MEURTRES NON RÉSOLUES ET DISPARITIONS AU QUÉBEC DANS LES ANNÉES 1970

INDEX

18 women

MEURTRES NON RÉSOLUES ET DISPARITIONS AU QUÉBEC DANS LES ANNÉES 1970

(Cliquez sur le nom de l’information de cas détaillée)

  1. Alice Paré – Drummondville – le 26 Avril, 1971
  2. Norma O’Brien et Debbie Fisher – Chateauguay – 1974-1975 (résolu / prévu pour le contexte)
  3. Sharron Prior – Montréal / Longueuil – 1 Avril, 1975
  4. Lise Choquette – East End Montréal / Laval – 20 Avril, 1975
  5. Louise Camirand – Estrie – 25 Mars, 1977
  6. La Victime Inconnue (Johanne Lemieux) – Longueuil – 2 Avril, 1977
  7. Jocelyne Houle – East End Montréal / Saint-Calixte – le 17 Avril, 1977
  8. Johanne Danserault – Absent de Fabreville – le 14 Juin, 1977
  9. Sylvie Doucet – Absent de East End Montréal – 27 Juin, 1977
  10. Johanne Dorion – Fabreville / Laval / Montréal-Nord – 9 Juillet, 1977
  11. Claudette Poirier – Drummondville – le 27 Juillet, 1977
  12. Chantal Tremblay – Montréal-Nord / Rosemere – 29 Juillet, 1977
  13. Johanne Dorion – Fabreville / Laval / Montréal-Nord – 9 Juillet, 1977
  14. Hélène Monast – Chambly – 10 Septembre, 1977
  15. Katherine Hawkes – Montréal-Nord – 20 Septembre, 1977
  16. Denise Bazinet – East End Montréal / Saint Luc – le 23 Octobre, 1977
  17. Manon Dube – Cantons de l’Est – le 27 Janvier, 1978
  18. Lison Blais – East End Montréal – 3 Juin, 1978
  19. Theresa Allore – Estrie – Novembre 3, 1978
  20. Victime Inconnue 2 (Maria Dolores Brava) – Dorval, Montreal – June 2, 1979
  21. Nicole Gaudreaux, East End Montreal, le 3 Août, 1979
  22. Tammy Leakey – Dorval, Montréal – 12 Mars, 1981

Que nous avons appris

  1. Les corps de Sharron Prior et la victime “non identifiées” ont tous deux été trouvé sur le chemin du Lac à Longueuil. Avant a été recherche 1 Avril 1975, la victime “non identifié” a été trouvés 2 Avril 1977 presque exactement deux années à compter de la date de la découverte de Prior.
  2. Les meurtres de Prior et Houle sont très semblables, leurs scènes de crime sont pratiquement identiques.
  3. Chantal Tremblay a pris le bus jusqu’à la station de métro Henri Bourassa et disparut. Le bus qui Johanne Dorion utilisé pour se rendre à / de Cartierville et Laval était sur la ligne de transit Henri Bourassa. Dorion a travaillé à Cartierville, a pris le bus à la maison, puis a disparu. Katherine Hawkes vivait dans Cartierville, et faisait la navette maison sur le bus du centre-ville de Montréal la nuit elle est morte.
  4. Une bande existe de la voix de l’assassin de Katherine Hawkes. Son agresseur a appelé à la police deux fois le soir où elle est morte pour leur dire l’emplacement du corps. La police a enregistré. Cependant, il a pris la police près de 18 heures pour enquêter sur l’emplacement (et cela seulement après 2 citoyens avaient trouvé le corps).
  5. Denise Bazinet a vécu environ 3 blocks de maisons de Lison Blais dans Montréal Est.
  6. Un sac à main correspondant à la description de l’un Lison Blais a possédé a été récupéré sur le site de décharge Louise Camirand à Austin. Québec. Ceci est le même endroit où les vêtements correspondant à la description de ces derniers portés par Theresa Allore a également été trouvé par les chasseurs. Enfin, le reste d’une chaussure a été trouvé au même endroit correspondant à la description des pantoufles chinoises dernière portés par Theresa Allore
  7. Le corps de Tammy Leakey a été trouvé à Dorval moins d’un mile de l’endroit où la victime inconnue 2 a trouvé 1 1/2 ans plus tôt.

RECOMMANDATIONS INVESTIGATIVE

  1. Enquêter sur les décès de Sharron Prior, Jocelyn Houle et la victime “Non identifiés” comme des dossiers éventuellement connectés commis par un délinquant (Suspect n ° 1, “Le tueur Longueuil”). Cela nécessitera la coopération entre les forces de Longueuil et de la Sûreté du Québec.
  2. Enquêter sur les meurtres Louise Camirand, Hélène Monast, Denise Bazinet, Lison Blais, Theresa Allore et Sharron Prior que les dossiers éventuellement connectés commis par un délinquant (Suspect n ° 2,”The Bootlace Killer”). Cela nécessitera la coopération entre les forces Longueuil, SPVM, et la Sûreté du Québec.
  3. Enquêter sur les meurtres Chantal Tremblay, Joanne Dorion et Katherine Hawkes comme des dossiers éventuellement connectés commis par un délinquant (Suspect n ° 3, “The Commuter Killer”). Cela nécessitera la coopération entre les forces de Laval, SPVM, et la Sûreté du Québec.

Voici une carte (cliquez pour aller à lien interactif):

 

Screen shot 2016-03-22 at 5.55.19 PM

 

 

 

 

 

 

 

 

RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PUBLIQUE:

Il y a seulement trois choses qui peuvent résoudre un crime.

  • Un témoin oculaire
  • Une confession
  • Evidence Physical.

Les auteurs de ces dossiers non résolus devraient être – au mieux – 60 ans aujourd’hui. Plus que probablement, ils sont beaucoup plus âgés, ou déjà mort. Les policiers du Québec ne peut pas espérer de façon réaliste les citoyens à se présenter avec de nouvelles informations sur ces dossiers non résolus lorsque le public ne sait même pas que les meurtres ont eu lieu, ou – lorsque, dans certaines situations – la police refuse de reconnaître que les crimes ont été commis même. Par attrition, la police du Québec veillera à ce que toute possibilité d’une confession ou le témoignage oculaire de ces questions est éliminé. Tout le monde qui a touché le cas sera mort.

La deuxième question est la destruction de evidences matérielles. Il y a déjà la confirmation de la destruction de evidences par la Sûreté du Québec et la police de Longueuil. Récemment, nous avons appris la destruction de preuves par la police de Montréal dans une affaire de SVPM actuelle impliquant l’agression sexuelle et de tentative de meurder d’un enfant âgé de 11 ans. Nous pensons que ces actions ont été longtemps accepté les pratiques par la police du Québec.

En détruisant les evidences, en limitant les possibilités d’une confession ou des témoignages oculaires, les forces de police du Québec engagent dans le génocide d’enquête.

Les mesures suivantes doivent être prises immédiatement:

  1. Comme les dossiers d’Hélène Monast et Theresa Allore, les cas suivants doivent être immédiatement ajoutés à L’equipe des Dossiers Non Résolus de la Surete du Quebec: Alice Paré, Louise Camirand, Jocelyne Houle, Claudette Poirier, Denise Bazinet, et (si elle est en leur compétence), Chantal Tremblay.
  2. Un groupe de travail unifié pour les dossiers non résolus doit être créé pour l’ensemble du Québec pour assurer une coopération / coordination entre les services de police du Québec.
  3. L’accès aux dossiers pour les membres de la famille des victimes doit être accordée immédiatement. Il ne faut pas que j’ai accès à l’information sur les cas de ma sœur, tandis qu’une famille comme le Dorions ou Blais ‘sont vu refuser l’accès par les forces policières du Laval et SPVM. Tous les services de police du Québec devraient être tenus de fournir le même niveau de service à toutes les victimes.
  4. Une enquête doit être faite par le gouvernement du Québec dans la destruction systématique de froid cas des preuves physiques par les services de police du Québec pour assurer l’intégrité de la sécurité publique dans la province.
Tags:

Leave a Reply