Un morceau lâche de l’écriture dans le Devoir au Pierre-Hugues Boisvenu

Un morceau lâche de l’écriture dans le Devoir de Jean-Claude Leclerc… et ma réponse:

M. Leclerc:

Permettez-moi de dire que c’est toi qui est exploiteur en suggérant que M. Boisvenu est «inconsolable» et donc implicitement, a une vendetta de la justice envers le Québec et le Canada. Honte à vous. Si tu savais rien de l’homme, tu saurais que le contraire est vrai. Il n’a pas demandé à être mis dans la position. Et nous – les autres victimes – sont reconnaissants qu’il se vautrent dans la fange des droits des victimes et la politique, si nous savons qu’il est peu probable qu’il soit jamais présenter de retour pour la justice au nom des victimes de la criminalité.

Pendant trente-deux ans, j’ai regardé la réponse inefficace, sanctifier, et stérilisés du justice Quebecois et Canadienne. Si vous avez une meilleure idée pour nous, je vous suggère alors être venir maintenant. Jusqu’à ce moment, rester à l’écart et laisser Pierre-Hugues Boisvenu faire son travail.

Ce n’est pas Pierre-Hugues, qui effectuera des travaux de M. Harper. Bien au contraire, je  t’assure.

Tags:

Leave a Reply