Plombier violeur – William Fyfe et Theresa Pearson / WKT4 # 8



Lorsque Theresa Pearson a été assassinée dans un garage de stationnement de LaSalle dans les années 1980, William Fyfe, tué en série, vivait à cinq minutes en voiture.

C’est ça. C’est vraiment tout ce que j’ai aujourd’hui. I’m your host, John Allore, have yourselves a great-great day.

Je veux parler principalement de Fyfe aujourd’hui, en particulier de ces années des années 1980 où il était soupçonné d’avoir été le violeur plombier qui terrorisait le centre-ville de Montréal. Pour cet épisode, je suppose que vous connaissez tous le tueur en série canadien, William Fyfe – je ne vais pas couvrir tous les aspects de son histoire ( pour pleuseur information de Fyfe, cliquez ici) , sauf pour dire que cela a pris beaucoup de temps – nous parlons du temps BTK… glacial temps – avant que Fyfe ne soit attrapé. Avant d’y arriver, un rappel de l’affaire Theresa Pearson.

This is Who Killed Theresa.

[Un grand merci à la enquêteur québécoise, Annie Richard pour l’aide avec cette histoire. ]

—————————–

Theresa Pearson



Theresa Pearson, âgée de 19 ans, a disparu le mercredi 18 mai 1983, une semaine avant qu’elle ne soit diplômée d’un cours de secrétariat à College LaSalle. Pearson a été vu pour la dernière fois descendre d’un bus de la ville après l’école près du coin du boulevard Lasalle et de la 90e avenue. Elle vivait avec ses parents dans un duplex au bout d’un cul-de-sac au 9339 Terrace Greenfield, à deux minutes à pied de l’arrêt de bus.

Le duplex Pearson, 9339 Greenfield Terrace

Le corps de Pearson a été retrouvé vers 16 h 00. dans le garage d’un immeuble / appartements au 9379, boulevard LaSalle, le garage fait face à la cour arrière de la maison Pearson. Elle avait été frappée à la tête dix fois, peut-être avec un barre de cric de pneu. Il n’y avait aucun signe manifeste d’agression sexuelle. Son cartable et ses livres ont été trouvés à proximité. Le sac ne contenait que 2 $. Son sac, qui, selon la police, ne contenait pas d’argent, était manquant.

L’école a pris fin vers 15 h 00, donc le corps a été retrouvé très rapidement, environ 15 minutes après le meurtre. Celui qui l’a fait était soit bien préparé, extrêmement chanceux, ou les deux.

9379 boulevard LaSalle, vous pouvez voir les garages sur la gauche.

Dans un podcast précédent, j’ai suggéré que le chemin le plus simple et le plus sûr pour rentrer à la maison aurait été de marcher de l’arrêt de bus sur la 90e avenue jusqu’au boulevard Lasalle, les deux étant des routes principales très fréquentées. J’ai appris plus tard que ce n’était probablement pas le cas pour Theresa ce jour-là. Un parent – peut-être la grand-mère de Pearson – vivait dans l’immeuble où elle a été trouvée, et elle lui rendait régulièrement visite. Pour y arriver, Pearson aurait coupé un chemin de retour, rue Centrale et s’était approché de l’entrée de l’appartement par la ruelle. C’est la raison pour laquelle Pearson était dans la région pour commencer. Après avoir rendu visite à sa grand-mère, elle aurait coupé certains appartements adjacents et sauté la clôture dans sa cour qui, comme nous l’avons dit, faisait face aux entrées du garage – comme le font les enfants. Cependant, cela ne s’est jamais produit car elle a probablement rencontré son délinquant en s’approchant de l’entrée dans la ruelle qui l’a ensuite traînée dans le garage et l’a attaquée.

En regardant dans l’allée avec les garages de l’appartement où le corps de Theresa Pearson a été trouvé sur la droite, le fleuve Saint-Laurent en arrière-plan.

Au début de l’enquête, la police cherchait une voiture rouge qui a été repérée dans la ruelle à côté des garages du boulevard LaSalle. Plus tard, la police a jeté le plomb quand ils ont pu retrouver le propriétaire, l’ont interrogé et ont été convaincus de son innocence.

La police a par la suite appréhendé un autre homme et l’a soumis à un test de détection de mensonge après avoir conclu: “Nous ne pensions pas qu’il donnait les bonnes réponses à nos questions.” Cette piste n’a finalement abouti à rien.



Les premiers meurtres de William Fyfe

1979 violeur plombier à Montréal



Les rapports d’un plombier-violeur commencent à circuler dans la région de Montréal dès 1979. En février de la même année, The Gazette rapporte que «les femmes âgées du secteur nord-est de Montréal sont volées et violées par un homme se faisant passer pour un plombier… “. L’article continue que dans cette dernière des 14 attaques, une femme dans la mi-soixantaine a été violée et volée de 30 $, après qu’un homme a affirmé que de l’eau fuyait dans les appartements voisins. La police du MUC révèle qu’ils travaillent sur le cas d’un violeur plombier depuis décembre 1978 et que «le seul motif que nous pouvons voir est qu’il frappe l’après-midi ou le soir» et qu’il doit «rechercher ses victimes». La police admet qu’elle n’a pas une bonne description du violeur, mais qu’il est «âgé d’environ 30 ans, a les cheveux châtain clair et mesure environ cinq pieds neuf pouces».



Le 17 octobre 1979, Suzanne Bernier, 62 ans, est assassinée dans son appartement situé au nord, au 1800, avenue de Salaberry. La police affirme que le motif était un vol qualifié. Vingt ans plus tard, William Fyfe avouait son meurtre. Au moment du meurtre, Fyfe purgeait une peine à la prison voisine de Bordeaux. Fyfe a été mis en congé journalier pour travailler ce jour-là, mais comme la police dira plus tard, “il n’est pas allé travailler, il a commis ce meurtre”. L’appartement est à moins d’un mile de Bordeaux.

Bordeaux à de Sallaberry

Le corps nu de Nicole Raymond, 26 ans, a été retrouvé dans son appartement un mois plus tard, le 11 novembre 1979. Raymond a été poignardé à plusieurs reprises à la gorge et à la poitrine dans l’appartement 503 du 80, chemin Lakeshore à Pointe-Claire.

Victime de William Fyfe, Nicole Raymond, 11 novembre 1979

Plus tard, Fyfe a également avoué ce meurtre (il n’était probablement plus en service à Bordeaux). Nous ne savons pas précisément où il vivait au moment de la mort de Raymond, mais deux ans plus tôt en 1977, Fyfe résidait au 3450, rue Victoria le long de la rive du lac, et à 8 kilomètres de l’appartement de Raymond.

Nicole Raymond / William Fyfe

Hazel Scattolon / William Fyfe

Le dernier meurtre connu de Fyfe de cette époque est le coup de couteau de mars 1981 de Hazel Scattolon, 53 ans, et encore une fois, comme pour les autres cas, il ne chasse pas loin de chez lui. Scattolon se trouve dans son appartement au 35, avenue Glengarry dans la ville de Mont-Royal. En 1981, Fyfe vivait à environ un mile au 1231, rue Chameran.

Carte de Fyfe / Scattolon

Encore, Scattolon est la dernière des victimes de meurtre connues de Fyfe de cette première période. Il n’est connu pour avoir de nouveau assassiné qu’en 1987. Fait intéressant, ces «années manquantes» de 1981 à 1987 coïncident avec la montée des affaires de violeur plombier à Montréal. Crimes dont Fyfe est longtemps soupçonné.

Le tueur en série William Fyfe dans sa jeunesse

Le violeur plombier


L’histoire du violeur plombier refait surface à Montréal en mai 1981. Quelques mois seulement après le meurtre de Scattolon, la police de Montréal annonce qu’un «plombier a attaqué 20 femmes »

Violeur plombier à Montréal / 1981



La police de Montréal décrit un homme aux cheveux bouclés, portant parfois une casquette de baseball, se faisant passer pour un plombier pour entrer dans les maisons. Les attaques sont centrées au centre-ville, mais la police a déclaré: “Nous pensons que c’est le même homme qui a attaqué des femmes dans le nord de la ville l’année dernière.” Les victimes ont entre 20 et 65 ans. L’homme est décrit comme «très actif et violent» mesurant environ cinq pieds neuf pouces, environ 165 livres et parle anglais et français avec un accent.



Deux semaines plus tard, face à la pression de femmes qui se plaignent que la police «retient délibérément des informations» sur le violeur et met en danger des femmes », un croquis policier du suspect est publié. La police se plaint qu’avec toute l’attention des médias, le violeur a été «effrayé» et les attaques ont cessé, ce qui a empêché sa capacité de l’attraper. Le croquis ressemble beaucoup à un jeune William Fyfe:

1981: Le «plombier violeur» de Montréal ressemble beaucoup au jeune William Fyfe

Il semble que la police de Montréal ait réussi. Tout au long de l’été et de l’automne 1981, l’histoire devient froide, les médias étant probablement muselés pour donner à la police l’occasion de ‘smoke him out’. Ça n’a pas marché. Le 30 novembre, la police du MUC annonce des efforts pour «intensifier sa chasse» à la suite de trois agressions dans le centre-ville de Montréal ce mois-ci. Les rapports confirment que le «violeur de plombier» mesure cinq pieds neuf pouces et pèse environ 165 livres, mais la police baisse l’âge de 25 ans (Fyfe avait 26 ans à l’époque). La police se dit prête à «rétablir une équipe de 12 membres pour enquêter sur l’affaire» – qui semble avoir été supprimée – si davantage de femmes se manifestent.

Fyfe 1981: «Un violeur« plombier »frappe à nouveau»

Compte tenu de toutes ces activités en 1981, il pourrait être tentant de considérer le meurtre de Roxanne Luce comme une victime potentielle de Fyfe. Luce a été retrouvée matraquée à son domicile de Longueuil le 1er avril 1981, mais Fyfe en tant qu’assassin est douteux. William Fyfe s’attaquait à des victimes lointaines dans le centre-ville de Montréal, l’extrémité nord, l’ouest de l’île, les Laurentides, peut-être Laval, mais jamais la rive sud. Le Plumber Rapist avait un parcours similaire – l’ouest de l’île, l’extrémité nord, le centre de Montréal, peut-être les quartiers Ste Thérèse – Rosemère au large de l’île, mais n’a jamais été signalé dans la région de Longueuil.

Un violeur «plombier» fait grève


Il nous reste presque un an avant d’entendre à nouveau parler du violeur plombier. Le 19 août 1982, un jeune homme se faisant passer pour un plombier accède à l’appartement d’une femme de 22 ans à Dollard-des-Ormeaux (qui fait partie de la communauté de Montréal-Ouest de l’île) et la viole armée avec un couteau. L’homme correspond aux descriptions antérieures, et le croquis de la police obtenu à partir des souvenirs de la femme ressemble de nouveau à un jeune William Fyfe:

2e croquis de la police d’un violeur plombier qui ressemble également à un jeune William Fyfe

À la fin de 1982, après trois ans et aucun succès dans la capture du violeur plombier, la police annonce que ce prédateur sexuel montréalais pourrait avoir un imitateur.

Theresa Pearson et le violeur plombier


Deux ans et demi s’écoulent et il n’est pas fait mention du violeur Plombier. Rappelez-vous que le meurtre de Theresa Pearson a lieu pendant cette période, au printemps de 1983. Nous ne pouvons pas être certains où William Fyfe est au printemps de 1983, mais cela est bien connu. 1984 et 1985 ont probablement procuré à Fyfe quelques années de stabilité où il a peut-être cessé de se livrer à des agressions sexuelles. Le 27 décembre 1983, Fyfe se marie. Fyfe a eu un enfant avec la femme, mais il est connu que c’était une union difficile. Fyfe a régulièrement battu sa femme. En novembre 1985, le couple se sépare. Elle demande le divorce en 1986 et, en 1988, le divorce est accordé avec la garde complète de leur fils.

En 1985 et 1986, nous savons que Fife habite au 410, rue Bergevin, à environ un mile du domicile de Pearson à LaSalle. Il vivait peut-être ici en 1983 lorsque Pearson a été battu à mort, mais il n’y a aucun document pour le vérifier.

Appartement WIlliam Fyfe en 1985 et lieu du meurtre de Theresa Pearson en 1983


Pendant ce temps, la police révise son m.o. du violeur plombier. Le titre d’un article de juin 1985 écrit par Eddie Collister et James Mennie annonçait: «Un violeur insaisissable s’attaque aux adolescentes»:

«Les rapports de police indiquent que le violeur, qui frappe habituellement entre 15 heures et 18 h les jeudis et vendredis, attend autour des écoles, des parcs et des petits dépanneurs et suit ses victimes à la maison. »



Au début, vous êtes tenté de penser que c’est le copieur, mais trop de choses sont similaires au violeur plombier Fyfe. Le suspect se concentre sur le centre-ville et l’ouest. Il est soupçonné d’avoir attaqué 12 filles âgées de 13 à 18 ans. On pense à présent à tort que Fyfe a attaqué des «vieilles femmes». Parfois, il attaquait des victimes âgées. Nicole Raymond avait 26 ans. Dans les premiers récits du violeur plombier de 1981 – un homme qui est sans aucun doute Fyfe – la police dit que les victimes ont entre 20 et 65 ans. En termes de choix de ses victimes, Fyfe est clairement un délinquant à égalité des chances. Il «accède à la maison en se faisant passer pour un plombier ou un réparateur ou en disant qu’il doit laisser un message». Il “porte un sac en cuir noir contenant un poignard et porte des gants de course en cuir noir.” décrit comme «un homme francophone blanc d’environ cinq pieds 11 pouces et pesant environ 150 livres». Fyfe parlait français avec un accent. La taille et le poids correspondent à peu près à son apparence.



Il y a un dernier récit du violon plombier de Montréal. À l’été 1986, deux jeunes femmes sont attaquées dans le nord de Montréal. Rappelons que maintenant Fyfe est séparé de sa femme et qu’elle a demandé le divorce. La première femme est une femme de 21 ans du quartier Saint-Michel, la seconde est une autre jeune femme du quartier voisin de Saint-Léonard. Tous deux ont été violés chez eux par un homme qui prétendait être «un inspecteur des eaux de la ville ou un plombier». Le suspect a de nouveau, dans la vingtaine, cinq pieds sept pouces de hauteur, 165 livres, est francophone et porte des lunettes et des gants gris. Le croquis composite fourni par les femmes cette fois semble un peu différent en raison des lunettes et de la nouvelle coupe de cheveux, mais la bouche ressemble toujours à Fyfe:

3e croquis de police d’un violeur plombier qui ressemble aussi à un jeune William Fyfe / 1986

William Fyfe en 1985



Ce qui est intéressant à propos de ces viols, c’est qu’ils se produisent à côté du quartier du Parc Extension, le quartier d’enfance de William Fyfe dans les années 60 et 70. Fyfe a été élevé par sa tante – il a grandi dans un appartement du 1380 rue Ouimet – et c’est là qu’il est apparemment revenu. Une fois le divorce accordé en 1988, Fyfe utilisait au moins son adresse postale, l’appartement # 27 de la rue Ouimet. Et Fyfe était connu à cette époque pour avoir fait du porte-à-porte en vendant des “copper fittings” et en offrant de faire de «petits travaux de plomberie».

L’équipe de baseball du Park Extension Youth Organisation vers 1970. William Fyfe en bas à gauche.

William Fyfe, école Barkley, 1967

Après 1986, il n’y a plus de rapports d’un violeur opérant sous la ruse d’un plombier réparateur dans la région de Montréal. Cela correspond à peu près au moment où William Fyfe a déménagé dans les Laurentides au nord de Montréal. En 1987, il commence à assassiner dans ce domaine; d’abord Louise Blanc-Poupart à Sainte Adèle, puis Pauline Laplante en 1989 dans le Piémont. Pendant un certain temps, il a cherché un traitement pour la dépendance à la drogue et à l’alcool dans un centre de réadaptation local. C’est à cette période que Fyfe gagne le surnom des locaux, «Bill Anglais», car il parle français avec un accent anglais.

Les quatre derniers meurtres connus de Fyfe ont tous été commis alors qu’il vivait avec sa mère à Innisfil au sud de Barrie, en Ontario, et démontrent son comportement accéléré et téméraire. Fyfe a parcouru des centaines de kilomètres pour commettre des meurtres dans la région de Montréal – à Laval, Senneville, Sainte Agathe et Baie d’Urfe. Avec son dernier meurtre – Mary Glen le 15 décembre 1999 – Fyfe est devenu bâclé. Ne portant plus de gants pour se protéger, il a laissé une seule empreinte digitale sur un chambranle de cuisine. Fyfe a été rapidement appréhendé à Barrie, peu de temps après avoir jeté des traces de sang dans une benne derrière une église.

William Fyfe 1999

Interviewé pour un profil sur Fyfe dans la Gazette en 2001, le psychiatre Gilles Chamberland de l’Institut Philippe Pinel – et si vous tenez un score, oui, c’est le même Gilles Chamberland qui, cette semaine encore, a témoigné pour la Couronne en les audiences de détermination de la peine du meurtrier condamné Ugo Fredette – ont offert ce qui suit:

«Ce sont des gens bien organisés. Ils ont un monde en tête qu’ils ne montreront à personne d’autre… Ils sont capables d’arranger les choses pour qu’ils puissent continuer (commettre leurs crimes) en menant ce qui ressemble à une vie normale.

Ces actes (sadiques) sont des démonstrations de pouvoir; pour montrer que “je suis puissant, je contrôle”. J’ai le pouvoir de la vie et de la mort sur toi.

Pour ces personnes, il existe un type de pression pour commettre ces actes qui commence comme une idée et devient de plus en plus obsessionnel. Ils commenceront à s’organiser et à planifier jusqu’à ce que le crime soit commis, puis il y aura un relâchement de l’agressivité et un calme pendant un certain temps avant, malheureusement, il recommence à se construire. »

Voici les raisons pour lesquelles William Fyfe peut avoir assassiné Theresa Pearson:

  1. Au moment du meurtre de Pearson, Fyfe vit à LaSalle, à cinq minutes en voiture du garage où son corps a été retrouvé.
  2. Tout au long des années 80, les meurtres de Fyfe et les agressions sexuelles commises par le violeur plombier se produisent pour la plupart à proximité des lieux où Fyfe vivait, souvent à moins d’un mile de sa résidence.
  3. La plupart des victimes de Fyfe ont été poignardées à mort, mais elles ont également été battues. La police a noté après la condamnation que les victimes de Fyfe ont été «battues au point d’être défigurées. Certains ont été écrasés avec des objets lourds », peut-être, par exemple avec une barre de cric.
  4. Si vous regardez le bâtiment où Pearson a été attaqué au 9379, boulevard LaSalle, il ressemble au type de bâtiment où Fyfe a commis ses premiers meurtres et le violeur plombier a mené ses agressions sexuelles; un immeuble d’habitation en bloc de 3 à 5 étages ressemblant à un logement public. Fyfe vivait souvent dans de tels endroits. C’est le type d’appartement où il a grandi rue Ouilet.
  5. Theresa Pearson est le modèle même de la victime décrite dans l’article de 1985 ci-dessus, «Un violeur insaisissable s’en prend à des adolescentes»: une adolescente de 19 ans, rentrant de l’école vers 15 heures, nous pouvons bien l’imaginer errer dans le coin magasin, sans aucun doute une Perrette pour un freezie par une chaude journée de printemps, son agresseur la traque à quelques pas derrière. Peut-être l’a-t-il suivie de nombreuses fois, pour avoir des schémas de voyage précis.

Et si le mercredi 18 mai 1983 il ne la suivait pas. Fyfe est déjà en place dans le garage de l’appartement parce qu’il sait que c’est là qu’elle sera. La rencontre commence dans la ruelle. Il dit qu’il travaille sur un chauffe-eau dans le garage, mais il s’est enfermé, il doit monter à l’étage pour parler à son client. Pearson peut-il le laisser entrer par l’entrée du garage? Peut-être qu’il avait l’intention de l’agresser. Elle n’était peut-être qu’un véhicule et sa proie était quelqu’un à l’intérieur. C’est aussi une question d’argent, mais pas beaucoup d’argent – l’argent de la drogue. La femme de 1979 a été violée et volée de 30 $. Pearson a été retrouvée avec 2 $, mais son sac à main manquait. Quelles que soient les circonstances, la rencontre n’a pas duré longtemps et il a probablement été interrompu. Elle a été retrouvée 15 minutes après sa mort. Les journaux ont signalé qu’elle n’était pas victime d’agression sexuelle. Ce n’était certainement pas le cas. Les amis de la famille Pearson ont partagé que la mère découragée de Theresa ne voulait pas ces détails dans les journaux. Fyfe était connue pour avoir agressé sexuellement des victimes post mortem.

L’indicateur le plus convaincant que Fyfe est le meurtrier de Theresa Pearson tient peut-être à ce qu’il n’est pas.

Fyfe n’a pas assassiné Sharron Prior, Jocelyne Houle ou Denise Bazinet; trois victimes montréalaises qui ont été transportées et jetées. Les victimes de Fyfe ont été trouvées dans ou à côté de bâtiments, elles n’ont pas été retrouvées dans les champs ou au bord d’une route. Fyfe était ce que Holmes et De Burger (1988) appelaient un délinquant ‘géographiquement stable‘, celui qui tue les victimes et élimine leur corps dans des zones qui chevauchent leur lieu de résidence ou leur lieu de résidence. Prior, Houle et Bazient ont été assassinés par un délinquant ‘géographiquement transitoire‘.

Bien qu’ils soient géographiquement stables – ce qui signifie aucun transport de corps – Fyfe n’est probablement pas le meurtrier dans les affaires montréalaises de Lison Blais, Katherine Hawkes ou Francine Da Silva. Ces meurtres ont été commis après la tombée de la nuit. Fyfe – et le violeur plombier qu’il est supposé avoir été – ont préféré opérer à la lumière du jour, généralement en fin d’après-midi.

Que Fyfe ait tué Pearson ou non, tout cela n’aurait pas été une nouvelle pour la police du Québec. La capture de Fyfe en 1999 a déclenché un examen de masse de tous les meurtres non résolus dans le dossier de Montréal, ils auraient su qu’il vivait à LaSalle très près de l’endroit où Pearson a été assassiné. William Fyfe était-il le deuxième homme interrogé par la police de Montréal en 1983? Rappelez-vous qu’après que le suspect numéro un a été relâché – le gars de la voiture rouge – la police a appréhendé un autre homme et l’a soumis à un test de détection de mensonge parce qu’ils “… ne pensaient pas qu’il donnait les bonnes réponses à nos questions.” Ce suspect était-il le violeur plombier? Était-ce William Fyfe?

Le rapport du coroner de Theresa Pearson a été signé le 9 août 1983. Il contenait cette curieuse déclaration:

«À ce jour, malgré toutes les recherches effectuées par les enquêteurs,
il est impossible de reconstituer les circonstances de ce crime et
identifier le ou les coupables. Une enquête publique ne serait d’aucune utilité. »

Un voisin s’est souvenu que l’affaire avait été classée très rapidement. Personne dans le quartier n’a jamais été interrogé.

N’était-ce pas une enquête publique exactement ce qui était nécessaire? Jusqu’au meurtre de Pearson, des dizaines de rapports faisaient état d’un violeur en série opérant dans la région de Montréal. Il y a eu trois meurtres non résolus – Bernier, Raymond et Scattolon – tous avec un m.o. similaire La police faisait tourner ses roues depuis des années. Des femmes se plaignaient que la police «« délibérément des informations» sur le violeur et mettait en danger des femmes ».

Une enquête publique a peut-être arrêté Fyfe. Cela a peut-être sauvé la vie de Theresa Pearson. Au lieu de cela, Fyfe s’en est pris aux femmes pendant encore 16 ans.

This is Who Killed Theresa.

Pour une carte interactive de l’histoire d’aujourd’hui, cliquez ici:

https://www.google.com/maps/d/u/0/edit?mid=1i9Q0sHhPWK-l7vF4VxwMHnNapFUZTZcK&ll=45.50779221830829%2C-73.74434669256499&z=12

Category:

Leave a Reply

css.php