Quebec: garder la point nette

Assemblée nationale du Québec

Assemblée nationale du Québec

Souvant me demande ce qui suit:

“Pourquoi avez-vous bloguez pas plus? Vous semblez être assis sur un terrain de plus d’informations que vous choisissez d’écrire.”

Il existe une variété de raisons pour lesquelles je ne Blog pas autant que je faisais avant. L’explication la plus simple est que je vais maintenant essayer de maintenir un équilibre de vie avec cette obsession; Je dois une famille, et mes enfants ont besoin de beaucoup d’attention. Je dois pas loin de ce site fréquemment et pendant de longues périodes. Cela est juste bonne santé.

Deuxième raison. Ce site a été en place pendant environ 12 ans. Dans les premiers jours, je blogué sur tout; pop culture, la justice pénale, les traumatismes, et toutes sortes de crimes. Une partie de cela était, bien sûr, à l’attention attirée; plus vous écrivez, plus les résultats que vous obtenez. Mais je suis devenu préoccupé par la qualité de hits. Par exemple, il était intéressant et l’absorption d’écrire à propos, et communiquer avec les gens au sujet de certains cold-case en Californie; mais que le dialogue dilué l’objet de ce blog, dont la mission est, Who Killed Theresa? Donc, je serrais progressivement la vision au Canada, puis au Québec, avec un accent particulier sur le Québecoise. Parfois, je vais dévier sur un sujet qui me passionne comme les meurtres en série Rocky Mount ou Hannah Graham. Ce resserrement de concentration signifie certainement que je reçois moins de visiteurs à ce site, mais la qualité des visiteurs sont celles que je veux. Google les mots «Québec», «tueur en série”, “assassiner” et ce site sera au sommet de la liste.

Je ne reçois pas non plus beaucoup de commentaires. Cela est bien aussi. Je ne vraiment pas besoin d’être écrit quelque chose que de recevoir 56 messages de pêche à la traîne des gens avec rien de mieux à faire de leur temps que d’agir-out sur les médias sociaux (Je contrôle aussi ce qui se commente posté, je filtrer). Mais les gens que je veulent être lu en train de lire et de participer; Les politiciens Canadiens et Québécois, application de la loi, les ONG d’aide aux victimes, et, bien sûr, certains websleuthers. Ils choisissent généralement pas à me contacter directement.

Ce que je choisis maintenant d’écrire sur (et ce que je fais consciemment pas écrire à propos de) vient après un processus décisionnel long et délibérée. Dans les deux dernières années, je l’ai clairement voulu garder le focus très serré autour de la culture du Québec à la fin des années 1970, et en particulier une série de meurtres qui ont eu lieu pendant cette période. Je trouve quelque chose d’autre est tout simplement une distraction à l’objectif; Who Killed Theresa? Et parfois, quand je vous écris, je dis les choses dans une sorte de code pour obtenir un message à un public spécifique. Je dis les choses d’une façon indirecte, et de communiquer avec les gens à qui je ne peux pas communiquer directement avec (par exemple, certains membres de l’application de la loi du Québec qui ne peuvent pas être contactées directement, parce que ce serait trop dangereux). Donc vous pouvez lire dans mes récents messages Québec Bikers ce que vous voulez; mais je n’écrivais ce sujet parce que je me suis soudain devenu intéressé par la culture Québécoise des Bikers dans les années 1970.

Un peu effrayant et paranoïaque? Bien sûr. Il ya toutes sortes de choses que je sais que ce serait vous faire peur, mais je ne peux pas écrire à leur sujet, en partie parce qu’elle pourrait compromettre une enquête.

Je suis la seule entité privée (citoyen ou personne morale) qui n’a jamais été accordé le libre accès aux archives de la criminalité de Section Rouge Média, l’organisation qui entrepose tous les journaux  Allo Police et Photo Police. Cette information est généralement réservé à Québec organismes de justice pénale, ou de journalistes d’investigation qui paient une redevance pour l’accès. Il est pas comme une demande FOIA. SRM est une société privée dans l’entreprise de faire de l’argent. Leurs dossiers ne sont pas la propriété publique. Témoin les retombées quand un collègue de détective a tenté d’accéder, puis menacé SRM avec un action en justice: ils ont été fermés complètement. Section Rouge Média me permet d’accéder à leurs dossiers parce qu’ils savent que je l’ai appris à être discret. Je l’ai posté environ 1 / 100e de ce qu’ils fournis pour moi. Qu’est-ce que je l’ai posté je l’ai fait avec leur permission qu’ils ont octroyées parce qu’ils savent que je suis fortement concentré sur mon écriture, et je ne l’intention d’embarrasser quiconque. L’autre 99% que je suis assis sur? Je vais simplement dire que je suis une compréhension assez complète de la criminalité au Québec dans les années 1970. Je sais que tous les enquêteurs de la police, leurs noms et photos, les gens qui ont fait les autopsies, les avocats, les juges, les examinateurs de scènes de crime, etc … tout.

Voici un exemple – en termes généraux – de quelque chose, je l’ai appris sur l’application de la loi au Québec qui est inquiétant. Je l’ai appris à partir d’une variété de sources disparates. Occasionnellement quelqu’un Québec qui est “connecté” sera commettre un crime au Québec et de se coincer. Lorsque l’application de la loi se rend compte que cette personne ne peut pas être traitée par le système de justice pénale parce qu’ils possèdent trop de pouvoir et d’influence, la police fera ce qui suit, dans certains cas. Ils vont arrêter quelqu’un d’autre avec un casier judiciaire similaire et les charger avec le crime. La personne «connecté» repart, et le système de justice pénale traite les criminels substitut. Tout est très efficace, et la Ministre de Protection Publique du Québec arrive à dire: «Nous avons eu notre homme.”

Cela ne veut pas paranoïaque, qui est un simple fait de vivre dans la province de Québec. Ce fut un processus entrepris dans le “Far West” des années 1970, et il est un processus qui se poursuit à ce jour. Vous ne devez pas chercher bien loin pour relier les points. L’affaire Matticks / Poitras portait cette sorti il ​​ya 20 ans, et Charbonneau est ce qui donne un résultat similaire aujourd’hui:

1. Il ya des preuves de corruption.

2. Le public exige une enquête,

3. Des millions de dollars d’impôts sont dépensés sur un processus.

4. La commission fait des recommandations.

5. Le gouvernement prétend qu’il n’a pas les ressources pour mettre en œuvre les recommandations.

La réalité est qu’ils manquent de courage moral.

Leave a Reply