Les critiques de l’AFPAD: Assez!

Il ya un article dans La Presse de dimanche qui commence assez mauvais augure … Un adieu à Pierre Hugues Boisvenu comme il descend de l’AFPAD et entreprend son voyage au Sénat canadien. Puis écrivain Katia Gagnon s’engage dans une “full-court-press”  sur l’association, son ancien chef et tout ce qui a été accompli au cours des cinq dernières années au cause des victimes de la criminalité. L’article est diffamatoire et une insulte à la réputation des M. Boisvenu et son ancien ami et collègue, Marcel Bolduc. c’est ce que nous appelons en anglais “a Wedge”, visant à diviser et de trianguler une croyance, une bonne cause, et, finalement, les amitiés. L’ignorer. A la réflexion, le lire. Se souvenir de lui. Utilisez-le comme un outil.

M. Bolduc a été attribué un poste rémunéré dans AFPAD fondées sur le mérite ou le copinage?

I don’t care.

M. Bolduc a donné une très modeste indemnité en échange de services, nous parlons à peine AdScam ici. Bolduc est un pionnier de la défense des droits des victimes au Québec. Je vais dire encore une fois, Marcel Bolduc est un PIONNIER de Québec VICTIMES DE PLAIDOYER. Il le faisait seul devant beaucoup d’entre nous savait ce travail a été, avant que la plupart d’entre nous seraient finalement subir le même niveau de la tragédie à laquelle il était devenu si malheureusement connu. En termes simples: Pas de Marcel?

1.Pas Who Killed Theresa? Certainement pas de me défendre.

2. Pas d’un Cold Case Bureau avec la SQ

3. Pas d’AFPAD

4. Et les droits des victimes au Québec sont laissés complètement marginalisé.

Es que Pierre a dans le passé m’a demandé de faire des choses en échange de services AFPAD? Pas directement, mais je reçois la dérive, et je fais la promotion AFPAD volontiers. Il bâtit une marque, un réseau. That’s business.

N’a jamais ma AFPAD ignorer les intérêts particuliers en ce qui concerne les problèmes des victimes? Certainement. Ma préoccupation est des cas de froid, de crimes non résolus, l’AFPAD a été plus axé sur l’après-processus de justice de première instance (questions de l’incarcération, libération conditionnelle). Peu importe. Nous travaillons tous pour un objectif commun. Vous ne pouvez pas attendre d’une organisation de cette ampleur pour représenter toutes les voix, toutes les préoccupations. Il a suffi que certains besoins, la majorité des besoins deviennent remplies.

Pierre a obtenu le remboursement des dépenses? Bien sûr. Les montants ont-elles déraisonnables? Bien sûr que non. Pierre est / a été l’organisation … courir autour de Québec dans sa voiture, parlant à tout le monde et qui voulait l’entendre. Est-il déraisonnable pour lui de s’attendre à ce remboursement pour l’alimentation, le gaz et l’hébergement?

J’ai toujours su que cette question reviendrait à mordre AFPAD dans le cul. Ainsi soit-il.Il ne suffit pas que les victimes d’actes criminels ont à subir la tragédie qu’ils ont à faire leur propre défense et la travail de la police parce que le gouvernement est mal équipé pour faire ce travail en leur nom (encore qu’ils représentent – en vigueur – la cause des criminels) , aujourd’hui victimes de la criminalité doivent faire faillite afin de faire avancer leurs intérêts.

C’est une vieille histoire. J’ai perdu des milliers de dollars dans l’avion et en voiture au Québec, en faisant mon propre travail de la police, le lobbying pour les intérêts des victimes, n’entraînant que des dommages psychologiques à moi-même. Et qu’est-ce que le gouvernement du Québec offre déjà à titre de compensation pour l’effort? 600 $ pour des services funéraires. Je vous remercie, mais elle – et sa cause – ne sont pas encore tout à fait mort.

Pierre, Marcel, et AFPAD, gardez branchant loin. Pour les médias, je dise: Assez.


Tags:

Theresa Allore maintenant à Wikipedia

Theresa a maintenant une page de Wiki que je construis:


Je l’ai fait surtout parce que les gens se plaignaient qu’ils avaient du mal à trouver des informations de base sur le cas de Thérèse. Je compatis. Le site a évolué et pris une vie de sa propre, qui traite des questions de justice plus à jour. Je ne suis pas un expert de Wikipédia, mais si quelqu’un veut aider le démarrage d’une page s’il vous plaît laissez-le moi savoir. Je l’ai appris en copiant les efforts de Helena Murray, qui, je crois construit Maura Murray page Wikipedia.

Tags:

Un homme a été accusé du meurtre prémédité de Lyne Massicotte, disparue en 2003

QUÉBEC – La police de Québec a finalement appréhendé le présumé meurtrier de Lyne Massicotte, près de six ans et demi après sa disparition.

Alain Perreault – qui avait été arrêté par les policiers mais relâché faute de preuves dans les jours suivant la disparition de la femme de 43 ans – comparaîtra cet après-midi, au palais de justice de Québec, pour faire face à une accusation de meurtre.

Perreault, que la police soupçonnait depuis le début de son enquête puisqu’on savait qu’il était le dernier individu à avoir vu la victime vivante, a été arrêté mercredi en fin d’après-midi, dans le secteur de Sainte-Foy.

«Ce sont de nouveaux éléments qui ont réussi à faire progresser l’enquête et à mener à son arrestation», a indiqué la constable Sandra Dion, sans préciser si ces nouveaux renseignements pourraient être des preuves d’ADN ou l’hypothèse que le suspect ait trop parlé dans les derniers jours.

Le corps de Lyne Massicotte n’a jamais été retrouvé. Le 17 juillet 2003, la résidante de Chambly s’était rendue à Québec pour rencontrer Alain Perreault, après avoir entretenu une correspondance avec lui par le biais d’Internet. Elle n’a jamais redonné signe de vie à ses proches après leur rencontre, qui fut ponctée d’une relation sexuelle, selon ce que le suspect avait admis aux policiers.

Sa voiture a été retrouvée abandonnée sur la rue Port-Dauphin, dans le Vieux-Québec, trois jours plus tard. Les recherches menées par les policiers et la famille Massicotte – qui a désespérément organisé plusieurs battues dans la région de la capitale – se sont avérées vaines.

Tags:

Temps d’obtenir André Lauzon sortir de sa retraite

Manque criant de pathologistes
Nouvelles générales – Justice
Écrit par Daniel Renaud
Jeudi, 07 janvier 2010 20:34

Le directeur général du Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec demande plus de ressources pour diminuer les délais.

« Ça n’a pas de bon sens que les familles attendent un an et demi ou deux ans pour avoir un rapport d’autopsie à la suite d’un décès. Elles ne peuvent pas faire leur deuil. Les familles se plaignent et elles ont raison », s’insurge Yves Bob Dufour.

Yves Bob Dufour


Sortant de l’ombre pour une rare fois, le directeur général du Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec demande à Québec et à Ottawa de délier les cordons de leur bourse pour qu’il puisse avoir plus d’argent et plus de personnel.
Deux pathologistes seulement

Actuellement, le Laboratoire fonctionne avec seulement deux pathologistes pour effectuer les quelque 600 autopsies qui doivent y être pratiquées annuellement. Même si, à eux seuls, ces deux pathologistes en font autant que leurs collègues des autres laboratoires canadiens qui sont pourtant plus nombreux, il en faudrait au moins deux de plus pour mieux répondre à la demande. En plus des autopsies, les pathologistes du Laboratoire doivent faire des expertises, témoigner à la cour et donner des formations.

Les étudiants en médecine qui choisissent la pathologie sont déjà une denrée rare. Un concours a été lancé pour en recruter des nouveaux, mais le salaire offert, qui est d’environ 140 000 $ par an contre le double dans le privé, n’est pas très attrayant.

Yves Bob Dufour, directeur général du Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec. « Nous avons fait des représentations auprès du Conseil du Trésor en décembre pour qu’il augmente ces conditions, pour nous aider à trouver des gens, et surtout à les garder. Je ne suis pas compétitif face aux hôpitaux », déplore M. Dufour.

L’ADN se fait attendre

L’adoption récente de deux nouvelles lois (C-13 et C-18) a passablement élargi les scènes de crime sur lesquelles des échantillons d’ADN peuvent être prélevés, analysés et envoyés à la Banque nationale des données génétiques du Canada, ce qui a considérablement augmenté la tâche des 45 employés du laboratoire québécois.
En plus des 5 000 analyses d’ADN qui leur sont demandées chaque année, les biologistes, chimistes, techniciens et membres du personnel de soutien doivent effectuer des analyses balistiques, toxicologiques et autres.

Cette année, ils ont également analysé les 200 taser guns (pistolets électriques) que compte la province, opération qu’ils veulent répéter chaque année.
Selon M. Dufour, les dossiers urgents, comme ceux des meurtres, sont priorisés. Mais pour les cas moins urgents, les policiers attendent parfois jusqu’à 12 ou 15 mois avant d’obtenir les résultats des analyses d’ADN, ce qui ralentit considérablement les enquêtes
« Il faut que le ministère de la Sécurité publique du Canada nous donne plus d’argent. Il faudrait 35 personnes de plus. Cela coûterait 3,5 M$, et nous pourrions terminer nos dossiers en moins de 90 jours », conclut M. Dufour.

Les familles attendent un an et demi ou deux ans pour avoir un rapport d’autopsie à la suite d’un décès. Elles ne peuvent pas faire leur deuil.

Tags:

And with the old year dead-as-a-door-nail Rue Frontenac gives us their year-end sondage of murder:

Plus du tiers des personnes assassinées cette année à Montréal sont des femmes
Nouvelles générales – Perspectives
Écrit par Daniel Renaud
Samedi, 26 décembre 2009 11:04
Mise à jour le Samedi, 26 décembre 2009 23:03

Sur les 30 personnes victimes de meurtre en date du 26 décembre, 11 sont des femmes, ce qui représente une proportion de 36,6 %.

Le corps de Natasha Cournoyer a été retrouvé le 6 octobre sous un pylône électrique, en bordure du fleuve Saint-Laurent. Photo d’archives Luc Laforce

Il faut remonter à 2004 pour avoir un tel pourcentage, alors que 16 femmes avaient été tuées à Montréal sur un total de 42 homicides.

Sept des 11 femmes tuées cette année ont été assassinées dans un contexte conjugal ou familial.

Parmi les autres, on se souviendra notamment du meurtre d’une femme de 67 ans, Kim Ngu Lieu, sauvagement attaquée par trois mineurs qui en voulaient à son portefeuille, le 18 mai dans l’arrondissement Montréal-Nord.

L’année 2009 aura également été marquée par le meurtre de Natasha Cournoyer, cette employée de 36 ans des Services Correctionnels du Canada, enlevée après son travail le soir du 1
er octobre à Laval. Son corps avait été retrouvé cinq jours plus tard sous un pylône électrique, en bordure du fleuve Saint-Laurent dans le secteur Pointe-aux-Trembles. Un menuisier de 48 ans, Claude Larouche, a été accusé de ce meurtre crapuleux.

Une autre femme, Pina Rizzi, 47 ans, pourrait avoir été victime d’un prédateur sexuel. Battu à mort, son corps a été découvert le 4 août enroulé dans un tapis, au 2600 de la rue Notre-Dame. Le suspect court toujours et les enquêteurs des Crimes majeurs de la police de Montréal promettent de tout faire pour arrêter le suspect dans cette affaire, de même que le meurtrier de Jessica Neilson, cette jeune femme de 25 ans trouvée morte dans sa voiture ensevelie sous un banc de neige, dans une ruelle du quartier Saint-Henri le 27 mars. Un homme avait été arrêté et relâché relativement à ce meurtre.

« Les meurtres de personnes innocentes, comme les femmes ou le chauffeur de taxi Mohammed Nehar-Belaid, ce sont des crimes qui nous touchent beaucoup. Le cas de Pina Rizzi nous tient à cœur et pour le moment, même si le meurtre de Jessica Neilson n’est pas résolu, nous ne cesserons pas de mettre de la pression dans ce dossier-là », prévient le commandant des Crimes majeurs de la police de Montréal, Clément Rose.

Une note satisfaisante
Trente meurtres cette année, c’est un de plus que durant toute l’année dernière, où le record du plus bas nombre d’homicides avait été établi, soit 29.

Cinq des 30 meurtres commis cette année sont liés aux gangs de rue et trois au crime organisé. Les autres ont des mobiles divers.

Le taux de solution des meurtres frôle les 60 %. Il grimpe à près de 80 % si l’on ajoute les meurtres commis à Montréal lors de la guerre des motards, notamment ceux du prêteur Robert « Bob » Savard (2000) et du Rock Machine Renaud Jomphe (1996) et solutionnés au printemps de cette année lors des opérations Balladeur et SharQc, menées par la Sûreté du Québec et la police de Québec.

Les vols qualifiés dans les banques, dont s’occupent également les enquêteurs des Crimes majeurs de la police de Montréal, s’élevaient à 72 au 7 décembre, et le taux de résolution atteignait 90 %.

« Pour nous, c’est satisfaisant. Les gars et les filles ont accompli du très bon boulot et je tiens à souligner leur travail », affirme le commandant Rose.

Sept meurtres ont été commis cette année à Laval, soit le nombre le plus élevé depuis 2005, année durant laquelle l’Île Jésus avait été le théâtre de huit homicides.

Parmi les meurtres commis en 2009, notons celui de Sonia Frappier, dont le corps a été retrouvé à l’arrière d’un dépanneur du boulevard Lévesque dans Chomedey le 10 août. La victime était liée au milieu de la prostitution et la police de Laval n’exclut pas que le meurtrier, qui court toujours, soit un prédateur sexuel.

Deux fillettes de huit et neuf ans ont été présumément tuées par leur mère, Adèle Sorella, dont le conjoint et père des enfants, Giuseppe De Vito, est toujours recherché par les policiers depuis l’Opération Colisée menée en novembre 2006 contre le crime organisé italien.

À Longueuil, trois meurtres ont été commis en 2009, dont celui d’une fillette tuée par son père qui s’est ensuite enlevé la vie. Les deux corps avaient été retrouvés le 20 septembre dans la chambre d’un motel du boulevard Taschereau, dans l’arrondissement Brossard. Sept homicides avaient été commis sur le territoire de la police de Longueuil en 2008.

Tags:

Claude Larouche reviendra en cour en janvier

Actualités
PRÉSUMÉ MEURTRIER DE NATASHA COURNOYER

Claude Larouche reviendra en cour en janvier
Stéphane Tremblay
08/12/2009 17h55

Claude Larouche était de retour en cour mardi.

Le présumé meurtrier de Natasha Cournoyer, Claude Larouche, est brièvement revenu en cour, mardi. Son dossier a été reporté au 29 janvier 2010.
L’homme de 48 ans est accusé de meurtre prémédité. Mais d’autres accusations pourraient être portées lors sa prochaine visite au palais de justice de Montréal.

C’est que plusieurs présumées victimes se seraient manifestées au cours des dernières semaines, sauf que la police n’a pas encore complété les vérifications d’usage pour transmettre le dossier à un procureur de la Couronne afin de déposer de nouvelles accusations.

Une prostituée affirme avoir été agressée par Larouche quelques jours avant l’assassinat de Natasha Cournoyer.

Trahi par son ADN

Natasha Cournoyer, 37 ans, a été portée disparue le 1er octobre en début de soirée, à la sortie de son lieu de travail à Laval. Après six interminables jours d’angoisse, son cadavre a été découvert par une employée col bleu dans un buisson dans le quartier Pointe-aux-Trembles à Montréal.

La femme, qui n’aurait aucun lien avec son agresseur, aurait été étranglée. L’employée de la Ville de Montréal a obtenu après de fortes discussions la récompense de 10 000$ offerte par l’organisme Jeunesse au Soleil.

Le suspect a été trahi par son ADN qui était fiché dans la banque de données génétiques depuis une condamnation de 2003. Cet outil permet de recueillir des échantillons d’ADN sur des scènes de crimes et de les relier ensuite à des criminels.

Originaire de Saguenay, Claude Larouche est marié et père de deux enfants. Ce menuisier de profession a un long passé judiciaire.

Tags:
Category:

Une femme a ete retrouvee mort

Une femme de 46 ans, portée disparue depuis le 5 novembre, a été retrouvée sans vie, samedi, dans un boisé de l’arrondissement des Rivières, à Québec.

Un marcheur a découvert son corps gelé dans un caisson de bois, cet avant-midi, vers 10h50 et a immédiatement contacté le Service de police de la Ville de Québec.La boîte, qui était vraisemblablement la structure d’un ancien chariot en bois, devait constituer son refuge puisque les autorités y ont aussi découvert un oreiller, des couvertures, un sac à dos et des médicaments.

La femme était connue du Service de police. Son corps ne portait aucune trace de violence. Le décès pourrait remonter à 48 heures et les policiers envisagent l’hypothèse qu’elle soit morte de froid.

(sources: TVA, LCN, Québec Hebdo)

Tags:
Category: