The Murder of Sharron Prior / Route 112 – WKT #10

The 1975 murder of Sharron Prior is discussed, and the significance of Highway 112 which is the route between Sherbrooke and Montreal:

Route 112 from Pointe-Saint-Charles to Chambly:

 

Here is a link to Sharron Prior’s website:

 

Sharron Prior

 

Sharron Prior crime scene:

Prior crime scene

 

This is a link to the National Film Board of Canada documentary, The Point:

 

Where Sharron Prior Lived

 

The site of Chez Marius Pizzeria

 

Rue Sebastopol

 

Where Sebastopol converges with Congregation

 

Sebastopol and Congregation converging with Wellington (note street signs). To the North is Route 112

Tags:

Crime & Culture in the City of Montreal – Interview with Kristian Gravenor – WKT #6

Here’s our interview with Kristian Gravenor, author of the soon to be released MONTREAL: 375 TALES.

 This is Episode 6 of the Who Killed Theresa? podcast:

Here are links to some things we discussed including Coolopolis, Montreal Biker Gangs (including legendary figure Michael French), the Reet Jurvetson case, Sharon Prior, Norma O’brien / Debbie Fisher and the Chateauguay Full Moon Killer murders, the Montreal tabloid Allo Police:

Here’s a link to Kristian’s blog, Coolopolis, and the Chateauguay Full Moon Killer case:

Here’s a link to Coolopolis’ reporting on the Charles Manson / Reet Jurvetson case:

Satan’s Choice biker Michael French and the connection to the Sharon Prior case (French is at the bottom on the left):

The history of Allo Police / Photo Police:

Link to National Film Board of Canada documentary, Station 10:

Maurice “The Rocket” Richard:

This happened:

Tags:

Theresa Allore / Poirier Enquete

Happy New Year.  For those interested, the episode that was filmed last Spring for Poirier Enquete on Theresa Allore will air tomorrow evening (January 4th, 2017) on the Historia channel  in Quebec.

Historia advanced the release date on this. Originally it was not supposed to air until the third season (2018). Now it will be kicking off season two. 

The episode will air daily on Historia through January 11th, and will be available for several weeks on Historia’s website ( Content available only in Canada, but there are work arounds for that 😉  )

Other cases to be covered in Season two:

Marie-Josée St-Antoine, episode 2

Nathalie Godbout, episode 3

Joanne Dorion, episode 4

Roxanne Luce, episode 5

Mélanie Cabay, episode 9

Here is a link to their website and a description of the program:

Novembre 1978, Theresa Allore, étudiante au Collège Champlain de,Lennoxville, disparaît. Le 13 avril 1979, le corps de la jeune femme de 19 ans sera,retrouvé dans un bras de la rivière Coaticook à Compton, à un km de sa,résidence étudiante. Longtemps, les enquêteurs de la SQ affirmeront,qu’elle est morte d’une overdose, même si ses proches affirment qu’elle ne,consommait pas de drogues dures. Récemment, les enquêteurs ont reconnu qu’elle a,été victime d’une mort violente.

 

Tags:

