Senator Boisvenu et Maria Mourani

En ce qui concerne la récente réponse Pierre Hugues Boisvenu de Maria Mourani (Quand le Bloc Ne dit Pas La Vérité …):

Les deux parties semblent être ici en utilisant le prétexte de défense des victimes de marquer des points pour leurs mandats distincts: Le Bloc poussant la réadaptation des délinquants; les conservateurs, un stance de “tough on crime”,  une position qui a vraiment plus à faire avec des criminels et de la société, pas de victimes crime.

Et c’est très bien d’un point. Il est naturel que Madame Mourani serait un ardent défenseur de la réadaptation des délinquants. Son expérience est l’étude sociologique des gangs; un sous-culture  specifier qui est toujours au centre de la réforme de la réhabilitation.

Il semblerait que parce que M. Boisvenu est maintenant parler du Parti conservateur en ligne de “lock ’em up” politique qu’il est devenu l’un des garçons de Stephen Harper. Pas si vite. Bien avant de devenir sénateur, bien avant sa première introduction à Stephen Harper, le sénateur Boisvenu a été en soulignant la nécessité de renforcer les lois au Québec de garder les récidivistes de la rue et de protéger les citoyens.

Ce qui est un peu surprenant, c’est de trouver M. Boisvenu si prompts à s’identifier à des valeurs conservatrices et de prendre des points (“Consacrerons Nous”, “Nous sommes le gouvernement du premier ministre “). En tant que sénateur, M. Boisvenu est un organisme indépendant, il ne doit pas une allégeance à un pouvoir particulier. Et j’espére qu’il ne peut voir que tandis que les conservateurs ont beaucoup fait pour faire avancer la cause des victimes (le Bureau du Médiateur pour les victimes a été  de leur création), dans le cadre du cycle actuel du projet de budget il ya un «récupérant» de soutien fédéral pour les programmes de victimes que nous avions pensé était devenu quelque peu institutionnalisée.

Comme pour le Bloc? Eh bien, je suis d’accord avec mon ami Andy Coyne dans un récent article de Maclean’s qu’ils ont largement devenue une “also-ran” de la politique Québécoise (We Can’t Do Much About The Bloc): «Que le Bloc se fanent, en son bien-temps, mais sur son propre argent. “

Tags:

Leave a Reply