Category Archives: surete du quebec

The Kim Rossmo Interview – WKT #12

An Interview with criminologist Dr. Kim Rossmo, whose pioneer work lead to the creation of the field of geographic profiling:

Rossmo joined the Vancouver Police Department as a civilian employee in 1978 and became a sworn officer in 1980. In 1987 he received a master’s degree in criminology from Simon Fraser University and in 1995 became the first police officer in Canada to obtain a doctorate in criminology. His dissertation research resulted in a new criminal investigative methodology called geographic profiling.

In 1995, he was promoted to detective inspector and founded a geographic profiling section within the Vancouver Police Department. In 1998, his analysis of cases of missing sex trade workers determined that a serial killer was at work, a conclusion ultimately vindicated by the arrest and conviction of Robert Pickton in 2002. A retired Vancouver police staff sergeant has claimed that animosity toward Rossmo delayed the arrest of Pickton, leaving him free to carry out additional murders. His analytic results were not accepted at the time and after a dispute with senior members of the department he left in 2001. His unsuccessful lawsuit against the Vancouver Police Board for wrongful dismissal exposed considerable apparent dysfunction within that department.

After serving as director of research at the Police Foundation in Washington, DC, from 2001 to 2003, he moved to Texas State University where he currently holds the Endowed Chair in Criminology and is director of the Center for Geospatial Intelligence and Investigation. Since then, he has applied techniques of geographic profiling to counterterrorism, animal foraging, and epidemiology. He has also researched and published on the subject of criminal investigative failures. He has written three books.

At the conclusion of this interview Kim very kindly wrote, “I just wanted to tell you that I have done a lot of interviews over the years and your questions today were really good. I could tell you put a lot of thought and planning into this.”

Rossmo as a “beat cop” in Vancouver:

More information on Rossmo and the Vancouver downtown Eastside missing persons can be found by clicking on the links. 

Patricia Pearson’s book When She Was Bad about women who murder. It’s a great read and you can order it from Amazon:

Here is Rossmo’s geographic profile of San Francisco’s Zodiac killer:

Serial killer Clifford Olsen:

The Banksy application to geographic profiling:

Michael Herr’s novel Dispatches:

 

The Bee Gees, Islands In The Stream:

The King Curtis cover of Procol Harum’s Whiter Shade of Pale:

My favorite Supertramp album (I hope it’s Kims!):

The Guess Who, Running Back to Saskatoon:

Crime & Culture in the City of Montreal – Interview with Kristian Gravenor – WKT #6

Here’s our interview with Kristian Gravenor, author of the soon to be released MONTREAL: 375 TALES.

 This is Episode 6 of the Who Killed Theresa? podcast:

Here are links to some things we discussed including Coolopolis, Montreal Biker Gangs (including legendary figure Michael French), the Reet Jurvetson case, Sharon Prior, Norma O’brien / Debbie Fisher and the Chateauguay Full Moon Killer murders, the Montreal tabloid Allo Police:

Here’s a link to Kristian’s blog, Coolopolis, and the Chateauguay Full Moon Killer case:

Here’s a link to Coolopolis’ reporting on the Charles Manson / Reet Jurvetson case:

Satan’s Choice biker Michael French and the connection to the Sharon Prior case (French is at the bottom on the left):

The history of Allo Police / Photo Police:

Link to National Film Board of Canada documentary, Station 10:

Maurice “The Rocket” Richard:

This happened:

Tags:

Aggression: Compton, QC – 1977

Gilliard House, Compton. 2016

Gilliard House, Compton. 2016

Une femme qui était un étudiant au collège Champlain (et en résidence à King Hall, Compton) en 1977 m’a contacté ce matin. Pendant l’année scolaire 1977-1978, elle et quelques amis ont été auto-stop retour de Lennoxville à Compton.

J’ai détaillé beaucoup de comptes comme celui-ci. Vous pouvez trouver un affichage sur le sujet ici (cliquez ici).

King's Hall, Compton. 2016

King’s Hall, Compton. 2016

Je reçois beaucoup de courriels comme celui-ci. Mais ils sont rarement ce détail (et effrayant) – et elle-même m’a prévenu des compromis de la mémoire. En outre, il est pas un seul compte, il est trois témoins (oui, je leur nom):

À l’automne ’77 ou Spring ’78 (je sais qu’il n’y avait pas de neige au sol) deux amis et je raté la navette mi après-midi du campus et a commencé à l’auto-stop Kings Hall. Je pense que nous sommes allés chercher juste après la dernière barre à droite à la sortie de Lennoxville. Je ne me rappelle pas le nom de ce bar, qui a été fréquenté par la population locale. Je suis dans le dos et a glissé vers derrière le conducteur, laissant place à un ami à côté de moi, l’autre ami a obtenu à l’avant. La voiture était plus âgé, pas «battre» dans le sens des dommages, ce que nous avons appelé un «tacot». Cela m’a rappelé un vieux taxi avec deux sièges de style banc et avec la suspension en vrac et les manœuvres d’une grosse voiture américaine, plus bateau comme de voiture. Je ne me souviens pas de la couleur de la voiture, mais ce ne fut pas quelque chose de flashy ou hors de l’ordinaire.

De l’arrière, je pensais que le conducteur était “vieux”. Pour 17 ans je devine que cela signifiait plus vieux que mon père qui aurait été 52 à ce moment-là. Mon impression était qu’il était à court et même sur le léger côté. Il nous a conduits une partie du chemin à Compton mais a tourné à gauche sur une route secondaire, va dans le mauvais sens pour nous emmener à Kings Hall. Au départ, nous avons supposé qu’il arrêterait mais il a continué à conduire en dépit de nos protestations. À une courte distance Susan, sur le siège avant, a crié quelque chose, peut-être “arrêter la voiture putain”. En ce moment, le conducteur a ralenti un peu pour traverser ce qui aurait pu une bosse ou voie ferrée? Il n’y avait rien autour, pas de maisons, des voitures ou des personnes. Elle ouvrit la porte de la voiture pendant que nous avançons, à quel point le conducteur a ralenti encore plus et elle a sauté. Cela le surprit assez qu’il a arrêté assez longtemps pour que ceux d’entre nous dans le dos pour brouiller out. Il partit en avant. Nous sommes arrivés à la route principale et je pense que nous étions soit ramassé par la navette de l’école ou peut-être marché le reste du chemin.

En 2012, je revis Kings Hall, a été rappelé l’histoire, et est arrivé de passer un officier de police stationné dans la ville de Compton. En fait, je lui ai dit arrêté pour l’histoire et laissé mon numéro de téléphone au cas où la mort de votre sœur était toujours sous enquête. Je me suis toujours regretté que nous ne disons rien à l’administration scolaire de cet incident. Ma seule excuse était mon jugement catastrophique comme dix-sept ans, plus de peur que mes parents pourraient découvrir que j’avais été l’auto-stop.

Alors, voici ma question: la police de Compton suivi à ce sujet? Signalez-le à HQ? Signalez-le à la Sûreté du Québec? Demandez à quelqu’un dans la communauté si elles se souviennent de quelque chose? Conduire la route (probablement la Rivière Moe – nous avons entendu beaucoup de comptes menant à là) pour voir si elle bocaux des souvenirs? Faire n’importe quoi?

Je pensais que cela irréaliste, pas plus. Il est un de 38 ans à cold-case: il n’y a rien à perdre. Et en outre…

c’est ce que de bons officiers de police font.

Aggression: Compton, QC – 1977

King's Hall, Compton. 2016

King’s Hall, Compton. 2016

A women who was a student at Champlain college (and in residence at King’s Hall, Compton) in 1977 contacted me this morning. During the 1977-78 academic year she and some friends were hitchhiking back from Lennoxville to Compton.

I have detailed a lot of accounts like this. You can find a posting on the subject here (click here).

Gilliard House, Compton. 2016

Gilliard House, Compton. 2016

I receive a lot of emails like this. But rarely are they this detailed (and frightening) – and she herself warned me of the compromises of memory. Also, it’s not a single account, it’s three witnesses (yes, I have their names):

In Fall ’77 or Spring ’78 (I know there was no snow on the ground) two friends and I missed the mid afternoon shuttle from campus and started hitchhiking to King’s Hall. I think we got picked up just past the last bar on the right on the way out of Lennoxville. I can’t recall the name of this bar, which was patronized by locals. I got in the back and slid over to behind the driver, leaving room for one friend beside me, the other friend got in the front. The car was older, not “beat up” in the sense of damage, what we would have called a “clunker”. It reminded me of an old taxi with two bench style seats and with the loose suspension and maneuvering of a large american car, more boat like than car. I cannot recall the colour of the car, but it was not something flashy or out of the ordinary. 

From the back I thought the driver was “old”. To a 17 year old I am guessing this meant older than my father who would have been 52 at that time. My impression was that he was short and even on the slight side. He drove us part way to Compton but then turned left onto a side road, going the wrong way to take us to Kings Hall. Initially we assumed he would stop but he kept driving despite our protestations. Within a short distance Susan, in the front seat, shouted something, maybe “stop the fucking car”. Just then the driver slowed a little to cross what might have been a bump or railroad tracks? There was nothing around, no houses, cars or people. She opened the car door while we were moving, at which point the driver slowed down even more and she jumped out. This startled him enough that he stopped long enough for those of us in the back to scramble out.  He drove off ahead. We got to the main road and I think we were either picked up by the school shuttle or possibly walked the rest of the way.

In 2012 I revisited Kings Hall, was reminded of the story, and happened to pass a police officer parked in the town of Compton. I actually stopped to told her the story and left my phone number in case your sister’s death was still under investigation. I always regretted that we did not say anything to the school administration about this incident. My only excuse was my abysmal judgement as a seventeen year old plus fear that my parents might find out I had been hitchhiking. 

So here’s my question: Compton police follow up on this? Report it to HQ? Report it to the Surete du Quebec? Ask anyone in the community if they remember anything? Drive the road (probably Moe’s River – we’ve heard lots of accounts leading to there) to see if it jars any memories? Do anything?

I used to think this unrealistic, not anymore. It’s a 38 year old cold-case: there is nothing to lose. And besides…

that’s what good police officers do.

 

 

CJAD broadcasts on Quebec police destruction of evidence

Katherine Hawkes-1977

Katherine Hawkes-1977

Here are two short spots on our response to the Quebec Public Security Minister, Martin Coiteux’s denial for a public inquiry into Quebec police practices.  These aired on CJAD on May 24th, 2016:

 

They are brief, but they serve their purpose:

  1. Two segments airing over the lunch hour.
  2. Two voices, the cousin of Katherine Hawkes in also interviewed on the second segment.
  3. Brief, but we make our points.

And here is some online content that CJAD also posted:

Was Theresa Allore murdered 38 years ago? Unsolved death tops SQ’s cold case list.

Thank you again CJAD 800 Montreal!

La logique improvisée de la Sûreté du Québec

Je crois que dans un processus où deux parties adverses devraient être civile dans l’intérêt de résoudre leurs différences, mais parfois je dois appeler, “Bullshit”

Depuis quelques mois, je travaille sur un projet avec Claude Poirier. Claude est un journaliste pionnier au Québec. Dans les années 1970 il avait une page dans Allo Police dédiée à affaires policières, il était en quelque sorte une mise à jour sur ce que les flics en vue où font dans la province. Grâce à mes recherches, je suis devenu très familier avec l’écriture de Claude. Depuis quelques années, il avait un spectacle le dimanche soir sur les affaires de la justice. Il était une fois un régulier sur l’émission de radio matinale de Paul Arcand, l’un des programmes de talk-radio en haut au Québec. Je suis devenu un grand admirateur de son travail. (Ceci est ma traduction de l’anglais. Si vous êtes Québécois, mon dieu, je ne vraiment pas besoin d’expliquer qui est Claude Poirier!)

Screen shot 2016-05-21 at 7.56.33 AM
Poirier a maintenant une nouvelle entreprise. Le mois prochain Historia sera diffusé L’Enquete Poirier. Le programme d’une heure mettra en vedette des crimes non résolus au Québec, avec des interviews menées par Claude Poirier (est un habile négociateur et interviewer). J’étais dans les Cantons de l’Est le mois dernier pour filmer et entrevue avec l’équipe de Claude. Ils vont faire un programme d’une heure sur ma sœur, le cas de Theresa Allore, mais qui est toujours en production et ne sera pas l’air jusqu’à ce que la deuxième saison au printemps 2017.

Suzanne DeRome who was featured in the W-5 story, back again with L'Enquete Poirier

Suzanne DeRome, qui a été présenté dans l’histoire W-5, de retour avec L’Enquete Poirier

Revenons donc à la Sûreté du Québec. L’équipe de Poirier a tenu à interviewer Roch Gaudreault, le détective SQ qui était l’enquêteur en chef sur le cas de Theresa. Rappelons que Gaudreault a toujours soutenu que Thérèse est morte d’une surdose de drogue, en dépit du fait qu’il n’y a aucune preuve pour étayer cette théorie. Quand un chercheur à L’Enquete Poirier contacté Gaudreault par téléphone et a demandé s’il semble à la caméra, il a déclaré qu’il était prêt, mais aurait besoin d’une autorisation de la Sûreté du Québec ( Il a toujours maintenu sa théorie surdose de drogue).

Note that SQ's Fauchon (who we have written about in these cases) was sent to France for the Mesrine trial

Notez que Yvon Fauchon d’SQ (qui nous avons écrit dans ces cas) a été envoyé en France pour le procès Mesrine

On m’a demandé de négocier l’accord. Je suis allé au chef de l’unité de cold-case de la Sûreté du Québec en Avril, et lui a demandé s’il envisager d’autoriser Roch Gaudreault à parler à la caméra avec Claude Poirier. On m’a dit que cela était tout à fait commun – anciens voulait souvent avoir l’assurance de leurs anciens employeurs avant qu’ils parlaient publiquement un cas historique. Et de toute façon, la SQ étaient de grands admirateurs de Poirier, je pouvais attendre leur pleine coopération.

 

IMG_3625
Claude Poirier, Compton, QC, mai 2016
Maintenant, tout cela m’a frappé comme assez bizarre. En 2005, Roch Gaudreault a la caméra quand CTV W-5 a fait un spectacle d’une heure sur Theresa. Il a été retiré alors, et se sentait très à l’aise suggérant la théorie de la surdose de drogue. Alors, pourquoi at-il soudainement besoin d’une autorisation?