An inquiry about Melanie Cabay

imgres-1
Dear Sir:
Thank you for contacting me regarding the unsolved murder of Melanie Cabay.
First, I am aware of all those cases you speak of, and I believe Poirier Enquette is doing stories on both Cabay and  Marie-Ève Larivière. I am happy to help you with anything. I have been asked before to take my research into the 80s and 90s: I haven’t done that because I find the work exhausting / disturbing: I can’t do everything. But I am happy to assist anyone with my ideas.
I will offer a few things:
On the one hand, there are similarities with the cases I researched and the cases you bring up from the 1990s: abductions in cities, with bodies being disposed of on the frontier of cities. Clothing scattered. These may be patterns of a single offender. On the other hand they may also be patterns of simply what offenders do: You don’t “shit where you eat” as they say in english. So you don’t want a body around where you live and play (in this case “play” = stalking and killing women).  The clothing scattered: this may be what all offenders do in a panic: they dump the body: they don’t want anything associated with the body near them, in their car, etc… so they get rid of it quickly: I don’t think in any of these cases we are talking about the rape and murder occurring at the site where they were found: the rape and murder (in the cases where this happened) occurred somewhere else, THEN they dumped the bodies.
So again, could this be the work of one person? Possibly. I am more inclined to think it is maybe 4 or 5 similar offenders, who repeated several crimes, and who copycatted each other (if you observe that a woman in the early seventies gets raped and murdered and the police do nothing about it? maybe this inspires a criminal: maybe they think they can get away with it too. Better still, if they copy it, maybe the other guy will get blamed for it. Understand?) This happened in London, Ontario in the 70s, so it is not unprecedented:  
That the murders in the Montreal / Sherbrooke area stopped around 1981 may be attributed to many things:
1. Offender moves away
2. Offender gets arrested for some other crime, is in prison for an extended period.
But there is another element. Around 1981 the Quebec police stopped being so generous in sharing information. Up until 1981 there was a fairly fluid relationship between the police and the media in Quebec (The offices of Allo Police were across the street from the Surete du Qubec’s Montreal headquarters on Parthenais). The crime scene photographers were quasi-journalist / civilian police staff. As a result, a lot of information about victims and crimes was accessible, and still is accessible. After 1981, the policy with Quebec police must have changed. You can see it in the crime archives at Rouge Media  / Allo Police: the files from the 70s are filled with all kinds of things, from photos to police reports. When you research the the files from the late 80s? All of that is gone. There are only newspaper clippings. There are none, or very little source documents.
What I am suggesting is that maybe there were other murders, we just never heard of them because the Quebec police closed its doors.
So I will get to the question you are ultimately asking: could one serial killer be responsible from the 70s up until now: from Prior to Allore to Cabay to Cedrika Provencher, and all of the others along the way?
Highly improbable when you look at the length of the timeline 40 years? An offender in their 70s today. Improbable, but possible.
More probable? We are talking about several offenders with overlapping timelines. This is just an example: 
  • Offender 1: Prior, Houle, Leakey (75 to 81).  
  • Offender 2: Camirand, Allore, Bazinet – goes to jail then – Cabay? (77 – 94) Maybe.
  • Offender 3: Nicole Gaudreault – moves from Montreal to Sherbrooke, gets a good job, has a stable life, dormant for decades, then a crisis happens, he re-emerges – Cedrika? (79 – 2007) Maybe.
I see no issue with entertaining such possibilities. There are all kinds of examples that can back up such behavior. 
images
You asked, how did I access police information. Well, one source I mentioned above, the archives of Allo Police, now located at Section Rouge Media in Longueuil. The other source is the Grand Bibliotheque on de Maisonneuve in Montreal. You can make a records request (give them the victim name, date and location of disappearance, date and location of discovery) if they have it, it will cost you a few dollars for the service.  
I have already put a request in for you for Melanie Cabay. If I receive anything I will pass the information on to you, with my complements. 
Thank you for reaching out to me, and I wish you every success.
Regards,
John Allore
Tags:
Categories:

Sûreté du Québec: Je suis toujours inquiet

Chantal Tremblay

Chantal Tremblay

“Médecin, guéristoi toimême!”

 

Ceci est une bonne première étape, mais il est en fait mauvais conseils. Il est comme la complainte d’un addict.  «J’ai prouvé que vous avez tort sur des dizaines d’occasions, tout au long des années, mais CETTE FOIS je vais changer, Tout au long de la force de volonté de puissance.”

La vérité est ce ne sont que des mots. Sans une stratégie et des objectifs, sans moyen de mesurer les résultats, sans l’aide des autres; changement volontaire arrive rarement.

Et ceci est la situation dans laquelle nous nous trouvons avec la police du Québec.

Je me suis assis avec la Sûreté du Québec à Montréal il y a quelques semaines. Voici ce que j’entendu:

  1. Il est mieux maintenant, ils ont de nouveaux enquêteurs motivés qui travaillent sans relâche pour résoudre des crimes.
  2. Ils ont de nouvelles technologies qui peuvent mieux faire avancer les enquêtes.
  3. Je suis juste un gars travailler avec des fichiers journaux et documents historiques; la SQ a accès à beaucoup plus d’informations.

Il est la même chose que nous avons entendu dans l’article en ligne CBC a publié cette semaine:

Lt. Martine Asselin, porte-parole pour l’unité de cas froide de la SQ, reconnaît qu’il a été plus difficile alors de résoudre les cas.

«Beaucoup de choses ont changé depuis ces années: l’évolution des techniques et de l’évolution de l’ADN et de la façon de traiter les éléments de preuve a également changé,” dit-elle.

«Les communications entre les forces de police est très présent. Nous avons un groupe de travail pour gérer les tueurs en série ou d’agressions sexuelles en série”, a déclaré Asselin.

L’unité de cold-case a récemment ajouté plus d’agents, et Asselin dit la force de police provinciale cherche sérieusement ces crimes non résolus. Quant à la diminution du nombre d’homicides au fil des ans, Asselin attribue techniques policières améliorées, y compris celles qui visent à la prévention du crime.

Soit l’adresse de ce dernier point. La SQ peut prendre tout le crédit qu’il veut pour la réduction de la criminalité violente au fil des ans. La réalité est que personne ne sait ce qui a causé la réduction de la criminalité violente en Amérique du Nord au cours des trois dernières décennies, et je ne sais pas d’un service de police ou partout une academique / professeur qui prétendent qu’ils connaissent la réponse.

Mais puisque nous parlons des statistiques de la criminalité, voici ce que je sais. Plus de trois décennies, le Québec a eu l’un des pires taux de toutes les provinces canadiennes de déminage d’homicide. Cela ne veut pas mon opinion, qui est selon le rapport 2005 de Statistique Canada, les homicides au Canada. De 1976-2005 Québec avait un taux de clairance homicide de 74%. La moyenne canadienne était de 84%. Pire encore, voici les taux de classement des homicides pour les principales forces du Québec au cours de la même période – parmi les pires dans le pays:

Sûreté du Québec: 80%

Longueuil police: 74%

Laval police: 67%

Montréal police: 65%

SQ Cold Case Website

Il y a eu beaucoup de bavardages sur le cas de ma sœur étant mis en place sur le website de cold-case de la Sûreté du Québec, comme si cela signifie que le cas a été “ré-ouvert”. Pour commencer, j’ai jamais dit cela et la police n’a jamais dit, c’était juste un titre de media. Le cas de Theresa n’a jamais été fermée. Mettre le cas sur un site de la police est une victoire symbolique et important, une reconnaissance transparente et responsable que la police reconnaisse sa mort comme un crime violent.

Lorsque j’ai rencontré la Sûreté du Québec, je leur ai demandé, “depuis que l’affaire a été sur le website, le nombre d’appels / conseils avez-vous reçu?”.

Répondre? Aucun.

C’était de ne me surprend pas. La police a perdu beaucoup de crédibilité dans ces questions qu’il faudra beaucoup de temps avant que le public leur fait confiance suffisant pour présenter des informations. La vérité est qu’ils doivent faire plus de se cacher derrière un website pour restaurer la bonne volonté avec le public. Beaucoup plus. Je ne vais pas perdre de mots à ce sujet, il existe de nombreux exemples d’efforts de police communautaire en Amérique du Nord, tout le monde peut regarder vers le haut, mais la base si la police communautaire est de sortir dans la communauté et d’agir comme un partenaire de la société, non pas simplement comme une autre menace perçue pour cette communauté, et croyez-moi, la police de Québec sont considérés comme une menace sociale.

Retour à la question de la participation du public. Dans la même période que la police avait le cas de ma sœur sur leur website, combien de contacts crédibles / conseils ai-je reçu?

Répondre? Deux, dont les deux je me suis tourné vers la police.

Pour ceux de vous garder les buts:

Who KilledTheresa? = 2, SQ = 0

Ok, assez avec la niaiserie, je vais rendre à mon point. Je demandai la SQ, “quand vous obtenez tous les cas sur le wensite“; Bazinet, Houle, Camirand, Tremblay, etc …

On m’a dit qu’il fallait prendre lent, si l’on met trop d’informations là-bas, ils pourraient risquer une surcharge sur leurs ressources.

Vraiment? Vous ne pouvez pas avoir les deux. Vous ne pouvez pas – d’une part – dire que personne ne visite votre wedsite, puis demi-tour et dire mettre plus de cas sur ce site va planter le système. Le point ici est la transparence, la reconnaissance et la responsabilité. Les enquetes de Louise Camirand, Jocelyne Houle, Denise Bazinet et Chantal Tremblay doivent être présentés sur le website de la SQ immédiatement pour démontrer au public qu’ils sont au service de police responsable de la résolution de ces crimes.

Chantal Tremblay

En parlant de Chantal Tremblay. Rappelons que c’est un cas de 1977. Chantal a disparu en Mars 1977 et ses restes ont été trouvés neuf mois plus tard dans un peu d’une compétence de police no-mans-land à la frontière de Rosemere et Terrerbonne. Il y a très peu d’informations sur Chantal, donc j’ai essayé de déterminer à qui appartient le cas; SQ, Terrebonne, ou la police intermunicipale de Thérèse-De-Blainville (qui représente aujourd’hui Rosemere).

Je vais maintenant vous raconter une série de correspondances qui ont transpiré entre moi et la police. Cela n’a rien de personnel, mon intention est de ne pas les embarrasser, cela est une démonstration importante d’un problème qui doit être abordé.

La Sûreté du Québec a tenté de trouver l’affaire Chantal Tremblay, ils ont conclu qu’il n’y avait pas leur cas. La police  de Therese-De-Blainville penchés sur la question, ils ont conclu que trop était pas leur cas soit, et m’a conseillé de contacter la Sûreté du Québec.

À ce stade, la SQ a appelé le temps, et généreusement offert d’aller au fond de la question pour localiser le cas de Chantal Tremblay.

Le lendemain matin, la Sûreté du Québec m’a informé que le cas de Chantal Tremblay était en fait un assassiner non résolu, et qu’ils seraient immédiatement attribuer un enquêteur à son dossier.

Alors que j’apprécié le suivi rapide, la situation peine inspirait confiance, et j’exprimé mon mécontentement à la SQ. Ils ont répondu que peut-être ce fut le cas que je connaissais le nom de chaque homicide non résolu, mais qu’ils ne l’ont pas, et qu’ils ne promis qu’ils l’ont fait.

Attends une minute.

Voilà exactement ce qu’ils ont promis. Ils m’a assuré que je pense que je sais tout avec mes vieux journaux et les fichiers historiques, mais ils ont eu accès à beaucoup plus d’informations et de technologies.

Je me rends compte que d’être appelé comme ceci est difficile à entendre. Croyez-moi, ça me fait pas plaisir à le faire.

Il est encore moins d’un plaisir sentant un manque de confiance dans les capacités d’enquête de l’agence chargée de résoudre ces crimes.

Il est pas comme la police ne peut prétendre qu’ils sont aveugles face, ou n’a pas vu venir. En 2013, j’ai donné un résumé de tous ces cas et a suggéré / mis en garde qu’ils devraient être examinés (lien ici). En Février je l’ai dit explicitement que je suis déçu que rien n’a été avancé depuis ce temps, et a donné l’avertissement juste que j’allais à provoquer et à les embarrasser (lien ici). Personne ne peut me reprocher de “gotcha” tactiques.

Nous, membres de la famille accrochés à ces froids-cas, avec l’espoir de résolutions aux horreurs et les traumatismes que nous avons connu, sont confrontés à un paradoxe. En attirant l’attention sur les problèmes, nous risquons de perdre la communication et la coopération de la police; le seul moyen d’amener ces cas à la justice. Mais en étant silencieux et complices, nous courons à nouveau le risque que ces crimes ne seront jamais résolus.

La police peut dire qu’ils sont en train de faire mieux, et nous pouvons appeler cela en question, mais le fait demeure, il est une mesure pour évaluer qui a raison et qui a tort: le taux de clairance de l’homicide. Résoudre un cas froid, déplacer l’aiguille, regarder la ligne sur le graphique descendre; qui est la seule métrique pour évaluer l’efficacité des enquêtes sur les homicides.

Mise à jour: Le dossier de Chantal Tremblay est manquant dans les archives publiques du Québec (BAnQ).

Tags:

Le Ministre de la Sécurité publique du Québec examinera enquête sur les cold-cases

8 familles des victimes qui ont disparu dans les années 1970 et 1980 veulent des changements au protocole de la police

De Joanne Bayly, Sabrina Marandola, CBC News

martin-coiteux

«Je vais répondre à cela,« ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux dit à propos d’une lettre qu’il a reçue de demander une enquête publique sur la façon dont la police traitées enquêtes il y a des décennies. (Radio-Canada)

 

Le ministre de la Sécurité publique du Québec dit qu’il prend au sérieux une demande de huit familles qui veulent une enquête publique sur la façon dont la police a mené des enquêtes dans les années 1970 et au début des années 80.

Martin Coiteux a reçu une lettre au début du mois de l’ancien ministre de la Justice, Marc Bellemare.

Dans ce document, les membres de la famille demandent des modifications au protocole de police.

Ils veulent que la SQ de prendre en charge tous les cas de meurtre dans la province.

Ils demandent également à la police d’être plus respectueux des membres de la famille quand un proche est retrouvé assassiné.

victims-families

Les parents de huit femmes et les filles dont suspectes décès n’a jamais été résolu rencontré avec l’avocat Marc Bellemare plus tôt ce mois-ci pour demander une enquête publique. (Présentée par Stéphan Parent)

 

Les parents impliqués comprennent les familles de Sharron Prior, Theresa Allore et Hélène Monast.

Prior a disparu de son quartier de Pointe-St-Charles Montréal en Mars 1975. Le 16-year-old a été dirigé vers un lieu de rencontre de quartier pour une boisson gazeuse avec quelques amis, mais elle n’a jamais tourné vers le haut. Son corps a été retrouvé trois jours plus tard dans un champ, violée et battue.
Allore était étudiant au Collège Champlain à Lennoxville, au Québec., Quand elle a disparu en Novembre 1978.

Le corps de Allore a été trouvé sur le bord de la rivière Coaticook près de Compton le 13 Avril, 1979. Ses restes étaient en mauvais état.

Dans un premier temps, la police a appelé une surdose de drogue probable. Plus tard, un coroner a jugé qu’elle avait probablement été étranglée.

Le frère de Allore considéré l’enquête a été bâclée par la police.
Hélène Monast a été attaqué et tué alors qu’il rentrait chez lui de son parti 18e anniversaire.

Son corps a été retrouvé dans un parc à proximité du canal de Chambly. Son meurtrier n’a jamais été retrouvé.
Coiteux dit qu’il regarde la lettre demandant une enquête publique.

“Nous analysons les demandes qui ont été soumises à moi … et, bien sûr, nous avons les mêmes préoccupations et nous voulons trouver la réponse appropriée à ce sujet. Donc, finalement, je vais répondre à cette question.”

Tags:

CBC interview on 1970s Cold-Cases

cbc

 

This is the audio from an interview I did a couple of weeks ago in Montreal with Kate McGillivray of CBC Radio Montreal. The interview aired on Monday, April 18th, 2016. I would call it one of the best of the interviews on these matters, simply because Kate was a very skilled host, and took the time to slowly understand the story:

 

 

In this interview there is discussion of the original Who Killed Theresa? casse, the Denise Bazinet case as the glue between Montreal and the Eastern Townships, and Stephan Parent’s initiative to make a film focusing on seven of these cold-cases.

 

I am also linking an interview I did with Canadian journalist, Rob Tripp on his podcast, CanCrime. This was done about a month ago:

 

Unsolved murders blamed on “incompetent” Quebec police

Finally, this is a brief five minute spot I did with Barry Morgan from CJAD that aired April 19, 2016:

The death of Theresa Allore is getting another look from the SQ

Tags:

Québec Cold-Cases: Les familles des 8 femmes mortes appellent à une enquête publique

Joanne Bayly de CBC a fait une histoire de suivi inattendue; il est vraiment bon, donc je vais tout simplement poster le tout.

Pour récapituler: Oui, je suis au Québec il y a quelques semaines, à l’exception de la rencontre avec la SQ (plus tard), nous avons eu une réunion avec plusieurs familles de victimes. Avec l’aide de Stephan Parent et Marc Bellemare nous sommes arrivés avec une une série de réformes à présenter au ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux.

Les familles présentes / qui se sont rencontrés étaient: Sharron Prior, Johanne Dorion, Lison Blais, Denise Bazinet, Helene Monast, Roxanne Luce.

Une note sur l’article: Que la SQ ne peut pas confirmer leur propre mesure du nombre d’homicides en 1977, 1978 exprime du problème. Les chiffres sont bien documentés dans le rapport de 2005 de Statistique Canada sur la criminalité, qui a fouillé spécifiquement dans l’homicide (je crois que mes chiffres étaient hors de 1):

http://publications.gc.ca/Collection-R/Statcan/85-002-XIE/85-002-XIE2006006.pdf

Voici une traduction française: l’article va plus en profondeur que les pièces TVA et Metro Montréal, et devrait être vu par tous:

victims-families

Les parents de huit femmes qui ont subi des morts violentes dans les années 1970 et au début des années 1980, demandent ministre de la Sécurité publique du Québec Martin Coiteux pour appeler une enquête publique sur les méthodes de maintien de l’ordre dans la province.
Pendant des décennies, ces familles ont honoré la mémoire de leurs sœurs et filles perdues, en attente d’un appel de la police pour confirmer une arrestation et, dans certains cas, devenir détectives eux-mêmes.

Aujourd’hui, leur espoir a été renouvelé grâce aux efforts d’un cinéaste québécois, Stéphan Parent, qui fait un documentaire sur sept de ces femmes, intitulé provisoirement Sept Femmes.

“Nous avons trouvé [plus] La preuve a été détruite par la police», a déclaré Parent.

marc-bellemare-and-victims-families
Parent, qui a commencé à enquêter sur l’homicide non résolu de 16 ans Sharron Prior, a remarqué un modèle dans d’autres cas froids de la même époque: détruit des preuves, des parents dont les appels sont restés sans réponse, les forces de police qui ont échoué à communiquer entre eux.

Parent contacté l’ancien ministre libéral de la Justice Marc Bellemare pour aider les familles à construire un cas pour une enquête.

Les filles et les femmes disparues

La fin des années 1970 ne sont pas un temps facile d’être une adolescente ou une jeune femme au Québec. Mois après mois, un autre a été porté disparu – puis retrouvé mort.

Parmi eux:

  • Pointe-Saint-Charles: Mars 1975. Sharron Prior, 16, était sur son chemin pour avoir une pizza avec des amis dans un restaurant cinq minutes de chez elle. Son corps a été retrouvé trois jours plus tard dans la neige à Longueuil. Personne n’a jamais été arrêté.mi-sharron-prior
  • Chateauguay, deux adolescentes se trouvent tués: 12 ans Norma O’Brien en Juillet 1974 et 14 ans Debbie Fisher en Juin 1975. Un jeune homme, un mineur, avoue les meurtres, bien que son nom et le les détails sont encore voilés de mystère.
  • Sherbrooke, Mars 1977: 20 ans Louise Camirand se trouve dans la neige, 2 jours après l’arrêt à une histoire pratique pour acheter du lait et des cigarettes. Son assassin ne se trouve jamais.
  • Montréal, Juin 1978: 17 ans Lison Blais est retrouvé mort mètres seulement de l’entrée arriiere de la maison où elle vivait avec ses parents sur rue Christophe-Colomb. Elle avait laissé un bar-discothèque sur St-Laurent Boulevard tôt ce matin. Elle avait été violée et frappée sur la tête, et il y avait des marques d’étouffement sur son cou.
  • Lennoxville, Novembre 1978: 19 ans Theresa Allore disparaît du campus du Collège Champlain, que l’on trouve au bord de la rivière Coaticook cinq mois plus tard. La police règle sa mort suspecte.
    Theresa Allore dans la cuisine de sa famille

T-04
Un tueur en série?

«Je pense que le Québec à cette époque était un endroit très violent», a déclaré John Allore, l’un des parents qui demandent une enquête publique.
«Les gens se sont enfuis avec beaucoup plus. Dans le monde d’aujourd’hui, avec les téléphones cellulaires et toute cette technologie, des caméras partout, il est pas aussi facile de sortir avec ce genre de comportements.”

Ses recherches montrent qu’il y avait 179 homicides au Québec en 1977 et 177 l’année précédente. En 2013, il y avait 68 homicides dans la province.

La SQ ne confirme pas les statistiques, mais il est clair que, dans les années 1970, les criminels devenaient loin avec le viol et même assassiner.

Il a dit parce que les forces de police à l’époque travaillaient dans l’isolement, ils ont échoué à identifier les tendances.

S’il y avait un tueur en série sur le lâche dans la grande région de Montréal, comme certains parents des femmes mortes croient, la police n’a pas comprendre cela – ou ne partagent pas leurs soupçons avec les familles des victimes.

Changement d’attitudes

Lt. Martine Asselin, porte-parole pour l’unité de cas froide de la SQ, reconnaît qu’il a été plus difficile alors de résoudre les cas.

«Beaucoup de choses ont changé depuis ces années: l’évolution des techniques et de l’évolution de l’ADN et de la façon de traiter les éléments de preuve a également changé,” dit-elle.

«Les communications entre les forces de police est très présent. Nous avons un groupe de travail pour gérer les tueurs en série ou d’agressions sexuelles en série”, a déclaré Asselin.

L’unité de cas froid a récemment ajouté plus d’agents, et Asselin dit la force de police provinciale cherche sérieusement ces crimes non résolus. Quant à la diminution du nombre d’homicides au fil des ans, Asselin attribue techniques policières améliorées, y compris celles qui visent à la prévention du crime.
John Allore est d’accord, il y a eu un changement d’attitude.

“Certes, dans les années 1970, le viol et les agressions sexuelles ne sont pas pris au sérieux alors qu’ils le sont aujourd’hui”, a déclaré Allore. Il a dit blâmer la victime était la norme.

“Une femme est trouvée avec une corde, une ligature autour de son cou, et la police disent qu’il aurait pu être le suicide. Une jeune fille est retrouvée abandonnée dans un champ, et ils disent qu’il aurait pu être un hit-and-run.”

Ma sœur se trouve dans son soutien-gorge et sous-vêtements dans un cours d’eau, et ils disent qu’il aurait pu être une surdose de drogue. “

la demande d’enquête se concentre sur 8 cas

La lettre au ministre de la sécurité publique se concentre sur huit cas: Sharron Prior, Louise Camirand, Joanne Dorion, Hélène Monast, Denise Bazinet, Lison Blais, Theresa Allore et Roxanne Luce.

helene-monast

Hélène Monast rentrait d’une soirée célébrant son 18e anniversaire quand elle a été tuée dans un parc de Chambly en 1977.
Dans ce document, les familles demandent les modifications suivantes:

  • Que tous les meurtres et les disparitions partout dans la province seront étudiées uniquement par la Sûreté du Québec.
  • Qu’un protocole soit mis en place pour assurer que tous les éléments de preuve et de l’information se tient dans un lieu centralisé.
  • Que les policiers soient payés pour suivre une formation spécialisée.
  • Que les familles des victimes soient tenus systématiquement informés de l’évolution de toute enquête.
  • Que les familles des victimes, accompagnés de leurs avocats, avoir accès aux dossiers complets des enquêtes, si le crime est toujours pas résolu après 25 ans.

Un porte-parole du ministère de la Sécurité publique dit les fonctionnaires sont bien conscients de la situation difficile que les proches des personnes disparues ou assassinées doivent passer par. Le ministère affirme qu’il a reçu la lettre demandant une enquête publique, et que la demande est en cours d’analyse.

Tags:
Categories: