How-to Conduct your own Cold-Case investigation

Photo_of_bog_3

In the interest of helping other families who may be trying to conduct their own investigations, I offer these  suggestions for conducting your own cold-case investigation (thanks to Doreen Prior (Sharron Prior cold-case)  and Bill Wilman (Debbie Key cold-case)  who helped with this:

1.   Information Management – The Internet: If you can afford it, get a subscription to Lexis-Nexis. This will allow you to data mine old newspapers back to the early 80s. There’s gold in them hills.

2.   Information Management – Your local library: Most major libraries keep copies of all regional newspapers on microfiche. For Theresa’s case I was able to have the Provincial Library in Quebec mail me microfiche of old newspapers like the Montreal Star, Photo Police, Allo Police to my local library in North Carolina! I know Doreen Prior also accessed local libraries for Sharon’s case. Newspapers offer you good information about activities in the area of investigation leading up to, and immediately after any murder.

3.   Google is your best friend: I have Google Alerts set up for all key words associated with my sister’s death (names of regional towns, suspects’ names, the name of each regional police force). This is a good way to stay a step ahead of anything that may be relevant to your investigation.

4.   Accessing public records: Things like medical records and autopsy reports… these are public information and readily available from your local medical examiner or coroner.

5.  Makes friends with the appropriate law enforcement agency: In many circumstances a case grows cold due to perceived ineptitudes of the investigating police force. Despite the frustration you must ultimately make peace with the investigating force. Ultimately they are the only body that can bring the case to justice. Despite friction, you must work to find an understanding. This doesn’t mean you can’t continue to challenge the force, just realize that you must retain balance. Crime scene reports? Evidence? Primary information? All of this is in the hands of the investigating force. You must make amends if you hope to gain access to this information.

6.   Make sure your case is registered in the appropriate national police cold case database:   In the U.S. they use eitherViCAP or CODIS. In Canada the system is called ViCLAS (in French SALVAC) .  Even though these databases are maintained by the RCMP and FBI, it is the responsibility of regional forces to be trained on their use and to enter the data. Contact your regional police force to ensure your case is in the system.

7. Psychics: Useful? As secondary evidence, possibly. Just realize that anything  psychic / medium offers is not admissible as evidence. It can be a great resource (myself and Bill have used them), but be aware of their limitations. And don’t get strayed into kooky theories: you can see patterns in any amount of randomness. Remember that some things are a coincidence.

8.   Network: Read everything. The internet is an incredible resource. Become familiar with advocacy and justice initiatives. Make friends, get educated, attend conferences.

9.   Publicity: The media can be a great tool to get your story out. Remember one thing: ultimately they are exploiting you, so feel free to exploit them. “If it bleeds it leads”… and the stories the media usually are attracted to in cold cases are something gruesome or something very personal ( perhaps too personal for a crime victim… I always hated when they asked me about “closure”). Be professional, cautious and guarded. Don’t offer up anything you feel is crossing a line. You have a right to say, “no, that’s too far” with these people. Also, don’t feel bad if they don’t want to cover your story. I have spent many hours offering up angles to media (suspects, new information, a personal-interest moment, a tidbit that is relevant to a current case), if they aren’t interested, don’t take it personally. Move on. It’s a business.  One of the main reasons myself, Doreen and Bill started blogs was to control the distribution of information. So you can start one too! That too is media attention!

10.   Get support: Guess what? You’re only human. And very quickly you will reach a burnout threshold. Get help. Find something positive other than this cold-case that gives you energy ( a hobby, your family, a sport, your shrink). We’ve all been to the bottom. It’s no fun, but we will support you on your journey back up. One of the best things I did? Made friends with fellow victims and investigating colleagues on Facebook. At first this seemed counter-intuitive: I wanted to isolate my personal life from my cold-case life. In the end it was the right decision because it was healthy to see these people without the victim stigma, in a normal light: families, loves, interests.

11.  If all else fails: Contact the Vidocq Society, a group out of the Washington area comprised of retired forensic and investigative experts dedicated to solving old cases. Slightly pretentious, but if you’ve exhausted numbers 1 – 9 at this point you have nothing to lose. A word of caution: Vidocq will only consider your case if you have support from your local police jurisdiction (so no coming here if you’ve got a beef with how the police screwed up your case).

—————————————-

Dans le souci d’aider d’autres familles qui mai essayer de mener leurs propres enquêtes, Je vous offre ces suggestions pour la conduite de votre  d’investigation Cold Case:

1. Gestion de l’information – Internet: Si vous pouvez vous le permettre, recevoir un abonnement à Lexis-Nexis. Cela vous permettra à exploiter les informations de vieux journaux Retour au début des années 80.

2. Information Management – Votre bibliothèque locale: Plupart des grandes bibliothèques de conserver des copies de tous les journaux régionaux sur microfiche. Pour le cas de Thérèse, j’ai pu avoir la bibliothèque provinciale du Québec dans le courrier me microfiches de vieux journaux comme le Montreal Star, Photo Police, Allô Police à ma bibliothèque locale en Caroline du Nord! Je sais Doreen Prior également consulté les bibliothèques locales pour le cas de Sharon. Journaux de vous offrir une bonne information sur les activités dans le domaine de l’enquête qui a conduit jusqu’à, et immédiatement après toute assassiner.

3. Google est votre meilleur ami: J’ai Alertes Google mis en place pour tous les mots clés associés à la mort de ma sœur (les noms des villes régionales, les noms des suspects, le nom de chaque corps de police régional). Ceci est un bon moyen de rester en avance sur tout ce qui mai être pertinents pour votre enquête.

4. Accès aux documents publics: Des choses comme les dossiers médicaux et les rapports d’autopsie … Ce sont des informations publiques et facilement accessibles à partir de votre examinateur médical local ou le coroner.

5. Se fait des amis avec l’organisme approprié de Police: Dans de nombreuses circonstances une affaire cold-case à cause d’inepties perçue de la force de l’enquête de police. Malgré la frustration, on doit finalement faire la paix avec la force de l’enquête.Finalement, ils sont le seul organisme qui peut porter l’affaire à la justice. Malgré les frictions, il faut travailler pour trouver un accord. Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas continuer à défier la force, juste réaliser que vous devez conserver l’équilibre. Scène du crime rapports? Evidence? Primaire de l’information? Tout cela est entre les mains de la force de l’enquête. Vous devez faire amende honorable si vous espérez obtenir l’accès à cette information.

6.  Assurez-vous que votre enquete est enregistré dans la system appropriée police nationale cold-case: Aux Etats-Unis, ils utilisent soit ViCAP ou CODIS. Au Canada, le système est appelé SALVAC (en Anglais ViCLAS). Même si ces databases sont mis à jour par la RCMP et le FBI, il est de la responsabilité des forces régionales devant être formés à leur utilisation et à entrer les données. Contactez votre service de police régional pour vous assurer que votre affaire est dans le système.

7. Psychiques: Utile? Comme preuve secondaire, peut-être. Il faut juste réaliser que / quoi que ce soit psychique offre média n’est pas admissible en preuve. Ce peut être une excellente ressource (moi-même et Bill ont utilisés), mais être conscient de leurs limites. Et ne soyez pas égarés dans des théories rigolote: vous pouvez voir des tendances dans le montant de l’aléatoire. N’oubliez pas que certaines choses sont d’une coïncidence.

8. Réseau: lit tout. L’internet est une ressource incroyable. Familiariser avec le plaidoyer et les initiatives de justice Become. Les amis de Marque, s’instruisent, assister à des conférences.

9. Publicité: Les médias peuvent être un excellent outil pour obtenir votre histoire Out. N’oubliez pas une chose: ils finissent Exploitez-vous, alors n’hésitez pas à les exploiter. “Si elle saigne, cela mène« … et les histoires que les médias en général sont attirés dans les cas de froid sont une chose horrible ou quelque chose de très personnel (peut-être trop personnel pour une victime de crime … J’ai toujours détesté quand ils m’ont posé des questions sur la «fermeture»). Soyez professionnel, prudent et réservé. Ne propose pas quelque chose que vous ressentez est traversée d’une ligne. Vous avez le droit de dire: «Non, c’est trop loin” avec ces gens. Aussi, ne vous sentez pas mal si ils ne veulent pas couvrir votre histoire. J’ai passé de nombreuses heures offrant des angles aux médias (suspects, de nouveaux renseignements, d’un moment intérêt personnel, une friandise qui se rapporte à une affaire en cours), si elles ne sont pas intéressés, ne le prenez pas personnellement. Move on. Il s’agit d’une entreprise. L’une des principales raisons pour moi, Doreen et Bill a commencé blogs a été de contrôler la distribution de l’information. Vous pouvez donc commencer one too! C’est trop l’attention des médias!

10. Obtenir de l’aide: Devinez quoi? Tu n’es qu’un homme. Et très vite vous arriverez à un seuil épuisement professionnel. Obtenez de l’aide. Trouver quelque chose de positif autre que la présente affaire à froid qui vous donne de l’énergie (un passe-temps, votre famille, un sport, votre rétrécir). Nous avons tous été à la base. Ce n’est pas drôle, mais nous allons vous appuyer sur votre voyage sauvegarder. Une des meilleures choses que j’ai fait? Fait des amis avec des autres victimes et enquêter sur leurs collègues sur Facebook. Au début, cela semble contre-intuitif: je voulais isoler ma vie personnelle de ma vie à froid cas. À la fin, c’était la bonne décision car il était sain de voir ces gens sans la stigmatisation des victimes, dans une lumière normale: les familles, les amours, les intérêts.

11. Si tout le reste échoue: Communiquez avec la Société Vidocq, un groupe hors de la région de Washington, composé d’experts à la retraite légale et d’enquête consacrée à la résolution de cas anciens.Un peu prétentieux, mais si vous avez épuisé les nombres 1 – 9, à ce stade, vous n’avez rien à perdre. Un mot de prudence: Vidocq ne prendra en considération votre cas si vous avez l’appui à la juridiction de la police locale (donc pas de venir ici si vous avez un bœuf à la façon dont la police foiré votre cas).

Category:

Leave a Reply