QUEBEC JUSTICE MINISTER AGREES TO FINANCE A VICTIMS ASSOCIATION FOR FAMILIES OF HOMICIDE

Oh, well done Pierre!

Families of Quebec murder victims to help others in same situation

Canadian Press

November 15, 2004

QUEBEC — The Quebec government will provide some financial support to help several families of murder victims start a support group to help others in the same situation.

Four families who had sons or daughters murdered met with Justice Minister Jacques Dupuis on Monday. Dupuis didn’t make public the amount the support group would receive.

Pierre-Hugues Boisvenu, whose 22-year-old daughter Julie was raped and murdered in Sherbrooke in 2002, was among those who met with Dupuis.

Boisvenu said the group’s goal is to help other families, offer advice and share experiences.

“We will ask those families, `Do you need some kind of support. Do you need some kind of preparation to meet the media. Do you know about the justice system”’ he said.

The families who met with Dupuis also are lobbying for better compensation for the families of murder victims, stiffer penalties for killers and tougher parole conditions.

——————————

Québec aidera financièrement l’Association des familles victimes d’actes criminels

Mise à jour le lundi 15 novembre 2004, 12 h 24 .

Le ministre de la Justice du Québec, Jacques Dupuis, a indiqué lundi matin, que Québec apportera une aide financière à l’Association des familles victimes d’actes criminels.

Le ministre Dupuis a fait cette annonce après avoir rencontré quatre pères de victimes d’actes criminels, dont Pierre-Hugues Boisvenu et Marcel Bolduc, dans ses bureaux de Montréal. Le montant accordé n’a pas été dévoilé.

L’association a pour objectif d’apporter différents services d’aide aux familles, sans toutefois se substituer aux services que fournissent déjà les centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) ou les centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALAC).

L’organisme veut plutôt apporter un soutien direct aux familles éplorées dans les premiers moments suivant une disparition ou un meurtre, en les informant sur le processus judiciaire et en les préparant à affronter les médias.

L’instigateur du projet, Pierre-Hugues Boisvenu, a qualifié la rencontre de « très satisfaisante ». « On a été écouté et on a été compris », a-t-il déclaré.

L’aide de Québec, dit-il, doit notamment permettre à l’association d’entrer en contact avec quelque 750 familles qui ont été victimes d’un acte criminel au cours des 15 dernières années. L’association invite d’ailleurs les familles concernées à lui écrire à l’adresse de courriel suivante : afvacq@hotmail.com.

L’organisme acheminera par ailleurs une demande de financement au Fonds d’aide aux victimes d’actes criminels. « Il ne fait aucun doute que la société doit faire écho aux drames que [les familles] ont vécus », a dit le ministre Dupuis.

La rencontre avec le ministre Dupuis s’est déroulée en présence des pères de Julie Boisvenu assassinée en juin 2002, d’Isabelle Bolduc, assassinée en 1996, de Cathy Caretta, étranglée en 1998, et de Julie Suprenant, qui est disparue depuis 1999.

Category:

Leave a Reply