En cela je continuerai à imiter le soleil

Je vous connais tous; et veux bien pour un temps favoriser les caprices déréglés de votre oisiveté.

En cela je continuerai à imiter le soleil qui permet quelquefois aux nuages impurs et contagieux de dérober sa beauté à l’univers,

afin que lorsqu’il lui plaira de redevenir lui-même, le monde, après en avoir été privé,

le voie avec plus d’admiration reparaître tout à coup à travers les noires et hideuses vapeurs qui avaient paru le suffoquer.

Si l’année entière se passait en jours de congé, les jeux seraient bientôt aussi ennuyeux que le travail.

Mais quand ils ne viennent que de temps à autre, ils reviennent toujours désirés; rien ne plaît que ce qui n’arrive pas communément.

Ainsi quand je rejetterai ces habitudes déréglées, et que je payerai la dette que je n’ai jamais reconnue,

autant mes promesses auront été au-dessous de ma conduite, autant je tromperai l’attente des hommes;

et telle qu’un métal brillant sur un fond obscur, ma réforme, dont l’éclat sera rehaussé par mes fautes,

paraîtra plus méritoire, et attirera plus de regards que le mérite qu’aucune tache ne fait ressortir.

Ainsi je veux faillir de manière à me servir habilement de mes fautes,

lorsque ensuite je regagnerai le temps perdu au moment où on y comptera le moins.

HENRI IV, PARTIE I, I, ii

Category:

Leave a Reply