AFPAD’s response to Federal Corrections Reform

I have included the entire text in French of AFPAD’s press release of April 21st, concerning the proposed modifications to Corrections. My French is a little rusty, but here are the highlights in English:

AFPAD respectfully thanks McLellan and Cotler for their attention, bla, bla, bla…

But then AFPAD requests these further modifications:

1. Although Quebec has it’s own Parole system, AFPAD maintains that the Feds still have a responsibility of oversight for Quebec parole. The Feds must address the problem of the more that 1,000 Quebec victims who have seen “life” sentences in cases that concern them overturned after 15 years.

2. AFPAD wishes the proposed reforms would have addressed issues of control and increased monitoring for offenders once they are released. AFPAD maintains the Federal government has a responsibility to protect public security especially for dangerous offenders.

3. AFPAD calls for the Federal government to live up to their commitment of creating a national sex offender registery.

4. Finally – and this is a doozy – AFPAD calls for representatives of the families of the victims to be named on a permanent Committee of justice and rights for persons examining the Canadian court system and conditional liberation. That AFPAD would be happy to represent the victims of Quebec on this committee.

Here is the text in full:

L’AFPAD satisfaite en partie des modifications proposées par le gouvernement fédéral Le 20 avril 2005, le gouvernement fédéral annonçait des modifications à la loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous conditions et certaines mesures à l’intention des victimes.
L’AFPAD qui représente plus de 130 familles au Québec ayant connu l’assassinat d’un proche ou la disparition d’un des siens, se dit satisfaite de ces propositions qui vont dans le sens de ses démarches auprès des deux paliers de gouvernements : mieux encadrer les criminels dangereux et reconnaître des droits aux familles des victimes dans nos systèmes de justice.

Les mesures annoncées hier par les deux ministres fédéraux, Mme Anne McLellan à la Sécurité publique et M. Irwin Cutler à la Justice, sont un pas dans la bonne direction. L’AFPAD se réjouit qu’enfin on consacre plus de ressources afin d’aider les victimes et les organismes qui les représentent. Dans ce sens, l’AFPAD rencontrera le ministre Cutler au début juin 2005 et lui adressera des demandes spécifiques pour qu’enfin on vienne en aide aux 1000 familles du Québec dont la vie a été bouleversée par un assassinat depuis 15 ans. Le gouvernement fédéral ne peut pas continuer à prétendre que l’aide aux victimes ne relève que des provinces. Il a aussi une responsabilité dans ce sens.

l’AFPAD aurait voulu que certaines mesures du gouvernement fédéral aillent plus loin, et ce afin d’assurer une plus grande sécurité des victimes et plus de transparence dans la gestion des criminels dangereux, notamment les prédateurs sexuels. De plus, rien n’est annoncé concernant le contrôle des criminels dangereux libérés après l’échéance de leur peine d’incarcération. Cette attitude ouvre la voie à de nouvelles poursuites contre le gouvernement fédéral pour manquement grave à sa responsabilité d’assurer la sécurité des citoyens et citoyennes du Canada. L’AFPAD exige un meilleur encadrement et un suivi de ces criminels une fois en liberté.
En ce qui concerne les crimes à caractère sexuel, l’AFPAD exige un renforcement des mesures de la loi sur le registre des prédateurs sexuels adoptée en décembre 2004. Celle-ci ne va pas assez loin et elle n’a aucun caractère préventif.

Enfin, l’AFPAD demande au gouvernement fédéral que des représentants des familles des victimes soient nommés sur le Comité permanent de la justice et des droits de la personne qui a été chargé d’examiner le système correctionnel canadien et de libération conditionnelle. L’AFPAD serait heureuse d’ailleurs de représenter les victimes du Québec sur ce comité.

Category:

Leave a Reply