Crime & Culture in the City of Montreal – Interview with Kristian Gravenor – WKT #6

Here’s our interview with Kristian Gravenor, author of the soon to be released MONTREAL: 375 TALES.

 This is Episode 6 of the Who Killed Theresa? podcast:

Here are links to some things we discussed including Coolopolis, Montreal Biker Gangs (including legendary figure Michael French), the Reet Jurvetson case, Sharon Prior, Norma O’brien / Debbie Fisher and the Chateauguay Full Moon Killer murders, the Montreal tabloid Allo Police:

Here’s a link to Kristian’s blog, Coolopolis, and the Chateauguay Full Moon Killer case:

Here’s a link to Coolopolis’ reporting on the Charles Manson / Reet Jurvetson case:

Satan’s Choice biker Michael French and the connection to the Sharon Prior case (French is at the bottom on the left):

The history of Allo Police / Photo Police:

Link to National Film Board of Canada documentary, Station 10:

Maurice “The Rocket” Richard:

This happened:

Tags:

An inquiry about Melanie Cabay

imgres-1
Dear Sir:
Thank you for contacting me regarding the unsolved murder of Melanie Cabay.
First, I am aware of all those cases you speak of, and I believe Poirier Enquette is doing stories on both Cabay and  Marie-Ève Larivière. I am happy to help you with anything. I have been asked before to take my research into the 80s and 90s: I haven’t done that because I find the work exhausting / disturbing: I can’t do everything. But I am happy to assist anyone with my ideas.
I will offer a few things:
On the one hand, there are similarities with the cases I researched and the cases you bring up from the 1990s: abductions in cities, with bodies being disposed of on the frontier of cities. Clothing scattered. These may be patterns of a single offender. On the other hand they may also be patterns of simply what offenders do: You don’t “shit where you eat” as they say in english. So you don’t want a body around where you live and play (in this case “play” = stalking and killing women).  The clothing scattered: this may be what all offenders do in a panic: they dump the body: they don’t want anything associated with the body near them, in their car, etc… so they get rid of it quickly: I don’t think in any of these cases we are talking about the rape and murder occurring at the site where they were found: the rape and murder (in the cases where this happened) occurred somewhere else, THEN they dumped the bodies.
So again, could this be the work of one person? Possibly. I am more inclined to think it is maybe 4 or 5 similar offenders, who repeated several crimes, and who copycatted each other (if you observe that a woman in the early seventies gets raped and murdered and the police do nothing about it? maybe this inspires a criminal: maybe they think they can get away with it too. Better still, if they copy it, maybe the other guy will get blamed for it. Understand?) This happened in London, Ontario in the 70s, so it is not unprecedented:  
That the murders in the Montreal / Sherbrooke area stopped around 1981 may be attributed to many things:
1. Offender moves away
2. Offender gets arrested for some other crime, is in prison for an extended period.
But there is another element. Around 1981 the Quebec police stopped being so generous in sharing information. Up until 1981 there was a fairly fluid relationship between the police and the media in Quebec (The offices of Allo Police were across the street from the Surete du Qubec’s Montreal headquarters on Parthenais). The crime scene photographers were quasi-journalist / civilian police staff. As a result, a lot of information about victims and crimes was accessible, and still is accessible. After 1981, the policy with Quebec police must have changed. You can see it in the crime archives at Rouge Media  / Allo Police: the files from the 70s are filled with all kinds of things, from photos to police reports. When you research the the files from the late 80s? All of that is gone. There are only newspaper clippings. There are none, or very little source documents.
What I am suggesting is that maybe there were other murders, we just never heard of them because the Quebec police closed its doors.
So I will get to the question you are ultimately asking: could one serial killer be responsible from the 70s up until now: from Prior to Allore to Cabay to Cedrika Provencher, and all of the others along the way?
Highly improbable when you look at the length of the timeline 40 years? An offender in their 70s today. Improbable, but possible.
More probable? We are talking about several offenders with overlapping timelines. This is just an example: 
  • Offender 1: Prior, Houle, Leakey (75 to 81).  
  • Offender 2: Camirand, Allore, Bazinet – goes to jail then – Cabay? (77 – 94) Maybe.
  • Offender 3: Nicole Gaudreault – moves from Montreal to Sherbrooke, gets a good job, has a stable life, dormant for decades, then a crisis happens, he re-emerges – Cedrika? (79 – 2007) Maybe.
I see no issue with entertaining such possibilities. There are all kinds of examples that can back up such behavior. 
images
You asked, how did I access police information. Well, one source I mentioned above, the archives of Allo Police, now located at Section Rouge Media in Longueuil. The other source is the Grand Bibliotheque on de Maisonneuve in Montreal. You can make a records request (give them the victim name, date and location of disappearance, date and location of discovery) if they have it, it will cost you a few dollars for the service.  
I have already put a request in for you for Melanie Cabay. If I receive anything I will pass the information on to you, with my complements. 
Thank you for reaching out to me, and I wish you every success.
Regards,
John Allore
Tags:
Categories:

Sûreté du Québec: Je suis toujours inquiet

Chantal Tremblay

Chantal Tremblay

“Médecin, guéristoi toimême!”

 

Ceci est une bonne première étape, mais il est en fait mauvais conseils. Il est comme la complainte d’un addict.  «J’ai prouvé que vous avez tort sur des dizaines d’occasions, tout au long des années, mais CETTE FOIS je vais changer, Tout au long de la force de volonté de puissance.”

La vérité est ce ne sont que des mots. Sans une stratégie et des objectifs, sans moyen de mesurer les résultats, sans l’aide des autres; changement volontaire arrive rarement.

Et ceci est la situation dans laquelle nous nous trouvons avec la police du Québec.

Je me suis assis avec la Sûreté du Québec à Montréal il y a quelques semaines. Voici ce que j’entendu:

  1. Il est mieux maintenant, ils ont de nouveaux enquêteurs motivés qui travaillent sans relâche pour résoudre des crimes.
  2. Ils ont de nouvelles technologies qui peuvent mieux faire avancer les enquêtes.
  3. Je suis juste un gars travailler avec des fichiers journaux et documents historiques; la SQ a accès à beaucoup plus d’informations.

Il est la même chose que nous avons entendu dans l’article en ligne CBC a publié cette semaine:

Lt. Martine Asselin, porte-parole pour l’unité de cas froide de la SQ, reconnaît qu’il a été plus difficile alors de résoudre les cas.

«Beaucoup de choses ont changé depuis ces années: l’évolution des techniques et de l’évolution de l’ADN et de la façon de traiter les éléments de preuve a également changé,” dit-elle.

«Les communications entre les forces de police est très présent. Nous avons un groupe de travail pour gérer les tueurs en série ou d’agressions sexuelles en série”, a déclaré Asselin.

L’unité de cold-case a récemment ajouté plus d’agents, et Asselin dit la force de police provinciale cherche sérieusement ces crimes non résolus. Quant à la diminution du nombre d’homicides au fil des ans, Asselin attribue techniques policières améliorées, y compris celles qui visent à la prévention du crime.

Soit l’adresse de ce dernier point. La SQ peut prendre tout le crédit qu’il veut pour la réduction de la criminalité violente au fil des ans. La réalité est que personne ne sait ce qui a causé la réduction de la criminalité violente en Amérique du Nord au cours des trois dernières décennies, et je ne sais pas d’un service de police ou partout une academique / professeur qui prétendent qu’ils connaissent la réponse.

Mais puisque nous parlons des statistiques de la criminalité, voici ce que je sais. Plus de trois décennies, le Québec a eu l’un des pires taux de toutes les provinces canadiennes de déminage d’homicide. Cela ne veut pas mon opinion, qui est selon le rapport 2005 de Statistique Canada, les homicides au Canada. De 1976-2005 Québec avait un taux de clairance homicide de 74%. La moyenne canadienne était de 84%. Pire encore, voici les taux de classement des homicides pour les principales forces du Québec au cours de la même période – parmi les pires dans le pays:

Sûreté du Québec: 80%

Longueuil police: 74%

Laval police: 67%

Montréal police: 65%

SQ Cold Case Website

Il y a eu beaucoup de bavardages sur le cas de ma sœur étant mis en place sur le website de cold-case de la Sûreté du Québec, comme si cela signifie que le cas a été “ré-ouvert”. Pour commencer, j’ai jamais dit cela et la police n’a jamais dit, c’était juste un titre de media. Le cas de Theresa n’a jamais été fermée. Mettre le cas sur un site de la police est une victoire symbolique et important, une reconnaissance transparente et responsable que la police reconnaisse sa mort comme un crime violent.

Lorsque j’ai rencontré la Sûreté du Québec, je leur ai demandé, “depuis que l’affaire a été sur le website, le nombre d’appels / conseils avez-vous reçu?”.

Répondre? Aucun.

C’était de ne me surprend pas. La police a perdu beaucoup de crédibilité dans ces questions qu’il faudra beaucoup de temps avant que le public leur fait confiance suffisant pour présenter des informations. La vérité est qu’ils doivent faire plus de se cacher derrière un website pour restaurer la bonne volonté avec le public. Beaucoup plus. Je ne vais pas perdre de mots à ce sujet, il existe de nombreux exemples d’efforts de police communautaire en Amérique du Nord, tout le monde peut regarder vers le haut, mais la base si la police communautaire est de sortir dans la communauté et d’agir comme un partenaire de la société, non pas simplement comme une autre menace perçue pour cette communauté, et croyez-moi, la police de Québec sont considérés comme une menace sociale.

Retour à la question de la participation du public. Dans la même période que la police avait le cas de ma sœur sur leur website, combien de contacts crédibles / conseils ai-je reçu?

Répondre? Deux, dont les deux je me suis tourné vers la police.

Pour ceux de vous garder les buts:

Who KilledTheresa? = 2, SQ = 0

Ok, assez avec la niaiserie, je vais rendre à mon point. Je demandai la SQ, “quand vous obtenez tous les cas sur le wensite“; Bazinet, Houle, Camirand, Tremblay, etc …

On m’a dit qu’il fallait prendre lent, si l’on met trop d’informations là-bas, ils pourraient risquer une surcharge sur leurs ressources.

Vraiment? Vous ne pouvez pas avoir les deux. Vous ne pouvez pas – d’une part – dire que personne ne visite votre wedsite, puis demi-tour et dire mettre plus de cas sur ce site va planter le système. Le point ici est la transparence, la reconnaissance et la responsabilité. Les enquetes de Louise Camirand, Jocelyne Houle, Denise Bazinet et Chantal Tremblay doivent être présentés sur le website de la SQ immédiatement pour démontrer au public qu’ils sont au service de police responsable de la résolution de ces crimes.

Chantal Tremblay

En parlant de Chantal Tremblay. Rappelons que c’est un cas de 1977. Chantal a disparu en Mars 1977 et ses restes ont été trouvés neuf mois plus tard dans un peu d’une compétence de police no-mans-land à la frontière de Rosemere et Terrerbonne. Il y a très peu d’informations sur Chantal, donc j’ai essayé de déterminer à qui appartient le cas; SQ, Terrebonne, ou la police intermunicipale de Thérèse-De-Blainville (qui représente aujourd’hui Rosemere).

Je vais maintenant vous raconter une série de correspondances qui ont transpiré entre moi et la police. Cela n’a rien de personnel, mon intention est de ne pas les embarrasser, cela est une démonstration importante d’un problème qui doit être abordé.

La Sûreté du Québec a tenté de trouver l’affaire Chantal Tremblay, ils ont conclu qu’il n’y avait pas leur cas. La police  de Therese-De-Blainville penchés sur la question, ils ont conclu que trop était pas leur cas soit, et m’a conseillé de contacter la Sûreté du Québec.

À ce stade, la SQ a appelé le temps, et généreusement offert d’aller au fond de la question pour localiser le cas de Chantal Tremblay.

Le lendemain matin, la Sûreté du Québec m’a informé que le cas de Chantal Tremblay était en fait un assassiner non résolu, et qu’ils seraient immédiatement attribuer un enquêteur à son dossier.

Alors que j’apprécié le suivi rapide, la situation peine inspirait confiance, et j’exprimé mon mécontentement à la SQ. Ils ont répondu que peut-être ce fut le cas que je connaissais le nom de chaque homicide non résolu, mais qu’ils ne l’ont pas, et qu’ils ne promis qu’ils l’ont fait.

Attends une minute.

Voilà exactement ce qu’ils ont promis. Ils m’a assuré que je pense que je sais tout avec mes vieux journaux et les fichiers historiques, mais ils ont eu accès à beaucoup plus d’informations et de technologies.

Je me rends compte que d’être appelé comme ceci est difficile à entendre. Croyez-moi, ça me fait pas plaisir à le faire.

Il est encore moins d’un plaisir sentant un manque de confiance dans les capacités d’enquête de l’agence chargée de résoudre ces crimes.

Il est pas comme la police ne peut prétendre qu’ils sont aveugles face, ou n’a pas vu venir. En 2013, j’ai donné un résumé de tous ces cas et a suggéré / mis en garde qu’ils devraient être examinés (lien ici). En Février je l’ai dit explicitement que je suis déçu que rien n’a été avancé depuis ce temps, et a donné l’avertissement juste que j’allais à provoquer et à les embarrasser (lien ici). Personne ne peut me reprocher de “gotcha” tactiques.

Nous, membres de la famille accrochés à ces froids-cas, avec l’espoir de résolutions aux horreurs et les traumatismes que nous avons connu, sont confrontés à un paradoxe. En attirant l’attention sur les problèmes, nous risquons de perdre la communication et la coopération de la police; le seul moyen d’amener ces cas à la justice. Mais en étant silencieux et complices, nous courons à nouveau le risque que ces crimes ne seront jamais résolus.

La police peut dire qu’ils sont en train de faire mieux, et nous pouvons appeler cela en question, mais le fait demeure, il est une mesure pour évaluer qui a raison et qui a tort: le taux de clairance de l’homicide. Résoudre un cas froid, déplacer l’aiguille, regarder la ligne sur le graphique descendre; qui est la seule métrique pour évaluer l’efficacité des enquêtes sur les homicides.

Mise à jour: Le dossier de Chantal Tremblay est manquant dans les archives publiques du Québec (BAnQ).

Tags:

Le Ministre de la Sécurité publique du Québec examinera enquête sur les cold-cases

8 familles des victimes qui ont disparu dans les années 1970 et 1980 veulent des changements au protocole de la police

De Joanne Bayly, Sabrina Marandola, CBC News

martin-coiteux

«Je vais répondre à cela,« ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux dit à propos d’une lettre qu’il a reçue de demander une enquête publique sur la façon dont la police traitées enquêtes il y a des décennies. (Radio-Canada)

 

Le ministre de la Sécurité publique du Québec dit qu’il prend au sérieux une demande de huit familles qui veulent une enquête publique sur la façon dont la police a mené des enquêtes dans les années 1970 et au début des années 80.

Martin Coiteux a reçu une lettre au début du mois de l’ancien ministre de la Justice, Marc Bellemare.

Dans ce document, les membres de la famille demandent des modifications au protocole de police.

Ils veulent que la SQ de prendre en charge tous les cas de meurtre dans la province.

Ils demandent également à la police d’être plus respectueux des membres de la famille quand un proche est retrouvé assassiné.

victims-families

Les parents de huit femmes et les filles dont suspectes décès n’a jamais été résolu rencontré avec l’avocat Marc Bellemare plus tôt ce mois-ci pour demander une enquête publique. (Présentée par Stéphan Parent)

 

Les parents impliqués comprennent les familles de Sharron Prior, Theresa Allore et Hélène Monast.

Prior a disparu de son quartier de Pointe-St-Charles Montréal en Mars 1975. Le 16-year-old a été dirigé vers un lieu de rencontre de quartier pour une boisson gazeuse avec quelques amis, mais elle n’a jamais tourné vers le haut. Son corps a été retrouvé trois jours plus tard dans un champ, violée et battue.
Allore était étudiant au Collège Champlain à Lennoxville, au Québec., Quand elle a disparu en Novembre 1978.

Le corps de Allore a été trouvé sur le bord de la rivière Coaticook près de Compton le 13 Avril, 1979. Ses restes étaient en mauvais état.

Dans un premier temps, la police a appelé une surdose de drogue probable. Plus tard, un coroner a jugé qu’elle avait probablement été étranglée.

Le frère de Allore considéré l’enquête a été bâclée par la police.
Hélène Monast a été attaqué et tué alors qu’il rentrait chez lui de son parti 18e anniversaire.

Son corps a été retrouvé dans un parc à proximité du canal de Chambly. Son meurtrier n’a jamais été retrouvé.
Coiteux dit qu’il regarde la lettre demandant une enquête publique.

“Nous analysons les demandes qui ont été soumises à moi … et, bien sûr, nous avons les mêmes préoccupations et nous voulons trouver la réponse appropriée à ce sujet. Donc, finalement, je vais répondre à cette question.”

Tags:

Québec Cold-Cases: Les familles des 8 femmes mortes appellent à une enquête publique

Joanne Bayly de CBC a fait une histoire de suivi inattendue; il est vraiment bon, donc je vais tout simplement poster le tout.

Pour récapituler: Oui, je suis au Québec il y a quelques semaines, à l’exception de la rencontre avec la SQ (plus tard), nous avons eu une réunion avec plusieurs familles de victimes. Avec l’aide de Stephan Parent et Marc Bellemare nous sommes arrivés avec une une série de réformes à présenter au ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux.

Les familles présentes / qui se sont rencontrés étaient: Sharron Prior, Johanne Dorion, Lison Blais, Denise Bazinet, Helene Monast, Roxanne Luce.

Une note sur l’article: Que la SQ ne peut pas confirmer leur propre mesure du nombre d’homicides en 1977, 1978 exprime du problème. Les chiffres sont bien documentés dans le rapport de 2005 de Statistique Canada sur la criminalité, qui a fouillé spécifiquement dans l’homicide (je crois que mes chiffres étaient hors de 1):

http://publications.gc.ca/Collection-R/Statcan/85-002-XIE/85-002-XIE2006006.pdf

Voici une traduction française: l’article va plus en profondeur que les pièces TVA et Metro Montréal, et devrait être vu par tous:

victims-families

Les parents de huit femmes qui ont subi des morts violentes dans les années 1970 et au début des années 1980, demandent ministre de la Sécurité publique du Québec Martin Coiteux pour appeler une enquête publique sur les méthodes de maintien de l’ordre dans la province.
Pendant des décennies, ces familles ont honoré la mémoire de leurs sœurs et filles perdues, en attente d’un appel de la police pour confirmer une arrestation et, dans certains cas, devenir détectives eux-mêmes.

Aujourd’hui, leur espoir a été renouvelé grâce aux efforts d’un cinéaste québécois, Stéphan Parent, qui fait un documentaire sur sept de ces femmes, intitulé provisoirement Sept Femmes.

“Nous avons trouvé [plus] La preuve a été détruite par la police», a déclaré Parent.

marc-bellemare-and-victims-families
Parent, qui a commencé à enquêter sur l’homicide non résolu de 16 ans Sharron Prior, a remarqué un modèle dans d’autres cas froids de la même époque: détruit des preuves, des parents dont les appels sont restés sans réponse, les forces de police qui ont échoué à communiquer entre eux.

Parent contacté l’ancien ministre libéral de la Justice Marc Bellemare pour aider les familles à construire un cas pour une enquête.

Les filles et les femmes disparues

La fin des années 1970 ne sont pas un temps facile d’être une adolescente ou une jeune femme au Québec. Mois après mois, un autre a été porté disparu – puis retrouvé mort.

Parmi eux:

  • Pointe-Saint-Charles: Mars 1975. Sharron Prior, 16, était sur son chemin pour avoir une pizza avec des amis dans un restaurant cinq minutes de chez elle. Son corps a été retrouvé trois jours plus tard dans la neige à Longueuil. Personne n’a jamais été arrêté.mi-sharron-prior
  • Chateauguay, deux adolescentes se trouvent tués: 12 ans Norma O’Brien en Juillet 1974 et 14 ans Debbie Fisher en Juin 1975. Un jeune homme, un mineur, avoue les meurtres, bien que son nom et le les détails sont encore voilés de mystère.
  • Sherbrooke, Mars 1977: 20 ans Louise Camirand se trouve dans la neige, 2 jours après l’arrêt à une histoire pratique pour acheter du lait et des cigarettes. Son assassin ne se trouve jamais.
  • Montréal, Juin 1978: 17 ans Lison Blais est retrouvé mort mètres seulement de l’entrée arriiere de la maison où elle vivait avec ses parents sur rue Christophe-Colomb. Elle avait laissé un bar-discothèque sur St-Laurent Boulevard tôt ce matin. Elle avait été violée et frappée sur la tête, et il y avait des marques d’étouffement sur son cou.
  • Lennoxville, Novembre 1978: 19 ans Theresa Allore disparaît du campus du Collège Champlain, que l’on trouve au bord de la rivière Coaticook cinq mois plus tard. La police règle sa mort suspecte.
    Theresa Allore dans la cuisine de sa famille

T-04
Un tueur en série?

«Je pense que le Québec à cette époque était un endroit très violent», a déclaré John Allore, l’un des parents qui demandent une enquête publique.
«Les gens se sont enfuis avec beaucoup plus. Dans le monde d’aujourd’hui, avec les téléphones cellulaires et toute cette technologie, des caméras partout, il est pas aussi facile de sortir avec ce genre de comportements.”

Ses recherches montrent qu’il y avait 179 homicides au Québec en 1977 et 177 l’année précédente. En 2013, il y avait 68 homicides dans la province.

La SQ ne confirme pas les statistiques, mais il est clair que, dans les années 1970, les criminels devenaient loin avec le viol et même assassiner.

Il a dit parce que les forces de police à l’époque travaillaient dans l’isolement, ils ont échoué à identifier les tendances.

S’il y avait un tueur en série sur le lâche dans la grande région de Montréal, comme certains parents des femmes mortes croient, la police n’a pas comprendre cela – ou ne partagent pas leurs soupçons avec les familles des victimes.

Changement d’attitudes

Lt. Martine Asselin, porte-parole pour l’unité de cas froide de la SQ, reconnaît qu’il a été plus difficile alors de résoudre les cas.

«Beaucoup de choses ont changé depuis ces années: l’évolution des techniques et de l’évolution de l’ADN et de la façon de traiter les éléments de preuve a également changé,” dit-elle.

«Les communications entre les forces de police est très présent. Nous avons un groupe de travail pour gérer les tueurs en série ou d’agressions sexuelles en série”, a déclaré Asselin.

L’unité de cas froid a récemment ajouté plus d’agents, et Asselin dit la force de police provinciale cherche sérieusement ces crimes non résolus. Quant à la diminution du nombre d’homicides au fil des ans, Asselin attribue techniques policières améliorées, y compris celles qui visent à la prévention du crime.
John Allore est d’accord, il y a eu un changement d’attitude.

“Certes, dans les années 1970, le viol et les agressions sexuelles ne sont pas pris au sérieux alors qu’ils le sont aujourd’hui”, a déclaré Allore. Il a dit blâmer la victime était la norme.

“Une femme est trouvée avec une corde, une ligature autour de son cou, et la police disent qu’il aurait pu être le suicide. Une jeune fille est retrouvée abandonnée dans un champ, et ils disent qu’il aurait pu être un hit-and-run.”

Ma sœur se trouve dans son soutien-gorge et sous-vêtements dans un cours d’eau, et ils disent qu’il aurait pu être une surdose de drogue. “

la demande d’enquête se concentre sur 8 cas

La lettre au ministre de la sécurité publique se concentre sur huit cas: Sharron Prior, Louise Camirand, Joanne Dorion, Hélène Monast, Denise Bazinet, Lison Blais, Theresa Allore et Roxanne Luce.

helene-monast

Hélène Monast rentrait d’une soirée célébrant son 18e anniversaire quand elle a été tuée dans un parc de Chambly en 1977.
Dans ce document, les familles demandent les modifications suivantes:

  • Que tous les meurtres et les disparitions partout dans la province seront étudiées uniquement par la Sûreté du Québec.
  • Qu’un protocole soit mis en place pour assurer que tous les éléments de preuve et de l’information se tient dans un lieu centralisé.
  • Que les policiers soient payés pour suivre une formation spécialisée.
  • Que les familles des victimes soient tenus systématiquement informés de l’évolution de toute enquête.
  • Que les familles des victimes, accompagnés de leurs avocats, avoir accès aux dossiers complets des enquêtes, si le crime est toujours pas résolu après 25 ans.

Un porte-parole du ministère de la Sécurité publique dit les fonctionnaires sont bien conscients de la situation difficile que les proches des personnes disparues ou assassinées doivent passer par. Le ministère affirme qu’il a reçu la lettre demandant une enquête publique, et que la demande est en cours d’analyse.

Tags:
Categories:

Quebec cold cases: Families of 8 dead women call for public inquiry

The CBC’s Joanne Bayly did an unexpected follow-up story; it’s really good so I’m going to simply post the whole thing.

To recap:  Yes, I was in Quebec a few weeks ago, apart from meeting with the SQ (more on that later), we had a meeting with several victim families. With the help of Stephan Parent and Marc Bellemare we came up with a a series of reforms to present to current Quebec Minister of Public Security, Martin Coiteux.

The families present / who met were:  Sharron Prior, Johanne Dorion, Lison Blais, Denise Basinet, Helene Monaste, Roxanne Luce.

A note on the article: That the SQ can’t confirm their own measure of the number of homicides in 1977, 1978 speaks to the problem. The numbers are well documented in StatsCan’s 2005 report on crime, which delved specifically into homicide (I believe my numbers were off by 1):

http://publications.gc.ca/Collection-R/Statcan/85-002-XIE/85-002-XIE2006006.pdf

victims-families

The relatives of eight women who suffered violent deaths in the 1970s and early 1980s are calling on Quebec Public Security Minister Martin Coiteux to call a public inquiry into policing methods in the province.

For decades, those families have honoured the memory of their lost sisters and daughters, waiting for a call from police to confirm an arrest and, in some cases, becoming detectives themselves.

Now their hope has been renewed through the efforts of a Quebec filmmaker, Stéphan Parent, who is making a documentary about seven of those women, tentatively entitled Sept Femmes. 

“We found [much] evidence was destroyed by police,” Parent said.

Marc Bellemare and victims' families

Former justice minister Marc Bellemare (left) is calling on Public Security Minister Martin Coiteux to look into police techniques when it comes to missing and murdered women.

Parent, who began investigating the unsolved homicide of 16-year-old Sharron Prior, noticed a pattern in other cold cases from the same era: destroyed evidence, relatives whose calls went unanswered, police forces that failed to communicate with one another.

Parent contacted former Liberal justice minister Marc Bellemare to help the families build a case for an inquiry.

The missing girls and women

The late 1970s were not an easy time to be a teenage girl or young woman in Quebec. Month after month, another was reported missing – and then found dead.

Among them:

  • Pointe–Saint-Charles: March 1975. Sharron Prior, 16, was on her way to have pizza with friends at a restaurant five minutes from her home. Her body was found three days later in the snow in Longueuil. No one has ever been arrested.

    mi-sharron-prior

    Sharron Prior was last seen March 29, 1975. (CBC)

  • Chateauguay, two teenage girls are found killed: 12-year-old Norma O’Brien in July 1974 and 14-year-old Debbie Fisher in June 1975. A young man, a minor, confesses to the killings, though his name and the details are still cloaked in mystery.
  • Sherbrooke, March 1977: 20-year-old Louise Camirand is found in the snow, 11 days after stopping at a convenience story to buy milk and cigarettes. Her killer is never found.
  • Montreal, June 1978: 17-year-old Lison Blais is found dead just metres from the entrance of the home where she lived with her parents on Christophe-Colomb Street. She’d left a disco bar on St-Laurent Boulevard early that morning. She had been raped and struck on the head, and there were choking marks on her neck.
  • Lennoxville, November 1978: 19-year-old Theresa Allore disappears from the campus of Champlain College, only to be found at the edge of the Coaticook River five months later. Police rule her death suspicious.

    Theresa Allore in her family's kitchen

    Theresa Allore in her family’s kitchen. She was 19 when she disappeared.

A serial killer?

“I think Quebec in that era was a very violent place,” said John Allore, one of the relatives who is asking for a public inquiry.

 

“People got away with a lot more. In today’s world, with cellphones and all this technology, cameras everywhere, it’s not as easy to get away with these kind of behaviours.”

His research shows there were 179 homicides in Quebec in 1977 and 177 the year before. In 2013, there were 68 homicides in the province.

The SQ won’t confirm the statistics, but it’s clear that in the 1970s, criminals were getting away with rape and even murder.

He said because police forces at the time worked in isolation, they failed to identify patterns.

If there was a serial killer on the loose in the greater Montreal area, as some relatives of the dead women believe, police didn’t figure that out – or didn’t share their suspicions with victims’ families.

Change in attitudes

Lt. Martine Asselin, the spokeswoman for the SQ’s cold case unit, acknowledges it was tougher then to solve cases.

“A lot of things have changed since those years: the evolution of the techniques and the evolution of the DNA and the way to treat the evidence has also changed,” she said.

“The communications between the police forces is very present. We have a task force to manage serial killers or serial sexual assaults,” Asselin said.

The cold case unit has recently added more officers, and Asselin said the provincial police force is looking seriously at these unsolved crimes.  As for the decrease in the number of homicides over the years, Asselin credits improved police techniques, including those aimed at crime prevention.

 body of Theresa Allore

The body of Theresa Allore. She was found in her underwear by a passing trapper.

John Allore agrees there has been a change in attitudes.

“Certainly, in the 1970s, rape and sexual assault were not taken as seriously then as they are today,” Allore said. He said blaming the victim was the norm.

“A woman is found with a rope, a ligature around her neck, and police say it could have been suicide. A young girl is found abandoned in a field, and they say it could have been a hit and run.”

My sister is found in her bra and underwear in a stream, and they say it could have been a drug overdose.”

Inquiry demand focuses on 8 cases

The letter to the public security minister focuses on eight cases: Sharron Prior, Louise Camirand, Joanne Dorion, Hélène Monast, Denise Bazinet, Lison Blais, Theresa Allore and Roxanne Luce.

Hélène Monast

Hélène Monast was walking home from an evening out celebrating her 18th birthday when she was killed in a Chambly park in 1977.

In it, the families ask for the following changes:

  • That all murders and disappearances anywhere in the province be investigated solely by the Sûreté du Québec.
  • That a protocol be established to make sure all evidence and information is held in a centralized place.
  • That police officers be paid to undergo specialized training.
  • That families of victims be kept systematically informed about the evolution of any investigation.
  • That families of victims, accompanied by their lawyers, have access to the complete dossiers of the investigations, if the crime is still not solved after 25 years.

A spokesperson for the Ministry of Public Security says officials are well aware of the difficult situation that relatives of missing or murdered people have to go through. The Ministry says it has received the letter asking for a public inquiry, and that demand is currently being analyzed.

Tags:

Allo Police is ‘must reading’ – Information for cops, robbers

 

This is a reprint from a 1979 Montreal Star article. I would comment, but I believe it speaks for itself. Scroll to the bottom and there’s a second article from The Gazette:

Allo Police publisher Andre Parent in 1979

Allo Police publisher Andre Parent in 1979

 

The Montreal Star, Saturday, July 14, 1979

By Trevor Rowe

Notorious for lurid pictures and blood-drenched headlines, the weekly tabloid Allo Police has come to be regarded as Quebec’s unofficial gazette of the criminal world.

Over the years, as detailed accounts of robbers, murders and beatings have helped make it must reading among police and criminals alike, and one of the province’s most popular weeklies.

“The underworld reads it to find out what the police think and the police read it to find out what the underworld is doing” Allo Police publisher Andre Parent said during an interview in his office at 1809 Parthenais street.

Allo Police has not always been recommended reading in all quarters. In the 1960s people who either read or sold the paper were threatened with automatic excommunication by priests scandalized by its gory and sensational content.

The paper’s status in the criminal world has also produced some unexplained events for Mr. Parent. Criminals have suddenly burst into the newsroom late in the evening intent on getting the newspaper straight on a particular story.

“There have been guys come in here, hardened criminals, who just want to tell us exactly what happened” Mr. Parent said. “They walk in, it’s like they are at home, they seem to know all our names”.

“Sometimes they don’t want us to publish anything they say, they just have a need to tell their story. At other times, they want to set the record straight so there are no misunderstandings with the police and the underworld.”

“In one case there had been a triple-murder, and the guy came in and told me everything about it. He warned me not to tell anyone the details. I was scared. If any of the information ever came out he would have thought I talked”.

But Mr. Parent’s big concern these days is maintaining the paper’s popularity. “It was an overnight success. when launched in 1953, and circulation reached a high of 180,000 at one point.” Today sales hover just around the 100,000 mark.

In an effort to hold its market, the paper has changed in the past few years. It has tried to change its scandal rag image with what Mr. Parent calls a more objective approach.

These days the lurid pictures of corpses are gone. Though some headlines have retained their gory [nature].

This has not stopped the paper from producing in-depth coverage which has made it respected…

“In the 1950s, murder was a big thing because it was rare.”, he said. When Allo Police started covering criminal activity, it was denounced by the clergy and the right-wing. The disliked the macabre photos and crime stories.

“Some priests went so far as to threaten excommunication on anyone who either sold or read Allo Police. In Rimouski, a bylaw was passed forbidding the sale of Allo Police, and one man spent a few hours in jail for selling it”.

Mr Parent says the only reason the paper wasn’t closed down by then-premier Maurice Duplessis was that it projected a good image of the police.

Although the attacks from the ring-wing have subsided, Mr. Parent said they have been replaced today by criticism from left-wing political groups.

“They accuse of writing articles that incite repressive action, of creating an atmosphere of revenge against those who break the law. Others say we deny criminals the right to rehabilitation because we have pictures of them in the paper.

We are also accused of being the instrument of the police and the ruling class. This is totally false. Their only valid argument is that exposure might hamper rehabilitation, but that’s the fault of the law which allows newspapers to print this type of material.

A journalist will always stay within the limits of legality but he will try and get as much information as possible. It’s not up to him to make the laws that govern information.”

Mr Parent, a former reporter at the now-defunct daily Montreal Matin, dismisses the left-wing groups as defenders of ‘pseudo-rights’. His aim, he said, is to provide information on relevant issues to his readers.

The paper’s new approach, he said, resulted in giving top play to stories like the case of the paraplegic sent to jail for selling pencils, or that of a man erroneously convicted of murder.

The paper is still popular with police and criminals, although it is banned in certain penitentiaries, he said, but the typical readers of Allo Police today are parents worried about what is going on in the outside world and about their children.

Apart from coverage of crime, the paper offers it’s audience a large games section with crossword puzzles and quizzes. Mr Parent said the section is so popular that Allo Police gets from 30,000 to 60,000 letters a week submitting solutions to the games.

Also popular is a recently introduced pen-pal service to help prisoners communicate with people outside.

Leafing through a pile of letters, Mr. Parent picked one out and opened it. It was to be forwarded to a convict who had written to the newspaper. It was from a young woman and read:

“I am 17 years old. I am understanding and I will give all of myself just to listen to him (the convict). I will give all my friendship because I am lonely and I can tell you that you don’t have to be locked in to feel a prisoner.

I may be young for him, I I would know how to give him the moral support he needs as well as friendship.”

“I find these letters very touching.”, Mr Parent said. “The ones from the convicts are equally soft and romantic.”

“The only thing that worries me is if one of the pen-pals becomes involved with someone who is in the process of committing a criminal act or who would involve a person in one.”

But there is another thing that bothers Mr. Parent – it is that Allo Police is still considered a sensationalist paper despite its changes.

“But what is sensationalist?” he asks. “when all the newspapers carry pictures of the ABC newsman being shot in Nicaragua and the television stations carry film of the shooting nobody says anything

“But if we run a similar picture of an event that took place on St Catherine St. we are accused of sensationalism.  Where does sensationalism begin and end?”

If you ask the guy at Le Devoir, he’ll say sensationalism begins at La Presse. If you ask the guy at La Presse, they say at the Journal de Montreal. If you ask the Journal they say at Allo Police, and if you ask us we say at Midnight, and if you ask a moralist he’ll say, ‘the minute you write a headline’.”

Mr Parent said he resented the fact that whenever anyone started talking of sensationalism they instantly referred to Allo Police, even if they hadn’t read it.

For Mr. Parent, the big question now is whether Allo Police can survive in its new style without being forced back to sensationalism. The present approach, he said, is a gamble.

——————————–

And here’s the interview with Parent from The Gazette in 1978:

Screen shot 2016-03-17 at 11.47.24 AM

 

 

 

Tags:

So the head of the SQ’s Cold Case unit called me today.

wallet3
The head of the Surete du Quebec’s Cold Case unit called me today. Twice. He then sent me two emails urging me to contact him. I haven’t received an email from the SQ in 10 years. Always a call, nothing documented.

As it turns out, I know the guy. He was one of the first investigators assigned to me 13-years-ago, but he left and studied in the States to become one of the SQ’s first behavioral profilers. Now he’s in charge of the entire unit.

I no longer have an intermediary to go through. Going forward I can go directly to the head of cold cases.

And they’re expanding the cases on their website. First with Theresa’s, then they’re going to add all the other ones.

I though this was going to be a ploy to muzzle me. It wasn’t. He encouraged me to keep writing because he said my website is actually helping. He said if it were him he’d be doing the exact same thing. The best thing I could do was to continue doing what I’m doing.

He asked me what I thought so I gave him my pitch:

I’m not big on unifying theories like serial killers. And at first I wasn’t willing to connect Sherbrooke with Montreal. But Louise Camirand could be connected to Denise Bazinet because:

  1. They were both strangled with a ligature.
  2. They were both missing identification
  3. Richelieu (Bazinet) is not that far from Austin (Camirand)

At this point I was expecting him to tell me Bazinet had been solved years ago. He didn’t. He said, “I have a guy on that case”. Then he mentioned Bazinet had 11 siblings, which is correct, shows he knows what he’s talking about.  I continued:

And Bazinet went missing and lived on the island of Montreal. So this gives reason to investigate all the cases in Montreal and the surrounding areas of Laval and Longueuil. AND Bazinet lived down the street from Lison Blais, whose purse went missing, and may have been recovered at the Camirand site. So back to Camirand. Which also leads to Allore, because Allore’s clothing might have been dumped at that site as well.

“Makes sense”, he said.

It’s the first time I was allowed to openly discuss all these cases, not just Theresa. And we most definitely discussed that purse. He asked that we continue to talk about these crimes.

Some other things, but I want to consider them a bit before I divulge too much.  Overall some good outcomes. We’ll see. 

Tags:

Je ne l’ai jamais vu le travail de la police si difficile de ne pas résoudre des crimes.

IMG_0940

Donc, ce sont mes raisons pour lesquelles Je crois que la police du Québec devrait être soumis à l’enquête:

Dès le début, la police du Québec ont adopté l’approche très passive, “Nous allons attendre et voir ce qui se passe”. Telle est l’approche dans les premiers stades de la disparition de ma sœur. L’approche de la Sûreté du Québec a été très clairement exprimée par l’enqueter principal, Caporal Roch Gaudreault quand il a dit à mon père qu’il y avait peu qu’ils pouvaient faire, et que le corps de Theresa serait probablement tourner quand la neige fondue.

Cette philosophie a continué 5 mois plus tard, lorsque le corps a été retrouvé. La Sûreté du Québec a tenté de convaincre mon père que la mort de Theresa était une question de campus de l’école. Quelque chose se passait mal avec les activités récréatives impliquant la drogue, les choses se sortir de la main, des erreurs ont été faites par les adolescents. Les paroles de Gaudreault étaient (et je sais que cela, parce que mon père leur a écrit sur une enveloppe de manille), “Attend. Quelqu’un va dire quelque chose”.

Mais personne ne l’a jamais fait.

Où ai-je entendu cela auparavant? En fait, il est la même approche de la police de Laval dans le 38-year-old cold-case de Joanne Dorion. Voici la soeur de Joanne, Lisa:

« (La Police ) a dit qu’il voulait investiguer sur le jeune garçon qui a trouvé le corps de notre sœur parce que son frère avait déjà été amoureux d’elle, laisse-t-elle savoir. Ça le titillait, alors il voulait aller dans cette voie. Mais je n’ai pas eu de nouvelles depuis. Il voulait me parler avant qu’on parle aux médias à la suite de la parution de l’article.»

Après 38 ans, ils veulent maintenant enquêter sur ce jeune homme?

Et ça:

«Quand on parle dans les médias, on nous dit tout le temps qu’on va nuire à l’enquête, s’indigne Michel qui avait 22 ans lorsqu’il a perdu sa petite sœur. Après 38 ans, je pense qu’il est temps de faire brasser les choses pour que l’enquête bouge! »

Bien que cela semble très familier. Il est pas rare. Je l’ai entendu de dizaines de victimes non résolus du Québec: Une tentative délibérée par la police pour cacher, confondre, obscurcir la vérité.

Je comprends très bien la nécessité d’une application de la loi de conserver des informations hautement confidentielles et sécurisées. En partageant trop d’informations, ils risquent de compromettre la résolution d’une affaire devant un tribunal de droit. Mais trop de contrôle? Ce sont les leçons de Chicago et Ferguson, vous risquez de perdre la confiance du publique.

IMG_0423

Et ici, à mon point. Regardez la photo en haut de ce post. Il est assez clair que les médias (et par extension, la police, qui, à cette époque contrôlé les médias d’exploitation) où tracer des lignes entre les cas en 1977 – 78. Connecter les points: Camirand à Houle à Dorion à Monast à Katherine Hawkes. Est-ce que la police jamais faire quoi que ce soit pour apaiser les craintes du public? Est-ce que la police jamais dit, «Oui, nous avons examiné cela, il n’y a pas de connexion”. J’ai cherché publiquement à fond 1975 à 1981: Je ne peux trouver aucune preuve que la police ait jamais fait une telle chose.

Ainsi ont-ils été négligents en ne l’information du public, ou ont-ils quelque chose à cacher? Je ne sais pas.

Avance à 2013. J’affiché sur ce site, Québec 1977: Qui était le Bootlace Killer? Une tentative très délibérée de ma part pour stigmatiser une série d’environ 20 à 30 meurtres non élucidés de jeunes femmes de cette époque. Et permettez-moi de souligner que ma «théorie» n’a rien de nouveau, il est tout simplement une nouvelle visite de ce Allo Police / Photo Police publiait il y a plus de 30 ans. Ce que je pensais de la police du Québec était une sorte de réponse:

“A. Nous avons examiné ces meurtres, les numéros 13, 16, et 23 ont été résolus depuis des décennies.

b. Nous avons examiné ces meurtres, il n’y a pas de connexion à l’un d’eux. “

Qu’est-ce que le get publique de la police du Québec? Rien. Silence. Vous ne pouvez pas empêcher de penser que si la police du Québec ne traitent pas le problème, la police du Québec tentent d’éviter le problème.

Il existe d’autres facteurs qui soutiennent ma conviction que la police du Québec intentionnellement ne veulent pas revoir ces cold-cases de la fin des années 1970. Je vais les énumérer:

  1. A ce jour, la police du Québec refusent de regarder les cas de Manon Dube, Theresa Allore, et Louise Camirand en tant que groupement, comme un possible groupe de victimes assassinées par une seule personne. Les cas sont séparés, ils sont affectés à différents enquêteurs.
  2. Destruction de la Preuve: Il est a été documenté que la preuve physique a été systématiquement détruite par la police dans les meurtres non résolus de Theresa Allore, Sharon Prior, Manon Dube, et Roxanne Luce … et nous soupçonnons beaucoup d’autres. Ces cas se croisent juridictions, certains sont SQ, certains sont Longueuil, etc … Le point étant, cela ne peut être DE FAUTE SIMPLE. Si elle est, il est une fuck-up catastrophique. Aucune agence de police DANS LE MONDE détruit des preuves physiques dans des meurtres non résolus. Cela ne peut être une décision calculée par quelqu’un au sommet soit la sécurité publique ou le gouvernement du Québec.
  3. La récompense: J’ai une offre à commandes d’un citoyen privé à offrir une récompense de 10 000 $ pour toute information menant à l’arrestation de la personne qui a tué ma soeur, Theresa Allore. L’agence au Québec qui administre ces transactions est Sun Life. La pêche est la Sun Life ne conclura l’accord si une force de police du Québec accepte d’être l’entité qui recevra les informations / conseils du public. La Sûreté du Québec refuse cette offre au motif que cela va créer trop de travail pour eux: le suivi des appels, pourchassant fausses pistes, etc …
  4. Dossiers non resolus / Sûreté du Québec: Je crois que le site fonctionne depuis environ trois ans. De les 20 à 30 cas de 1975-1981 un seul est affiché sur ce site: Hélène Monast. Au début, cela était compréhensible, il m’a expliqué qu’ils voulaient obtenir leur pied. Mais il a été TROIS ANS. Pourquoi ne pas avoir tous les cas? Voulez-vous résoudre des crimes ou non? Quel est le mal à avoir une représentation fidèle des meurtres non résolus au Québec? Pour cette question, ce qui détermine si une affaire peut être affiché sur leur site?

Il faut répondre à ces questions si nous voulons rétablir la confiance dans les capacités d’enquête de la police du Québec.

Je ne l’ai jamais vu le travail de la police si difficile de ne pas résoudre des crimes.

Tags:

Cédrika Provencher: Our worst fears

p3541901

For over the  past  near-decade you could not be in the province of Quebec and not been aware of the story, or at least the face, of Cédrika Provencher.  The 9-year-old girl disappeared on July 31, 2007 near her home in Trois-Rivières. Her parents – chiefly her father, Martin – were in the news regularly asking the public for answers. Cédrika became – literally – a poster-child for lost-innocence and fear. She was / is what Maura Murray is to New Hampshire, what Brianna Maitland is to Vermont, what Alison Parrot was for over a decade to the city of Toronto.

october 27 2007

In the Fall of 2007 I visited Quebec City for a meeting with the Minister of Public Security. I snapped this photo of Cédrika along the artists alley across from the Chateau Frontenac. It could have been taken anywhere: the city was littered with these notices.

Now comes the news that the remains found yesterday by passers-by in woods on the edge of Highway 40 in St-Maurice, near Trois-Rivières, are those of the young girl.  I am not currently living in Quebec,  but I can tell you without an inch of doubt that the province is heartbroken. 

Over the years I’ve thought about this case, but not deeply. I must confess that so many resources were thrown at this case that Cédrika didn’t appear to need my help. In the beginning Pierre Boisvenu and AFPAD fought hard to use it as justification for the Surete du Quebec to initiate a squad specifically dedicated to missing persons in the first 48 hours of disappearance.  I know the Surete du Quebec took the matter seriously because often I couldn’t get things done on Theresa’s case, because the SQ was doubling-down on Cédrika.  For the record, I had no issue with that. I have always believed that public safety resources should be used for current investigations first and foremost.

But then this very immediate case became a cold case. At times it seemed to lose its focus, with police chasing suspects as far away as New Brunswick. The documentary filmmaker, Stephen Parent made a pitch for linking Provencher’s disappearance to the murders of several children in Quebec in 1984. I don’t know what I expected the outcome to be, but it wasn’t this. It wasn’t yesterday’s news that bones were found in some woods less than 10 miles from where the child disappeared. It wasn’t that for the past 8 years Cédrika was most likely right under everyone’s noses: that outcome seemed too much of a cliche.

Hopefully this will sort itself out into some form of satisfactory resolution. At this point, that can only mean justice. The first question everyone will want answered is, how long were the bones there? Had the remains been lying in those woods for the past 8 years, or were they placed there recently? But the broader question – Again, unfortunately – is this: who committed this crime, and had they committed similar crimes before and after July 31st, 2007?

Tags: