Category Archives: surete du quebec

Meutre de Helene Monast – Keep Talking

Si vous voulez savoir pourquoi j’ai commencé à bloguer en français, c’est pour cette raison: aujourd’hui, le frère d’Hélène Monast m’a contacté. Hélène a été assassiné 32-ans-il ya à Chambly au Québec. Le crime est non-résolu. Il a lu récemment un article de blog j’ai faite à propos d’Hélène et a voulu savoir s’il y avait une connexion: il n’avait jamais entendu parler des meurtres non résolus de Theresa Allore, Manon Dubé et Louise Camirand.

Non, je ne crois pas qu’il y ait une connexion. Mais ce n’est pas le point ici. Plus je parle de ces crimes dans la langue du Québec, plus les gens auront exposé à celle-ci, et cela augmentera les chances que les meurtres vont être résolus.

————————————

If you want to know why I have begun blogging in French it is for this reason: today the brother of Helene Monast contacted me. Helene was murdered 32-years-ago in Chambly Quebec. The crime is unsolved. He recently read a blog post I made about Helene and wanted to know if there was a connection: he had never heard of the unsolved murders of Theresa Allore, Manon Dube and Louise Camirand.

No I do not believe there is a connection. But that is not the point here. The more I talk about these crimes in the language of Quebec, the more people will get exposed to it (the right people), and that will increase the chances that the murders will be solved.

Tags:

Pierre-Hugues / Natasha Cournoyer

Pierre-Hugues Boisvenu au television ce martin de l’enquete Natasha Cournoyer (RDI):

Il dit il n’y a pas d’équipe de rapide réponse pour traiter des personnes qui manquent (comme il y a dans Ontario). A Québec il y a seulement Quebec Secours pour le secours et le rétablissement (un fonctionnement non-profit, mais pas policiers )

———————

He’s saying what is true: there is not an immediate response team to deal with missing persons (like there is in Ontario). Quebec relies too much on Quebec Secours for rescue and recovery (a non-profit working outside the realm of law enforcement)

Tags:

La police de Québec se défend d’avoir utilisé le Taser

Pour le démonstration Officier Lachance pratique sur sa région d’aine:

65187

Frédéric Denoncourt
Le Soleil

(Québec) Malgré l’émoi suscité, le recours au pistolet Taser à l’endroit d’un homme atteint de trisomie 21 était «la meilleure option dans le contexte», soutient la police de Québec.

Quand, au mois d’août, les policiers ont reçu un appel d’urgence des intervenants du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI), la situation était hors contrôle, stipule Gino Lévesque, capitaine à la section des communications du Service de police de Québec. «Les intervenants sur place n’étaient plus en mesure de reprendre le contrôle. Compte tenu de l’état de violence de l’individu, l’utilisation de cette arme intermédiaire était la meilleure option.»

Dans le passé, les policiers ont dû intervenir à de nombreuses reprises pour maîtriser l’homme de 43 ans. «Il a un historique de violence assez grave. Certains éléments de son dossier font en sorte qu’on ne peut en dévoiler plus.»

Lors des autres interventions, les agents parvenaient à maîtriser l’individu, parfois simplement par la parole. En août, la situation était différente. «Le pistolet à impulsion a été nécessaire pour éviter des blessures à l’individu, aux autres bénéficiaires, aux intervenants et aux policiers.»

C’était la première fois que les policiers avaient recours à l’arme à impulsion électrique contre cet homme. Combien de décharges a-t-il reçu? «Je n’ai pas l’information sous la main.»

M. Lévesque affirme que chaque utilisation du pistolet Taser par des policiers fait l’objet d’un rapport par des officiers afin de s’assurer de son bon emploi. «Nous avons rencontré les parents de l’homme pour répondre à leurs questionnements», continue

M. Lévesque, qui ajoute que ces derniers se sont montrés satisfaits des réponses de la police.

«La police fait aussi partie de la Table de concertation et d’adaptation du système judiciaire aux personnes souffrant de déficience intellectuelle. Une rencontre est prévue avec eux [les autres membres de la Table] pour leur expliquer les façons d’intervenir des policiers», ajoute M. Lévesque.

Tags: