Transcript of Boisvenu Press Conference / Original French release follows

REACTION OF THE BOISVENU FAMILY TO THE JUDGES DECISION TO MOVE OF THE MURDER TRIAL OF JULIE BOISVENU TO MONTREAL

SHERBROOKE, March 02 2004

On February 27 2004, the magistrate assigned to the file of the murder of Julie

Boisvenu returned a decision that disappoints us enormously. Our family is discouraged and devastated by this judgment. Now a multiple of questions must be asked of the principal players in this decision. Almost two years after the murder of our daughter Julie, and again we are faced with a big open wound, and nothing indicates that this will resolve itself quickly. We respect the judgment of the magistrate assigned to Julie’s case and understand the legal arguments on which it is founded. However, allow us to express our disappointment at the decision to move the legal process in the matter of the death of our daughter to Montreal. This decision will have a grave impact on our family. It will cause a great financial impact on us in order to follow the case adequately. This insensitive decision only confirms for us that

the victims are not taken into account in the whole judicial process in Quebec.

We would like to have answers to the following questions:

– How is it possible that a press conference can be held by the Sherbrooke police

in which evidence is revealed that can so negatively impact the judicial procedures?

– What are the means of communication between the city of Sherbrooke and the assigned prosecutor to the file? Can these communications be improved so that strategic information in future will not be divulged that could harm the the legal process?

– Why was it that the victims weren’t first consulted before the judgment by the

magistrate?

– We say it again, we intend to protest the decision of the official magistrate; We question the judge’s grounds for movement, that the case will be less compromised in Montreal than in the L’Estrie region or Granby.

In 2004, with all the tools of modern media and information which are disposed to us, the national 24-hour media, the access to limitless information through the internet, etc… and the fact that the death of our daughter, Julie was shouted to all of Quebec through these resources, can we say that a potential jury from Montreal versus L’Estrie is any less compromised?

Is it realistically possible in this modern context for any potential jury to be truly free of external influence?

Can we truly say with this decision that we will have more trust in the discerning capacity and judgement of a jury from Montreal? In this context the process would have been better served by placing the trial in the sector of Granby; this would have been a more acceptable compromise.

Help us understand this – with so many criminal cases in Montreal, such as the recent judgment concerning the Hells Angels where, before the process even begun it was exposed publicly in the media – who will the trial of Julie not be compromised?

Does not moving the trial to Montreal tend to favor one, if not all of the parties representing the accused (who is from Montreal) while serving to the detriment

of the crown?

All the parties in this process will have to move themselves to Montreal

in order to participate in this trial. All of the women and the men of L’Estrie

involved in this just and equitable process will have to move

themselvesto the home of the accused and his lawyers. Also,

the lead prosecutor to this case since the beginning , Mr. Campagna, in whom we have great confidence, will he remain as crown prosecutor once the trial is relocated to Montreal?

Is it not so that in our justice system, the accused has recourses to advantages

that would favor them, and that the deceased victims are ignored, even discriminated

against in the judicial process?

Would it not be fitting to compensate the immediate family and its supporters in order to have easy access to this process? The remoteness of the location of the trial, does it not come to restrict the basic right of citizens and citizens of l’Estrie to

attend this process?

Finally, without entering into a game of comparisons, I would want point out

to our governments what is done to the families of the victims of such an assassination. When one sees the speed with which a government invest hundreds

of millions of dollars, think about the Programs of federal sponsorship, the huge monetary compensations authorized by a judge to the lawyers of Les Hells; how is it that when a young girl is murdered the government compensates the family a “generous” $600?

How is it that the revision of the program d’indemnisation of the victims

d’actes criminal (IVAC) managed by the CSST has not been concluded after 12 years

of administrative work?

We believe it is urgent that a quebec association of the victims d’ actes criminal is established. It is important that this association have the cooperation of all government agencies so that the victims are better considered in the judicial process in Quebec and Canada. This situation I addressed last November during the National Victims of Crime Conference held in Ottawa. We seek nothing less than the solidarity of all the women and men of Quebec to accomplish this task in the defense of the victims of criminal acts.

Finally, the Boisvenu family wishes to express to the entire population of Quebec our thanks for the support and the words encouragement you have expressed during this too too long process.

————————————————————————————————-

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

RÉACTION DE LA FAMILLE BOISVENU

AU DÉPLACEMENT DU PROCÈS

DE L’ACCUSÉ DU MEURTRE

DE JULIE BOISVENU DANS

LA RÉGION DE MONTRÉAL

SHERBROOKE, le 02 mars 2004 – Le 27 février 2004, le magistrat nommé au dossier du meurtre Julie Boisvenu a rendu une décision qui nous déçoit énormément. Notre famille est découragée et dévastée par ce jugement. Aujourd’hui, de multiples questions interpellent les acteurs principaux dans ce dossier. Presque deux ans après le meurtre de Julie, la plaie encore grande ouverte et rien indique que le dossier se résoudra rapidement.

D’abord, la famille tient à affirmer qu’elle respecte le jugement du magistrat dans le dossier du meurtre de Julie et comprend les arguments légaux sur lequel il se fonde. Par contre nous désirons signifier notre déception devant la décision de déplacer le procès du présumé meurtrier de notre fille vers Montréal. Cette décision aura sur la famille des conséquences malheureuses. Ainsi, il y a un grand risque d’être reporté dans le temps et celui-ci occasionnera des frais de déplacement importants pour la famille et nos proches afin de le suivre adéquatement. Cette décision nous rappelle que les victimes ne sont pas prises en compte dans tout le processus judiciaires au Québec.

Au lieu de condamner et de juger qui que ce soit pour le travail fait, nous désirons avoir des réponses à nos questions.

Comment se fait-il qu’une conférence de presse de cette nature, tenue par les policiers de Sherbrooke au dénouement de leur enquête, ait pu avoir un impact si négatif sur le déroulement des procédures judiciaires? Quel a été l’encadrement fourni par le service des communications de la ville de Sherbrooke et le procureur assigné au dossier afin que l’information stratégique divulguée lors de la conférence de presse fut mieux filtrée afin de ne pas nuire aux suites du dossier devant la Cour? Pourquoi n’a-t-on pas suffisamment encadré les policiers qui se devaient d’une part informer une population inquiète et nerveuse suite au meurtre de Julie et d’autre part protéger des éléments de preuve ne pouvant à ce moment être rendus public?

Comment se fait-il que nous devions faire payer aux victimes les conséquences d’une activité de relation publique questionnable sur l’application des règles de base en matière de droit que soulève le magistrat dans son jugement?

Nous le disons encore, loin de nous l’intention de contester l’ensemble de la décision du magistrat attitré au dossier. Nous questionnons le fait que les citoyennes et citoyens de Montréal risquent d’être moins contaminés que ceux de la grande région l’Estrie et du secteur de Granby.

En 2004, peut-on se poser la question qu’avec tous les outils d’information modernes dont nous disposons, tels : les médias nationaux qui répètent sans arrêt des nouvelles, l’information illimitée accessible via internet, etc…; se peut-il qu’un membre potentiel d’un futur jury dans la cause de notre fille Julie qui a interpellé tout le Québec, qu’il soit de Montréal ou de l’Estrie, ait le même risque de contamination à cause de ce grand volume d’information disponible? Est-il possible que le contexte et le principe mêmes de constitution d’un jury devant demeurer à l’abri de toute influence externe soit révolus? Doit-on dorénavant davantage se fier à la capacité de discernement et de jugement des futurs membres d’un jury? Dans ce sens, le procès aurait mérité d’avoir lieu dans le secteur de Granby, ce qui nous serait apparu un compromis plus acceptable.

Comment comprendre cette décision alors que tant de dossiers criminels, tel celui des motards où, avant même la tenue des procès on expose publiquement une partie des preuves, tels les saisies et d’autres éléments de la preuve? Dans ce contexte, les citoyennes et les citoyens membres des jurés dans la cause des motards criminalisés ne furent-ils pas contaminés par toute l’information qui a circulé avant les procès? N’y avait-il pas lieu alors de déplacer ces procès dans le Grand Nord québécois afin de s’assurer d’un jury impartial?

En déplaçant le procès vers Montréal, ne favorise-t-on pas tous les acteurs responsables de la partie représentant l’accusé qui demeure dans cette région au détriment de la couronne? Tous les acteurs du procès devront se déplacer à Montréal afin de participer au procès. Toutes le femmes et les hommes de l’Estrie préoccupés par la tenue d’un procès juste et équitable devront également se déplacer vers le lieu de résidence l’accusé et de ses avocats. De plus, le procureur au dossier depuis le début des procédures, Me Campagna en qui nous avons une grande confiance sur le plan juridique et humain, sera-t-il toujours attitré à ce dossier une fois dans la région de Montréal? Si non…

Serait-il que, dans notre système de justice, les accusés auraient d’avantages de recours qui les favoriseraient et que les victimes décédées soient ignorées, même défavorisées dans le processus judiciaires ?

Une décision aussi difficile à accepter pour la famille n’aurait-elle pas du être assortie d’une recommandation appropriée afin de compenser justement la famille et ses proches pour avoir accès facilement au procès? Cet éloignement ne vient-il pas restreindre le droit fondamental aux citoyennes et citoyens de l’Estrie à assister à ce procès?

Enfin, sans entrer dans le jeu des comparaisons, je voudrais rappeler à nos gouvernements le sort qui est fait aux familles des victimes d’un tel assassinat. Quand on voit la vitesse avec laquelle un gouvernement investissent de centaines de millions de dollars, pensons au Programmes des commandites au fédéral, à l’échec de relance de l’usine de papier de Chandler ou aux compensations monétaires autorisées par un juge aux avocats des motards, comment se fait-il que lorsqu’une jeune fille est assassinée, le gouvernement compense la famille d’un montant de 600$…? Comment se fait-il que la révision du programme d’indemnisation des victimes d’actes criminelles (IVAC) administré par la CSST ne soit pas encore conclue après 12 ans de travaux administratifs?

Nous croyons qu’il est urgent que soit mis sur pied une association québécoise des victimes d’actes criminels. Il est important que celle-ci ait toute l’écoute des gouvernements afin que les victimes soient mieux considérées dans le processus judiciaires au Québec et au Canada. Cette situation, je la dénonçais, pas plus tard qu’au mois de novembre dernier, lors d’une Conférence nationale des victimes d’actes criminels à Ottawa. A cet égard nous ne demandons pas moins que la solidarité de toutes les femmes et les hommes du Québec afin de mener à bien ce projet de représentation officielle de la défense des victimes d’actes criminels.

La famille tient à dire à nouveau à toute la population du Québec son appréciation pour le support et les mots d’encouragement que vous adressez au cours de cette trop longue attente.

Source : Pierre-Hugues Boisvenu

Père de Julie Boisvenu

819-570-0640

Category:

Leave a Reply