Quelque chose d’autre est apparu à cette réunion avec la SQ. Ils voulaient me faire savoir qu’ils avaient de bons enquêteurs. Ils avaient de bons enquêteurs dans les années 1970, et ils ont eu de bons enquêteurs aujourd’hui. Je leur ai assuré que je croyais qu’ils avaient de bons enquêteurs, mais je catégoriquement insisté pour que jamais ils ne se me suis d’accord que Roch Gaudreault a été l’un d’entre eux. Sur cette suggestion que nous aurions à accepter d’être en désaccord.

Couper en avant un mois. Au début de mai, je suis retourné au siège de la Sûreté du Québec à Montréal, mais maintenant Gaudreault refusais de faire l’interview. Je demandai donc la SQ, ne Roch changer son esprit, ou son ancien employeur ne change son esprit pour lui?

On m’a dit que je devais comprendre: pour Roch pour aller à la caméra, il aurait besoin d’avoir la bonne information, et cela voudrait dire revenir en arrière et regarder tous les éléments de preuve dans le cas de se re-familiariser avec l’enquête . Cela signifierait voyager à Montréal de L’Estrie, et il était une personne âgée de 80 ans maintenant: il ne pouvait pas faire le voyage.

Encore une fois, bizarre. Il parlait très franchement en 2005, pourquoi maintenant cette insistance sur la recherche de l’affaire?

Il y a bien sûr le fait inconciliable que si Roch allait continuer épousant une théorie de surdose de drogue, il volerait en contraste avec les éléments de preuve: “marques de strangulation” … “mort violente de moyens indéterminés», et que cela était apparemment la théorie avec laquelle la SQ actuelle a été en cours d’exécution (si cela est pas vrai, alors pourquoi avoir son cas en évidence sur leur cold-case webpage?).

La SQ puis de nouveau insisté sur le fait que Roch Gaudreault était un bon enquêteur. Ils avaient parlé anciens de cette époque qui a travaillé avec lui un ils ont tous dit … Roch Gaudreault était un bon enquêteur. Un des meilleurs.

Je laisse aller. Quand je suis rentré quelque chose me vint. Dans toutes les informations que j’avais revu, tout le papier dans le dossier de la Sûreté du Québec sur le cas de Theresa – rapports, des témoignages, des photos anthropométriques – Je ne l’avait jamais vu un seul document officiel de la police de Roch Gaudreault. Je l’avais vu le rapport de Leo Hamel (le chef de la police de Lennoxville), mais où était le rapport de Roch? Les seules conclusions du fichier sont faites par Leo Hamel et le coroner Michel Durand. Si Roch était si bon, alors pourquoi il avait omis de déposer son rapport final?

Je pose cette question à la SQ dans un courriel. L’écrit en arrière, «Je vais vous l’expliquer.”. Hier, je reçois un appel téléphonique, et ils l’ont fait.

On m’a dit que certains éléments de preuve est toujours retenu. La police ne pouvait pas me montrer tous les détails parce que cela pourrait compromettre l’enquête. Des petits détails que seul le criminel pourrait savoir, ceux-ci ne pouvaient pas divulguer à moi, et voilà pourquoi j’ai jamais vu le rapport de Roch.

Tout cela est compréhensible. Je ne pense pas savoir tout ce que les policiers savent. S’ils ont travaillé comme ça, ils ne pourraient jamais obtenir une condamnation pénale. Il y a juste deux problèmes avec cette logique:

Il y a dix ans, lorsque j’ai examiné tous les éléments de preuve de cas, je demandai la SQ, «Est-ce tout?”. Sargent Michel Tanguay de la Sûreté du Québec (maintenant, sans aucun doute, à la retraite) m’a assuré qu’il était: je l’avais vu toutes les preuves de cas dans le fichier.

Donc je suppose que c’était un mensonge.

Deuxièmement – et le plus important – ce qui pourrait être dans le rapport de Roch qui pourrait compromettre l’enquête? Pour cette question, quelle enquête? Roch a dit qu’il était une surdose de drogue. Il n’y a rien pour enquêter. Il ne devrait pas y avoir de détail saillant que seul le criminel pourrait savoir parce que – selon sa théorie – il n’y avait pas un crime: il n’y avait pas criminelle.

Je demandai donc la SQ: Dans le rapport Roch, est la conclusion finale d’une surdose de drogue ou est que – aussi – un mensonge?

Ils ont dit qu’ils regarder à nouveau le fichier et revenir à moi la semaine prochaine.

Hundreds of Unsolved Quebec Murders

I want to clarify something from the Sherbrooke Record article:

“While he is one of eight families pushing for a public inquiry into unsolved crimes, Allore said that there are easily 30 cold cases from the 70s and 80s in Quebec alone.”

sherbrooke

That number is more like 150 unsolved cold cases from the 70s and 80s for the Surete du Quebec alone (we’re not counting Longeueil, Laval, SPVM or any of the other municipalities). Let me explain:

For the 30 year period from 1976-2005 the Surete du Quebec had a total of 1,245 homicides, with a homicide clearance rate of about 80%. (all of this is from StatsCan: click here) That equates to approximately 250 unsolved homicides for the thirty year period. Two-thirds of that is 165, so let’s say 165 cold cases for the Surete du Quebec from the 70s and 80s.

If you factor in all other decades and all other jurisdictions, you’re probably looking at a number well over 1,000. The Surete du Quebec currently has 31 cold-cases posted on their website, nowhere near the proper representation of unsolved murders.

I didn’t express myself very well when explaining this to Matthew McCully. I was making a connection at Laguardia, and so I was a little bit frazzled. Here is where the number 30 came from:

It is true that there are currently 8 families petitioning Quebec’s Minister of Public Security, Martin Coiteux for an inquiry into the mishandling of cold-cases in Quebec. I said we probably needed more like 30 families represented before the Minister started to hear our demande, and that that was probably the maximum number of families we would ever be able to find (though I think the number of mismanaged cases falls more in line with the total number of cases = they mismanaged all of them).

Here’s why I only think we can find 30 cold-cases:

It is extremely hard to track down these investigations:

  1. First, you have to find the historical crime.
  2. You need to establish that the crime remains unsolved.
  3. For items one and two above, don’t even bother going to the police: they won’t tell you anything.
  4. Once you establish that there is in fact a cold-case, you need to find the families. This can be particularly challenging. In most cases the parents of the victim are now dead. Your best bet is if the victim had a brother, you have at least a good shot of tracking them down because they shared the same last name. If it’s a sibling sister? They get married, so they no longer share the same name. If the victim was an only-child? Forget it: everyone has died = case closed = it will never be solved.
  5. Even if you get beyond all the obstacles presented in item 4, the family has to be willing to participate. In many cases families have moved on. They would just as soon forget about the whole thing than take on the Quebec justice establishment.

Given all these factors, this is why I said it was realistic that we would only be  able to find about a maximum of 30 names  to join in a petition to Minister of Public Security, Martin Coiteux.

 

 

Enquête Publique: Quebec Police

This was the letter sent earlier this month by Marc Bellemare to Public Safety Minister, Martin Coiteux:

 

Sujet : 8 femmes

Sharron Prior          29 mars 1975           (Dame Yvonne Prior)

Louise Camirand    19 mars 1977                    

Joanne Dorion        30 juillet 1977           (Dame Colette Dorion)

Hélène Monast      11 septembre 1977

Denise Bazinet       24 octobre 1977        (Monsieur Michel Bazinet)

Lison Blais               4 juin 1978                 (Dame Solange Blais)

Theresa Allore        3 novembre 1978     (Monsieur John Allore)

Roxanne Luce         4 avril 1981               (Monsieur Stéphane Luce)

Monsieur le ministre,

Je vous écris aujourd’hui à la demande des familles de plusieurs victimes de meurtres survenus au Québec.

Depuis quelque quarante ans, 8 familles pleurent autant de femmes lâchement assassinées et retrouvées quelque part à Laval, Montréal ou sur la route menant à Sherbrooke. Dépendant de l’endroit où le corps a été retrouvé, c’est la police municipale de Laval (Joanne Dorion), de Longueuil (Sharron Prior et Roxanne Luce) de Montréal-SPVM (Denise Bazinet etLison Blais) ou la Sûreté du Québec (Louise Camirand, Hélène Monastet Theresa Allore) qui a été chargée de l’enquête.

Si, dans les jours suivant les disparitions, les efforts et les effectifs policiers ont été au rendez-vous, les familles ont rapidement constaté que l’indifférence s’est installée pour de bon.  Alors que les enquêtes sont au point mort dans tous ces dossiers, aucun effort senti n’étant déployé depuis des dizaines d’années, les policiers refusent de donner accès à un quelconque élément. Il nous apparaît inacceptable  que les proches eux-mêmes ne puissent mener des recherches additionnelles.

Sous prétexte de ne pas « nuire à l’enquête » alors qu’à l’évidence aucune telle enquête n’existe, on maintient les familles dans l’angoisse et l’ignorance. Celles-ci vivent d’espoir. Or, aucun espoir n’est permis dans un tel contexte. En novembre dernier, on m’a refusé, à la demande de la famille Dorion, l’accès aux rapports d’enquête et d’autopsie de Joanne. Plus encore, on a refusé de simplement préciser si les prélèvements d’ADN étaient toujours disponibles à ce jour. Ces refus répétés alimentent les pires craintes, plus de 39 ans après l’assassinat. Ils constituent une attitude aussi méprisante que cruelle.

Du côté de l’incompétence, les familles Prior et Luce ont appris avec stupéfaction que la police de Longueuil avait détruit des prélèvements du tueur et d’autres pièces à conviction. Il en fut de même pour la famille Allore du côté de la Sûreté du Québec. Sans celles-ci, il est désormais impossible d’obtenir une condamnation. Seul un aveu inespéré de ou des assassins ou une preuve directe et irréfutable pourrait désormais mener à une condamnation.

La Sûreté du Québec doit raffiner ses pratiques dans les cas de disparition et de meurtre. Elle doit expliquer sa conduite mutique envers les familles des victimes de longue date. Les corps de police municipaux ne doivent plus agir dans ces dossiers complexes. Ils n’ont tout simplement pas la juridiction ni les compétences et les effectifs requis.

La population doit savoir ce qui cloche dans ce système ou tout baigne dans le secret. La police se réfugie derrière la confidentialité des dossiers et des enquêtes pour cacher son inertie et son incompétence.

Voilà pourquoi nous demandons :

  1. Qu’une enquête publique soit menée sur les méthodes policières applicables aux cas de meurtres et de disparition ;
  2. Que toutes les enquêtes de meurtre et de disparition sur le territoire du Québec soient menées exclusivement par la Sûreté du Québec ;
  3. Qu’un protocole rigoureux assure la conservation des prélèvements et exhibits dans un endroit centralisé à la Sûreté du Québec.
  4. Que la formation des enquêteurs soit bonifiée ;
  5. Que les familles soient informées systématiquement de l’évolution de l’enquête ;
  6. Que les familles aient accès au dossier complet de la police si, 25 ans après le meurtre, aucun suspect n’a été accusé.

Les familles désirent vous rencontrer dans les meilleurs délais pour vous présenter leur position.

Dans l’attente d’une réponse prochaine et surtout favorable, nous demeurons,

Marc Bellemare, avocat

Katherine Hawkes: Police destroyed all physical evidence

IMG_0167

The Montreal Police have destroyed all physical evidence in the unsolved murder of Katherine Hawkes.

A relative of Katherine’s recently contacted the Montreal police to receive an update on the “investigation”. The SPVM confirmed that the case is still an active investigation. When asked about the physical evidence the investigator responded,

“… there is no usable evidence at this point.”

Interpret “usable” as anything of Katherine’s that might have come into physical contact with her assailant, or anything left behind by the assailant, so:

  • The beige sock
  • The bra
  • Her sweater
  • Her brown coat
  • The bags containing hair rollers and Pepsodant toothpaste
  • Sperm samples
  • The three strands of hair clutched in Katherine’s hand

It’s all gone. The police disposed of all of it.

Katherine Hawkes-1977

And then there were five

This brings the confirmed number of cases from this era where evidence was destroyed to five (5), and adds the Montreal police to the growing list of police forces that engaged in this practice. The cases are:

Sharron Prior (Longeueil police)

Manon Dube (Surete du Quebec)

Theresa Allore (Surete du Quebec)

Roxanne Luce (Longeueil police)

Katherine Hawkes (Montreal police)

Recall that these three forces have the lowest homicide clearance rates in the country over a 30 year period, a measure that is not likely to improve if they continue to engage in this practice (we suspect there are many more cases where evidence was destroyed).

And how is this relevant to today? Just yesterday the case of a 44 year old St-Laurent man accused of the sexual assault and attempted murder of an 11 year old girl was almost tossed out of court because Montreal police made the catastrophic error of destroying the physical evidence during the trial:

“The trial was derailed, however, after it came to light a Montreal police sergeant had destroyed the skipping rope, the girl’s torn bra and about eight other pieces of evidence. The officer in question had confused the case with another in which the evidence had been ordered destroyed. “

When question a Montreal police spokesperson responded that ” procedures have been “reviewed and corrected” in an effort to prevent such an error from happening again.”

Excuse me, but over a 40 year period how many chances are the Quebec police going to receive to offset their systemic blunders?

rees

Contrast this with news that broke yesterday of the identification of a 47 year old cold case in Los Angeles, California. Jane Doe #59 was stabbed 150 times in Laurel Canyon. It has long been suspected that Jane Doe #59 may have been a victim of the Mason Family Murders, but with no identification police were not able to advance the case. Recently Kristian Gravenor over at the blog Coolopolis was deftly able to put the pieces together and identified Jane Doe #59 as former Montrealer, Reet Jurvetson who left the city for LA  in 1969. Police were then able to match DNA from Jane Doe #59 with DNA from Reet’s sister, and made a positive identification.

Of course this successful outcome was only possible because the LAPD kept Jane Doe #59’s DNA on file for 47 years. To our minds this only seems logical: if a case is not solved, you keep the evidence.

God only knows what seems logical to the Quebec police.

Here’s another thing. This wasn’t a case of a family hanging on for 47 years in the pursuit of justice. Reet’s parents are long deceased. They never even filed a missing persons report. The case was solved because the police – with the assistance of some very able websleuths – were determined to never give up on Jane Doe #59.

No one deserved the horrible fate of Reet Jurvetson. But if she had to die, it was fortunate that this Montrealer met her end in a place where law enforcement respect their duties and responsibilities.

If she had died in Montreal under the same circumstances Reet Jurvetson would never have been identified. 


For more on the Katherine Hawkes case click here

 

Tags:

Sûreté du Québec: Je suis toujours inquiet

Chantal Tremblay

Chantal Tremblay

“Médecin, guéristoi toimême!”

 

Ceci est une bonne première étape, mais il est en fait mauvais conseils. Il est comme la complainte d’un addict.  «J’ai prouvé que vous avez tort sur des dizaines d’occasions, tout au long des années, mais CETTE FOIS je vais changer, Tout au long de la force de volonté de puissance.”

La vérité est ce ne sont que des mots. Sans une stratégie et des objectifs, sans moyen de mesurer les résultats, sans l’aide des autres; changement volontaire arrive rarement.

Et ceci est la situation dans laquelle nous nous trouvons avec la police du Québec.

Je me suis assis avec la Sûreté du Québec à Montréal il y a quelques semaines. Voici ce que j’entendu:

  1. Il est mieux maintenant, ils ont de nouveaux enquêteurs motivés qui travaillent sans relâche pour résoudre des crimes.
  2. Ils ont de nouvelles technologies qui peuvent mieux faire avancer les enquêtes.
  3. Je suis juste un gars travailler avec des fichiers journaux et documents historiques; la SQ a accès à beaucoup plus d’informations.

Il est la même chose que nous avons entendu dans l’article en ligne CBC a publié cette semaine:

Lt. Martine Asselin, porte-parole pour l’unité de cas froide de la SQ, reconnaît qu’il a été plus difficile alors de résoudre les cas.

«Beaucoup de choses ont changé depuis ces années: l’évolution des techniques et de l’évolution de l’ADN et de la façon de traiter les éléments de preuve a également changé,” dit-elle.

«Les communications entre les forces de police est très présent. Nous avons un groupe de travail pour gérer les tueurs en série ou d’agressions sexuelles en série”, a déclaré Asselin.

L’unité de cold-case a récemment ajouté plus d’agents, et Asselin dit la force de police provinciale cherche sérieusement ces crimes non résolus. Quant à la diminution du nombre d’homicides au fil des ans, Asselin attribue techniques policières améliorées, y compris celles qui visent à la prévention du crime.

Soit l’adresse de ce dernier point. La SQ peut prendre tout le crédit qu’il veut pour la réduction de la criminalité violente au fil des ans. La réalité est que personne ne sait ce qui a causé la réduction de la criminalité violente en Amérique du Nord au cours des trois dernières décennies, et je ne sais pas d’un service de police ou partout une academique / professeur qui prétendent qu’ils connaissent la réponse.

Mais puisque nous parlons des statistiques de la criminalité, voici ce que je sais. Plus de trois décennies, le Québec a eu l’un des pires taux de toutes les provinces canadiennes de déminage d’homicide. Cela ne veut pas mon opinion, qui est selon le rapport 2005 de Statistique Canada, les homicides au Canada. De 1976-2005 Québec avait un taux de clairance homicide de 74%. La moyenne canadienne était de 84%. Pire encore, voici les taux de classement des homicides pour les principales forces du Québec au cours de la même période – parmi les pires dans le pays:

Sûreté du Québec: 80%

Longueuil police: 74%

Laval police: 67%

Montréal police: 65%

SQ Cold Case Website

Il y a eu beaucoup de bavardages sur le cas de ma sœur étant mis en place sur le website de cold-case de la Sûreté du Québec, comme si cela signifie que le cas a été “ré-ouvert”. Pour commencer, j’ai jamais dit cela et la police n’a jamais dit, c’était juste un titre de media. Le cas de Theresa n’a jamais été fermée. Mettre le cas sur un site de la police est une victoire symbolique et important, une reconnaissance transparente et responsable que la police reconnaisse sa mort comme un crime violent.

Lorsque j’ai rencontré la Sûreté du Québec, je leur ai demandé, “depuis que l’affaire a été sur le website, le nombre d’appels / conseils avez-vous reçu?”.

Répondre? Aucun.

C’était de ne me surprend pas. La police a perdu beaucoup de crédibilité dans ces questions qu’il faudra beaucoup de temps avant que le public leur fait confiance suffisant pour présenter des informations. La vérité est qu’ils doivent faire plus de se cacher derrière un website pour restaurer la bonne volonté avec le public. Beaucoup plus. Je ne vais pas perdre de mots à ce sujet, il existe de nombreux exemples d’efforts de police communautaire en Amérique du Nord, tout le monde peut regarder vers le haut, mais la base si la police communautaire est de sortir dans la communauté et d’agir comme un partenaire de la société, non pas simplement comme une autre menace perçue pour cette communauté, et croyez-moi, la police de Québec sont considérés comme une menace sociale.

Retour à la question de la participation du public. Dans la même période que la police avait le cas de ma sœur sur leur website, combien de contacts crédibles / conseils ai-je reçu?

Répondre? Deux, dont les deux je me suis tourné vers la police.

Pour ceux de vous garder les buts:

Who KilledTheresa? = 2, SQ = 0

Ok, assez avec la niaiserie, je vais rendre à mon point. Je demandai la SQ, “quand vous obtenez tous les cas sur le wensite“; Bazinet, Houle, Camirand, Tremblay, etc …

On m’a dit qu’il fallait prendre lent, si l’on met trop d’informations là-bas, ils pourraient risquer une surcharge sur leurs ressources.

Vraiment? Vous ne pouvez pas avoir les deux. Vous ne pouvez pas – d’une part – dire que personne ne visite votre wedsite, puis demi-tour et dire mettre plus de cas sur ce site va planter le système. Le point ici est la transparence, la reconnaissance et la responsabilité. Les enquetes de Louise Camirand, Jocelyne Houle, Denise Bazinet et Chantal Tremblay doivent être présentés sur le website de la SQ immédiatement pour démontrer au public qu’ils sont au service de police responsable de la résolution de ces crimes.

Chantal Tremblay

En parlant de Chantal Tremblay. Rappelons que c’est un cas de 1977. Chantal a disparu en Mars 1977 et ses restes ont été trouvés neuf mois plus tard dans un peu d’une compétence de police no-mans-land à la frontière de Rosemere et Terrerbonne. Il y a très peu d’informations sur Chantal, donc j’ai essayé de déterminer à qui appartient le cas; SQ, Terrebonne, ou la police intermunicipale de Thérèse-De-Blainville (qui représente aujourd’hui Rosemere).

Je vais maintenant vous raconter une série de correspondances qui ont transpiré entre moi et la police. Cela n’a rien de personnel, mon intention est de ne pas les embarrasser, cela est une démonstration importante d’un problème qui doit être abordé.

La Sûreté du Québec a tenté de trouver l’affaire Chantal Tremblay, ils ont conclu qu’il n’y avait pas leur cas. La police  de Therese-De-Blainville penchés sur la question, ils ont conclu que trop était pas leur cas soit, et m’a conseillé de contacter la Sûreté du Québec.

À ce stade, la SQ a appelé le temps, et généreusement offert d’aller au fond de la question pour localiser le cas de Chantal Tremblay.

Le lendemain matin, la Sûreté du Québec m’a informé que le cas de Chantal Tremblay était en fait un assassiner non résolu, et qu’ils seraient immédiatement attribuer un enquêteur à son dossier.

Alors que j’apprécié le suivi rapide, la situation peine inspirait confiance, et j’exprimé mon mécontentement à la SQ. Ils ont répondu que peut-être ce fut le cas que je connaissais le nom de chaque homicide non résolu, mais qu’ils ne l’ont pas, et qu’ils ne promis qu’ils l’ont fait.

Attends une minute.

Voilà exactement ce qu’ils ont promis. Ils m’a assuré que je pense que je sais tout avec mes vieux journaux et les fichiers historiques, mais ils ont eu accès à beaucoup plus d’informations et de technologies.

Je me rends compte que d’être appelé comme ceci est difficile à entendre. Croyez-moi, ça me fait pas plaisir à le faire.

Il est encore moins d’un plaisir sentant un manque de confiance dans les capacités d’enquête de l’agence chargée de résoudre ces crimes.

Il est pas comme la police ne peut prétendre qu’ils sont aveugles face, ou n’a pas vu venir. En 2013, j’ai donné un résumé de tous ces cas et a suggéré / mis en garde qu’ils devraient être examinés (lien ici). En Février je l’ai dit explicitement que je suis déçu que rien n’a été avancé depuis ce temps, et a donné l’avertissement juste que j’allais à provoquer et à les embarrasser (lien ici). Personne ne peut me reprocher de “gotcha” tactiques.

Nous, membres de la famille accrochés à ces froids-cas, avec l’espoir de résolutions aux horreurs et les traumatismes que nous avons connu, sont confrontés à un paradoxe. En attirant l’attention sur les problèmes, nous risquons de perdre la communication et la coopération de la police; le seul moyen d’amener ces cas à la justice. Mais en étant silencieux et complices, nous courons à nouveau le risque que ces crimes ne seront jamais résolus.

La police peut dire qu’ils sont en train de faire mieux, et nous pouvons appeler cela en question, mais le fait demeure, il est une mesure pour évaluer qui a raison et qui a tort: le taux de clairance de l’homicide. Résoudre un cas froid, déplacer l’aiguille, regarder la ligne sur le graphique descendre; qui est la seule métrique pour évaluer l’efficacité des enquêtes sur les homicides.

Mise à jour: Le dossier de Chantal Tremblay est manquant dans les archives publiques du Québec (BAnQ).

Tags: