Victim Advocacy: why blog about Clifford Olson?

As I mentioned yesterday convicted serial killer Clifford Olson made contact claiming case knowledge of my sister, Theresa Allore’s killer.

So why write about Clifford Olson? Two reasons really:

1.   Nothing like a catchy title to drive traffic to your site.

2.  To show people that if you’re going to write about these kind of things, obstacles like Clifford Olson are sometimes going to get in your way.

Number 1 is self-explanatory, so let’s discuss number 2. 

Yes, the last thing in the world I want to do is give this guy the attention he so desperately craves. As a reader points out, offenders are not even supposed to have access to the internet. Ah, but they do.  Just last year authorities were left scratching their heads as to how Olson was able to build a MySpace page complete with current picture. 

So now we know how Olson learned about Theresa. Yes, he committed his crimes out West, but he is currently incarcerated in Ste Anne Des Plaines in Quebec. Though it is tempting to think he learned about my sister through fellow inmates, that is doubtful; he got it from the internet.

So here’s what he does. Olson contacts a criminologist I know and says he has certain information about Theresa’s killer which he is willing to share if he can see some police files (avoid the temptation to romanticize this in some Lecterian fantasy, this is a classic self-diddling, kiddie-Pavlovian-peeper  response, and only serves to confirm that Olson is where he belongs). Anyway, the criminologist contacts me and we agree it’s all a lot of posturing, Olson does this stuff all the time.

So that’s what happened, but again… why write about it?

I’ve been doing this for some time now, I’ve seen some disturbing things, I’ve made some blunders, but I’ve survived. If there’s one thing I’d like to pass on to the next person who has a sibling go missing, or is involved with murder, or must press on for years-and-years with a cold case it’s that stuff like this is going to come up and you must discipline yourself to work through it.

Here is a list of some of the goofy stuff I’ve encountered. All of it momentarily got my adrenaline pumping. All of it in retrospect turned out to be foolish nonsense:

1.   A guy contacted me once and said the key to Theresa’s death was The Boston Strangler, Albert DaSalvo: did I know that DaSalvo was from an area in Massachusetts called Durham, and that there’s a Durham in Quebec, and that I live in Durham, North Carolina?  It didn’t matter that DaSalvo committed suicide in 1973.

Stupid nonsense… listen, move on.

2.   A psychic from England contacts me. She says she’s going to build a profile on Theresa. She takes months doing this. She finally comes back to me with a “report”.  She proceeds to run down Theresa’s life story. Everything in it is wrong: “she misses her sisters, she loved skiing, she loved the years she spent in Australia”: you could have gone to internet and gotten more accurate information. A Ouija board would have painted a better picture.

Again, nonsense. Move on, laugh about it later.

3.   Some guy contacts me and asked to I ever notice how all the crime sites take the shape of the Big Dipper?

I laughed about that one immediately.

4.   Clifford Olson?  A filthy, inappropriate joke. Move on.

Tags:

Meutre de Helene Monast – Keep Talking

Si vous voulez savoir pourquoi j’ai commencé à bloguer en français, c’est pour cette raison: aujourd’hui, le frère d’Hélène Monast m’a contacté. Hélène a été assassiné 32-ans-il ya à Chambly au Québec. Le crime est non-résolu. Il a lu récemment un article de blog j’ai faite à propos d’Hélène et a voulu savoir s’il y avait une connexion: il n’avait jamais entendu parler des meurtres non résolus de Theresa Allore, Manon Dubé et Louise Camirand.

Non, je ne crois pas qu’il y ait une connexion. Mais ce n’est pas le point ici. Plus je parle de ces crimes dans la langue du Québec, plus les gens auront exposé à celle-ci, et cela augmentera les chances que les meurtres vont être résolus.

————————————

If you want to know why I have begun blogging in French it is for this reason: today the brother of Helene Monast contacted me. Helene was murdered 32-years-ago in Chambly Quebec. The crime is unsolved. He recently read a blog post I made about Helene and wanted to know if there was a connection: he had never heard of the unsolved murders of Theresa Allore, Manon Dube and Louise Camirand.

No I do not believe there is a connection. But that is not the point here. The more I talk about these crimes in the language of Quebec, the more people will get exposed to it (the right people), and that will increase the chances that the murders will be solved.

Tags:

Affaire Cournoyer: la police mise sur des images de caméras

114907-police-montreal-demande-ministere-transports

If you want to follow the Natasha Cournoyer case you have to read the French newspapers. Paul Cherry in The Gazette is very good, but he’s about a day late on any new leads and information. 


