Claude Larouche: de Pierre Hugues

Sherbrooke, le 9 novembre 2009

COMMUNIQUÉ  DE PRESSE

Pour diffusion immédiate – L’AFPAD EXIGE DES MODIFICATIONS AU CODE CRIMINEL CANADIEN

Suite à l’arrestation du meurtrier de Natasha Cournoyer, l’AFPAD exige du ministre de la Justice du Canada M. Nicholson, qu’il procède en urgence à des modifications au Code criminel du Canada afin de donner plus de pouvoirs aux policiers lors de leurs investigations.

L’AFPAD demande qu’on rendre obligatoire, pour un récidiviste, le test du polygraphe dès qu’il est considéré comme un suspect dans un meurtre non résolu ou une disparition. L’AFPAD demande aussi au ministre de la Justice de punir plus sévèrement les criminels reconnus coupables de viol, de séquestration de mineurs ou de meurtre.

En 1990, la sentence pour viol était de 12 mois, en 2000 de 18 mois et en 2009 de moins de deux ans. C’est inacceptable. L’AFPAD invite les groupes de femmes dont la Fédération des femmes du Québec à faire des pressions dans ce sens. Le silence de ces groupes est inquiétant pour les victimes de crimes à caractère sexuel qui sont le plus souvent des femmes.

L’arrestation de Claude Larouche est la preuve irréfutable que notre système de justice et nos systèmes carcéraux ont encore failli à leur devoir de protéger la population au détriment des droits d’un prédateur sexuel dangereux. Pourquoi le droit à l’anonymat des criminels a préséance sur le droit à la sécurité des autres ?

De plus, les professionnels qui travaillent dans nos systèmes carcéraux semblent bénéficier d’une immunité inquiétante. Cette forme d’impunité nous laisse clairement voir aujourd’hui qu’il n’y a personne de responsable au service carcéral tant québécois, que canadien. À quand l’imputabilité des professionnels dans les cas de récidive ?

Enfin, l’AFPAD demande au Ministre de la Sécurité publique du Québec, Monsieur Jacques P. Dupuis de faire de ce dossier sa priorité dans la lutte contre la criminalité. Le ministre profitera-t-il de son passage à Ottawa cette semaine, alors qu’il ira défendre le registre canadien des armes à feu, pour s’entretenir avec son vis-à-vis fédéral, le ministre Peter Van Loan, pour renforcer le contrôle des criminels dangereux ? Il en va de la crédibilité du gouvernement et de la vie de trop d’innocentes victimes qui y laissent leurs propres vies.

– 30 –

Pierre-Hugues Boisvenu

Président

Père de Julie assassinée en 2002

819-620-3554

Tags:

Leave a Reply