police de Laval. Le coroner en chef était Maurice C Laniel, Assistent par André Brosseau (pathologiste).

Dans une déclaration sous serment à André Gauthier, un sténographe Sûreté du Québec, le 6 Novembre 1975 (au nom du bureau du coroner), Funaro a déclaré qu’il avait interrogé plusieurs personnes, mais sans résultats, et que l’enquête était en cours. Choquette a subi une «mort violente», mais la police avait besoin pour poursuivre leur travail, et de faire rapport à l’avenir.

Pour le moment, l’affaire était une  “Enquete sine die”.

Autopsie

Le rapport d’autopsie réelle détermine la cause de la mort plus précisément: «strangulation et contusions connectés” autour de sa tête. Alors Choquette a été étranglé et frappé à la tête. Il n’y avait aucun signe de l’alcool dans son système.

L’autopsie a été réalisée par André Brosseau au request de Roch Heroux au laboratoire médical Parthenais. Il n’y avait aucune preuve de sperme dans la zone du vagin.


Mise à jour août 2017: La police suggère un lien entre les meurtres de Choquette et  «dame de la rivière Nation». (ici)

Tags:
Categories:

La Victime Inconnue, le 2 Avril, 1977

IMG_0637

 

On sait très peu de cette victime, alors je vais simplement vous dire ce que dit cet article:

Une femme entre l’âge de 18 et 25 se trouve le 2 Avril, 1977 enveloppé dans une couverture verte et blanche dans quelques bois à côté de chemin du Lac à Longueuil. Les enquêteurs sont Denis Beule et Gilles Poirier, de la police de Longueuil. Le coroner est Claude Pothel de SQ Parthenais. Cause du décès est indéterminée.

Une analyse

  1. Chemin du Lac, Longueuil: où avons-nous entendu cela auparavant? Voilà où Sharron Prior a été trouvé.
  2. Sharron Prior a été trouvé sur le chemin du Lac le 1er Avril 1975, La Victime Inconnue se trouve sur le chemin du Lac Avril 2, 1977: Presque exactement deux ans jour pour jour une autre victime se trouve sur le chemin du Lac? Personne ne trouve cela étrange?
  3. Encore une fois, nous avons une zone boisée. (comme Prior, Choquette, Camirand)
  4. Claude Pothel, coroner: où avons-nous entendu ce nom? Eh bien, c’est le même coroner qui a effectué l’autopsie sur Louise Camirand la semaine précédente, quand Louise Camirand a été trouvé, le 25 Mars, 1977

Maintenant, nous allons effectuer un zoom arrière à partir de cette image:

IMG_0369

Eh bien regardez ici.

L’article à la gauche parle des cas de Louise Camirand et la mort récente de Jocelyne Houle (nous arriverons à Jocelyne dans mon prochain post), et une connexion possible.

Et il y a nos vieux amis Fernand Yelle et Normand Vien de la SQ de Montréal. Tous deux ont été affectés aux cas O’Brien / Fisher, maintenant apparemment aussi affectés à Houle.

Les marques griffonnées-out sur «Inconnu»?

Je ne l’ai pas ceux. Ils ont été soit fait par des journalistes ou de la police.

Mais qu’est-ce qui sépare ces crimes (soit que des boîtes séparées sur une page de journal, soit que gribouillis)?

juridictions de police. Inconnu et Prior sont des crimes de Longueuil. Camirand et Houle sont meurtres Sûreté du Québec.

Alors, quand Houle tourné jusqu’à la police morts ont été de penser à une connexion à Camirand, mais pas au préalable ou d’une autre femme qui se présente au même endroit? Pourquoi? Parce que les cas ont été séparés en différents portefeuilles de police?

Pensez-vous qu’un prédateur en série se soucie de juridictions de police? Pensez-vous vraiment ses impulsions sont régies par des limites d’application?

Policiers Longeueil.

Sûreté du Québec.

Coopérer.

Report du Coroner:

 

MISE À JOUR DU 14 AVRIL 2017: CETTE VICTIME A ÉTÉ IDENTIFIÉE PAR JOHANNE LEMIEUX PAR LE BUREAU DU CORONER DU QUÉBEC, MAIS IL N’Y A PAS ENCORE QU’IL S’AGIT DE QU’ELLE SOIT CORRECTE.

Tags:
Categories: