Afpad / Pierre-Hugues Boisvenu fait une demande

Le président de l’Association des familles des personnes assassinées ou disparues (AFPAD), Pierre-Hugues Boisvenu, demande au ministère de la Sécurité publique d’accroître les moyens d’enquête pour résoudre davantage de cas de disparition. M. Boisvenu a rencontré des représentants du ministère, lundi matin, pour leur demander de mettre sur pied une escouade spécialisée.

Selon l’AFPAD, le Québec affiche l’un des pires bilans au chapitre de la résolution des cas de disparition. L’organisme soutient qu’à peine 15 % des disparitions sont résolues dans la province.

L’AFPAD demande notamment que l’information entourant les cas de disparition soit centralisée pour permettre d’établir des liens plus rapidement entre les personnes disparues. M. Boisvenu estime également que des spécialistes devraient travailler à temps plein pour résoudre les cas de disparition. « On ne dit pas que ces spécialistes vont gérer toutes les disparitions au Québec, mais […] dès les premières heures d’une disparition, ils vont être au service d’un corps policier pour bien identifier la cause de la disparition », explique-t-il.

Pierre-Hugues Boisvenu cite en exemple l’Ontario pour justifier sa demande. L’AFPAD soutient que dans cette province, la création d’une escouade spécialisée a permis d’augmenter le taux de résolution des cas de disparition de 50 % en 4 ans.

Le président de l’AFPAD affirme avoir été écouté attentivement par les représentants du ministère de la Sécurité publique. Pierre-Hugues Boisvenu dit s’attendre à ce que le ministre Jacques Dupuis fasse connaître sa position sur le sujet d’ici Noël.

Dans le cas d’une réponse défavorable, l’AFPAD menace de mettre sur pied sa propre escouade formée de spécialistes pour enquêter sur des disparitions suspectes.

Tags:
Categories:

Leave a Reply