Alice Paré / Cédrika Provencher: Ce qui est passé est un prologue

Nous allons revenir à certains cas très anciens et de voir à quel point peu de la police du Québec ont appris au cours des 40 dernières années. Nous allons voir 1971 assassiner d’Alice Paré, puis 1972 assassiner de Ursula Schulze à faire la lumière sur des cas plus récents. Je suis moins intéressé à lier ces meurtres à des cas, j’ai récemment discuté. Je pense qu’ils servent un point plus à démontrer l’absence de croissance dans les enquêtes criminelles du Québec au cours des 40 dernières années.

2015 a été toute une année pour l’application de la loi aux États-Unis sur les questions de responsabilité et de transparence dans des endroits comme Baltimore et Chicago et Ferguson. Il n’y a aucune raison pour que cette vague ne devrait pas se transférer au nord de la frontière au Québec, sans oublier Fredy Villanueva qui est mort trailblazed et les événements de l’année dernière laissait présager.

Quelques informations générales:

IMG_0347

 
 

Alice Pare

Pare avait 14 ans quand elle a disparu marchant à la maison à partir d’une leçon de musique à Drummondville, Québec, le 17 Février, 1971. Vers 17h30 ce soir-là, elle a quitté le Pavillon de Musique au 466 rue Saint Jean et traversé la rue avec l’intention d’utiliser un cabine téléphonique pour appeler sa mère pour la prendre, mais elle se ravisa et décida de marcher la maison 1/2 mile à ses parents ‘à 667 boulevard Mercure.

Pare a été absent pendant 68 jours. les enquêteurs de la SQ Aime Allard, M Saint Cyr, et M Bibeau étaient en charge de l’enquête missing-persons. Mais pendant que la police ne fait aucun doute tâtonner à la recherche d’une fugue, la famille avait raison. Dans les deux semaines de sa disparition de ses parents étaient convaincus qu’elle avait été enlevée et que son corps serait trouvée dans la neige.

IMG_0317

Ils avaient raison.

Dans la matinée du 26 Avril, 1971 Trois travailleurs (Andre Camirand, Yvon Lampron, Lucien Paquin) de la ferme de Alphege Leclerc sur le 3e Rang de Sainte-Clothilde de Horton, près de Victoriaville, repéré une paire de bottes blanches dans un champ au sujet 60 pieds de la route de gravier. Quand ils se sont rapprochés, ils ont découvert le corps vêtu d’Alice Paré couché sous un arbre.

IMG_0341

Appelé à la scène étaient détectives Fernand Pepin, Andre Cerutti, Denis Via, Marcel Vigneault, André Ménard de Victoriaville Sûreté du Québec, et Jacques Gaboury détachés du siège de la SQ à Montréal. Également sur la scène était le Dr Jean-Paul Valcourt de Montréal Laboratoire Médecine Légale de la SQ.

Left to right: Jacques Gaboury, Andre Menard , Marcel Vigneault, et Andre Cerutti,

De gauche à droite: Jacques Gaboury, André Ménard, Marcel Vigneault, et Andre Cerutti,

Alice Paré a été retrouvé tout habillé dans son uniforme scolaire, son manteau d’hiver blanc avait été enlevé et était près du corps. Elle avait été étranglée. Il n’y avait aucune preuve d’agression sexuelle. Manquant était son instrument de musique à partir du jour où elle a disparu, une flûte dans un boîtier noir. La flûte a été récupéré 3 jours plus tard à côté de la route 20 entre Sainte Clothilde et Saint Albert, à environ 10 minutes de route de l’endroit où le corps a été trouvé.

L’affaire a finalement été remis à Normand Bergeron de Victoriaville SQ, mais très peu d’informations se présenta à la suite. Quelqu’un a affirmé qu’ils ont vu Pare entrer dans un véhicule, une 1970 deux portes Chevrolet le soir de sa disparition.

IMG_0344

Aller de l’avant au 28 Octobre, 1975. Allo Police publie un article qui stipule essentiellement que la police sont la pêche des informations ( “la police a appris de certaines personnes qui connaissent l’identité de l’assassin”). A présent, le cas a été transféré à la SQ à Trois Rivieres (si vous comptez qui est au moins trois juridictions touchant le cas) et est maintenant sous le commandement de Raymond Hébert. Hebert exprime la SQ refrain trop familier qu’il était certain que quelqu’un se manifester après toutes ces années, mais personne ne l’a jamais fait. Cependant, il estime que les choses bougent rapidement maintenant. Il est certain que ce sera résolu.

A ma connaissance, le cas n’a jamais été résolu.

Il est curieux que la police a attendu si longtemps pour donner suite à l’affaire. Pourquoi 1975? Peut-être qu’ils deviennent nerveux. Juste que le printemps 16 ans Sharon Prior a été retrouvé sauvagement assassiné dans Longeueil. Les scènes de crime ne sont pas dissemblables. Ont-ils sentent qu’ils étaient au bord de quelque chose hors de contrôle?

Autres facteurs

Alice Paré venait d’une famille juridique très importante au Québec. Son grand-père Joseph Marier était un juge. Son oncle Marcel Marier était un juge de la cour municipale de Montréal. Son autre oncle Elphege Marier était un juge de la cour superiour. Son beau-père Paul Chasse était avocat à Drummondville. Avec ce genre d’influence que vous pensez qu’il pourrait y avoir eu assez d’influence pour porter l’affaire en justice. Peut-être qu’il parle à la déconnexion entre l’application de la loi et le système judiciaire, un dysfonctionnement pas rare dans de nombreux endroits.

Maintenant, nous allons passer à une autre affaire de cette époque. Le assassiner ou Ursula Shulze:

Ursula Schulz

Ursula Schulz (19 ans) a été enlevé à un arrêt de bus en plein jour, le matin du 13 Juillet 1972 à Brossard, qui se trouve sur la rive sud de Montréal tout près de Longueuil. L’incident a été vu par beaucoup de gens qui ont regardé Schulze force de l’homme dans le siège arrière d’une voiture, la broche lui vers le bas et l’attaque elle, et puis rapidement en voiture sur le pont Champlain à Montréal (vous pouvez lire l’article ici – un grand merci à Dale d’avoir attiré mon attention).

Incroyablement, aucune agence de police poursuit l’affaire. Le corps de Schulze se trouve le lendemain. Elle avait été étranglée.

Une enquête est appelée. L’année suivante, la Commission de police du Québec, qui avait le contrôle de toutes les forces de police, publie son rapport. Tout en louant les efforts des agents sur le terrain le rapport a reproché au directeur de force Marcel Renauld et son directeur adjoint Paul-Emile Blain pour “” rien apprendre “de l’incident et de ne pas instruire les membres de la force sur la façon de traiter les crimes graves”. . Le rapport poursuit en disant, “… le” off-main “manière des supérieurs de la force, associée à l’ignorance des membres de la force sur les procédures et la façon d’utiliser le système de communication régional, gravement entravé l’enquête.”

Attendez. Ça s’améliore. En fait, je pense que je dois citer le tout:

“… [L’officier de permanence à l’époque] n’a pas ordonné des barrages routiers ou informer la Police provinciale du Québec (QPP) (rappel que dans cette ère du QPP étaient la Sûreté du Québec) parce que cela n’a pas été” pratique courante “en fait, il étaient pas de directives sur ce que la pratique courante était dans un tel cas.

D’autres agents de service ont dit qu’ils ne savaient pas que le siège du QPP n’a pas été coupé dans le réseau régional utilisé par les forces municipales et de la pensée “quelqu’un d’autre” avait informé directement le QPP.

… Le QPP a été informé de l’enlèvement de 18 heures après l’accident.

Blain et l’officier responsable des enquêtes criminelles, ont passé la journée enquête sur un rapport d’un vol par quatre évadés de prison qu’il a dit à la commission qu’il a jugé le plus grave des cas.

Lui et directeur Renaud pensait que le QPP avait été informé de l’enlèvement et ont été enquêter sur elle.

Le père de la jeune fille a témoigné que, quand il a visité le siège de la police le jour de l’enlèvement, il a été dit par le directeur Renaud que la branche d’enquête criminelle avait pas de temps à enquêter sur l’enlèvement parce qu’ils étaient occupés »avec des questions plus importantes.” “

Je sais, Wat de Phoque, right?!

Prêt pour le punchline? Malgré l’absence de communication. En dépit de la QPP étant pas informé. Le QPP a battu Renaud, Blain et le reste de la force Brossard à la scène du crime.

Alors, quel est le résultat?

Eh bien, je peux vous dire que peu de temps après il y a eu une vague de consolidation des forces régionales du Québec. La plupart, comme Lennoxville et Coaticook, a obtenu engloutis sous l’égide de la Sûreté du Québec. Brossard a été fusionné avec la police Longeueil: Vous avez seulement besoin de parler à la famille de Sharon Prior de comprendre leur marque particulière de la dysfonction.

Très sérieusement, le manque de communication a été très clairement la question, en particulier dans les phases initiales d’une enquête sur les personnes disparues. On aurait espéré que la Commission de police du Québec aurait fait des recommandations pour remédier à cette insuffisance.

Alors ils l’ont fait? Apparemment non. Comme je suis sûr que vous êtes maintenant tous conscients ce cas (et celle de Alice Paré) semble très familier.

Ouvrons avant le 31 Juillet, 2007,  Cédrika Provencher (9 ans) disparaît un après-midi de son quartier à Trois Rivieres, et alors que la police déclare simplement qu’elle est «manque», les médias croient qu’elle a été enlevée. En dépit des rapports que Cédrika a été vu avec un homme à la recherche de son chien perdu, en dépit de preuves accablantes qu’elle avait été enlevée, une semaine plus tard, le 8 Août, la Sûreté du Québec a émis un avis de recherche pour Cédrika, suggérant qu’elle avait volontairement courir un moyen.

36 ans après Alice Paré, 35 ans après Ursula Schulze. La police du Québec avait absolument rien appris.

En fait l’un des premiers résultats de la disparition Provencher était un effort concerté des gens comme le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu à faire appel à la Sûreté du Québec de créer une escouade spéciale pour faire face aux personnes disparues dans les 48 premières heures de disparition afin que erreurs de communication comme celui-ci ne se reproduisent plus.

Attends une minute. Sauvegarder. Ne devrait pas qui ont été le résultat de l’enquête Schulze?

——————-

Regardons à nouveau le cas Pare.

Ecoute, je suis pour la redondance, tout le monde a besoin d’un back-up. Mais dans mon expérience trop de surveillance signifie que personne n’est responsable ou responsable de rien. Combien d’enquêteurs faut-il pour la police du Québec pour résoudre un assassiner? Combien d’enquêteurs ont été appelés à la scène du crime Pare? J’ai compté au moins sept. Voici une photo de la récupération du corps à partir du site Pare. il ressemble à une mêlée de football:

Pare
Et voici une photo à partir du site des restes de Provencher de récupération:

cedrika

La SQ pourrait penser le public est impressionné par cela, mais s’il vous plaît croire, il ne me donne pas un flou chaud et. Tout ce que je vois est la preuve étant piétiné et détruit par un groupe d’amateurs qui ne savent pas une chose à propos de l’enquête criminelle.

———

Maintenant, c’est la partie où quelqu’un essaie de me dire je ne comprends pas. Je ne comprends pas la culture de la police. Je ne comprends pas la culture de la police du Québec. Je ne comprends pas. Ils travaillent dur. Très dur. Ils ont changé. Juste nous faire confiance, nous avons changé.

Est-ce que vous pensez que je suis assis au ralenti ces 13 dernières années? J’attends, élever mes enfants. Attendre. Tout en espérant que les policiers du Québec feraient quelque chose de bien – et nous savions tous qu’ils se replier sur de vieilles habitudes – avant que je parle à nouveau.

Oh je l’obtiens, l’homme. Je travaille avec les forces de police pendant plus d’une décennie en Alberta, en Colombie-Britannique et de l’Ontario. J’ai eu ma maîtrise en administration publique, en mettant l’accent sur l’administration Justice. J’ai lu toute la littérature. Je travaille avec la police ici à Durham tous les jours au cours des dernières 17 années. Je sais tout sur le déploiement, la patrouille, la police communautaire, la réduction de la criminalité … tout cela. J’aide budgétaire de 50 millions $ par année en salaires de la police, je comprends.

Et chaque service de police je parle? Ils pensent que la police du Québec sont une risée. Une blague complète. Rappelez-vous ce livre, Criminal Investigative Failures? Pour les 2 derniers mois son été passé autour de l’unité d’enquête criminelle de la police de Durham. Savoir pourquoi?

  1. Parce qu’ils pensent réellement qu’ils pourraient apprendre quelque chose.
  2. Ils ne peuvent pas croire que l’incompétence de la police du Québec.

Donc, je sais la police. Fondamentalement, il existe deux types d’agents de police:

  1. Ceux qui sont dévoués et faire leur travail.
  2. Ceux qui montez le train de promotion / pension-padders jusqu’à la retraite. Faire le moins de travail possible.

Police de Québec a une surabondance de catégorie 2. Et avec un syndicat puissant qui permet et permet à ce comportement. Nous le savons tous. Donc, disons simplement qu’il.

———–

Je veux retourner une dernière fois à l’affaire Pare. Rappelez-vous quand je dis que je n’étais pas intéressé à relier ces cas au portefeuille des cas que je cherchais à (Allore, Camirand, Monast, etc …)?

Eh bien peut-être.

Alice Paré est certainement d’intérêt pour un cas comme Sharon Prior en termes de sa proximité dans le temps (1971 et 1975), et la proximité de l’âge de la victime (14 et 16). Ursula Schulze est également intéressant de Prior en termes de proximité dans le temps (1972 et 1975), mais aussi la proximité de l’emplacement (Brossard qui est adjacent à Longueuil). Par ailleurs, rien de ce que j’ai transmis est nouvelles à Yvonne Prior, la mère de Sharon Prior. Elle a été suivi pendant des années dans un dossier de papiers.

J’ai beaucoup pensé à l’assassiner Pare. Etait-ce un cas de test par l’auteur pour les choses à suivre? Il y a beaucoup de similitudes.

  • Trouvé dans une région boisée: Allore, Prior, Camirand, Houle, Dorion, Dube
  • Partiellement vêtu (ou les vêtements enlevé, mais près du corps): Prior, Dube, Camirand, Bazinet
  • Identification manquant: Camirand, Monast, Hawkes, Blais, Allore, Basinet
  • Identification ballottés par route: Allore

Alors, quelle est l’identification de Pare? Sa flûte est son identification:

Flute and case, Alice Pare

Flute and case, Alice Pare

Penses-y.

Je vais vous donner un exemple. J’ai une fille un peu plus âgée que Alice Paré. Elle a un portefeuille parce qu’elle a des choses à porter en elle: Permis de conduire, carte de débit. Le portefeuille a un petit singe sur elle.

Maintenant, je dois aussi une fille un peu plus jeune que Alice Paré. Elle n’a pas un sac à main ou porte-monnaie. Ce qu’elle a est un saxophone et étui qu’elle porte avec elle tous les jours à l’école. Lorsque je conduis la maison si je veux la distinguer de tous les autres enfants laisser sortir de l’école, je regarde le cas de sax. Il est son identification.

Ceci est similaire à Provencher et son vélo. Provencher (9) est séparée de son vélo. La moto se retrouve plus tard appuyé contre une bouche d’incendie. Elizabeth Bodzy (14) et Claudette Poirier (15) sont également séparés de leurs vélos, qui se trouvent à une certaine distance du lieu de la disparition ou de restes. Sans oublier le fait très pratique qu’un vélo est lourd, vous ne prenez pas avec vous. Il vous donne au moins une indication de l’endroit où la victime a été enlevée.

Comme les autres victimes, peut-être l’auteur séparé Alice Paré d’un moyen facile de l’identifier, il a rejeté le cas de la flûte à plusieurs miles de là où il a disposé du corps.

IMG_0349

Plus je pense à cela, je crois qu’il a moins à voir avec la capture éludant et plus à voir avec dépersonnaliser le crime. L’identification est symbolique et puissant.

Certaines choses à méditer. Plus de la police jamais offert.

Tags:
Categories:

Leave a Reply