Surete du Quebec to investigate construction industry

TVA vient d’annoncer que le ministre  de la Justice, Jacques Dupuis a (enfin) a approuvé une equipe spéciale de la Sûreté du Québec de se pencher sur la corruption dans l’industrie de la construction du Québec. L’équipe sera très semblable que la Bureau Carcajou qui a été attribué à la Motards dans les années 1990.

(miracle il ya réel ici est que je peux enfin écouter les Français et comprendre tout ce qui est dit)

Il ya eu beaucoup de critiques contre le gouvernement Libéral de traîner les pieds sur cette question, et quelques gesticulations sur la façon dont cela est inexplicable. Regardons cela de cette façon: j’ai une chambre dans ma maison c’est vraiment salissant, et mes parents viennent de visiter. Je suis si réticent à nettoyer le gâchis que c’est maintenant à la maison tout entière à monter en graine. Afin de nettoyer la maison, je dois vraiment y aborder cette première salle, si le lieu va être présentable à mes parents.

Les libéraux ont évité ce problème pour plus de 30 ans. Ce que je pense cela a des conséquences plus grandes et les répercussions de la criminalité dans son ensemble au Québec? Oui:

—————————————————-

TVA just reported that Quebec’s Minister of Justice, Jacques Dupuis has (finally) approved a special squad of the Surete du Quebec to look into corruption in Quebec’s construction industry. The squad will be very similar to the Bureau Carcajou that was assigned to the Motards in the 1990s.

(there real miracle here is that I can finally listen to French and understand everything that’s being said)

There’s been a lot of criticism of the Liberal government dragging their feet on this issue, and some posturing about how inexplicable this is.  Look at it this way: I have a room in my house that’s really messy, and my parents are coming to visit. I’m so reluctant to clean up the mess that it’s now causing the entire house to go to seed. In order to clean the house I really gotta tackle that room first if the place is going to be presentable to my parents.

The Liberals have been avoiding this problem for 30-plus years. DO I think this has larger consequences and repercussions for crime as a whole in Quebec? Yes:

  

Québec annoncera aujourd’hui la création d’une escouade spécialisée pour enquêter dans le milieu de la construction, selon le même principe que l’escouade Carcajou qui avait été créée dans les années 1990 pour lutter contre les motards criminels.


Hier soir, les ministres de la Sécurité publique, Jacques P. Dupuis, du Travail, Sam Hamad, du Revenu, Robert Dutil, le Directeur général de la Sûreté du Québec, Richard Deschenes et le Directeur des poursuites criminelles et pénales, Louis Dionne, ont convoqué les médias à une annonce “sur les nouvelles mesures mises en place par le gouvernement du Québec concernant l’industrie de la construction”.


Selon TVA, l’escouade, qui couvrira l’ensemble du territoire québécois, associera des procureurs de la Couronne à un groupe d’enquêteurs choisi afin de créer une force de frappe dans le secteur de la construction.


Il s’agirait de la réplique du gouvernement du Québec qui était accusé par les partis d’opposition de ne rien faire dans le dossier.


Le réseau de télévision soutient que les policiers auraient accumulé beaucoup de preuves contre certaines personnes.


Le gouvernement Charest mise sur le succès passé de l’escouade Carcajou pour tenter de faire le ménage dans l’industrie de la construction.


Québec a toujours refusé, jusqu’à maintenant, de mettre en place une enquête publique afin de ne pas nuire aux enquêtes policières en cours.


Les Québécois veulent une commission d’enquête


Les Québécois en ont par ailleurs assez des récents scandales dans le monde municipal et de la construction et désirent une commission d’enquête publique pour remédier à la situation.


C’est ce qu’estiment 76 pour cent des Québécois, selon un sondage Léger Marketing mené pour le Journal de Montréal et le réseau TVA.


Même s’ils réclament une enquête publique, les Québécois restent sceptiques, puisque 65 pour cent n’ont pas confiance en la capacité du gouvernement du Québec à régler les problèmes d’éthique dans le monde municipal.


Le sondage a été réalisé par Internet le 20 octobre 2009 auprès de 505 personnes âgées de plus de 18 ans. La marge d’erreur du coup de sonde est de plus ou moins quatre pour cent, 19 fois sur 20.

Selon La Presse Canadienne

Tags:

Leave a Reply