Tueurs en Série Québécois – Serge Archambault, Agostino Ferreira et William Fyfe

———————–

Cet poste a été initialement publié le 1er juin 2019

———————-

Anna-Maria Codina-Leva, 30 ans, était mère célibataire de trois enfants travaillant dans une usine de transformation des aliments à Montréal lorsqu’elle a rencontré un vendeur itinérant dans les bureaux de l’usine dans l’est de la ville. Le 19 juin 1992, l’homme lui a demandé un rendez-vous. Codina-Leva a laissé ses trois enfants à la charge de son frère, puis a quitté son appartement de Verdun. Avant de partir, elle a écrit le nom et le numéro de téléphone du vendeur ambulant sur un morceau de papier: Serge Archambault.

Anna-Maria a disparu ce soir-là. Les enquêteurs de la police de la Communauté urbaine de Montréal ont interrogé Archambault sur la disparition, mais ils ont conclu qu’Archambault n’avait jamais vu Codina-Leva le soir en question.

Serge Archambault: l’un des premiers tueurs en série connus au Québec.







——————————-

Serge Archambault

Bien que Serge Archambault ait pu être un prédateur sexuel au Québec dès la fin des années 1970, le premier que nous apprenons de lui est en novembre 1992 lorsqu’il a été arrêté pour les meurtres de Chantale Briere et Rolande Asselin-Beaucage. Dans les premiers dossiers de presse, il est révélé qu’Archambault travaillait comme vendeur ambulant, et je crois qu’il travaillait pour une entreprise appelée H. Belanger Plumbing Ltd. Une annonce dans la Gazette de Montréal en septembre 1990 indique le poste de «représentant des ventes internes» et demande à toutes les parties intéressées de contacter «M. Serge Archembault »dans leurs bureaux de Maisonneuve à Montréal. Maintenant, le fait qu’il était peut-être vendeur de plomberie pourrait avoir une signification plus tard.




Archambeault, 36 ans, père de deux enfants deux fois marié et vivant avec sa deuxième femme à Saint-Eustache, au nord-ouest de l’île de Montréal, est accusé des meurtres de Chantale Briere, 24 ans, retrouvée étranglée dans sa maison à Deux Montagnes à la fin de novembre 1992 et Rolande Asselin-Beaucage, 47 ans, ont été abattues à son domicile de Ste. Calixte, 6 janvier 1992.




Après l’arrestation d’Archambault, la police commence à rechercher les restes d’une femme de 30 ans disparue qui a disparu de son domicile de Verdun en juin 1989. Archambault conduit la police dans une zone boisée à Saint-Hubert près des intersections des rues Moise Vincent et Mariecourt . Ils y trouvent des ossements éparpillés dans les bois. Les os sont envoyés au laboratoire médical pour une analyse plus approfondie.

La police révèle que certains policiers ayant 26 ans d’expérience n’avaient «jamais vu ce type de crime», mais hésitent à leur demander s’ils envisagent les crimes de tueries en série. «Il y a deux meurtres, peut-être trois. Nous les considérons comme des meurtres multiples », remarque Lucie Boult, porte-parole de Sûreté du Québec. Lorsqu’on lui a demandé quelle était la différence, Boult a haussé les épaules: «Les chiffres… je ne sais pas.» L’article de la Gazette note que «les meurtres en série ont été définis comme de multiples meurtres fantaisistes ou rituels».

La police confirme avoir établi un profil psychologique du suspect dans le cadre de son enquête. La Gazette note que «… la technique a été lancée par le Federal Bureau of Investigation des États-Unis dans les années 70 et est connue pour son utilisation dans le suivi des tueurs en série.»

La police joue la quantité de travail de détective qu’il a fallu pour résoudre l’affaire, mais la véritable rupture est venue des actions négligentes d’Archambault. Peu de temps après l’étranglement et l’agression sexuelle de Chantale Briere dans sa maison des Deux Montagnes, Archambault a utilisé sa carte de guichet automatique pour retirer 300 $ à un dépanneur local de Boni Soir. La caméra de surveillance a filmé le tout, y compris la elevator music de Roch Voisine, Helene qu’un DJ de la radio de Laval aurait déclaré plus tard qu’il avait joué à 12 h 58 le 26 novembre, dans l’heure du meurtre de Brière. Les voisins d’Archambault commentent que “… il ressemblait à un gars sympa, très fidèle à sa femme.”

Le 30 novembre 1992, Serge Archambault est accusé du meurtre au premier degré des trois femmes. On lui ordonne immédiatement de subir une évaluation psychologique à l’institut psychiatrique Pinel situé non loin de l’endroit où Anna Maria Codina-Leva vivait dans l’est de Montréal. L’évaluation consiste à déterminer si Archambault est mentalement apte à subir son procès.


Archambault est accusée du meurtre de Codina-Leva même si techniquement ses restes n’ont pas été retrouvés. La police de la Sûreté du Québec attend toujours les résultats de l’analyse des ossements retrouvés à Saint-Hubert. On demande à plusieurs reprises à la police de Montréal si elle a interrogé Archambault trois ans plus tôt en 1989 au sujet de la disparition de Codina-Leva. Ils restent évasifs:

“C’est un dossier qui remonte à trois ans et l’enquêteur qui a traité l’affaire est en vacances.”

Le père d’Anna Maria, Rosendo Codina, révèle qu’en 1989, la police lui a dit qu’Archambault avait un alibi:

“Ils ont dit qu’il était en vacances, ou quelque chose comme ça.”

Le 1er décembre, la police de Montréal a finalement confirmé qu’elle avait bel et bien interrogé Serge Archambault sur la disparition d’Anna Maria Codina-Leva, mais a rapidement renvoyé l’affaire à la police provinciale:

“A aucun moment il n’a été traité comme un suspect … On lui a posé des questions, il a répondu, et c’est tout”, raconte le détective Michel Quintal de la police du MUC. Quoi qu’il en soit, précise Quintal, l’affaire est maintenant entre les mains de la Sûreté du Québec.

La famille de Codina-Leva n’était pas la seule à sonner l’alarme sur Serge Archambault. Le Dr Paul-André Lafleur, directeur adjoint de l’institut psychiatrique Pinel, révèle que, en 1982, Archambault s’est enregistré à l’institut Pinel et y est resté 30 mois après avoir attaqué une femme avec un crowbar sur le visage.

——————————

Le 12 décembre, l’institut Pinel décide qu’Archambault est mentalement apte à subir son procès. La police révèle également que les ossements retrouvés dans la zone boisée de Saint-Hubert – dont un crâne – sont les restes d’Anna Maria Codina-Leva.



La Presse rapporte qu’après son arrestation, la police a trouvé chez lui une liste de trois maisons à vendre dans le quartier de Saint-Eustache où vivait Archambault, ainsi qu’une boîte de bijoux et de sous-vêtements n’appartenant pas à sa femme.

La police commence maintenant à enquêter sur Archambault dans les meurtres non résolus d’autres femmes, dont Louise Blanc-Poupart, violée et poignardée 17 fois en 1987 à son domicile de Ste Adele, Pauline Laplante, agressée sexuellement et poignardée en 1989 dans le Piémont, Johanne Beaudoin assassinée en elle La maison du Mont-Royal en 1990 et les meurtres de Danielle Laplante et Claire Samson, assassinés dans une boutique à Outremont, également en 1990.

À la fin de l’année, le 31 décembre 1992, dans une longue pièce du Devoir, Rollande Parent révèle que la Sûreté du Québec a ajouté à la liste des présumés meurtres les noms de Marie Claude Côté, étudiante à Breboeuf disparue de club Barina en octobre 1991, et Chantal Brochu, 22 ans, étranglée à Outremont en septembre 1992.

Affiches de récompense des autobus de la STM décembre 1993 / Chantal Brochu

Le Devoir / 31 décembre 1992


Le procès de Serge Archambault commence en octobre 1993. L’un des premiers témoins est le mari de Chantal Briere, Raymond Latour. Il tombe en panne à la vue des vêtements appartenant à sa femme qu’il lui est demandé d’identifier. Il se souvient avoir embrassé sa femme Chantal au revoir à 5 h 30 le 26 novembre 1992 et lui avoir rappelé qu’un homme intéressé à acheter leur maison allait baisser vers 10 h. La mère de Chantal témoigne qu’elle a parlé à sa fille à 11 h et on m’a dit qu’un homme était là avec elle. Quand elle a essayé de rappeler à 12 h 45 Il n’y avait pas de réponse. Francine Briere témoigne qu’elle a retrouvé le corps de sa sœur vers 17 heures. sur le sol de la cuisine de sa maison. Chantal était allongée sur le ventre, nue de la taille aux pieds, les mains liées derrière le dos. Le pathologiste Jean Hould témoigne que Briere est morte d’asphyxie en avalant sa langue. Une chaussette avait été enfoncée dans sa bouche et y était maintenue par un soutien-gorge noué autour de son cou. Ses chevilles et ses poignets étaient attachés avec des cordons électriques. La poignée d’un piston de salle de bain avait été insérée dans le rectum de Brière.

La sœur de Chantal Briere Francine et son mari Raymond Latour


[Je vais dire ceci à plusieurs reprises: Briere n’a pas eu à mourir si la SPVM avait fait son travail dans l’enquête Codova-Leva]

L’enquêteur de la Sûreté du Québec, Michel Tanguay, témoigne que la maison Brière au 62 de la 9e avenue à Deux Montagnes était à 10 minutes en voiture d’où Archambault a utilisé plus tard la carte ATM de Chantal pour retirer 300 $ en espèces d’un dépanneur local.

À la fin de la première semaine du procès, la police révèle des déclarations faites par Archambault lors de sa première détention. Il a avoué avoir tué et mutilé trois femmes pour en revenir à une tante qui l’avait agressé sexuellement dans son enfance:

“Je l’ai fait à cause d’elle … Je voulais me venger mais je ne voulais pas le faire à ma tante parce que ça aurait été trop dur pour ma mère … elle m’a fait toutes sortes de choses. Elle a mis ses doigts dans mon rectum. »

Dans ses aveux du meurtre de Chantal Briere, Archambault a déclaré que sous prétexte de vouloir acheter la maison, il est entré dans la maison et l’a frappée à la tête par derrière avec le dos d’une hache. Il l’a ensuite recyclée avec des cordons électriques. Quand elle a repris conscience, il a demandé de l’argent, en prenant 200 $ et deux cartes bancaires de son portefeuille,

«Je l’ai encore frappée, j’ai baissé son pantalon et sa culotte, puis j’ai mis un piston de salle de bain à l’arrière.»

Les autres victimes d’Archambault avaient des couteaux insérés dans leur rectum après leur mort.

Le meurtre de Rollande Asselin, une résidente de St. Calixte de 47 ans, était un crime d’opportunité. Archambault conduisait dans les Laurentides lorsqu’il a vu Asselin dans sa cour avant au 400 Montee Mongeau. Il a demandé des directions et un verre d’eau.

Une fois à l’intérieur, un scénario similaire s’est déroulé. Il lui a attaché les poignets et les chevilles avec un cordon électrique, puis lui a tiré dans la nuque. Après sa mort, Archambault a mutilé son corps avec un couteau.

Dans le cas d’Anna Maria Codova-Leva, Archambault a déclaré qu’ils travaillaient ensemble à Pointe aux Trembles et qu’il la payait pour coucher avec lui. “Quand j’ai arrêté de payer, elle a appelé ma femme.” En juin 1989, Archambault lui a tranché la gorge, l’a décapitée et coupée en morceaux, “vous ne l’auriez pas reconnue”, a-t-il déclaré à la police.

Fin novembre 1993, près d’un an après son arrestation, Serge Archambault est reconnu coupable de trois chefs de meurtre au premier degré et condamné à 25 ans de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle. Le mari de Chantal Briere dit qu’Archambault est «incurable et mérite la peine de mort», mais il n’y a pas de peine de mort au Canada. Le juge de la Cour supérieure, Robert Flahiff, qualifie Archambault de «diaboliquement pervers… un lâche méprisable et manipulateur de la société».


Désormais surnommée «Le boucher de Saint-Eustache», la police confirme qu’Archambault est toujours suspecté dans un certain nombre de meurtres non résolus, dont la mort d’une demi-douzaine de prostituées. Le Dr Louis Morissette compare Archambault à Clifford Olson, le décrivant comme un «tueur en série sexuellement sadique».

Après le procès, il est révélé qu’Archambault a gardé dans sa voiture un kit de viol composé de couteaux, d’une corde et parfois d’un fusil de chasse chargé. Sa première agression intentionnelle connue remonte peut-être à 1979 alors qu’il rendait visite à une femme à Québec dans l’intention de la tuer et de la démembrer. Au lieu de cela, il l’a frappée à la tête avec un marteau, puis s’est enfui en panique quand elle a commencé à crier. La police révèle également qu’Archambault est désormais considéré comme un suspect dans le meurtre et le démembrement de Valerie Dalpe, 13 ans, en 1989.

De plus, la police était consciente qu’à partir de 1991, Archambault était responsable d’une série de cambriolages où il plaçait des sous-vêtements et de la lingerie pour femmes sur les lits comme s’il était porté, puis les coupait avec un couteau, laissant parfois le couteau derrière les vêtements.

Serge Archambault: I am the intruder


Shout-out à Kristian Grevenor de Coolopolis, je ne l’ai pas levé, mais en revenant, j’ai remarqué qu’en 2012 il a écrit un compte rendu de Serge Archambault qui est pratiquement identique au mien, bien que je ne l’ai lu qu’après a écrit cela.

Sur ce poste, une personne nommée Ariane, prétendant être la fille de Serge Archambault, a écrit ce qui suit:

«Merci d’avoir posté ça. Je suis la fille de M. Archambault et je suis terrifiée à l’idée qu’il soit libéré plus tard cette année. Ce n’est pas un homme sain d’esprit et il ne faut pas le laisser traîner dans les rues. Je n’ai eu aucun contact avec lui depuis plus de deux décennies. “

Agostino Ferreira


Il s’est avéré qu’Archambault n’était pas responsable de la mort de Danielle Laplante et Claire Samson, assassinées dans cette boutique d’Outremont.

En 1995, Agostino Ferreira est accusé de ces meurtres de 1990 et du viol de deux autres femmes dans son appartement de la rue East Ontario.

Agostino Ferreira inculpé de deux homicides


Ferreira dit au juge de la Cour du Québec Maurice Johnson, “Je n’ai pas besoin d’un avocat” et choisit de se représenter lui-même, mettant en place le potentiel nocif pour Ferreira de contre-interroger ses victimes de viol survivantes.




Ferreira a enlevé les deux femmes d’une boutique de la rue Saint-Denis le matin du 4 janvier 1995, armée d’une arme de poing et d’un bâton de dynamite. Ils ont été emmenés en taxi jusqu’à un appartement de la rue Ontario, près de Berri, où ils ont été ligotés et agressés sexuellement. À l’appartement, Ferreira a déclaré aux femmes qu’il était responsable de la mort par balle de 1990 de deux femmes à la boutique Haarlem / Harlem sur l’avenue Laurier. à Outremont.



Claire Samson, 34 ans, et Danielle Laplante, 24 ans, ont été poignardées à plusieurs reprises, terrifiant les commerçants de la région pendant des années. Ferreira a par la suite fait face à 17 accusations supplémentaires découlant d’incidents qui auraient eu lieu dans les boutiques de vêtements de Montréal de 1989 à 1991.


Ferreira n’a presque pas été jugé pour les meurtres et les voies de fait en raison des saccades et des mauvaises manœuvres de la police et des poursuites de Montréal.

Lorsque les affaires ont finalement été jugées à la fin de 1995, Ferreira a contre-interrogé ses propres victimes de viol. Dans un processus étrange et troublant, Ferreira, flanqué de deux gardes dans la boîte du prisonnier, a exploré avec des questions telles que ce que le mot canneberges signifiait pour la femme, et n’avait-il pas commis des gestes d’amour plutôt que de malveillance?

Regardant droit devant elle et répondant d’une voix basse et monotone, la femme a décrit comment elle et un collègue ont été enlevés par un homme vêtu d’un long manteau de cuir noir qui prétendait qu’il était suicidaire. Il leur a montré un objet qui, selon lui, était une bombe et a déclaré que le détonateur était dans une petite boîte attachée à son épaule. Contraints de monter dans le taxi, les femmes ont été emmenées dans un appartement à Ontario et à Berri où l’homme a dicté une note de suicide. À un moment donné, il est allé dans un placard et a sorti un pistolet qu’il leur a fait signe en parlant.

Après avoir collé leurs chevilles et leurs poignets, il a utilisé un couteau à découper pour couper les vêtements de leur corps. À partir de 14 h environ il les a agressés sexuellement sur une période d’environ deux heures. Il s’est injecté trois seringues qui, selon lui, contenaient de la cocaïne. Ferreira a alors décidé de sortir et d’en obtenir plus.

Après son départ, les femmes, qui n’étaient plus retenues, ont quitté l’appartement, ont signalé un taxi et se sont rendues au poste de police voisin.

Tout au long du procès, Ferreira ne faisait référence à lui-même qu’à la troisième personne témoignant des pentagrammes, des crucifix, des auras mauves et de la télékinésie:

“Est-ce qu’il vous a retenu en forme de croix, vous a fouetté ou a placé une couronne d’épines sur votre tête?”

Ferreira a été jugé et a été reconnu coupable d’agression, de viol, d’enlèvement, de séquestration, de tentative de meurtre et de vol à main armée. Avant que la piste ne commence pour les deux meurtres en boutique de Samson et Laplante, Ferreira a surpris tout le monde et a plaidé coupable en disant qu’il reconnaissait sa culpabilité et qu’il regrettait d’avoir tué les deux commis. Ferreira a été déclaré délinquant dangereux et emprisonné indéfiniment, la première personne au Québec à recevoir la désignation.

Article d’opinion de Agostino Ferreira par Hélène Morin, La Presse 7 septembre 2005


La disposition relative aux délinquants dangereux a été adoptée au Canada en 1977. En 1999, il y avait 220 délinquants dangereux au Canada, mais seulement une poignée au Québec. Les experts ont déclaré que cela allait probablement changer. Dans le profil de deux délinquants dangereux du Québec à l’époque, Eric Dupuy et Daniel Coxen, le violeur en série Dupuy aurait déclaré: «J’ai été frappé par tous les grands crimes de nature sexuelle – Paul Bernardo, Ferreira, Archambault. Ils m’ont permis de réactiver mes fantasmes, j’ai trouvé ça excitant. »

Dupuy n’a pas été attrapé, il s’est rendu à l’Institut Pinel quand il a commencé à avoir des fantasmes sur le meurtre de filles de 12 ans. Dupuy lui-même a suggéré qu’il devrait recevoir la désignation de délinquant dangereux parce qu’il estimait qu’il représentait une menace importante pour la société.



En théorie, l’étiquette de délinquant dangereux est censée signifier que le délinquant ne sera jamais libéré de prison. Ce n’est pas vrai. Sur les 220 en 1990, 10 ont été définitivement libérés.

Linda Flood


Il y a un autre cas que je mentionnerai, car je pense qu’il est largement oublié et le M.O. ressemble beaucoup à Serge Archambault.

Le corps battu de Linda Flood, âgée de 19 ans, a été retrouvé a Mont Royal le 7 mai 1989. Ses parents l’ont vue pour la dernière fois le 7 mars lorsqu’elle est venue à leur domicile de Saint-Sauveur et a tiré sur une piscine pour son 19e anniversaire. Elle a appelé sa mère le 15 avril, mais tout ce qu’elle a dit était «Salut maman» avant que le téléphone ne soit mort. Linda a été retrouvée en mai. Son visage était si gravement défiguré qu’il a fallu attendre le mois d’août pour l’identifier de manière positive grâce aux dossiers dentaires et à une bague en forme de fer à cheval qu’elle portait.

La police a cru que Linda avait été assassinée ailleurs, puis emmenée sur les lieux du Mont Royal. Une traînée d’objets lâchés – une cigarette, une chaussure, un peigne – a amené la police à croire que l’agresseur voulait qu’elle soit retrouvée et que c’était quelqu’un qu’elle connaissait. Linda “était un peu séduisante”, a déclaré son beau-père, Ronald McDowell, “les petits amis n’étaient pas toujours la crème de la société.”

Au début, la police a déclaré que Linda n’avait pas été violée, bien que la police ait déclaré que le délinquant avait essayé de faire en sorte que cela ressemble à cela. Elle était nue de la taille aux pieds, mais a été battue et assassinée, pas agressée sexuellement. Un bas avait été fourré dans sa bouche.




Un an après son meurtre non résolu, la police a changé l’histoire. Maintenant, ils ont dit que Linda s’était étranglée à mort sur les collants après avoir été violée et battue à la tête, peut-être avec une pierre. L’agresseur fourre les sous-vêtements dans sa bouche pour la faire taire. La police croyait maintenant que Linda avait été traînée dans les buissons du mont Royal à partir d’une automobile.

Category:

Leave a Reply

css.php