Pierre-Hugues Boisvenu and Diane Roy honoured with Leadership Awards for 2004 efforts

Diane Roy et Pierre-Hugues Boisvenu honorés

Parce qu’ils ont su remonter la pente

Claude Plante

La Tribune

Sherbrooke

Personne ne veut perdre l’usage d’un de ses membres. Encore moins perdre un membre de sa famille. Parce qu’ils ont su remonter la pente après avoir subi une éprouvante épreuve, le journal La Nouvelle, de Sherbrooke, a décerné le titre Leadership 2004 à l’athlète Diane Roy et à Pierre-Hugues Boisvenu.

Si Mme Roy s’est fait connaître par ses exploits lors de compétitions en fauteuil roulant, M. Boisvenu l’a fait par la mort tragique de sa fille Julie, en juin 2002, puis par la suite dans sa lutte pour faire reconnaître les familles dont un membre a été victime d’acte criminel.

Mercredi avant-midi, lors d’une petite cérémonie pour le moins touchante, les deux personnalités ont été honorées, en présence de proches, mais aussi d’autres Sherbrookois ayant reçu les mêmes distinctions au cours des 16 dernières années.

Prenant la parole, Pierre-Hugues Boisvenu a fait remarquer que justement durant cette période 1000 familles ont perdu des proches au Québec. La voix étranglée par l’émotion, après l’hommage rendu par la journaliste Geneviève Proulx, M. Boisvenu a mentionné que trois femmes avaient particulièrement marqué sa vie: sa mère, Monique Laframboise-Boisvenu, son épouse, Diane Carlos-Boisvenu, et évidemment sa fille Julie.

Category:

Leave a Reply