Police found her ID card along the side of autoroute 19, right around the area where a call was tracked to her cell phone. Police are now asking Transport officials for permission to access surveillance cameras along the highway system in hopes that that will provide some information.  If you follow the route it is somewhat logical that they are focusing on a path South on Route 15 toward Montreal then across the 440 (the Laval expressway that bisects the island at Le Carefour). Then South again on Route 19. You can cross Laval from here into Montreal (toward to where her body was found), but that is not a typical path to follow: 

Hugo Meunier et Catherine Handfield
La Presse

L’enquête sur le meurtre de Natasha Cournoyer a progressé, hier. Une carte d’identité de la victime a été découverte en bordure de l’autoroute 19, à Laval. Le ministère des Transports du Québec a fourni à la police des enregistrements vidéo captés à cet endroit, a appris La Presse.

La police de Laval a trouvé cette carte mercredi après-midi, près de l’intersection de l’autoroute 19 et du boulevard de la Concorde. Le corps de Natasha Cournoyer, 37 ans, a été découvert mardi à 22 km de là, à Pointe-aux-Trembles, dans l’est de Montréal.

Selon nos sources, il s’agit de la carte d’employée de Natasha Cournoyer, qui travaillait au Service correctionnel du Canada, à Laval. Les policiers ont également trouvé un papier qui lui appartenait.

La police de Montréal, qui enquête sur le meurtre, a demandé au ministère des Transports de lui fournir les images captées par les caméras de surveillance sur l’autoroute 19, a confirmé Mario St-Pierre, porte-parole du Ministère. Les enquêteurs espèrent découvrir comment la carte s’est retrouvée à cet endroit. Il est notamment possible qu’elle ait été lancée par la fenêtre d’une voiture.

Le SPVM n’a pas voulu préciser hier soir si le visionnement avait été concluant. «Nous ne ferons plus de commentaire sur cette enquête jusqu’à ce qu’il y ait une avancée majeure», a dit le porte-parole, Daniel Lacoursière.

Selon nos sources, la police vérifie scrupuleusement tous les renseignements qu’elle reçoit, dont plusieurs sont crédibles. Un col bleu de Montréal aurait notamment aperçu un petit camion avec deux occupants dans le secteur de Pointe-aux-Trembles quelques heures avant la découverte du corps, mardi.

Par ailleurs, les pathologistes ont procédé hier à d’autres examens sur le corps de la victime. Il faudra attendre plusieurs jours avant de savoir si elle a été violée. «À première vue, ça ne semble pas être le cas puisqu’elle était habillée quand elle a été trouvée», nous a dit une source policière.

Le corps ne porterait pas d’autres marques de violence que celles au cou, vraisemblablement causées par la strangulation. La thèse voulant qu’elle ait été agressée par une connaissance demeure en tête de liste, selon nos sources.

Fouilles à Duvernay

La police a découvert la carte d’employée de Natasha Cournoyer dans le cadre de recherches intensives menées dans le quartier Duvernay, à Laval. Les abords des autoroutes et un important secteur résidentiel ont été ratissés, hier.

La police de Laval a entrepris ces fouilles après avoir appris que le téléphone cellulaire de la victime aurait été utilisé au lendemain de la disparition. Une tour du secteur Pont-Viau aurait capté un signal qui en provenait.

Les policiers sont toujours à la recherche du cellulaire, des chaussures, du sac à main et du manteau de la victime.

La police de Laval a tenté hier de reconstituer les événements qui se sont produits le soir de la disparition de Natasha Cournoyer, le jeudi 1er octobre. Un poste de commandement a été érigé entre 16h et 22h dans le stationnement de la Place Laval, le dernier endroit où Mme Cournoyer a été aperçue vivante. Les policiers espéraient ainsi rencontrer de nouveaux témoins.

La supérieure de Natasha Cournoyer, Johanne Vallée, ne croit toujours pas que le meurtre soit lié aux activités professionnelles de la victime.

«C’était une agente de communications à l’interne, elle écrivait par exemple mes discours. Elle a pu aller dans des établissements de détention à titre de visiteuse, mais ses dernières activités ne touchaient pas les détenus», a assuré Mme Vallée, hier, au cours d’un point de presse devant la Place Laval.

À l’arrière du stationnement, une croix a été érigée et des fleurs ont été déposées à la mémoire de Mme Cournoyer.


Tags:

Natasha Cournoyer’s body found.

20091008-071700-g

 

La police a confirmé le corps retrouvé dans l’Est de Montréal est celui des disparus Fontionelle  correctionnel du Canada, Natasha Cournoyer. Étant donné qu’il s’agit encore d’un cas très jeune, je dirai seulement ceci:

1. Étant donné toute l’attention nécessaire qu’ils reçoivent étranger homicides sont en fait assez rare statistiquement.

2. Le conjoin de Cournoyer, Michel Trottier semble craquer sous la pression. Il a son visage partout dans les nouvelles. Il est allé à la télévision nationale pour dire au monde qu’il est prêt pour son test polygraphique (personne ne lui a demandé de prendre un). Il a professé son “amour” pour Cournoyer en fin de nuit, incohérent randonnées sur Facebook. Les actions impulsives en deuil d’un amant? Peut-être.

Mais parfois, les gens peuvent obtenir si habiles qu’ils hors-puce eux-mêmes. Et la culpabilité est un monstre: vous attendez que l’ombre de suspicion de passer votre maison. Autrefois vous s’impatienter. Dans votre empressement à contrôler la situation sans le vouloir vous pointez du doigt les soi-même.

Autant que je jouis moquait de police du Québec Il s’agit d’un cas, je crois qu’ils ont bien en main. Ils sont bien formés à la psychologie. Ils vont être très patient, et se terminera le cercle très lentement … à leurs conditions.

—————————————————–

Police confirmed the body found in Montreal’s East End is that of missing Corrections Canada worker, Natasha Cournoyer. Given that this is still a very young case I will only say this:

1. Given all the unnecessary attention they receive stranger-homicides are in fact quite rare statistically.

2. Cournoyer’s boyfriend Michel Trottier appears to be cracking under the pressure. He’s got his face all over the news. He’s gone on national television to tell the world he’s ready for his polygraph test (no one has asked him to take one). He’s professed his “love” for Cournoyer in late-night, incoherent rambles on Facebook. The impulsive actions of a grieving lover? Maybe.

But sometimes people can get so clever that they out-smart themselves. And guilt is a monster: you wait for the shadow of suspicion to pass your house. Sometime you get impatient. In your haste to control the situation you unintentionally point the finger at yourself.

As much as I enjoy making fun of Quebec Police this is one case I believe they have firmly in hand. They are well trained in psychology. They will be very patient, and will close the circle very slowly… on their terms.

Here’s the story from Quebec’s leading Fish Paper, Le Journal de Montreal:

“Alors que les autorités confirmaient hier que Natasha Cournoyer était bien celle dont le corps assassiné a été trouvé en bordure du fleuve mardi, les policiers de Laval redoublaient d’ardeur dans l’espoir de retrouver son téléphone cellulaire, dont un signal a été capté, une quinzaine d’heures après sa disparition.

Au cours des fouilles qui sont menées de-puis deux jours autour du boulevard de la Concorde, à Laval, par des policiers et des membres de l’unité des mesures d’urgence, au moins un appareil cellulaire a été retrouvé.

Après analyse, il s’est avéré qu’il ne s’agissait malheureusement pas de celui de Natasha Cournoyer.

Les policiers supposent que si la victime a été amenée à Pointe-aux-Trembles, quelque chose a pu survenir à Laval pour que son cellulaire tombe ou soit abandonné. Un signal provenant de ce dernier a été capté vendredi matin par une tour du boulevard du secteur Pont-Viau.

Les autorités fouillent des cours arrière, des boisés, des berges. La toiture d’un immeuble a même été fouillée, avec l’aide d’un camion de pompiers pour y accéder.

Recherches pertinentes

«Ces recherches sont toujours pertinentes dans l’enquête», a dit le lieutenant Daniel Guérin, de la police de Laval.

En retrouvant le cellulaire de la victime, peut-être les policiers retrouveront-ils aussi son sac à main ou même une scène où le crime a peut-être été commis. Rappelons qu’il y a 26 kilomètres qui séparent le lieu de l’enlèvement présumé de la victime et le lieu de la découverte du corps.

Ce ratissage serré se poursuivra aujourd’hui. De plus, vers 20 heures ce soir, les policiers, tant de Laval que de Montréal, devraient rencontrer des employés des Places Laval.

Hier, plus de 24 heures après la découverte du corps de la femme, le Bureau du coroner et la police de Montréal ont confirmé son identité, vers 16 heures.

L’autopsie pratiquée hier a nécessité de nombreuses heures de travail puisque «chaque item devait être photographié, identifié, emballé et étiqueté», a précisé la porte-parole du Bureau du coroner Geneviève Guilbault.

La cause du décès n’a toutefois pas été précisée.

Facebook

Natasha Cournoyer avait été vue pour la dernière fois peu après 20 h jeudi dernier, alors qu’elle sortait de son travail au Service correctionnel du Canada, à Laval.

Le conjoint de Natasha Cournoyer, Michel Trottier, avait quant à lui annoncé mardi soir sur sa page Facebook le décès de son amoureuse.

«Je tente de comprendre comment on a pu t’enlever ce que nous avons de si précieux, soit la vie. (…) Prendre la vie d’une aussi jolie femme avec tant de violence, quelle lâcheté, quelle façon ignoble de vivre», écrit M. Trottier.

Quant à la mère de la victime, Louise Morel, le drame est doublement douloureux pour elle: après avoir perdu son mari il y a à peine six mois, voilà qu’elle perd son unique fille.

Tags:

Corps retrouvé: la victime serait Natasha Cournoyer

114122-corps-ete-transporte-morgue

They think they found the body of Natasha Cournoyer. She disappeared off the island of Montreal and the body was found in Montreal’s East End. Michèle Ouimet who writes for La Presse and is always good has a good story on Cournoyer.

“Le corps d’une femme a été découvert mardi midi à Pointe-aux-Trembles, dans l’est de Montréal. Tout porte à croire qu’il s’agit de Natasha Cournoyer, cette femme de 37 ans portée disparue depuis jeudi soir dernier à Laval.

Au moment de mettre sous presse, la police de Montréal considérait cette hypothèse comme la plus plausible, selon ce qu’a pu apprendre La Presse. Des enquêteurs ont d’ailleurs rencontré la famille de Natasha Cournoyer ainsi que ses collègues du Service correctionnel du Canada, mardi après-midi, et les ont avisés qu’ils devaient «se préparer au pire».

L’ami de coeur de Mme Cournoyer, Michel Trottier, semblait persuadé qu’il s’agissait bel et bien du corps de la disparue: il a même annoncé sa mort sur son site Facebook, ont confirmé plusieurs de ses amis. «À tous, je vous annonce ce que jamais je n’aurais voulu : Natasha Cournoyer, mon ange, la femme de ma vie a été retrouvée sans vie aujourd’hui», a écrit M. Trottier vers 19h.

Malgré cela, les services de police de Laval et de Montréal n’étaient pas en mesure mardi soir de confirmer l’identité de la victime. La femme a été trouvée face contre terre, selon nos sources. Les enquêteurs ne l’ont pas retournée afin de ne pas nuire au travail des pathologistes de la morgue.

Mais la description du corps correspond à celle de Natasha Cournoyer, notamment pour la couleur des cheveux et le type de vêtements. L’autopsie qui sera pratiquée aujourd’hui permettra de savoir s’il s’agit bien d’elle.

Mardi après-midi, la famille de Natasha Cournoyer s’attendait au pire. Ils étaient réunis au domicile de la mère de la disparue, à Anjou, les yeux rivés aux chaînes d’information continue dans l’espoir d’en apprendre un peu plus.

En début d’après-midi, l’ami de Natasha Cournoyer, Michel Trottier, a fourni aux policiers une description des vêtements qu’elle portait au moment de sa disparition. Les enquêteurs ont également demandé à la famille si la disparue portait des lunettes, ce à quoi ils ont répondu par l’affirmative.

«On espère que ce n’est pas elle, a dit un ami de Mme Cournoyer dans l’embrasure de la porte. Mais c’est sûr que ça fait cinq jours qu’elle a disparu…» «Si on reçoit de mauvaises nouvelles, on ne fera plus de déclarations aux médias», a ajouté Michel Trottier, l’air épuisé.

Après la visite des enquêteurs de Laval, à 16h30, les proches de Natasha Cournoyer se sont refusés à tout autre commentaire aux médias.

Coin dangereux

Le corps a été découvert par des cols bleus peu avant midi en bordure du Saint-Laurent, près d’une rampe de mise à l’eau, non loin de l’intersection du boulevard Notre-Dame et de la 36e Avenue. Il portait apparemment des marques de violence, vraisemblablement des traces de strangulation.

À leur arrivée, les policiers ont vite bouclé un important secteur et ont établi un poste de commandement. Des enquêteurs de Laval collaborent à l’enquête.

Des agents du service d’identité judiciaire du SPVM ont passé plusieurs heures à ratisser le terrain à la recherche d’indices. Le corps, allongé près d’un bosquet, gisait sous une couverture blanche. Il a été conduit à la morgue en début de soirée seulement.

La découverte d’un corps à cet endroit n’a pas surpris ce voisin interrogé par La Presse. «Il y a des transactions de drogue, des voitures volées et même régulièrement des coups de feu. C’est la pire place à Montréal !» a pesté ce riverain, dont la maison donne directement sur le fleuve.

«C’est sûr que c’est inquiétant de trouver un cadavre là», a-t-il ajouté.

Toute la journée, de nombreux badauds se sont agglutinés contre les cordons policiers en bordure du boulevard Notre-Dame. Une femme avait même apporté sa chaise pliante pour observer la scène.

Un mystérieux appel

Plus tôt dans la journée, mardi, la police de Laval avait amorcé des recherches dans un autre secteur de Laval. Le téléphone cellulaire de Natasha Cournoyer, qui habitait à Piedmont, aurait été utilisé après sa disparition et le signal de l’appareil aurait vraisemblablement été détecté dans le quartier Duvernay.

Un deuxième poste de commandement a donc été érigé dans le stationnement d’un supermarché à l’angle du boulevard de la Concorde et de la rue J.-J.-Joubert. Environ 40 agents du Service correctionnel du Canada ont participé bénévolement aux recherches avec les policiers, les enquêteurs et des membres de l’escouade canine de Laval.

Un autre poste de commandement était toujours en place à la Place Laval, à l’angle du boulevard Saint-Martin et de la rue Grenoble (Chomedey), où se trouve l’édifice dans lequel travaillait Mme Cournoyer.

Des caméras de surveillance l’ont filmée à sa sortie de l’immeuble, jeudi soir. Elle a disparu vers 20h, avant de monter à bord de son véhicule, lequel a été trouvé dans le stationnement vendredi.

À titre de responsable des communications, Mme Cournoyer n’entrait pas en contact avec les détenus.

Encore mardi matin, la police de Laval considérait que toutes les hypothèses demeuraient plausibles. «Enlèvement ? Suicide? Fuite? Tout est envisagé», avait résumé l’agente Nathalie Lorrain.

En matinée, l’ami de la victime, Michel Trottier, gardait toujours espoir qu’elle soit retrouvée en vie. L’homme de 32 ans donnait des entrevues à la chaîne pour la troisième journée consécutive devant le poste de commandement du boulevard de la Concorde.

Selon lui, sa conjointe n’avait pas d’ennemi et n’entretenait aucune mauvaise fréquentation. «La seule théorie possible est l’enlèvement. Mais c’est une femme sans histoire, qui aurait fait ça ? Des proches ? Est-ce planifié ?» demandait Michel Trottier.

Il a imploré le ou les responsables de ce rapt de faire preuve d’humanité, en plus d’exhorter sa conjointe à garder courage. «On pense à elle, on l’aime énormément. On la trouve courageuse», a dit M. Trottier. «Les gens peuvent faire des erreurs, laissez-la partir !» a-t-il ajouté.

Pour dissiper les soupçons à son endroit et focaliser l’attention médiatique sur les recherches, Michel Trottier doit se soumettre au test du polygraphe ce matin. Le jeune homme a dit n’avoir rien à cacher et était disposé à tout mettre en oeuvre pour retrouver sa compagne.

Tags:

Procès de Cathie Gauthier: le jury est sélectionné

Les mêmes âges comme mes enfants. Tragique

“Le choix du jury est complété au procès de Cathie Gauthier, cette mère accusée du meurtre prémédité de ses trois enfants, au palais de justice de Chicoutimi.

L’accusée a ensuite sangloté une bonne partie de la matinée. Plusieurs candidats jurés ont été exemptés car ils ont expliqué ne pas être capables d’être impartiaux.

Au total, une soixantaine de candidats ont défilé avant que le jury soit complété.

Le juge Beaulieu a demandé à tous les candidats s’ils avaient de jeunes enfants. Parmi les candidats retenus, la grande majorité n’ont pas d’enfants ou des enfants d’âge adulte.

Le juge donnera ses consignes au jury cet après-midi. La Couronne fera ensuite entendre ses premiers témoins cet après-midi. Une vingtaine de témoins devraient témoigner à la demande de la Couronne.

Le procès devrait durer trois semaines.

Les procès pour meurtre prémédité sont jugés devant un jury de 12 personnes. L’accusée est passible d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.”

Tags:
Category: