Rouge Media / Allo Police

$T2eC16V,!zcE9s4g3MW2BS!4(9ERFg~~60_35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici quelques photos de mon voyage dans les archives de Allo Police cet été . Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas l’histoire de ce tabloïd Québec – et c’est une histoire fascinante – il ya quelque temps un étudiant en journalisme à l’Université Ryerson a écrit ce grand morceau sur la longue relation du papier avec des organismes policiers du Québec au début des années 50 à sa éventuel déclin dans les années 80 . Voici un extrait :

. ” La formule Allô Police était simple, dit l’ancien rédacteur en chef Bernard Tétrault : envoyer un journaliste et un photographe de chaque scène assassiner Parce que les autres journaux ne sont pas en train d’écrire à propos de la criminalité dans l’apogée de la revue , il y avait peu de concurrence , le tabloïd pourrait couvrir tous les crimes qui c’est déroulé au sein de miles de ses bureaux de Montréal à un rythme tranquille .

” Allô police a couvert pratiquement chaque assassiner dans la province depuis 1953 », explique Tétrault. Les journalistes ont sauté dans leur voiture , ont roulé pendant quelques jours, ont déposé leurs rapports , et l’histoire sont apparus cinq à 10 jours après les événements . Il n’y avait pas de technologie permettant aux journalistes d’ aller vivre de la scène, il y avait donc peu d’incitation pour quiconque d’ y arriver rapidement. N’ont pas non plus ALL0 police doivent regarder trop dur pour les histoires de crimes locales – Sûreté du Québec habituellement leur averti ” .

Vous n’auriez jamais trouver le domicile actuel des archives Allô Police.  Rouge Média , société mère actuelle d’Allo , réside au deuxième étage d’une strip-mall Longueuil niché le long d’une promenade industrielle juste en face du pont Jacques- Cartier:

IMG_6346IMG_6347

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’archive principale se compose de cuir volumes reliés des journaux hebdomadaires de  Allo Police et Photo Police:

IMG_6351 

 

 

 

 

 

 

 

On m’a donné une salle de conférence et fondamentalement toute la journée à regarder et photographier tout ce que j’ai aimé. J’ai choisi la période 1970 – 1982 :

IMG_6353IMG_6350

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les archives de journaux sont remarquables et instructif, mais le véritable trésor voici les archives photo . Chaque assassiner dispose d’un fichier manille qui lui est associé , contenant des photos de l’affaire :

file of Helene Monast

file of Helene Monast

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les informations peuvent être incompatibles . Si c’était une grosse affaire – et soyons francs … une victime française – les photos peuvent être tout à fait complet . Tout de détails de la scène du crime , à la documentation précise de tous les agents enquêteurs et des photos sans fin des funérailles. C’est le cas avec les fichiers de Louise Camirand et Johanne Dorion… beaucoup, beaucoup de photos .

Il y avait très peu de photos dans les fichiers de Sharron Prior et ma soeur , Theresa Allore . Et dans certains cas , il n’existe aucune information du tout. A un moment Rouge Média avait une politique de prêt des fichiers aux médias et de la police ; beaucoup de lui n’a jamais été retourné. Il ya aussi un parti pris personnel : Je sais que certains des archivistes dernières avons supprimé déranger informations par sympathie pour les familles et les victimes.

IMG_6349

 

 

 

 

 

 

 

“archive” réelle se compose de ces classeurs métalliques ; aucune des informations a été numérisé .
 

Et puis il ya des moments que vous avez de la chance : Les fichiers de Norma O’Brien et Debbie Fisher contenaient la typo – monté, confession signée de leur meurtrier, le Chateauguay Sex Killer . Le fichier  Johanne Dorion contenait une lettre de sympathie de la mère de Sharron Prior. Le fichier Bazinet Denise contenait des rapports de police . Dans le cas de Louise Camirand , le photographe a pris une photo des noms des autres habitants de son immeuble à l’entrée avant:

from Camirand apartment

from Camirand apartment

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En tout, j’ai pris 800 photos ce jour-là . Tout cela est désormais archivées sur mon ordinateur, et j’ai partagé l’information avec Rouge Média , dans l’espoir qu’ils pourraient commencer un projet d’archivage numérique plus formel et complet : Certains, jeune étudiant en criminologie lumineux dans le Montréal sont voudrez peut-être à suggérer ce que un projet interne.

Tags:

Leave a Reply