Plus étranglements – Lise Choquette, 22 Avril 1975

Lise Choquette

Moins de trois semaines après Sharon Prior se trouve le corps de Lise Choquette (30 ans, 5’1 “, 141 lbs) est découvert par Alexandre Aube, un employé avec Corrival à Laval. Aube travaillait sur la nouvelle construction de autoroute 440 quand il a trouvé le corps nu à proximité du site de construction du Viaduc Vimont à environ 11h00 le mardi 22 Avril, 1975. Choquette a été retrouvé gisant dans la boue d’environ 275 pieds derrière le Québec Ciment, une entreprise à 101 Chemin Haut- Saint-François, à Laval.

10515026185_8c743485b0_c

 

Les enquêteurs sur la scène étaient M. Lafond et André Lebrun de la police de Laval, assisté par le Sgt Det Fred Funaro et SD Jean Guy Sauve. Choquette a été battue et étranglée, et trouvé seulement avec une cravate autour de son cou (cravate grise avec des cercles noirs faites par “Caporicci”). La cravate était “très serré” autour de son cou. Il y avait une petite quantité de sang autour de son nez. Ses vêtements se trouve à environ 200 pieds du corps. Elle avait pas d’identification ou de bijoux, bien que la police savent que Choquette portait un anneau. Le corps n’a pas été disposé à l’emplacement pour un temps très long.

Choquette

Choquette vivait au 2247 rue Lariviere, à environ un pâté de maisons du siège de la Sûreté du Québec sur la rue Parthenais.

la résidence Choquette était à environ 10 minutes de route de l’endroit où Denise Bazinet vivait, au 4252 rue Brébeuf. la résidence Bazinet se trouve à 10 minutes de marche de l’endroit où Lison Blais vécut et mourut, au 4685 avenue Christophe Colomb.

Choquette vivait dans l'immeuble à gauche, 2247 Lariviere

Choquette vivait dans l’immeuble à gauche, 2247 Lariviere

Choquette a été trouvé près du site de construction du Viaduc Vimont à Laval. L’emplacement est intéressant car il met directement entre Choquette où Chantal Tremblay a vu la dernière fois (la station de métro Henri-Bourassa), et où Tremblay a vécu / restes ont été découverts à Terrebonne (pour plus d’informations Tremblay, cliquez ici).

Medicale Legale

choquette

Le corps a été identifié par la mère de Choquette, Emelide Choquette qui vivait à 6668 44e à Montréal. L’affaire a été menée par Sergent-détective Alfred Funaro de la police de Laval. Le coroner en chef était Maurice C Laniel, Assistent par André Brosseau (pathologiste).

Dans une déclaration sous serment à André Gauthier, un sténographe Sûreté du Québec, le 6 Novembre 1975 (au nom du bureau du coroner), Funaro a déclaré qu’il avait interrogé plusieurs personnes, mais sans résultats, et que l’enquête était en cours. Choquette a subi une «mort violente», mais la police avait besoin pour poursuivre leur travail, et de faire rapport à l’avenir.

Pour le moment, l’affaire était une  “Enquete sine die”.

Autopsie

Le rapport d’autopsie réelle détermine la cause de la mort plus précisément: «strangulation et contusions connectés” autour de sa tête. Alors Choquette a été étranglé et frappé à la tête. Il n’y avait aucun signe de l’alcool dans son système.

L’autopsie a été réalisée par André Brosseau au request de Roch Heroux au laboratoire médical Parthenais. Il n’y avait aucune preuve de sperme dans la zone du vagin.

Tags:
Categories:

Louse Camirand et les orgins de “The bootlace Killer” / Mars 1977

Daniel Braun and Louise Camirand at The Georgian

Daniel Braun et Louise Camirand 

 

Louise Camirand (20 ans) vivait à Sherbrooke, Québec dans un bâtiment d’un appartement juste en haut de la rue du coin occupé du King et Bryant (30 rue Bryant). Sherbrooke est une petite ville située à environ 2 heures de route à l’est de Montréal. À l’époque, Mars 1977, Camirand a travaillé à l’hôpital de Sherbrooke jusqu’à la rue sur le boulevard Portland. (Dans certains rapports, elle dit qu’elle a travaillé au cabinet de dentiste). Elle a également été membre du Sherbrooke Hussars, un régiment de réserve des forces militaires canadiennes. Les Hussards se sont réunis régulièrement à un bâtiment à l’extrémité nord de la ville, à environ 2 miles de la maison de Camirand, directement sur blvd Portland (note: ceci est une correction des histoires WKT originales, qui incorrectement identifié la réunion Hussars au manège militaire au King et Belevidere).

 

hussars

 

Bryant apartment directory

Bryant apartment directory

Camirand a mené une vie normale à Sherbrooke. Elle fait circuler le couloir entre l’hôpital où elle a travaillé, son appartement a Bryant, et le HQ de Hussards sur Portland. Parfois, elle rencontrera son petit ami Daniel Braun dans la ville voisine de Lennoxville, à environ 10 minutes en voiture au sud de l’armurerie. Braun était un étudiant à l’université Bishop à Lennoxville. Il a également été un adjudant dans les Hassars Sherbrooke. Camirand et Braun ont été engagés pour se marier.

Disparition

 

Provi-Soir at the corner of King and Jacques Cartier

Provi-Soir au coin de King et Jacques-Cartier

 

Louise Camirand a disparu le soir du mercredi 23 Mars 1977. Elle a parlé avec Daniel Braun au téléphone entre 7 et 8 ce soir. Vers 09h30, elle a été repéré par le propriétaire d’un magasin station d’essence / dépanneur au coin de la rue King et du boulevard Jacques-Cartier, à environ 2 pâtés de maisons de son appartement. Camirand entra, regarda à travers des magazines, a acheté du lait et des cigarettes, puis à gauche. Le propriétaire de la Provi-Soir a déclaré plus tard qu’il ressemblait Camirand attendait quelqu’un.

Camirand est trouvé

Je vais poster cette citation en pleine de Allo Police parce que je trouve ça tellement pathétique et drôle:

Assassiner ou suicide?

“Telle est la question que de la Sûreté du Québec” Crimes Contre La Personne “de Montréal demandent après la découverte à 10h20 le matin du vendredi 25 Mars d’un corps congelé d’une jeune femme”

Vraiment??!! Telle est la question de la Sûreté du Québec a été demandé?

Camirand article French April 3 1977

article Camirand français 3 Avril 1977

Camirand a été trouvé cul nu dans la neige, ses vêtements à côté de son corps, avec un lacet autour de son cou. Et il y avait la spéculation du suicide ?? !!

Le lacet est où je tirais l’alias, “The Bootllace Killer “(clairement qu’il ne vient pas de tout enquêteur à l’époque). Il avait quelque chose qui attirent l’attention comme “Chateauguay Killer” ou “Maniaque de la Pleine Lune” que je voulais que les gens à retenir. Il a également servi un but réel. Plusieurs meurtres qui ont suivi ont été clairement Camirand étranglements commis avec une ligature comme un bootlace.

Vendredi. 25 mars 1977

Vendredi, le 25 Mars Robert Curtis et Florent Henri roulent un tracteur de ferme sur chemin de Giguere (maintenant chemin Duval), juste au nord d’Austin, au Québec. Je crois qu’ils étaient dehors pour ramasser du bois de feu. Ils font un tour sur la route de concession McDonall, qui est pas beaucoup d’une route, plus d’un sentier taillé dans la brousse. Environ 135 pieds de chemin Giguere ils voient le corps de Louise Camirand couchée à côté de la route.

Camirand est entièrement nu, sauf pour un gant sur sa main gauche. Elle se trouve sous un arbre (cela est indiqué dans les rapports). Elle porte la bague de fiançailles que lui a donné Daniel Braun. Très visible, il y a un ligature autour de son cou. Ses vêtements – pantalon noir, veste bleue-suède avec bordure en fourrure grise, des bas et une écharpe – se trouvent sur le chemin / route à environ 5 pieds du corps. Manquant sont ses bottes, ses sous-vêtements, et toute identification.

les enquêteurs initiaux sur la scène sont André Lessard et Gary Budge de la police Cowansville. Ils sont ensuite rejoints par les enquêteurs de la Sûreté du Québec; Giles Dube, Raymond Girard, Raël Cantara, François Allard, Yvon Fauchon et Pierre Lanoue (notez que Fauchon et Lanoue ont également été attribués aux meurtres Chateauguay). En charge de l’enquête de Montréal sont André Massicotte et Jacques Pothier. En charge de l’enquête de la Sûreté du Québec à Sherbrooke est le Caporal Roch Gaudreault.

Traces de pneus sur la scène indiquent que le véhicule était soit une Renault 5, Toyota Celica ou Austin Mini avec les roues côte à côte séparés par 44 pouces. Étant donné le manque de sang sur les lieux, on croit que Camirand n’a pas été tué là-bas, seulement jeté là.

Autopsie

Noel E Monast est le médecin légiste sur les lieux du crime. L’autopsie est réalisée par Claude Pothel au laboratoire médical Sûreté du Québec sur la rue Parthenais à Montréal.

Camirand medical legal-2

L’autopsie confirme que Camirand a été violée et étranglée. Le coroner signale que «lésions internes et des fractures indiquent des fractures de la région pelvienne, causée par coups de pied ou un instrument contondant». L’autopsie confirme une hémorragie interne provoquée par un instrument inséré dans le vagin: “un objet littéralement écrasé ses entrailles”. Son visage n’a pas été touché ou battu.

Une analyse

  1. Camirand a travaillé dans un hôpital. Je crois que deux autres victimes nous discuterons plus tard – Jocelyne Houle et Johanne Dorion – étaient étudiants en soins infirmiers.
  2. Comme Sharron Prior, Camirand se trouve sous un arbre ou dans un bosquet d’arbres. On peut supposer également que Lise Choquette a été trouvé dans une zone rurale, possible sous les arbres.
  3. En outre, comme Prior Camirand a été violée et des vêtements a été trouvé environ 6 pieds.
  4. Contrairement Prior, Camirand est entièrement nue à l’exception d’un gant noir sur sa main gauche. Prior et Choquette ont été sévèrement battus autour de la tête et le visage, le visage Camirand est laissé intact.
  5. La scène du crime Camirand semble très organisé. La scène du crime Prior semble très désorganisé.
  6. Comme Prior Camirand porte des bijoux, y compris sa bague de fiançailles (l’anneau de Lise Choquette était absent).
  7. Comme Sharron Prior, Camirand a été très probablement tué ailleurs et jeté sur les lieux. En outre, comme préalable, il est probable que Camirand a eu lieu à un endroit différent et torturé: Camirand a beaucoup souffert d’une hémorragie interne, mais il n’y a pas de sang sur les lieux.
  8. Deux enqueteurs des “meurtres Chateauguay” en 1974 et 1975 sont appelés à la scène Camirand, Yvon Fauchon et Pierre Lanoue.

Fauchon est celui entouré en rouge:

IMG_0089

Je ne veux pas invectiver ce point. Je suis sûr qu’il était courant d’avoir certains officiers considérés comme des experts appelés à des scènes de crime. Le niveau de la violence dans O’Brien / Fisher par rapport à Camirand est similaire (O’Brien avait une brosse à cheveux fourra dans sa gorge, Camirand avait un objet inséré dans le vagin). L’auteur des crimes O’Brien / Fisher avait été appréhendé et reconnu coupable la semaine très Camirand est mort, donc nous savons qu’il était pas responsable. Ce que je trouve important est que le “Chateauguay Killer” était de 16 ans quand il a assassiné O’Brien dans une telle façon brutale. Il a ensuite sur sa vie quotidienne comme un élève du secondaire pendant presque une année entière alors que tout le temps qu’il avait commis cette assassiner à quelques minutes de son domicile.

On m’a souvent dit que le niveau de la violence contre Camirand parle à l’âge de l’auteur, que nous sommes évidemment affaire à un assassin d’âge mûr qui avait progressé à un stade avancé de la violence. L’affaire O’Brien / Fisher se brise complètement ce mythe. Quel âge était l’auteur Camirand? Assez vieux pour conduire. Telle est la seule chose dont nous pouvons être assez certain.

Pour revenir à la photo ci-dessus. Je pense qu’il est très intéressant car il nous donne un bon sens d’une scène de crime. Une scène similaire sera reprise dans plusieurs autres cas. Vous voyez les cheveux de la victime juste sur le bord du cadre vers la gauche (je vous ai épargné toute la photo). Vous voyez aussi les vêtements juste derrière Yvon Fauchon, située à environ 6 ou 7 pieds de la victime dans le milieu de McDonald route de concession. Vous voyez aussi que Camirand est à côté de la ligne d’arbre.

Par ailleurs, le détective de la police à l’extrême gauche? C’est le Caporal Roch Gauldrealt, la Sûreté du Québec caporal de Sherbrooke affecté à l’affaire Camirand, et plus tard affectés aux cas de Manon Dube et Theresa Allore. Il ne parviendra pas à résoudre tous les trois cas. Sans doute parce qu’il croyait que Camirand aurait pu être un suicide, et Allore était “une overdose de drogue” (même si le coroner préciserait plus tard la cause de Allore était “mort violente de cause indéterminés», mais nous allons laisser cela pour une autre fois au moment ).

Comment puis-je savoir qu’il est Gaudreault? Ici, il est avec Jacques Quirion en 1979 à la scène du crime Theresa Allore regardant le sac poubelle de vêtements trouvés sur le site (le vêtement a été déterminé par la suite de ne pas appartenir à Theresa). Gaudreault est celui sur la gauche:

 

Roch Gaudreault et Jacques Quirion

Gaudreault porte la même chemise et une cravate sur le site Camirand. Il est un peu plus lourd ici, il a changé son style de cheveux, mais je suis assez sûr que cela est Roch Gaudreault:

 

Roch Gaudreault à la droite

Roch Gaudreault à la droite

Il est aussi de fumer sur une scène de crime, pas une pratique recommandée pour un enquêteur, mais nous allons laisser cela pour le moment.

D’autres questions

Pourquoi le corps de Camirand a été déversé à 40 minutes de Sherbrooke sur le chemin McDonald (McDonnell)? La distance semble excessive, sauf si:

  1. L’agresseur avait une raison d’être dans ce domaine (il a vécu là-bas, ou il avait un chalet / remorque là-bas).
  2. L’auteur avait l’habitude de voyager en arrière-et-vient de Sherbrooke et de Montréal.

Si l’un ou deux sont vraies, l’auteur est néanmoins probablement familier avec la zone de route McDonald. Ce n’est pas un site que vous venez juste sur. Comme le prieur site de décharge Sharron Prior à Longueuil, vous devez supposer l’auteur connaissait le site et avait pré-sélectionné il.

Alors, quelle est la région d’Austin comme? Il est beaucoup de choses:

  • Un endroit pour les touristes riches.
  • Un lieu où les habitants les plus pauvres vivent.
  • Un endroit où les chasseurs et les types de plein air viennent (une sorte de combinaison de riches et pauvres)

La région est sur une falaise au-dessus du lac Memphrémagog. Memphramegog est très populaire auprès des touristes. Au nord est la ville de Magog, il a été une destination touristique depuis des décennies. Cottages entourent le lac à travers Austin tout le chemin à la frontière américaine. Un ami proche de moi a un endroit près de Austin. Il est d’où il vient quand il veut échapper à Montréal. Gardez à l’esprit que le lac Brome est le prochain lac de plus à l’Est. Il est là où Mordecai Richler l’habitude de traîner quand il voulait échapper à Montréal. Souvenez-vous des Les Invasions Barbares de Denys Archand? C’est le lac Memphrémagog: une escapade pour les Montréalais.

La région d’Austin est aussi très pauvre. Rappelons que les deux hommes qui ont trouvé Louise Camirand – Robert Curtis et Florent Henri – l’ont trouvée parce qu’ils étaient sur leur tracteur chapardage pour le bois de feu. Ce n’est pas une poursuite pittoresque, je suis assez confiant qu’ils avaient besoin de bois de chauffage parce que là où ils vivaient n’a eu aucune chaleur.

Les habitants ne vivaient pas au bord du lac. Ils ne pouvaient pas se permettre de (ou très peu ne pouvait pas se permettre de que la propriété a obtenu racheté par les développeurs). Les habitants vivaient à l’intérieur. Conduire un peu plus loin le long chemin Giguere à l’Ouest (maintenant chemin Duval) à l’intersection au chemin du Nord / Shuttleworth et vous arriverez à l’endroit où les habitants vivaient: maisons très modestes, dans la plupart des cas des remorques, et très peu d’équipements: Pas de chauffage , pas de routes pavées, pas de trash-pickup.

La route McDonald était non seulement le site de décharge Louise Camirand, il était littéralement une décharge. Lorsque nous avons cherché la région en 2006, il est devenu tout à fait clair que les habitants avaient eu recours à ce domaine pour les années à déverser leurs ordures. Il y avait plusieurs champs de débris avec décennies d’ordures qui avait accumulé.

La route McDonald était aussi une zone de chasse. Les bois ont été utilisés par les chasseurs locaux. Steve Mandigo et Samuel Burnham avait été la chasse la région en Novembre 1978, quand ils sont tombés sur les vêtements qui correspondent à la description des vêtements manquant de Theresa Allore. Et Mandigo et Burnham vivaient dans cette région. Quand je visité la région en 2006, il y avait les “hunting-blinds” dans ces bois, pendant au moins 3 décennies, les habitants avaient utilisé cette forêt pour chasser.

La zone de la route de concession Mcdonald a été utilisé très largement par la population locale; ils l’ont utilisé pour déverser leurs ordures, ils dépendaient pour le bois de feu, ils l’ont utilisé à des fins récréatives pour chasser.

L’auteur a utilisé la zone d’une manière très similaire. Il jeté le corps de Louis Camirand ici. Il peut avoir de même disposé de la bourse de Lison Blais, et les vêtements de Theresa Allore là.

Donc, selon toute vraisemblance, l’auteur était soit un local, ou il connaissait les gens du pays et connaissait leurs habitudes.

Une dernière chose. Même si cette zone était un taudis, la bourse noire n’a pas été trouvé directement sur l’une des piles de vidage. Il a été récupéré très proche de l’endroit où le corps de Louise Camirand a été trouvé. Voici à nouveau le porte-monnaie:

????????????????????????????????????

Une théorie possible

L’occupation de l’auteur est telle qu’elle provoque qu’il soit entre Montréal et Sherbrooke sur une base régulière. Peut-être qu’il travaille à Sherbrooke, mais vit à Montréal (ou peut-être vice-versa). Peut-être qu’il a des parents dans la zone de chemin de McDonald, ou peut-être il garde une remorque là qu’il utilise à des fins récréatives de plein air. Dans tous les cas, à venir à la région d’Austin faisait partie de sa routine.

Pense-y de cette façon. Il meurtres Camirand à Sherbrooke. Il est sur le chemin de sa cabine à Austin, ou peut-être qu’il est sur le chemin de Montréal, et arrête ses parents à Austin. Dans les deux cas, avant d’arriver à sa destination à Austin, il sort la poubelle: Il déverse le corps dans les bois.

La même chose se produit après qu’il tue Lison Blais. Peut-être sur le chemin de retour à Sherbrooke de Montréal, il arrête à sa cabine, ou pour visiter ses amis, et retourne la bourse. Peut-être après qu’il tue Theresa Allore il fait quelque chose de semblable: il déverse les vêtements. Qui sait combien de fois il le fait. Peut-être il y a des articles de victimes que nous ne avons trouvé. Il dispose de ces éléments dans le seul endroit où il sait qu’ils ne seront pas apparaître évidente: un dépotoir.

———————————————–

Ou peut-être rien de tout cela est vrai. L’un des problèmes avec ces cas est une tendance naturelle à inclure toutes les choses qui correspondent à votre théorie, et jeter toutes les choses qui contredisent (le “Confirmation Bias” de statistiques). Nous ne savons toujours pas si elle était la bourse Blais ou les vêtements de Allore dans les bois de McDonald.

Et les choses qui ne correspondent pas? Prior et Choquette ont été battus sur le visage, Camirand était pas: qu’est-ce que cela signifie? D’une manière générale, cela peut signifier deux choses:

  1. Camirand est pas connecté à Prior et Choquette.
  2. Quelque chose est arrivé à faire l’agresseur a frappé deux des victimes, mais pas l’autre: pour une raison quelconque il y avait un changement de comportement.

Comme nous regardons ces cas, nous verrons toutes sortes de cas où il y a des similitudes, mais aucun cas est exactement similaire. Il manque quelque chose (ou ajouté) dans tous ces cas. La difficulté est de déterminer ce qui est tout simplement une coïncidence (les cas ne sont pas liés), ou ce qui était un changement de modèle causé par un changement de comportement ou de l’environnement.

Il convient de répéter que je ne pense pas que tous ces meurtres sont reliés. Je pense que nous parlons de 2, peut-être 3 prédateurs sexuels opérant dans la région en même temps, et peut-être un peu de meurtres isolés pas dans une série. L’astuce est d’identifier les différences.

Tags:
Categories:

Victime Inconnue 2 (Maria Dolores Brava) = Tammy Leakey – 2 Juin, 1979

Screen shot 2016-04-10 at 4.03.54 PM

——————————————————–

MISE À JOUR LE 14 AVRIL 2017: LA VICTIME A ETE IDENTIFIEE DE 17 ANS. MARIA DOLORES BRAVA DE 21 AVENUE À SAINT MICHEL MONTRÉAL. BRAVA A COMMANDÉ À UN DISQUE DANS L’ÎLE DE L’OUEST DE MONTREAL LE SOIR LE 18 MAI 1979. AUSSI CONNU COMME “LOLITA”:

 

 

 

 

 

 

 

 

————————————————

Vers 13h30, le 2 Juin, 1979, un chauffeur de camion travaillant pour Lansing Bagnall à Dorval découvre le corps nu d’une femme (5’4 “, 122 lbs) dans un coffre en bois près d’une benne à ordures à 10255 Côte de Liesse. La poitrine est d’environ 3 ‘x 2’.

IMG_3464

Il n’y a pas des marques immédiates / apparentes de violence, mais les filles a beaucoup de sang autour de son visage. les enquêteurs de la CUM Richard McGuinnis et Gilbert Gagnon spéculent qu’elle avait été étranglée. Une autopsie est pratiquée, mais aucune cause déterminante du décès est déterminée, si le coroner soutient que l’étranglement est toujours une possibilité.

Le site se trouve à moins d’un mile de l’endroit où le corps de Tammy Leakey serait découvert moins de 2 ans plus tard hors rue Lindsay à Dorval.

——————

Il y a une histoire derrière cela:

IMG_3459

Je me suis assis sur cet article pendant près de trois ans. J’ai eu le titre, mais l’image que je pris en 2013 était trop floue: je ne pouvais pas lire le texte:

IMG_3465

J’étais à Montréal la semaine dernière, donc je suis allé à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, rechercher leurs archives policières photo et l’a trouvé à nouveau:

IMG_3466

Tags:
Categories:

Nicole Gaudreaux et Lison Blais – 1978 / 1979

Je suis en mesure d’obtenir le fichier sur Nicole Gaudreault des archives du Québec à Montréal (BAnQ). Voici un second regard que l’affaire, avec un accent particulier vers la fin sur les similitudes avec l’assassiner de Lison Blais.

Gaudreau

Un appel téléphonique anonyme a conduit la police sur le corps de Nicole Gaudreaux (31 d’âge, 5 pieds de haut, 95 livres). Gaudreaux a été trouvé le 3 Août 1979 à un champ derrière 2032 rue Saint-André à Montréal.

Gaudreaux a été retrouvé nu, sur son dos, son visage ensanglanté. Les enquêteurs étaient Roland Ouimet et Maurice Chartrand de la police municipale de Montréal. Elle a été battue mal à la tête, et violée. La police a trouvé une grande quantité de sang sur les marches de 2036 rue Saint-André, on a supposé qu’elle a été attaquée à cet endroit et son corps a ensuite été traîné sur le terrain. Sa bourse vide a été récupéré quelques pieds loin du corps.

image001

La cause du décès était “strangulation manuelle”, “contusions cérébrales”, une “fracture du crâne”, et “hémorragie cérébrale” qui représente le sang sur les escaliers.

L’autopsie a été pratiquée au laboratoire medicale-legale à Parthenais à Montréal par le Dr André Brosseau. Le frère de la victime – Ronald Gaudreault qui vivait à 3936 Rang St-Joseph à Chicoutimi – a identifié le corps.

Gaudreault portait des bas bleus, une blouse rose (tiré vers le haut sur la tête), et un soutien-gorge beige (idetache).

Trouvé par les escaliers de 2026 Saint André était son pantalon noir, chaussures rouges, et son sac à main qui contenait une prothèse dentaire (Gaudreault vivait à 2030 St-André) Il n’y a aucune mention de ses sous-vêtements en cours de récupération.

Le cas est remarquable pour son emplacement à proximité de l’endroit où Jocelyne Houle a disparu en 1977 (la vieille Munich), et à d’autres disparitions / meurtres dans ce domaine (Choquette, Blais, Bazinet 1975 à 1978).

Gaudreault = Blais

Le plus frappant sont les relations et les similitudes avec l’assassiner de Lison Blais:

  1. Lison Blais a été trouvé 14 mois earthier moins d’un mile au nord de la scène du crime Gaudreault.

2. Comme Gaudreault, Blais avait été étranglé, frappé à la tête et violée:

 

Gaudreau 2

 

3. Les deux victimes vivaient dans des environnements urbains très similaires:

 

nicole
Gaudreault: maisons sur St-Andre
IMG_3373
Blais: maisons sur la rue Christophe Colombe

 
4. Les corps des deux victimes ont été récupérés à l’arrière de la zone de résidence:

Blais: Rear area

Blais: zone arrière

 

Gaudreault rear area (note that in that era beyond the path was a field (not homes as pictured today)

zone arrière Gaudreault (noter que, à cette époque au-delà du chemin était un champ (les maisons ne sont pas encore construits)

Tags:
Categories:

La Victime Inconnue (Joanne Lemieux), le 2 Avril, 1977

IMG_0637

MISE À JOUR LE 14 AVRIL 2017: CETTE VICTIME A ÉTÉ IDENTIFIEE COMME JOHANNE LEMIEUX: CAUSE DE MORT = HOMICIDE. AGRESSION SEXUELLE (VOIR LE DOCUMENT CI-DESSOUS)

On sait très peu de cette victime, alors je vais simplement vous dire ce que dit cet article:

Une femme entre l’âge de 18 et 25 se trouve le 2 Avril, 1977 enveloppé dans une couverture verte et blanche dans quelques bois à côté de chemin du Lac à Longueuil. Les enquêteurs sont Denis Beule et Gilles Poirier, de la police de Longueuil. Le coroner est Claude Pothel de SQ Parthenais. Cause du décès est indéterminée.

Une analyse

  1. Chemin du Lac, Longueuil: où avons-nous entendu cela auparavant? Voilà où Sharron Prior a été trouvé.
  2. Sharron Prior a été trouvé sur le chemin du Lac le 1er Avril 1975, La Victime Inconnue se trouve sur le chemin du Lac Avril 2, 1977: Presque exactement deux ans jour pour jour une autre victime se trouve sur le chemin du Lac? Personne ne trouve cela étrange?
  3. Encore une fois, nous avons une zone boisée. (comme Prior, Choquette, Camirand)
  4. Claude Pothel, coroner: où avons-nous entendu ce nom? Eh bien, c’est le même coroner qui a effectué l’autopsie sur Louise Camirand la semaine précédente, quand Louise Camirand a été trouvé, le 25 Mars, 1977

Maintenant, nous allons effectuer un zoom arrière à partir de cette image:

IMG_0369

Eh bien regardez ici.

L’article à la gauche parle des cas de Louise Camirand et la mort récente de Jocelyne Houle (nous arriverons à Jocelyne dans mon prochain post), et une connexion possible.

Et il y a nos vieux amis Fernand Yelle et Normand Vien de la SQ de Montréal. Tous deux ont été affectés aux cas O’Brien / Fisher, maintenant apparemment aussi affectés à Houle.

Les marques griffonnées-out sur «Inconnu»?

Je ne l’ai pas ceux. Ils ont été soit fait par des journalistes ou de la police.

Mais qu’est-ce qui sépare ces crimes (soit que des boîtes séparées sur une page de journal, soit que gribouillis)?

juridictions de police. Inconnu et Prior sont des crimes de Longueuil. Camirand et Houle sont meurtres Sûreté du Québec.

Alors, quand Houle tourné jusqu’à la police morts ont été de penser à une connexion à Camirand, mais pas au préalable ou d’une autre femme qui se présente au même endroit? Pourquoi? Parce que les cas ont été séparés en différents portefeuilles de police?

Pensez-vous qu’un prédateur en série se soucie de juridictions de police? Pensez-vous vraiment ses impulsions sont régies par des limites d’application?

Policiers Longeueil.

Sûreté du Québec.

Coopérer.

Report du Coroner:

Tags:
Categories:

Le casse-tête de Jocelyne Houle – Avril 17, 1977

IMG_0499
Jocelyn Houle (24 ans) était un étudiant en soins infirmiers de Chicoutimi, Québec. La jeune femme ( 5’2 “, 100 lbs)  a voyagé à Montréal avec un groupe de camarades pour étudier la thérapie respiratoire pendant trois semaines à l’Institut de cardiologie dans le quartier Rosemont au Montreal.

IMG_0378Pendant son séjour Houle vivait dans une maison d’embarquement, l’Institut Jeanne-Mance au 6675 44e avenue. Mercredi soir, le 13 Avril Houle décide de rejoindre sept de ses camarades pour une nuit sur la ville. Ils ont dîné au Barnsider qui était à 2250 rue Guy. Après le dîner, ils décident d’aller à la vieille Munich à Saint Denis et Dorchester (aujourd’hui René-Lévesque Boulé). Ils arrivent à 23h30. Ils boivent, ils dansent, ils restent jusqu’à la fermeture. Ils quittent le club ensemble vers 1h30 du matin avec l’intention de déplacer la partie dans la rue à La Calèche sur Saint Catherines, juste à l’ouest de Saint-Denis (je crois que ce fut – et est encore – La Calèche du Sexe, un club de strip toujours en existence à ce jour). Jocelyne Houle, qui se séparait du groupe avec deux hommes, n’est jamais arrivée.

Houle disparaît

IMG_0376
Quand ils arrivent à La Calèche, les amis découvrent que Houle n’est pas là. Ils reviennent au Vieux Munich, mais Jocelyne n’y est pas non plus. Ils décident alors que Houle avait dû retourner à la maison d’embarquement. Plus tard, quand ils rentrent, Houle est pas à la maison d’embarquement. Houle est absent de ses cours à l’Institut de cardiologie jeudi et vendredi 14 et 15 Avril. Elle ne revient pas à la maison de ses parents à Chicoutimi à la fin de la semaine.

Découverte du corps

Le dimanche, Avril 17ème, le corps d’Houle est découvert environ une heure au nord de Montréal près de Saint Calixte. Elle se trouve sur une route de gravier, Rang 5 environ 8 pieds de la route couché sur le ventre dans quelques pouces d’eau. Houle se trouve à moitié nu et roué de coups sur le visage et la tête. Son sac est couché à côté d’elle.

IMG_0389

Le premier arrivé sur les lieux à 11h00 sont P Renaud de Saint Jérôme Sûreté du Québec, et Reynald Vincent de la SQ à Rawdon. Ils sont bientôt rejoints par Raymond Girard, Victor Judd, Gilles Vachon, Fernand Yelle et Normand Vien de la Sûreté du Québec à Montréal. Yelle et Vien travaillaient tous les deux meurtres O’Brien / Fisher en 1974 et 1975 à Chateauguay.

MEDICAL

Le coroner sur la scène est René Raymond. Le corps est emmené à Montréal et l’autopsie effectuée par Andre à Lauzon au siège SQ Parthenais. L’autopsie confirme que Houle a été battu à mort. Elle avait une fracture de la mâchoire, et de nombreuses blessures au visage causées par des «coups de pied ou de poing”. Houle avait été violée, peut-être mes plusieurs personnes. Houle portait encore une partie de ses vêtements, y compris son soutien-gorge, qui a été déchiré. Les enquêteurs concluent que Houle n’a pas été tué à l’endroit Saint Calixte, seulement jeté là.

Une analyse

FotorCreated

L’image ci-dessus est la pleine page de la police, Allo 1 mai 1977 (il semble un peu bizarre parce que je devais épissure haut et en bas ensemble).

Dans un premier temps, la Sûreté du Québec et les médias ont porté toute leur attention sur un lien possible entre l’assassiner Houle et la mort de Louis Camirand. Il raisonnement semble être le suivant:

  1. Camirand a été assassiné trois semaines plus tôt.
  2. Les deux Camirand et Houle ont été trouvés dans les zones boisées éloignées.
  3. Les deux victimes ont été violées.
  4. Les deux victimes étaient dans leur 20s.

Pour faire un lien entre Houle et Camirand était aussi une question de commodité: les deux cas ont été affectés à la Sûreté du Québec.

Les médias ont également semblé se focaliser sur le fait que les deux victimes ont été fiancés: Tragique, mais à peine la preuve (je ne pense pas que nous courir après le “Engagement Killer”).

Quand vous pensez à elle, compte tenu de ce qui était connu à l’époque, la Sûreté du Québec a été vraiment relie les mauvais cas:

  1. Camirand a été trouvé presque complètement nue, Houle a été partiellement vêtu.
  2. Houle a été roué de coups sur le visage et la tête, Camirand ne semble pas être touché autour de la zone de la tête.

Voici la première page d’ Allo Police le 1er mai 1977:

IMG_0363

Semble familier? Cela devrait. Il est pratiquement identique à la scène du crime de Sharron Prior. Voici Photo Police,  17 Avril, 1975

IMG_0502

  1. Prior et Houle ont tous deux leurs chaussettes et des chaussures laissées sur.
  2. Prior et Houle sont tous deux battus sur le visage.
  3. Prior et Houle deux disparaissent de l’île de Montréal et sont déversés au large des eaux intérieures à Longueuil et Saint Calixte.

Enfin, l’indice du fait que la police recherchait au mauvais crime réside dans la page ci-dessus montrant l’image de Houle à côté de la photo de Camirand avec sa fiancée. L’image la Sûreté du Québec aurait dû être concentré sur est celui ci-dessous Houle de la victime “non identifiée” (en savoir plus à son sujet ici) qui a été retrouvé enveloppé dans une couverture sur le chemin du Lac à Longueuil, la rue même où le corps de Sharron Prior avait été jeté deux ans plus tôt presque à la date “non identifiée” a été trouvée (Prior a été trouvé  1ier Arvril. 1975 “non identifié “a été trouvé 2ème Avril, 1977).

IMG_0380

Je dirais même la Sûreté du Québec aurait oublié le cas de Prior après 2 ans, car il ne faisait pas partie de leur portefeuille non résolu. Le fichier de Prior était dans le portefeuille de la police Longeueil.

Il existe des preuves même de suggérer reliant Houle à d’autres cas similaires dans la région East End de Montréal qui a eu lieu plus tard. Dans les cas de Lison Blais et Denise Bazinet, nous avons un profil des victimes à la fin de la nuit, dans la scène du club de Saint-Denis (Partying) avant de disparaître et d’être finalement retrouvé assassiné. Ceci est en fait ce que Houle faisait avec ses amis du Vieux Munich. Ainsi est-il un profil ici d’un auteur qui était à l’affût des victimes dans les bars?

Finalement, nous allons le voir – comme plus de cas sont ajoutés – Avant redevient partie de l’image, mais à ce stade précoce de l’enquête de la SQ a perdu un temps précieux en se concentrant sur les mauvais cas.

Une dernière pensée.

IMG_3168

Saint Calixte est assez loin de Montréal. Il est le plus éloigné l’un de ces victimes ont été jetés.

Je ne peux pas tout à fait comprendre ce qui aurait amené les auteurs du centre-ville de Montréal tout au nord de Saint Calixte. Bien que je fais noter que Saint-Anne-des-Plaines est le long du chemin, la maison à la prison Archambault infâme (à l’époque, un établissement à sécurité maximale)

Il est un casse-tête.

Tags:
Categories:

Claudette Poirier – et d’autres disparitions – été de 77

IMG_0545

Je l’ai déjà écrit à propos de Claudette Poirier par rapport à Cédrika Provencher. Puisque nous faisons cela de façon chronologique, il serait utile d’établir tous les faits une fois de plus.

Poirier 1986

Claudette Poirier (15 ans) vivait avec ses parents à 1190 Monfette à Drummondville. À l’été 1977, la famille a décidé de faire un peu de camping à environ 4 miles au sud de Camp Plein Air familial sur chemin Hemming. Le 27 Juillet 1977, la jeune fille (5 / ‘5 “110 livres) montait sa bicyclette sur 3e Rang de Simpson sur son chemin pour visiter des amis qui vivaient sur St-Charles boulevard près de son domicile de retour à Drummondville.

De ce point Claudette disparaît. Sa bicyclette se trouve sur Rang 5e, Saint Cyrille, environ 2 miles de son site de camping.

La police enquêtant sont Roland Gagnon, de la Sûreté du Québec, Trois-Rivières, André Blanchette de SQ Drummondville, Henri Deschenex et Marcel Boutin. Ils sont incapables de trouver une quelconque trace de Claudette.

IMG_0544

Des années plus tard, le 9 Octobre 1986, 2 chasseurs trouver un crâne, d’autres os et vêtements pour femmes à environ 15 mètres de la route à La Réserve, Saint Lucien à environ 4 miles du sud du site de sa disparition (je l’ai entendu rapporté que les os ont été carbonisés, comme si ses restes ont été brûlés). Les restes sont analysés par le Dr André Lauzon au laboratoire médical SQ à Parthenais à Montréal et identifiées comme Claudette Poirier. Compte tenu de la longueur du temps qui a passé, la cause du décès est indéterminée.

Une analyse

Je fis une petite carte des emplacements Poirier, que l’histoire est un peu déroutant. C’est interactive. clique ici:

Screen shot 2016-03-11 at 6.18.53 PM

Fondamentalement, dans le centre est là où elle campait et vu la dernière fois, vers la gauche est l’endroit où elle a vécu et où elle allait, à droite est l’endroit où son vélo et restes ont été trouvés.

Comment est connecté ce cas avec les autres? Dur à dire. Probablement pas connecté du tout. Cependant, je tiens à souligner que Alice Paré, qui a disparu de Drummondville en 1970 et a ensuite été retrouvé assassiné, a vécu environ 2 miles au sud de Poirier sur la rivière Saint-François.

A noter également – 1977 était en quelque sorte un été de disparitions au Québec:

Dansereau

14 juin 1977: 16 ans Johanne Danserault (5’3 “) disparaît de son domicile à 615 rue des Lotus à Fabreville / Laval et on ne voit jamais de nouveau Lt Gagne de Laval SQ a été chargé de l’affaire.. on pense qu’elle était un emballement.

IMG_0217

27 juin 1977: 13 ans Sylvie Doucet (5’4 “, 120 lbs) de 3634, rue de Rouen à Montréal disparaît de l’Est de Montréal et ne se voit pas encore.

Doucet lived here at the corner of Rouen and Chambly in Montreal's East End.

Doucet a vécu ici au coin de Rouen et de Chambly dans l’est de Montréal.

.

Henri Jette de la police de Montréal est mis en charge de l’affaire. Encore une fois, la police pense qu’elle a emballement.

Bodsay

30 juillet 1977: fille de 14 ans, Elizabeth Bodzy (5 ‘, 95 lbs) disparaît de son domicile au 311 rue Belec à Laval. Detective Milette de Laval est mis en charge de l’affaire. La police pense qu’elle est un emballement. Mise à jour: Elisabeth Bodzy retourné à la maison en toute sécurité le 15 Août 1977.

Si quelqu’un peut me démontrer que ces jeunes filles ont été retrouvés plus tard en sécurité, je suis tout ouïe. D’après ce que je sais qu’ils disparaissaient tout simplement.

Et si vous remarquez un motif avec ces événements, et les événements récents de jeunes filles de fuite à Montréal, vous seriez voyez ce que je vois. Dans certains cas, ils se trouvent. Dans certains cas, on nous dit de rumeurs des filles d’être vendus dans la prostitution. Dans certains cas, ils disparaissent tout simplement. Il est un cauchemar pour la sécurité publique.

De retour à 1977, et en particulier Laval, nous allons voir que la situation allait bientôt atteindre son apogée avec les disparitions fin juillet et les meurtres de Chantal Tremblay et Johanne Dorion.

Tags:
Categories:

Les bus et métros: Chantal Tremblay – 29 Juillet, 1977

Chantal Tremblay

Chantal Tremblay était un étudiant qui fréquente le Cégep du Vieux-Montréal juste à côté de la rue Saint Denis. Elle vivait avec ses parents à Rosemere, QC. Vers 17:30 le vendredi 29e Juillet 1977 Chantal Tremblay a quitté sa maison à 250 rue Oak à Rosemere. La fille de 17 ans (5 pieds de haut, 90 livres) est monté à bord d’un bus à la route 344 sur la boule Grande Côte à Rosemere. Vers 18h15 le chauffeur du bus a remarqué Chantal quitter son bus à la station de métro Henri-Bourassa à Montréal (Henri Bourassa, à l’ouest de Papineau). Chantal était sur son chemin pour répondre à ses 7 ans sœur Christine à la station Berri-de-Montigny au centre-ville de Montréal. Les deux jeunes filles destinées à voyager ensemble à la ville de Québec. Chantal n’a jamais fait à Berri-de-Montigny.

Près de deux ans plus tard, le 21 avril 1979, deux garçons qui se promenaient dans une zone boisée appartenant au ministère de la Défense nationale, près de 165, ont sonné Saint-François à Saint-Louis-de-Terrebonne et ont découvert des os humains sur une colline . (C’est juste à l’extrémité ouest de Terreborne près Rosemere). Ses vêtements se trouvaient à environ 200 à 300 pieds de ses restes. Cause de la mort n’a pas été déclaré, mais les journaux ont indiqué qu’elle avait été “assassiné”.

La compétence dans cette affaire est confuse. Initialement, la police de Saint-Eustache ont été signalés, mais Montréal SQ sont les premiers à arriver sur les lieux (Pierre Lanoue et François Lalancette). Jacques Gagne de la Sûreté du Québec est également impliqué. Finalement, l’enquête est dirigée par Normand Trapanier et M Charette de la police municipale Rosemere. C’est étrange. Rosemere est étaient Chatal a vécu. Cependant, elle a été vu la dernière fois à Montréal (SPCUM), et a été trouvé à Terrebonne (probablement à cette époque, le territoire de la Sûreté du Québec). Le point étant que, comme dans beaucoup de ces cas, il semble y avoir eu une confusion juridictionnelle.

IMG_0674
Une analyse

Il n’y a pas beaucoup de choses à faire avec ce cas, sauf le peu que je trouve dans les journaux. Les demandes d’archives photographiques de Section Rouge Média et la Bibliothèque Nationale du Québec pour les rapports d’autopsie ont donné rien.

Questions d’intérêt

  • La zone où les restes ont été trouvés est à environ 10 minutes de route de la prison Archambault à Sainte Anne des Plaines (voir Jocelyne Houle).
  • Il est étrange que Chantal est la dernière fois à Henri Bourassa, mais ses restes se trouvent le chemin du retour à Terrebonne, très proche de l’endroit où elle a vécu. Était quelqu’un lui suivant sur ce bus?
IMG_3404

Arrêt de bus à la station de métro Henri Bourassa. La brasserie sur la droite a été là depuis 1978.

 

  • Chantal Tremblay sont entrés dans la station de métro Henri Bourassa et se dirigea vers la station Berri-de-Montigny situé en centre ville. Qui touche le métro de route où les victimes suivantes ont vécu: Lison Blais, Denise Basinet, Lise Choquette et Jocelyne Houle (Houle auraient pris le bus Jean-Talon au métro). Si l’une de ces femmes commuées à Montréal (et le plus probable qu’ils ont fait), ils auraient utilisé la ligne de métro Henri Bourassa.
  • La destination finale de Tremblay, Berri-de-Montigny, est dans la région que Jocelyn Houle était la dernière fois: sans doute elle aurait utilisé la station Berri-de-Montigny se rendre à la vieille Munich bar.
  • L’article fait mention de l’affaire Johanne Dorion (que nous allons visiter la prochaine), et le fait qu’elle a utilisé la même ligne de bus que Tremblay (ligne Henri Bourassa)
  • Dorion et Tremblay ont disparu le même jour, le 29 Juillet, 1977.
    ————-

Note personnelle: Je sais que la zone Rosemere / Terrebonne bien. Mon frère vit là-bas. J’ai conduit Grande Côte à plusieurs reprises. Un certain nombre d’années, j’ai essayé de prendre contact avec les parents de Chantal Tremblay, mais ils avaient déménagé.

Note: Cette affaire ne doit pas être confondu avec 24 ans Chantal Tremblay qui a été assassiné à Valleyfield en 1998.

Tags:
Categories:

Les bus et les transports en commun – Johanne Dorion – 9 Juillet, 1977

IMG_0215

Joanne Dorion a disparu 20 jours avant la disparition de Chantal Tremblay, le 9 juillet 1977. Tous deux vivaient au nord de la région de Montréal; Tremblay juste à côté de l’île de Laval à Rosemere, et Dorion au Nord la plupart des tronçons de Laval à Fabreville. Tous deux étaient de 17 ans.

Johanne Dorion a travaillé comme secrétaire médicale à l’hôpital du Sacré-Cœur à Cartierville. Elle a quitté le travail autour de 23h45 le soir du 9 Juillet, 1977 en prenant le bus numero 4 pour revenir à Fabreville. Selon le chauffeur du bus, Dorion est descendu du bus à Fabreville à environ 00h30 au coin de la boule Arthur-Sauve et Sainte Rose. Ceci est la dernière observation de Johanne Dorion.

Casse Croute Chateau Laval

Casse Croute Chateau Laval

Le lendemain matin, à 07h00, les parents de Johanne – qui vivent à la 9e avenue à Fabreville – a remarqué que leur fille n’a pas rentrer à la maison ce soir-là. Pour le mois qu’elle manquait l’enquête était dirigée par le lieutenant Maurice Legault, Gerard Danse, et Richard Lefebvre de la Sûreté Municipale de Laval. Les parents ont insisté pour que Johanne ne serait pas une fugue.

Le jeudi soir, le 11 Août, 1977 près de 18:00 Martin Fountaine (12 ans) marche près de la rive de la rivière des Mille Iles quand il sent une odeur nauséabonde. Il remarque alors un sac en plastique bleu dans les buissons. Fountaine approche du sac. Environ 100 pieds de la rive, il voit un pied avec la chaussure d’une femme, et une main portant un bracelet près de quelques arbres. Il va immédiatement et dit à son frère aîné et père.

Dorion se trouve sur une route de gravier entre la 2e et la 3e avenue à Fabreville environ 8 pâtés de maisons où elle a été vu la dernière fois à l’arrêt de bus à Arthur Sauve et Sainte Rose, et 6 blocs plus loin de son domicile le 9 avenue.

Sgt Detective Pierre Basinet

Detective Sgt Pierre Basinet

La police arrive à environ 21h50. Le corps se trouve sous trois arbres près de la rivière. Il est dans un état avancé de décomposition. Police observer une jupe, blouse et sous-vêtements sur le corps. Le sac en plastique bleu le garçon a vu se révèle être un sac commercial de Dominion contenant des documents d’identification Johanne Dorion. On trouve également à proximité du corps est la manche droite de la blouse de Dorion. Il est complètement arraché et ensanglanté.

Dorion Eyeliner

Dorion Eyeliner

Retour à l’endroit où elle a quitté le bus, la police trouve l’eye-liner de Dorion dans le stationnement d’un casse-croute nommé Chateau Laval. L’enquête est menée par le sergent-détective Pierre Bazinet, assisté de Danse, Lefebre et Legault de la police municipale de Laval. Ils sont ensuite rejoints par Remi Tetreault, G Sauve, et M Boilard.

L’autopsie est effectuée par Roch Heroux, assisté par André Brosseau et M. Mallette au laboratoire médical à Parthenais à Montréal. Le 5’11 “, 100 lbs victime a été poignardé à plusieurs reprises dans la poitrine, et a subi une hémorragie massive pour le cœur et les poumons. Il y a trop de détérioration dans la région pelvienne pour déterminer si Dorion a été violée ou non.

IMG_0272
Dorion scène de crime, 12 Août 1977
Une analyse

Les journaux de cette époque ont été prompts à suggérer un lien entre le cas Dorion et les cas de 5 autres personnes disparues à ce moment:

FotorCreated

  • Johanne Danserault aussi de Fabreville qui a disparu 6 semaines semaines plus tôt, 14/06/77.
  • Sylvie Doucet de l’Est de Montréal qui a disparu un mois plus tôt, 27/06/77.
  • Claudette Poirier qui a disparu quelques jours plus tôt de Drummondville, 27/07/77 (et dont les restes se trouvent 9 ans plus tard).
  • Chantal Tremblay qui a disparu 20 jours plus tard de Rosemère, 29/07/77 (et dont les restes seraient trouvés 2 ans plus tard).
  • Elizabeth Bodzy qui allait manquer le lendemain, 30.7.77 de la région de Laval où les deux Dorion et Danserault vivaient également. Mise à jour: Elisabeth Bodzy retourné à la maison en toute sécurité le 15 Août 1977.

IMG_0226
Le cas de Sharron Prior serait à nouveau refaire surface dans les médias, mais pas en raison d’une connexion suggéré. Le 16 Août, 1977 Yvonne Prior, la mère de Sharron Prior a écrit une lettre de sympathie à Adrienne Dorion, la mère de Johanne. La lettre a été publiée dans Allo Police sous le titre, POURQUOI ?:

… Vous ne me connaissez pas, mais je voudrais que vous sachiez que mes pensées sont avec vous depuis la perte de votre belle fille Johanne.
Je vous écris en tant que mère qui sait les jours mal et la douleur de perdre une fille adolescente de façon brutale, et la colère que vous vous sentez à l’intérieur.
Ma fille de 16 ans Sharron a rencontré le même sort il y a deux ans, son meurtrier ou les meurtriers ont pas encore été pris. Elle a été trouvée dans Longeueil.
Je pleure avec vous maintenant au décès de Johanne et dire, comme je suis sûr que vous devez également dire: «Pourquoi»?

Le cas reçoit beaucoup d’attention dans les journaux de Montréal. éditorialiste de Allo Police, Claude Poirier publie un entretien de 6 pages avec Adrienne Dorion dans leur papier soeur, la police de la police. 500 personnes assistent aux funérailles de Johanne.

IMG_0284
Dorion scène du crime

Autres points

“Cet adolescent utilisait aussi le bus de Laval Transit Commission, de la station de métro Henri-Bourassa”

Sacre Coeur hospital, Gouin boule.

Sacre Coeur hospital, Gouin boule.

 

  • Je crois que ce qu’ils proposent est que à un moment donné le bus Tremblay – de Rosemere prendre rout 344 – et le bus Dorion – de Fabreville – auraient convergé quand ils ont rencontré l’autoroute 13 ou 117. Le bus aurait alors traversé la frontière vers Montréal où il tournerait est, en passant par Cartierville (où Dorion a travaillé), puis à sa destination finale à Henri-Bourassa (où Tremblay était la dernière fois).

Mais, comme nous le verrons bientôt, il y avait une autre victime deux mois plus tard en utilisant la même ligne de bus.

Tags:
Categories:

Plus de Chaussures: Hélène Monast – 11 septembre 1977

Helene Monast (red top)

Helene Monast (red top)

 

IMG_0136Le samedi 10 Septembre 1977 Hélène Monast célébrait son 18e anniversaire de Chez Marius pizzeria au Champly, Québec. Sortie Chez Marius, Monast  (5’3 “, 125 lbs)  dit au revoir à son frère, Yves et a traversé la rue Bourgogne, entrant dans le parc du canal de Chambly sur les rives de la rivière Richelieu.

Hélène escortait son amie, Chritiane a sa maison. Helene destiné à passer la nuit avec sa tante. A 23h15 Christiane et Hélène se séparèrent. Ceci est la dernière observation d’Hélène Monast.

Le lendemain matin, le dimanche 11 Septembre, 1977, une femme regarde par la veuve de chambre et voit un corps allongé dans la rue dans le parc Chambly, “sous un grand arbre”, à environ 75 pieds de la rue Bourgogne, près du monument Chambly. Le corps d’Hélène se trouve dans le parc en face de Chez Marius.

Gaston Rioux (with tie)

Gaston Rioux (with tie)

Comme ce fut Chambly, le cas est tombé à la juridiction de leur force municipale: Richard Sauve et René Richard ont d’abord été sur la scène. Suivi par Jean Pépin, Robert Rousseau et chef Marcellin Cyr. Bientôt les rejoindre sont Jacques Marceau, Maurice Miausse, Claude Raineville (technicien), et Gaston Rioux de la Sûreté du Québec à Montréal. Rioux avait travaillé à la fois le cas Norma O’Brien et Debbie Fisher en 1974 et 1975.

Helen a été retrouvé nu sauf pour sa chemise qui a été tiré vers le haut de ses bras. Elle portait une montre Timex, un neckless. Elle était couchée sur son dos. Vêtements a été trouvé à côté de son corps: un jean bleu, un pull de la même couleur, une boucle d’oreille dans l’herbe. Elle avait été étranglée.

Autres objets trouvés dans la région: un gobelet en plastique, un paquet de cigarettes Export A, une boîte de Chiclets. Manquant est la bourse d’Hélène.

IMG_0154

Il y a deux comptes de ses chaussures: on dit ses chaussures avaient disparu, l’autre dit ses chaussures étaient là à côté du corps avec ses chaussettes soigneusement placée en eux. Dans le deuxième compte, les lacets de chaussures ont été portées disparues.

Selon la sœur de Helen, Nicole, les enquêteurs a demandé à sa famille au moment de la découverte si Hélène portait des chaussures à lacets. Lorsque la soeur d’Hélène a vu le corps, elle a remarqué une mince ligne le long de son cou par strangulation.

—————————-

L’autopsie a été réalisée par Jean Hould au bureau du coroner à Parthenais à Montréal. Fait intéressant les chercheurs principaux sont identifiés comme Gaston Rioux et Jacques Marceau de la SQ de Montréal, pas quelqu’un de la police municipale de Chambly. L’autopsie confirme la mort par strangulation, mais aucune preuve de viol. Les médecins observent ce qui suit, “elle avait été cruellement frappé avec plusieurs marques de morsures sur le corps, en particulier un sein.”, Qui a ensuite conduit à la conclusion d’un sex-crime.

IMG_0487

Une analyse

  • Monast est le premier cas depuis Camirand en Mars 1977, est une strangulation pure, et peut-être par des lacets de chaussures. Et curieusement l’assassiner se produit entre Montréal et les Cantons de l’Est, un peu plus à l’ouest de l’endroit où Louise Camirand a été trouvé près d’Austin, au Québec, et un peu progresse lentement vers les régions de Longueuil (Prior, “le victim Inconnu”) et Montréal (tous les autres victimes): ce que cela signifie, si quoi que ce soit?
  • Les journaux sont prompts à référencer les meurtres de Johanne Dorion (proximité en raison du temps) et Louis Camirand (proximité en raison de l’emplacement).
  • Lorsque l’Unité “Cold Case” de la Sûreté du Québec a été créée en 2009, le cas d’Hélène monast était l’une des premières enquêtes ajoutées au portefeuille. Voilà de bonnes nouvelles, mais la question est, Pourquoi? Pourquoi ce cas et pas d’autres cas? Quand je pose cette question un certain nombre d’années, on m’a dit que cela était aussi loin que leur «mandat permettrait».Mais nous savons que cela est un mensonge. Dans cette logique les cas de la SQ qui sont venus après Monast auraient été ajoutés: Bazinet, Dube, Allore. Et pourtant, il a fallu 7 ans pour ajouter Allore. Les cas Bazinet et Dube ne sont toujours pas inclus.

Nous avons besoin de plus d’informations. Nous avons besoin des meurtres subséquents de Denise Bazinet et Theresa Allore pour expliquer ces événements.

Ces cas viennent ensuite: continuez à lire.

Tags:
Categories: