And with the old year dead-as-a-door-nail Rue Frontenac gives us their year-end sondage of murder:

Plus du tiers des personnes assassinées cette année à Montréal sont des femmes
Nouvelles générales – Perspectives
Écrit par Daniel Renaud
Samedi, 26 décembre 2009 11:04
Mise à jour le Samedi, 26 décembre 2009 23:03

Sur les 30 personnes victimes de meurtre en date du 26 décembre, 11 sont des femmes, ce qui représente une proportion de 36,6 %.

Le corps de Natasha Cournoyer a été retrouvé le 6 octobre sous un pylône électrique, en bordure du fleuve Saint-Laurent. Photo d’archives Luc Laforce

Il faut remonter à 2004 pour avoir un tel pourcentage, alors que 16 femmes avaient été tuées à Montréal sur un total de 42 homicides.

Sept des 11 femmes tuées cette année ont été assassinées dans un contexte conjugal ou familial.

Parmi les autres, on se souviendra notamment du meurtre d’une femme de 67 ans, Kim Ngu Lieu, sauvagement attaquée par trois mineurs qui en voulaient à son portefeuille, le 18 mai dans l’arrondissement Montréal-Nord.

L’année 2009 aura également été marquée par le meurtre de Natasha Cournoyer, cette employée de 36 ans des Services Correctionnels du Canada, enlevée après son travail le soir du 1
er octobre à Laval. Son corps avait été retrouvé cinq jours plus tard sous un pylône électrique, en bordure du fleuve Saint-Laurent dans le secteur Pointe-aux-Trembles. Un menuisier de 48 ans, Claude Larouche, a été accusé de ce meurtre crapuleux.

Une autre femme, Pina Rizzi, 47 ans, pourrait avoir été victime d’un prédateur sexuel. Battu à mort, son corps a été découvert le 4 août enroulé dans un tapis, au 2600 de la rue Notre-Dame. Le suspect court toujours et les enquêteurs des Crimes majeurs de la police de Montréal promettent de tout faire pour arrêter le suspect dans cette affaire, de même que le meurtrier de Jessica Neilson, cette jeune femme de 25 ans trouvée morte dans sa voiture ensevelie sous un banc de neige, dans une ruelle du quartier Saint-Henri le 27 mars. Un homme avait été arrêté et relâché relativement à ce meurtre.

« Les meurtres de personnes innocentes, comme les femmes ou le chauffeur de taxi Mohammed Nehar-Belaid, ce sont des crimes qui nous touchent beaucoup. Le cas de Pina Rizzi nous tient à cœur et pour le moment, même si le meurtre de Jessica Neilson n’est pas résolu, nous ne cesserons pas de mettre de la pression dans ce dossier-là », prévient le commandant des Crimes majeurs de la police de Montréal, Clément Rose.

Une note satisfaisante
Trente meurtres cette année, c’est un de plus que durant toute l’année dernière, où le record du plus bas nombre d’homicides avait été établi, soit 29.

Cinq des 30 meurtres commis cette année sont liés aux gangs de rue et trois au crime organisé. Les autres ont des mobiles divers.

Le taux de solution des meurtres frôle les 60 %. Il grimpe à près de 80 % si l’on ajoute les meurtres commis à Montréal lors de la guerre des motards, notamment ceux du prêteur Robert « Bob » Savard (2000) et du Rock Machine Renaud Jomphe (1996) et solutionnés au printemps de cette année lors des opérations Balladeur et SharQc, menées par la Sûreté du Québec et la police de Québec.

Les vols qualifiés dans les banques, dont s’occupent également les enquêteurs des Crimes majeurs de la police de Montréal, s’élevaient à 72 au 7 décembre, et le taux de résolution atteignait 90 %.

« Pour nous, c’est satisfaisant. Les gars et les filles ont accompli du très bon boulot et je tiens à souligner leur travail », affirme le commandant Rose.

Sept meurtres ont été commis cette année à Laval, soit le nombre le plus élevé depuis 2005, année durant laquelle l’Île Jésus avait été le théâtre de huit homicides.

Parmi les meurtres commis en 2009, notons celui de Sonia Frappier, dont le corps a été retrouvé à l’arrière d’un dépanneur du boulevard Lévesque dans Chomedey le 10 août. La victime était liée au milieu de la prostitution et la police de Laval n’exclut pas que le meurtrier, qui court toujours, soit un prédateur sexuel.

Deux fillettes de huit et neuf ans ont été présumément tuées par leur mère, Adèle Sorella, dont le conjoint et père des enfants, Giuseppe De Vito, est toujours recherché par les policiers depuis l’Opération Colisée menée en novembre 2006 contre le crime organisé italien.

À Longueuil, trois meurtres ont été commis en 2009, dont celui d’une fillette tuée par son père qui s’est ensuite enlevé la vie. Les deux corps avaient été retrouvés le 20 septembre dans la chambre d’un motel du boulevard Taschereau, dans l’arrondissement Brossard. Sept homicides avaient été commis sur le territoire de la police de Longueuil en 2008.

Tags:

Leave a Reply