Comment résolvez un problème comme Homolka?

Donc, le monde s’élève à nouveau à propos de la dernière transgression géographique de Karla Homolka.

Hier, la Gazette de Montréal a rapporté que le tueur en série canadien a supervisé les enfants de la maternelle de l’Académie Adventiste de Greaves lors d’une excursion en mars et une fois amené son chien à l’école pour les élèves d’animaux de compagnie. Les trois enfants d’Homolka fréquentent l’école privée.

Comme tout parent, je suis outragé. Maintenant, dites-moi comment vous allez mieux gérer la situation. C’est une école privée. L’école connaissait son histoire. Ils ont apparemment pris la décision que tout le monde mérite une seconde chance. Leur décision.

Dans l’affaire pénale contre Karla Homolka, la poursuite lui a donné un accord de cœur doux, après 12 ans de prison, elle a marché en 2005. Encore une fois, leur décision (…effroyable). Au printemps dernier, nous avons appris que Homolka vivait dans la communauté de Chateauguay à la rive sud de Montréal, et le monde était de nouveau indigné. Eh bien, elle doit vivre quelque part? Nous ne la lancerons pas devant les murs de la société.

Je me souviens très bien d’avoir parlé avec un administrateur des services correctionnels de la Colombie-Britannique il y a quelques années, qui a parlé de l’arrestation d’un délinquant sexuel enregistré dans son quartier. Elle a cuit une assiette de biscuits, et elle et sa fille ont traversé la rue pour les présenter à l’homme:

“Salut, bienvenue dans le quartier. Je m’appelle Jane Smith, je travaille pour le département des services correctionnels”

Traduction: “Salut,” Jane Jane, je sais que vous êtes “.

Le point était très simple. Bienvenue, mais je vais regarder. Confiance, mais vérifiez.

Lorsque mes enfants étaient plus jeunes, j’avais l’habitude de passer du temps à sondage périodique de la base de données des délinquants sexuels pour voir qui était entré dans le quartier. Je me suis rapidement arrêté parce qu’il y avait trop d’aller et venir, et je n’avais pas beaucoup des biscuits. Mieux vaut apprendre à mes enfants à être vigilants et à NE PAS CONFIER LES HOMMES. Difficile, je sais, mais pourquoi ne pas couper à la poursuite.

À plus d’attention, je préfère avoir Leanne Teale – le nom d’Homolka qui utilise actuellement – vivant dans mon quartier parce que j’ai identifié la menace, je pourrais atténuer les risques.

Dans tout cela, je crains que les gens manquent d’un problème plus important; La menace d’Homolka pourrait être réelle, et les panneaux d’avertissement sont profondément tissés dans le tissu de l’histoire de Montréal.

En choisissant de vivre sur la rive sud de Montréal, Homolka a sélectionné une communauté avec une histoire tragique remarquablement similaire à celle de Saint Catherines, en Ontario, où Paul Bernardo et Homolka ont menacé les meurtres brutaux de Leslie Mahaffy, âgée de 14 ans, et de 15 ans Kirsten French.

Norma O’Brien and Debbie Fisher

 

 
En 1974-75, la ville de Châteauguay a été secouée par les disparitions et les meurtres de Norma O’Brien, 12 ans, et Debbie Fisher, âgée de 14 ans. Dans un délai d’un an, un jeune délinquant qui s’appelait le chasseur de Châteauguay (“Le Maniaque Pleine Lune”) a été arrêté, mais la communauté n’a jamais complètement récupéré.

 

Kristen French and Leslie Mahaffy

Aller au printemps dernier et avoir une idée de la véritable source de l’indignation de la communauté. Remarquablement, aucune agence de presse ne s’est inquiété de souligner ” l’ironie” d’Homolka en choisissant cette ville. Un journaliste m’a dit à l’époque que «ils ne voulaient pas encore traumatiser les gens», comme si, en tant que société, nous ne pouvions pas avoir de discussions difficiles. Lorsque les médias brouillent de telles conversations, ils font plus de dégâts que de bien, ce qui laisse les communautés à aucun autre recours, mais à la fessée des tours dans les cirques des médias sociaux (et ils n’ont aucun scrupule de remuer ce pot de merde).

Et est-ce que Homolka peut-on se qualifier “d’ironique” à Chateauguay? N’est-il pas possible qu’elle ait délibérément choisi cette communauté parce qu’elle lui était aussi familière que Saint Catherines? Une petite communauté de banlieue, une histoire de tragédie avec deux jeunes victimes d’âge similaire à Mahaffy et French, qui ressemblent physiquement à Mahaffy et French. Homolka a-t-elle appris la tragédie pendant son séjour dans la prison du Québec? Les détenus parlent de ces choses. En bref, Homolka a-t-il choisi Chateauguay parce qu’il se sentait à la maison?

Si vous pensez que l’idée d’un délinquant obligé de ré-vivre les expériences horribles des crimes, le sujet de la fiction considère ceci:


Gilles Pimparé, montré à gauche en 1979
Gilles Pimparé, emprisonné depuis 1979 pour le brutal et infâme meurtre du pont Jacques-Cartier de Maurice Marcil, 14 ans, et Chantal Dupont, 15 ans, a été renvoyée à la libération conditionnelle six fois en 13 ans. Remarquablement, la famille Dupont l’a pardonné, en achetant son histoire qu’il «aimait Chantal trop, c’est pourquoi il devait la tuer». Mais l’une des principales raisons pour lesquelles Pimparé n’a jamais été libéré? Il a gardé un porn stash sur son disque dur qui avait des photos de jeunes filles nues posant au pont Jacques Cartier pour soutenir les décennies de sa paraphilique après les meurtres commis (vous pouvez le consulter en vérifiant ses dossiers de libération conditionnelle).

Je me demande si Homolka avait une intention particulière quand elle a choisi de vivre à Châteauguy. Si j’étais journaliste d’investigation? Je voudrais vérifier si les corrections / libération conditionnelle l’ont assignée à Chateauguy ou si elle l’a choisi.

Faites confiance, mais vérifiez.

One thought on “Comment résolvez un problème comme Homolka?”

  1. Vous donnez des informations que je ne connaissais pas , je comprend un peu le HASARD pour la ville de Chateauguay, merci de l info, avec ce que j ai vue du volume de journaliste d enquête Karla elle a déjouer tout le monde c était un peu facile a cause de l incompétence policiere dans ce dossiers et faut se rappeler que c est elle qui a pris le médicaments pour geler des chevaux pour l administre a sa soeur qui est décédé et on a pris pour acquis sans analyse toxicologique qu elle était morte par étouffement a cause de son vomissements , Vu que Karla était une femme cela a faciliter le rapprochement avec les deux jeunes filles pour les enlever et ?????????????????? une question que je me suis poser les policiers en bon nombres on perquisitionner la maison pendant 69 jours sans trouver les cassette????????? un travailleur de la construction avec un conteneur aurait fait une meilleur job et vu les dépenses dans se dossier la la police le gouvernement était capable de payer les bris du a la démolition de l intérieur de la maison , Bravo a notre incompétence comme dans les arrets de procédures et remise en liberté de personnes accusée de meurtres. Je comprend bien le pourquoi que la triste histoire de Theresa Allone est rester négatif surtout sur la facon dont on a démontrer sa mort ,,,,,, merci pour votre site

Leave a Reply