Pierre au Rue Frontenac:

« Dans les premières années, on a eu à changer beaucoup de réglementations au niveau provincial parce que l’aide aux victimes relève des provinces, a souligné M. Boisvenu. Depuis à peu près deux ans, mes contacts, mon travail se font beaucoup plus au niveau fédéral pour changer notre code criminel, pour avoir des lois beaucoup plus sévères et responsables envers les criminels. J’ai constaté que mon temps maintenant, il se passe beaucoup plus au niveau fédéral. Donc c’est sûr que lorsqu’on m’a offert de siéger au Sénat, c’était pour moi une façon dans le fond d’aller à un autre niveau, de beaucoup supérieur. »

Son salaire versé à son organisme

Le nouveau sénateur s’est engagé à verser son salaire à l’association qu’il préside et à ne pas s’éterniser dans ses nouvelles fonctions. M. Boisvenu estime qu’un séjour de quatre ou cinq ans à la Chambre haute pourrait être suffisant pour accomplir sa mission.

« Si je viens au Sénat, ce n’est pas pour avoir un salaire ou pour y faire une profession, a prévenu M. Boisvenu. Je viens au Sénat pour remplir une certaine mission. La promesse, c’est de supporter le gouvernement dans ses objectifs en termes de sécurité publique et de justice. Je pense qu’en dedans quatre ans, cinq ans, je peux réussir cette mission-là, mais une fois que cette mission-là va être réussie, moi je pense qu’il y aura d’autres objectifs à atteindre, puis il (le premier ministre) aura peut-être besoin d’autres hommes, d’autres femmes pour faire cette job-là. Je ne serai peut-être plus la personne appropriée pour la faire. »

Tags:
Category:

Leave a Reply